Littinéraires viniques » 2010

J’AIME TANT LA DOUCEUR DE LA BOUCHE DES FEMMES…

Mallock et Guéritot. La femme et le vin.

—-

Texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Sous la tiédeur du soleil levant, je gonfle doucement.

Les pluies des derniers jours ont tendu ma peau épaisse. Je me prélasse comme un félin au réveil, et ronronne dans le silence de l’aube Aoûtienne. Chaque année que je reviens pendre à mon vieux cep tordu, je savoure ces instants d’avant le départ, d’avant la mort douce qui verra mes baies éclater, et mon jus odorant se mêler au sang de mes frères…

Je suis la grappe de pinot noir qui chaque année se réincarne.

Un raisin béni du Septentrion, qui renaît pour exprimer la beauté de ce sol puissant qui porte mon géniteur et lui donne vigueur … Las, les temps ne sont pas toujours fastes, qui parfois contrarient ma croissance, mais mon vieux père tordu en a vu d’autres depuis près de cent ans, il plonge ses racines au profond de la terre, et se rit des caprices des cieux ! Il a plus d’un tour dans son bois, et résiste sans peine aux pluies collantes, comme au soleil brûlant. Tantôt il me fait peau épaisse, petits grains ronds et charnus, tantôt il coupe les vannes, et préserve mon sucre des eaux surabondantes. Il me gâte et me préserve, à l’écart de mes compagnons, me protégeant ainsi de la toile insidieuse des champignons gris, qui sucent parfois, comme des vampires blafards, les jus exsangues de mes trop jeunes confrères. Oui, mon vieux ligneux est bois d’expérience. Bacchus l’inspire et me protège des rigueurs ambiantes.

Pour la quatre vingt huitième fois, je renais, et retrouve à chaque saison, les mêmes frissons, les mêmes émois. J’apparais, vêtu de fleurs, si petit, si fragile, éphémère, et le délicat parfum, qui vibre sous le nez de cette enfant charmante qui se penche vers moi, me trouble toujours autant … Et que j’aime aussi le temps des graines minuscules et dures, qui gonflent lentement au printemps, insensiblement, jusqu’à donner de beaux grains ronds. Seul, recueilli, je ressens ces forces qui enflent et m’inondent lentement, cette lymphe riche venue des tréfonds des argiles et des roches, ce suc, cette essence, la vie quintessenciée de ce terroir.

C’est que le ciel est généreux avec moi, qui me fait renaître à chaque fois au cœur de ce beau champ de Musigny. Sur le haut de la pente, entre les rangs, j’aperçois la toiture du Clos Vougeot qui ruisselle et rosit au jeune soleil matineux. A mon orient, le vent coulis, qui se glisse de la Combe d’Orveau, apaise mes grains échaudés. A ma droite, croissent mes frères en noble pinot des Échézeaux, de bons gars souriants. Au ponant, plus loin, invisibles, je sais que mes cousins de Bonnes-Mares, un peu fats, me jalousent parfois … Sur les terres Bourguignonnes, en temps de proche vendange, le moment de la transmutation approche. Bientôt la main agile d’une vendangeuse me détachera de mon vieux père, me déposera délicatement dans une cagette, rouge et propre ! C’est étrange, mais depuis que je vais et viens, au gré des millésimes, jamais une main autre que féminine, toujours délicate et douce, ne m’a fait passer de la vigne au chai. Le sort a voulu, depuis la quatrième année de ma souche, que je sois, bon an, mal an, la grappe toujours confiée aux mains, puis sans modération, mon jus, au plaisir des femmes sensuelles et gourmandes … Je me dis qu’un Trône puissant, tout près de Dieu, me protège sans doute, et que les pinots-frères, tout là-bas, dans la plaine qui longe la nationale, ne connaissent pas pareille félicité. Alors souvent je me recueille, au profond de mon fruit, me concentre, communie, pour unir dans mon sang à venir, les énergies telluriques et les ardeurs éthérées de l’Empyrée… Vous dire aussi combien la véraison m’est chère, quand les sucres cohobent lentement au cœur de mes grains, quand les roideurs adolescentes s’affinent avec l’âge, quand l’acidité stridulente des premiers instants mûrit sans surtout, tout à fait disparaître ! C’est l’âge où louchent les raisins, où les promesses de l’aurore regardent au couchant…

Le sécateur aux poignes rouges crisse au loin, dans les rangs proches.

Je l’attends et souris, confiant…

Me voici égrappé, mes baies roulent sur les grains de rencontre, de retrouvailles aussi. Sous le poids de mes frères qui se pressent contre mon moi pluriel, mes peaux cèdent. Le jour passant, lentement mon jus épais se mêle au ruisseau qui se forme. Libéré de mes formes, je ne perds ni âme ni conscience, je participe au grand tout, mais garde mes qualités propres. Je me prête aux unions sans me perdre. Oh, je sais que le lecteur ne peut comprendre, mais je suis sûr que les lectrices, elles, ressentent confusément ces subtilités étranges, quand aux détours de leurs vies, glisse sur leurs palais soyeux le jus de Musigny…

Vient enfin le temps des alchimies vitales. Au long de l’hiver, elles vont faire de mes sucs, cet élixir divin que les femmes attendent. Dans l’obscurité de ma futaille, je travaille d’arrache-grappe à m’affiner, à développer mes flamboyances futures, sous la main douce et décidée de la maîtresse de chai. A contre-jour, dans les frimas de Février, je regarde sa pipette descendre vers moi. Elle m’aspire, pour mieux me relâcher dans le verre à large cul. Me rouler et m’aérer. Comme j’aime ça ! Alors je lui donne tout, mes fragrances, mon corps, qu’elle suce, écrase, et roule à l’envi. Encore et encore maîtresse, c’est aussi bon pour moi, que, je l’espère, pour toi. Au travers du cristal embué, je lui souris de tout mon carmin, je rutile, et déploie mes moirés pour la charmer.

Ses yeux brillent, son front se détend, je lui plaît, elle est satisfaite …

Viendra bientôt le temps de la patience, quand à l’étroit de mon sarcophage de verre sombre, anonyme dans la pile, j’attendrai de finir mes humanités. Alors d’ici quelques, mois ou années, les mains expérimentées de mes gardien(ne)s m’extrairont du tas, m’époussetteront, et colleront sur mon flanc propre ce beau nom : Musigny Grand Cru 2010 !

Il me faudra encore patienter, encore et toujours, m’améliorer, grandir doucement, me sublimer, pour qu’un soir, sur la nappe immaculée d’une table du monde, dans les lueurs roses d’un soleil couchant qui mettront à ma robe limpide des pétales de pivoine, un homme antipathique, me verse distraitement dans la coupe de cristal d’un beau grand verre altier. Je coulerai de toutes mes larmes grasses, et ferai aux flancs courbes, d’élégantes arabesques, harmonieuses comme rêves d’artiste. De grands yeux zinzolins, olives peut-être, ou céladons – à moins que perles de jade ils ne soient – se pencheront sur mon eau. Jamais ils ne sauront, que dans ce rubis pourpre des larmes couleront. Car je la reconnaîtrai la femme de mes rêves, qui traverse mes siècles, elle, à chaque fois différente, et pourtant toujours même. Je l’envoûterai de mes touches odorantes, je poserai sur le bout de son nez une violette humide, des fleurs et ma pivoine, la pulpe écrasée d’une cerise noire dans la poudre aiguë d’un joli poivre blanc, les effluves crémeuses, enfin, d’un criollo racé. Ses doigts effilés, qui tiennent tendrement la tige de mon écrin, trembleront à peine, rien que pour moi. Sans un mot, son soupir me dira « Je t’aime » …

Et je lui sourirai.

Mais voici que vient le temps de la mort douce, quand ses lèvres charnues convergent au buvant du verre, lorsque sa bouche s’entrouvre pour me mieux aspirer. Experte et mutine, elle aime à ce que dure le plaisir. Comme des quinquets labiles, ses yeux se ferment … De l’autre côté de la table, l’autre benêt, comme un paon fait la roue, criaille fadaises et lieux communs, mais elle ne l’entend pas. Je suis presque en elle … comme jamais il ne sera. Sa bouche est mon palais, je m’y love, tendre boa, enroule sa langue de mon fluide, l’inonde et délivre mes trésors. Sur ses papilles fragiles je dépose mes offrandes, mes fruits en coupe fraîche lui rappellent mes fragrances, je fais mon élégant, je suis son harmonieux qui la prend jusqu’au coeur, ma race la conquiert … Nous sommes un, enlacés dans sa coupe. J’exulte ! Le bellâtre innocent jacasse sa leçon, étale son savoir, crache les mots du vin qu’il a lus au salon. Mon amante est sourde à son mièvre babil, son long cou tressaille à peine, qui prononce la fusion du pinot élégiaque que je suis, et de sa chair précieuse. Me voici mort au monde et renaissant à sa vie …

Dans le fond du cristal, mes dernières gouttes attendent leur doux supplice…

Et je sais que toujours je la retrouverai.

EFONMODANTITECONE.

DRB. VAILLONS 2010.

8EZZA_DRB_2010

Un premier cru de Chablis vinifié par Romain Bouchard, vigneron bio et son frère Damien, à partir d’achat de raisins. Terroir argilo-calcaire Kimméridgien.

Voilà, ça fait toujours bien …

Ceci dit le vin repose dans son verre, le lendemain du jour de l’ouverture du flacon, paisible dans sa robe brillante de jaune franc et de vert mêlés. Une robe proche du vert bronze. Un nez fondu, déjà, une liqueur de poudre de coquille d’huître, de sel chaulé, sur un citron jaune mûr et pur, de zestes d’agrumes aussi. Un nez « vibrant », je ne sais dire mieux ni plus précis.

 Madame Thatcher est toujours morte …

Je sais, ça n’a rien à voir avec le vin, mais en ces temps de domination libérale sans partage, je me contente de peu. Sans doute cette idée me vient-elle à l’esprit par association d’idée avec le mot « pureté », à moins que ça ne soit la douleur qui m’égare.

M’en vais donc mettre en bouche ce jus salivant qui m’appelle. Aussitôt dit, aussitôt lampé. Un toucher de bouche, qui réveille par sa vivacité bienvenue l’endormi que j’étais à moitié. Une matière dynamique qui court partout et manifeste, prend la papille de front, la redresse, et la titille, comme un enfant taquin une mèche rebelle. Et la voici qui fait frétiller la papille, qui active derechef (sic) les salivaires, qui déclenche la soif illico. Une purée fine de fruits blancs, de poivre du même métal et de citron mûr, fait la ronde dans ma bouche qui ne s’en plaint pas. Dans ma tête, les pastels du printemps apparaissent et me consolent de cette pluie battante qui ne veut pas finir d’inonder la terre et les cœurs. Le jus s’allonge, puis s’allonge, construit comme une lame, aussi droite qu’affûtée. L’avalée est un moment délicieux qui me réveille et me déleste de mes pensées un peu tristes, des images d’antan quand la guerre déniaisait l’enfant d’alors …

Au creux de mon ventre, le soleil brille, sa chaleur irradie, dénoue mon plexus, dissout ma déprime montante. Dans ma bouche entrouverte, les zestes demeurent longuement, le sel s’est installé, avec ce qu’il faut d’amertume pour dissoudre la mienne …

 L’énergie du vin m’a gagné, sa fraîcheur me revient.

 Merci les frères Bouchard !

ACHILLE ET LE FESTIN DE SOPHIE …

le-festin-femme-femmes

ACHILLE a fini par tomber …

Dans le fond du trou de la mort approchée, dans un mercure fondu, il est anéanti, tout près de la camarde dont il sent le fer lui caresser la joue. Tombé dans l’érotisme glacé d’un sommeil délétère, à mi genoux dans les flots noirs du Styx, il caresse les flancs de la barque, sent le souffle froid qui l’étreint, lui gèle les reins, dans sa poitrine les battements de l’horloge liquide ralentissent, s’épaississent, son sang circule à peine, c’est doux, reposant, Charon, patient, lui sourit. Dans sa chambre, silencieuse et obscure, la soie d’obsidienne de la tueuse le frôle, il gît sur le dos, un sourire étrange flotte sur ses lèvres, si pâles, sa peau grise, il respire, mais si peu qu’on pourrait le croire parti. De guerre lasse, lentement, Achille lâche prise … Et se vide comme une viande avariée.

Le pavillon « C » est parfaitement silencieux, Olivier ne hurle pas, Élisabeth non plus, aucun glapissement ni bruit de pas traînants autour des toilettes, pas de souffles rauques, de sifflements aigus, nulle poitrine ne s’exprime, les corps des barjots recroquevillés dans leurs lits de souffrance semblent morts eux aussi. Oscar, perché sur une haute branche du pin échevelé qui surplombe le bâtiment, regarde l’étoile noire tombée dans le parc, avec ses larges baies éteintes aux yeux blanchâtres de poisson mort. Étale, flasque et immobile comme une astérie en décomposition.

Dans les couloirs déserts, au sortir des douches, une ombre s’est glissée. Sans bruit, pieds nus, elle se déplace, sûre de ses pas, furtive, souple, légère. Accroché à son épaule gracile, un lourd sac balance. Au passage d’une fenêtre, son ombre opaline dessine sur le mur du couloir, le temps d’un battement de cils, l’esquisse d’une ballerine gracieuse, pieds agiles, déformée, un peu menaçante, mais belle, aux attaches si fines qu’elles semblent sur le point de se détacher de son corps. Ses doigts d’ombre distendue, comme des rasoirs miniatures, ont un instant griffé les murs. On pourrait presque entendre, en tendant bien l’oreille, le bruit de ventouse mouillée que font ses pieds blancs sur le carrelage froid. Elle s’est arrêtée devant la chambre d’Achille, elle respire à petites goulées, longtemps, sa main a saisi la poignée de la porte, qu’elle tourne au ralenti, puis entrouvre le battant. Achille a frémi quand une onde a irisé sa peau nue, il est remonté des abîmes où il avait chu comme une pierre molle. Dans la lumière grise qui sourd de sa porte entrebâillée, la silhouette noire qu’il devine lui coupe le souffle, la résignation gluante dans laquelle il baignait reflue. Comme un mineur harassé, noirci par ses ténèbres, qui remonte de ses profondeurs.

 Se pourrait-il que ce soit … ???

Ce soir, pendant le changement d’équipe, au juste moment où les filles se croisent, quand les veilleuses de nuit et les infirmières de jour se passent en papotant les consignes, Sophie s’est glissée, si vivement que nulle ne l’a vue, entre les portes de verre du pavillon. Puis elle s’est enfermée dans les douches au fond du couloir, a refermé la porte d’un box, s’est accroupie, son sac entre les jambes, a fermé les yeux, séché ses larmes, attendant que le calme s’installe. Des eaux translucides et grasses ont coulé de ses yeux clos. Sous ses paupières humides, elle semble prier. Sophie se prépare, une dernière fois.

Au festin …

C’est bien elle, il en jouerait son âme. Achille, à demi pétrifié par les battements affolés de son cœur qui cogne violemment dans sa poitrine, n’en croit pas ses yeux. « Putain, je rêve, je deviens fou, je ne veux pas, je ne peux pas le croire … ! ». Alors, sous un couvercle brûlant, il tente convulsivement d’étouffer espoirs et désirs, il se cabre à se briser le dos, les mains à demi fondues, tendues vers la porte entrouverte, comme s’il voulait repousser au fond des enfers cette vision qui l’épouvante. Et pleure comme s’il montait à l’échafaud. Implore les anges absents, sanglote à gros bouillons gras, le visage couvert par la morve qui dégouline de son nez, de sa bouche, l’aveugle, et l’étouffe. Sophie a ouvert son sac au pied du lit, s’est penchée sur lui et a posé un instant ses mains fraîches sur son visage grimaçant, puis elle l’a longuement léché, comme une louve son petit. Elle pleure doucement. De ses lèvres coule un chant doux, apaisant, une étrange mélopée tendre et rauque à la fois, et cette liqueur de notes en pluie argentée, remontée des temps immémoriaux, dépose sur leurs visages un baume salé, émollient, qui les apaise tous deux. Achille, un long moment, a pris entre ses mains le visage de Sophie dont les lèvres frôlent sa bouche. Leurs souffles synchrones abolissent le temps, effacent l’espace, comme s’ils tissaient un invisible cocon revivifiant, leurs lèvres humides se caressent lentement, leurs langues s’épousent, s’avalent dans un long baiser dévorant.

Sophie s’est relevée lentement, d’un geste de l’épaule, elle s’est dégagée de ses tissus légers qui plissent à ses pieds comme des parachutes de soie froissée. Elle a étalé au pied du lit son trésor de victuailles, les aligne en ordre parfait, se relève, étalant à large main sur son corps nu, une couche luisante de beurre frais. Un rayon de lune l’éclaire, elle brille comme une brioche gonflée au sortir du four, ses seins fruités et ronds, aux aréoles pâles, regardent les étoiles, son ventre blanc palpite doucement, sur sa toison claire, le beurre en gouttelettes translucides, scintille au rythme de sa respiration. Puis elle tend la motte fondante qu’elle peine à retenir. Achille, stupéfait, assis au bord du lit, la prend, se lève et enduit soigneusement, à larges paumes ouvertes le dos ferme de Sophie, s’agenouille, crème l’amphore de ses hanches, pétrit ses fesses onctueuses avec délice, s’attardant sur la raie qui les fend. Son doigt, gras de beurre, glisse longtemps d’un bord à l’autre de la faille, déplisse religieusement la petite combe brune qui s’y cache, glisse entre les cuisses, ses doigts écartent au passage les lèvres fines de son sexe étroit pour empoigner la toison épaisse qui les surmonte. Sophie a frémi, sa peau épouse le chemin que trace les mains d’Achille, elle soupire. Alors, à deux mains enveloppantes, il graisse d’un geste sûr les deux longues jambes de Sophie, jusqu’à ses pieds, qu’il relève l’un après l’autre pour les ferrer de beurre frais. Il s’attarde entre ses orteils qu’il masse un moment puis frotte la plante cambrée de ses pieds. Elle soupire à nouveau, profondément, et tremble sous sa peau quand il la lâche.

Achille s’est relevé et lui fait face, elle le pousse légèrement, il s’affale sur le lit. Allongée sur lui, elle l’enlace en se frottant, ondule, se colle à lui comme une écorce à sa pulpe, jusqu’à même que leurs yeux se touchent et les fassent pleurer un peu plus encore. Achille la suit quand elle se retourne et enduit son dos des excès du sien. Il ne bouge pas, la laisse conduire la danse grasse de sa main qui roule sur son ventre et le met en émoi. Sophie s’attarde, fourre sa tête entre ses cuisses et le respire à plein nez comme une gourmande affamée. La caresse l’emporte en vagues fortes vers des mondes insoupçonnés. Elle se promène maintenant, langue chaude, sur son corps tout entier, d’entre ses orteils jusqu’aux creux de ses oreilles, comme une limace lente qui prend le temps de faire son chemin. Le plafond de la chambre est plus jaune qu’un soleil levant, il ondule au rythme du voyage, les murs ont disparu, les arbres se penchent sur lui, Oscar les regarde. Enfourché comme un Appaloosa par une Algoncoquine en rut, Achille ne dit mot quand sa cavalière écrase sauvagement une tomate mûre qui gicle son jus rouge sur sa poitrine, et dessine des rigoles étroites le long des seins de l’amazone au galop. Achille, hypnotisé, regarde d’un œil fixe la graine verte en suspens sur le tétin turgescent du sein gauche de la démone. Il se relève d’un coup de rein, le gobe, et retombe sur le lit comme un caméléon épuisé. Sophie marmonne, bouche pleine du sang végétal qu’elle crache salement sur sa poitrine, lui prend le goulot pour le remplir de pulpe mâchée, qu’il malaxe à son tour pour la lui recracher en pleine gueule. Le jus longuement partagé coule à présent sur son visage. Sophie, aigues-marines enflammées comme des phares de pleine mer, goule pointue, telle une gargouille échevelée, l’asperge. Puis elle se penche, le lèche à coups de langue rapeuse de chatte, et dépose chaque lapée dans sa bouche au cœur d’un baiser profond. C’est le temps des humeurs partagées, des incorporations et des accouchements mutuels. Il a tellement perdu conscience de son sexe qu’il lui semble devenir la grotte détrempée qu’il matraque à lourds coups de burin. Sophie le chevauche comme une cavale folle, ses seins tressautent au dessus de lui, elle a enfoncé ses doigts dans son gosier, elle agrippe sa langue, la tord, ses mains fouillent entre ses lèvres écartelées, puis elle les suce longuement, le regard fou, le corps en demi pâmoison, il suffoque, le museau plein à ras bord de la bouillie incarnate qu’elle continue de vomir comme une vouivre déchaînée. D’entre ses cuisses elle puise l’eau trouble de son plaisir dont elle l’enduit. Suçoir gavé, éructante, baveuse, elle le mord au sang, et dépose dans son ciboire grand ouvert de longs filets visqueux, colorés par les chairs et les fruits de tous les jardins.

Dompté, dominé, effrayé, Achille est submergé par la peur, une angoisse terrible, la peur de disparaître d’un coup, avalé par la matrice folle qui le dévore, l’envahit, il lui semble perdre sa substance, ses os fondent, ses chairs bouillonnent, sa moelle épinière déliquescente pulse à longs jets de lave blanche, son cœur ralentit, son souffle s’éteint tandis que son regard noircit. Il meurt, une grande mort, comme un orgasme définitif, le terrasse. Dans un dernier regard, Sophie se confond avec l’araignée suceuse qui le mine depuis des mois ! Ses cheveux blonds trempés de sueur battent l’air comme les pattes velues de son monstre intérieur, le ciel, qui a percé le plafond de la chambre, verdit, sa conscience faiblit, le monde n’est plus qu’un point, rougeâtre comme les yeux du diable chitineux qui le réduit à l’état de peau flétrie … Il jouit si fort que son foutre traverse la diablesse et se déverse, chargé de sang, de bile puante et de trempe visqueuse, jusqu’au fond de son estomac dévasté …

Il croit devenir fou.

Un goût sucré le réveille, il ouvre les yeux. Au dessus de lui, Sophie, embaumée de sueur, les aigues-marines injectées de sang noir, la main serrée sur une poignée de miel d’ambre liquide qui lui échappe lentement, regarde le nectar couler en larmes grasses entre les lèvres tuméfiées de son amant épuisé. Le sucre doux le régénère, il l’avale avec délices, et l’amertume fraîche de l’acacia le désaltère. Sophie pleure, l’eau salée de ses lacs translucides tombe en flots ininterrompus, elle lave, lustrale, les croûtes séchées du visage d’Achille. La chambre est silencieuse, un petit jour livide éclaire le plafond et les murs revenus des enfers délicieux, Achille, hébété, soupire comme une vessie qui se dégonfle, dans son ventre un creux le griffe quand Sophie se relève, leurs sexes se séparent en chuintant, elle se penche vers lui, sa langue lui lave l’entrejambe, elle prend une dernière fois entre ses lèvres gonflées sa verge vidée de sang, qu’elle nettoie méticuleusement, pose un baiser léger sur ses lèvres, se rajuste, murmure un adieu à peine audible, et quitte la chambre sans se retourner.

Achille l’abandonné, blotti dans sa pelisse rouge, ne bouge pas, exténué par son voyage au pays de cendres de son passé douloureux. Dans sa bouche entrouverte, le goût sucré du miel perdu le tenaille. Sa lampe irradie étrangement, sa lumière tremble, et son rayon d’ambre coruscant se teinte de béryl luminescent quand les aigues-marines disparues reviennent une fois encore à sa mémoire. Une larme a coulé sur le cuir vert bronze de son bureau. Une seule, l’ultime, la dernière. Avec le temps ses yeux ont séché, son vieux cœur est sec, ses reins sont vides, et sa bouche de carton pâteux. Dans le cristal, qui flamboie sous le fil incandescent de son luminaire, le miel pâle du vin tremblant sous la buée, l’attend. Achille s’y plonge et se repaît des fragrances délicates qui s’en échappent. Les fleurs blanches, acacia léger et jasmin en bouton, à peine perceptibles, précèdent la pêche blanche bien mûre et le nectar, puis le calcaire de Puligny-Montrachet affleure, s’y mêlent le poivre blanc, les épices douces et la réglisse. « Les Pucelles » – Achille, le vieux cochon, en rit franchement – du Domaine Morey-Coffinet, millésime 2010, longuement carafées (si tant est que les pucelles se carafent …) tournent dans le verre comme les danseuses de Degas, légères et affriolantes. La lampée qui dévale sa bouche le réconcilie avec la vie, tant elle est fraîche et douce à la fois. D’un équilibre parfait, le vin, puissant et délicat pourtant, déplie sa matière, il exsude son miel et ses fruits, ses épices l’exaltent, il enfle puis se tend et repart, porté par une vivacité gourmande. Ces Pucelles en remontreraient à bien des Bâtards !!! Rires. Putain que cette Bourgogne est belle, belle comme le cul tubéreux de Sophie !!!

 Achille soupire de bonheur.

 Loin, très loin,

 Au bras de son flûteux

 Tremblant et cacochyme,

 Triste et décharnée,

Sophie ne sourit plus,

 Et l’araignée expire …

EDÉMOPIAUTITÉECONE.

ACHILLE EN QUARTZ BRISÉ …

christian rex van minnen4christian rex van minnen.

 

ACHILLE s’est recroquevillé.

Comme un ressort comprimé depuis une semaine. Ses lames l’ont raidi, tous ces jours de lourde solitude. Muscles noués, cou douloureux, trapèzes en feu. Son estomac s’est rétréci, c’est une boule de mercure brûlant qui lui bloque le plexus, l’oblige à respirer comme un asthmatique en crise. Dans le fond de son ventre, la vrille aiguisée du ressort lui perce les tripes continûment. « Bonjour monsieur Achille », la voix, douce pourtant, de Landonne, résonne dans son crâne comme un coup de massue sur un tambour d’acier. Achille sursaute, lève un peu les yeux, qu’il avait fixés sur les joints gris du carrelage. A peine. Son regard s’arrête sur le bas de la longue robe de coton blanc qui balance au ras des boucles d’argent des chaussures vernies de la salope qui l’a planté toute une si longue semaine. Qu’elle a dû passer à se faire baiser comme une pute !Une haine, violente comme un amour nié, le ravage, il ravale sa lave incandescente, et son estomac maltraité se relâche et éructe. Malgré lui, Achille a lâché une rafale de rôts sonores comme des pets, il bégaie de gène et de surprise, jette des regards affolés alentours, persuadé que le pavillon entier s’est arrêté de vivre, qu’une foule de regards, plein de reproches, convergent sur lui. Mais non, les givrés, sourds et indifférents, vaquent, s’affairent, somnolent. Landonne elle-même n’a pas bronché. « Allons-y » l’entend t-il dire d’une voix égale …

Achille s’est assis, le dos voûté comme un mort dans un cercueil. En secret, il espère qu’elle va le consoler, s’excuser peut-être de s’être absentée, avec un bon sourire et une lueur de regret dans les yeux. Au lieu de ça, elle défroisse un peu sa robe de sa main courte et rondelette. Taiseuse, comme à son habitude, elle sourit ce qu’il faut, le regard engageant et attend. Dans les chairs d’Achille, c’est Trafalgar, le ressort se tend un peu plus, vrille et perce encore, lui déchire le bas ventre et crisse sur les os. Il croit que son bassin va éclater, que ses jambes vont se détacher, qu’il va mourir dans un bouillonnement gluant de sang noir. Jamais il n’a été aussi prisonnier des forces qui le paralysent, et qui viennent, il le sait bien, de lui, de lui seul. Mais sa raison n’est plus à la barre, elle est toute entière submergée par ces émotions, qui le possèdent sans qu’il puisse les contrôler. Dans son esprit en surchauffe, un enfant vert de rage, pleure sans discontinuer. Entre les petites mains potelées, si puissantes pourtant, il sent sa raison craquer. Dans le lointain, il entend une voix faible, presque inaudible qui murmure « lâche, pleure, dis … ». Mais non, il ne peut pas, un énorme rocher lui obstrue le gosier, il bafouille quelques pierres écrasées, coupantes, et se tait. « Et cet enfant malheureux ? » dit Landonne, « Qu’a t-il à vous dire ? » …

Achille s’affaisse, respire comme un moribond, hoquette, se racle la gorge, ravale le rocher qui peine à passer, crache à nouveau, avale encore, déglutit, la bouche en carton, sèche, à demi paralysée. Longtemps. Un peu d’humidité sourd enfin de ses salivaires, il s’entend répondre « Le petit lapin est malheureux, ze veux mourir …. », tandis qu’une vague salée, chaude, lui recouvre le visage, de longs sanglots ruissellent sur ses joues, mouillent son jeans, tombent en grosses gouttes grasses qui éclatent sur le sol comme des quartz brisés. Et d’un coup de hurler « pourquoi es-tu partie ! », pour aussitôt se geler, surprit de ce qui vient de lui échapper ! Non, non, rouge, confus, il s’excuse, bafouille, se prend à mélanger des mots, des sonorités plutôt, étranges, effrayantes, vides de sens. L’image d’Olivier éructant, jetant au ciel en longues bordées crachées ses incantations colorées, lui traverse l’esprit. Sa maladresse, son audace le déconcertent, il ne perçoit plus que le blanc d’un ailleurs révolu, comme surgit d’une faille furtivement entrouverte. Landonne vibre floue, cotonneuse, tremblante, comme au travers d’une brume d’eau. Achille secoue la tête, arrose autour de lui, ses pleurs décorent la robe de la femme de tâches translucides, il est perdu, entre ce présent déboussolant et les ombres étranges, disparues. Le temps d’un éclair, fulgurant, aveuglant. Le noir est revenu.

 Le silence aussi.

La dernière seconde de l’heure lui tombe sur le cœur comme un camion de briques, quand Landonne lui dit « A jeudi, il est temps ». Elle lui sourit aussitôt, hoche la tête, à peine, et ce rai de lumière dans ses yeux, ce visage qui semble basculer vers lui, le calment à l’instant. Mais un peu seulement, juste de quoi accepter la séparation. Et de redire pour se rassurer « A jeudi, c’est sûr ? ». Sans répondre, Landonne lui a serré la main.

Élisabeth l’a arrêté au passage, pour une clope, il l’a repoussée méchamment. L’a regretté aussitôt, a rebroussé chemin, a pris la vieille langoustine entre ses bras, l’a bercée, lui a donné sa clope. Elle a gloussé de plaisir, il a rit. Un peu jaune. Derrière la vitre du bocal, Olivier, les sourcils froncé, l’a regardé. Pas touche, pas méchant avec Élisabeth, lui signifie t-il, d’un œil noir. Achille s’est approché, a posé ses mains sur celles de l’Archange fou, a posé sa bouche sur la sienne, séparées par la mince épaisseur de verre. Une infirmière intriguée s’est approchée, « ça va monsieur Achille … »? Sans répondre il a filé vers sa chambre, les larmes sont revenues, chaudes, à gros bouillons, des citernes de pleurs acides venus des enfers, l’envers des Danaïdes. A pluie chaude, douche décapante, il s’en va mêler les eaux lourdes aux eaux légères et fumantes de la douche, dissoudre les fantômes, au moins un temps, de répit, de repos.

Rarement Achille s’est senti aussi fatigué. Fracturé jusqu’à l’os. Entre deux pressions contraires qui le broient jusqu’à la dernière cellule. Le drap qui le recouvre le brûle comme s’il était dépiauté, il n’est que frémissements douloureux, incompréhension, affolement du cœur et du souffle, dans sa chair meurtrie par une force impitoyable, il lui semble craquer, exploser sous les mâchoires de tenailles multiples qui l’attaquent de tous côtés, lui mettent les muscles en bouillie, les os en poudre, les organes en purée. Et ce cœur au bord d’exploser, d’arroser de sang coagulé les murs de sa chambre, de propulser ses cellules défaites jusqu’au cœur de la galaxie.

Se coucher, sombrer, s’emmurer, s’enkyster, mourir dans le sommeil, dans la ouate brumeuse d’une vie végétale, à l’écart, à l’abri, protégé des désillusions, mourir longtemps, au moins jusqu’au jour de sa vraie mort, jusqu’à la délivrance finale, comater, voyager dans les rêves, frôler les ailes moirées des anges. Comme l’enfant aux yeux bleus, s’accrocher à son désir, braver le sort, tenir, façonner, réduire le monde, ce monde qui l’a naguère trahi. Vomir, tuer, violenter, ceux qui l’ont abandonné, toujours, dans la solitude des espoirs déçus, des nécessités refusées, flouées, niées. Achille, lentement, cède, ses soubresauts se font plus espacés, ses balbutiements aussi, sa salive, en bulles translucides, s’accroche à ses lèvres comme une vie fragile prête à crever. Jusqu’à ce qu’il s’envole et s’écroule à la fois. Chute vertigineuse, ascension foudroyante, Achille et l’enfant, écartelés, suppliciés dérisoires, se sont endormis. L’enfant se noie dans la mer morte et hurle à sa mère perdue, Achille plane dans le silence éternel des espaces infinis qui ne l’effraie plus (merci Pascal …). En longues rondes lentes, oiseau céleste, il tourne, l’ombre des envergures gigantesques, que le soleil fou projette sur lui, le protège des rais coruscants qui pourraient le réduire aux cendres qu’il espère, appelle et supplie de le délivrer. Dans le ciel noir, plus rien n’a d’importance, les couleurs rassemblées disparaissent, les riens conjugués retournent à l’unité des origines. Achille a plongé plus bas, est monté plus haut que le monde des rêves ordinaires, comme si la VIE, cette garce magnifique, lui faisait cadeau, entrouvrant les portes des mystères, le temps du temps arrêté, d’une fraction, d’un millième de seconde, d’un battement de ses cils recourbés, de son regard aimant d’amante, posé sur lui. Et le régénérait instantanément, le gavant d’énergie, avant que le combat, son combat pour sa petite vie à lui, continue.

Achille s’est réveillé en sursaut, et s’est surprit à murmurer, dans un hurlement doux, « mais que je t’aime, que je t’aime, diabolique salope » … ! Non, non, pas le Achille de cette histoire à dormir debout, non pas lui, mais Achille le désagrégé, le vioque en voie d’extinction, que guette, dans la nuit profonde de cet entre deux jours silencieux, la camarde à la faux sifflante. C’est qu’entre ses paupières à demi ouvertes, dans le hanap familier qui accompagne ses nuits de peu, brille la courbe brillante d’un pur rubis, que le rayon clair de sa nouvelle lampe de bureau perce à peine. Un de ces pinots d’enfer, grand consolateur de ses nuits délétères. D’une belle année, 2010, jeune comme il l’a été lui même, longuement carafé (le vin), du Domaine Escoffier, sis en Burgondie, terre bénie, un premier cru d’Aloxe Corton, « Les Chaillots ». Sous son nez, la plus belle fragrance fruitée qu’il a connu, desserre ses narines, une cerise pure, mi griotte, mi merise sauvage, à peau fine au ras du noyau, monte, magnifique, à baver sur ses braies. Une cerise, bien assise sur un panier de fruits rouges, cassis, framboises, qui l’exhaussent plus qu’ils ne la marient. De fines épices accentuent le relief délicat de ces épures de fruits. Le jus se faufile entre ses lèvres, un matière, puissante mais sans affectation, roule et s’enroule, graisse ses papilles, dépose la fraîcheur de ses tanins enrobés et mûrs, juste avant de basculer, glotte passée. Délices délicieux d’épices en liesses, de terre respectée, de terroir décliné, de raisins sublimés …

Dans les douves

Inondées,

De sa mémoire

Balbutiante,

Des lèvres ourlées,

 Ont souri.

 Sophie ?

EDISMOPERTICÉECONE.

ACHILLE TENDRE CANNIBALE …

egon_schiele_seated_couple_magna_postcard_1Egon Schiele. Couple.

 

Ils se tinrent cois quelques jours …

Histoire de ne pas attirer l’attention. C’est que le lendemain de cette nuit mémorable les mines étaient tirées au petit-déj. Les infirmières soupçonneuses veillaient et les dévisageaient tour à tour. Achille avait pu regagner sa chambre sans avoir à ramper dans les couloirs comme à l’aller. Les veilleuse, au petit matin, somnolaient dans leur local et c’est tout juste si Achille ne sifflotait pas en rejoignant sa cellule de moine. Le jour livide perçait à peine mais dans le cœur d’Achille c’était plein soleil. Allongé sur son lit, les yeux écarquillés, il dévalait en mémoire les courbes pneumatiques de Sophie, se glissait entre les plis tendres de sa géographie, se régalait des moiteurs qu’il déclenchait et buvait goulûment à sa bouche aussi désaltérante qu’une source en plein désert. Sa nuit de tendresse et de sauvagerie le laissait pantelant, assouvi et insatisfait à la fois. Il aurait aimé se réveiller à ses côtés pour lui murmurer à l’oreille des mots soyeux et voir éclore sur ses lèvres ce sourire timide qu’il aimait tant.

Sophie apparut dans la salle commune flottant dans un jogging informe, mais sous les tissus trop larges Achille devinait ses courbes attendrissantes. Sa démarche souple collait par instant le vêtement disgracieux à son corps, Achille retrouvait du coin de l’œil les paysages odorants qu’il avait parcouru du bout tremblant de ses doigts fureteurs. Elle avait relevé ses cheveux sur sa nuque et les bouclettes indomptables qui tortillonnaient sur sa nuque lui mettaient discrètement les larmes au bord des cils. Elle s’assit près de lui, se glissant sur la chaise sans lui jeter un regard. Sa cuisse chaude se colla à la sienne. Ils soupirèrent d’un même souffle. Sophie, tête basse et sourcils froncés, se mit à l’ouvrage et beurra avec sa méticulosité habituelles cinq tartines. Elle en glissa une, du bout des doigts, vers Achille qui la croqua joyeusement. Ce qui creusa un instant autour de la bouche charnue de sa belle deux ravissantes fossettes.

Une semaine passa …

Achille en profita pour vérifier la validité de ses stratagèmes. Plusieurs nuits de suite il bourra ses draps de couvertures qui dessinaient un corps «acceptable». Quand il entendait les pas feutrés des veilleuses il se glissait sous sous son lit. La porte s’ouvrait en silence et deux pieds chaussés de plastique rose s’immobilisaient au seuil de la pièce. Le cerbère respirait doucement un instant, scrutait la chambre obscure, mais n’entrait pas et refermait lentement la porte. C’était tout bon ! Sous le lit, le nez dans la poussière, Achille gloussait. Sophie et lui avaient convenu d’un langage crypté qu’eux seuls comprenaient. Au lieu de se parler en cachette à l’abri des oreilles indiscrètes, ils préféraient, comme des enfants joueurs, s’exprimer en présence d’un public. Cela renforçait leur plaisir. Un soir, au tarot Achille prononça la phrase tant attendue. Comme à l’habitude Sophie avait gagné les parties, elle avait une mémoire qui les sidérait tous. Achille reconnut sa défaite et la gratifia d’un élégant «T’es trop bonne ! » . Sophie lui fit ses yeux de plomb fondu et dressa vigoureusement le majeur de sa main droite vers le ciel. Ce geste grossier amusa la galerie qui s’esclaffa bruyamment, le message était passé, Achille cette nuit la rejoindrait.

Ce soir de pleine lune la clarté inondait les couloirs, Achille n’y avait pas pensé mais ce danger supplémentaire ne l’arrêta pas. Comme un légionnaire partant au combat il s’habilla naïvement de clair, pour mieux se fondre. Sous ses pieds nus le carrelage était glacé, il rampa sans bruit, faisant des pauses, se collant aux murs comme une affiche de peau. Son cœur battait un peu vite quand même. Le local éclairé était calme, il entendait les voix étouffées des veilleuses qui papotaient entre deux rondes. Il sprinta le long du bocal, tourna sur sa gauche et se blottit un long moment dans une encoignure. Au passage il avait donné deux grands coups de pieds dans les portes d’Olivier et d’Élisabeth. Qui se mirent à brailler comme deux martyrs sous les fers de l’inquisition. Il fallait toujours qu’il en fasse trop ! La porte du local s’ouvrit à la volée et les veilleuses en jaillirent, se bousculant presque, ventre à terre, en couinant comme des truies promises à l’abattoir. Olivier sortit de sa chambre en hurlant de terreur, Élisabeth grinçait des dents qu’elle n’avait plus, en appelant à l’aide, serrant entre ses bras de sauterelle anémique son baise-en-ville dérisoire. Achille s’enfonça dans le couloir sans plus se cacher. Quand il se glissa dans la chambre de Sophie elle souriait, nue, assise sur son lit.

Elle dressa le majeur de sa main droite vers le ciel !

A deux mètres de Sophie, appuyé au mur, Achille ne bougea pas. Il pleurait en silence. Tout à la joie de la retrouver il retardait le moment de la rejoindre, maîtrisait la bête qui grondait en lui et la regardait comme une image sainte. Des vagues de tendresse contenue lui traversaient le corps, de délicieux frissons couraient à la surface de sa peau que la fraîcheur de l’air ambiant n’expliquait pas. Il avait bien choisi cette nuit de pleine lune, les volets mal descendus laissaient filtrer entre leurs lames disjointes des stries de mercure fondu. A contre lune le corps de Sophie prenait un relief saisissant et la lumière rasante glissait en caressant sa peau délicate. Elle avait gardé ses cheveux relevés sous une pince rouge qui lui faisait un cou d’ibis, ses seins lourds se riaient de la pesanteur et la lumière luisait sur ses courbes pleines que la lune arrondissait. Leurs aréoles au regard divergent leur donnaient un air frondeur, avec juste ce qu’il fallait d’insolence pour lui plaire.

Sophie tendit la main …

Cette nuit là, si courte et si longue à la fois, ils bêtifièrent beaucoup, se comblèrent de caresses lentes, de baisers sans fin, de mots d’une autre langue connue d’eux seuls. A genoux sur le lit, sous la lune éclatante, ils se frottaient l’un à l’autre, les mains dans le dos, leur peau se frôlaient, ils éprouvaient, privés du secours de leurs doigts, des sensations nouvelles. Et cette privation volontaire du toucher décuplait leurs perceptions. Il leur semblait percer leurs peaux et leurs cœurs s’unissaient mieux que jamais, comme si leurs sangs se mélangeaient et couraient d’un corps à l’autre. Les odeurs étaient plus finement perçues, elles prenaient une épaisseur, un relief, une texture particulière. Et leurs regards passaient de l’autre côté du miroir des corps. Ils se sentaient totalement ouverts l’un à l’autre. Pour la première fois ils entendaient la musique des sphères.

Les deux voyageurs emportés par leur course aux délices finirent par se mordre avant que la nuit ne s’achève, les amours sont souvent simulacres d’absorptions consenties. Ils se quittèrent en ayant le sentiment de conserver au secret de leur solitude un peu du sang de l’autre. Tandis qu’il longeait les couloirs désertés, une tourterelle aveuglée par la lumière coruscante du soleil levant s’écrasa sur la vitre d’une baie. Achille sursauta, sur ses lèvres encore humides le goût du sang de Sophie prit un goût amer. Dans les circonvolutions de son cervelet, tapie, l’araignée hoquetait sous les vagues de sang vermeil chargé d’humeurs joyeuses qui l’étouffaient lentement. Ses crocs cherchaient en vain à dévorer la matière blanche onctueuse de son cerveau en joie. Plus que les molécules dont on le gavait à longueur de journée, l’amour, si fragile pourtant, paralysait le monstre.

Le petit-déj s’éternisait. Autour de la table désertée par les pensionnaires épuisés par cette nuit d’épouvante, Achille et Sophie, affamés, dévoraient à pleines dents le pain tendre. Face à eux l’infirmière-Chef les regardait, songeuse. Son regard allait de la morsure qui rougissait la joue de Sophie aux traces bleues qui marquaient les bras d’Achille.

Achille souriait béatement, attendant l’orage,

Dans les yeux de la matonne

Les nuages noirs du soupçon s’amoncelaient …

Dans l’obscurité de son bureau Achille le désabusé sourit sous ses paupières au souvenir de l’ancienne cène profane. Du temps où il partageait le pain avec son bel amour. Au sortir de sa plongée en mémoire profonde il peine à retrouver ses esprits, alors, patient, il laisse le grain fin de la peau de Sophie se déliter lentement, trembler puis se fondre dans la mer informe de la ressouvenance. Là où le temps brasse inlassablement les oublis. Sous le faisceau flave de sa lampe, endormi dans le berceau d’un verre aux flancs épanouis, le vin attend qu’il veuille bien. C’est que le pain de jadis appelle le vin de cette nuit, profonde comme la robe brillante de cet élixir que la lumière ne parvient pas à percer. A peine illumine t-elle au bord du disque une ganse violette, qu’une espérance rose frôle. Achille entrouvre les yeux et reprend contact avec ce présent qui fuit à toute allure quand montent vers lui les fragrances sapides du vin. Une cerise noire juteuse et mûre sous son manteau de chocolat crémeux piqueté d’épices douces, en vagues successives, lui caresse le nez. Puis, entre ses lèvres consentantes, le jeune jus de la « Cuvée Majeure » du Château Turcaud 2010 glisse, onctueux et tendre. Les fruits rouges explosent sous la poussée séveuse des épices riches et du poivre puissant qu’accentue et relance la fraîcheur enrobée de petits tanins gourmands. Un grand petit Bordeaux supérieur qui rechigne, bien plus que certains grands à quitter le palais conquis d’Achille.

Longtemps encore

Après que Sophie a disparu,

Le vin, fraternel,

Le console tant et plus …

 

ERÉMOGÉTINÉCORÉENE.

VIGNERONS DES TERRES SECRÈTES.

Variety-22515-0

Mâcon « Milly-Lamartine » 2010.

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme

Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ?… »

 Âmes secrètes, qui prenez les chemins détournés que la raison ignore, buvez donc de ce vin de plaisir, il charmera vos ailes dépliées, quand par les espaces obscurs vous cherchez vos sœurs éparpillées.

Or donc Mâcon, terres de calcaires arides, que la chaleur des étés inonde, qui portent les raisins des vignes de Gamay. Terres de Milly, secrètes, que le poète à chantées. Lamartine que les anges n’effrayaient pas.

Et ce vin qui ondoie, pur rubis clair, brillant que moire le ciel qui s’y reflète, lâche au nez épaté qui s’y plonge, les fragrances mûres de la merise croquante, de la groseille fragile, et des épices douces. Comme la main aimée qui court sur mon bras. Ouvrez large vos gueuloirs, amants des jus de fraîcheur, qui aimez à vous désaltérer d’un vin coquin qui agace les papilles, dont la chair souple, comme la peau ductile de la belle éloignée, charme vos âmes recroquevillées.

Au Zénith, le soleil obscur des intuitions fatales brûle les scories d’un hiver finissant. Dans le verre qui me regarde, je vous offre les charmes purs de ce vin qui ne ment pas. Et le voilà qui joue, sous mes narines gourmandes, le plaisir qu’il s’apprête à me donner. Aux plaisirs simples, je m’adonne, quand il glisse et joue avec ma langue incurvée. Il roule et s’enroule comme un serpent charmant, s’ébroue, enfle puis éclate, inonde ma bouche de fruits humides, d’épices, juteux du bonheur espéré.

Alors, tandis qu’au loin la belle se pâme sous l’aiguillon souple de son courageux bien-aimé, solitaire je me repais des tannins enrobés, plus fins que les bas qui enserrent le haut des cuisses des nymphes énamourées. Dans ma bouche conquise, comme la caresse d’un organsin, le vin défunt qui réchauffe mes os, me parle de la craie qui l’a porté.

 Enfin je lève mon verre vide, plein des arômes subtils d’un matin au jardin, là-bas, très loin, proche des Hespérides. Au couchant les nymphes reposent, et je souris.

JEAN MARC BURGAUD. RÉGNIÉ. « Vallières » 2011.

Sans titre 1

Mais que vient faire Madame de la Vallière en Beaujolais ?

 Mais rien. Du tout. Simple homonymie, ou presque. Mais je suis suis favorable au mariage pour tous, et particulièrement celui des homonymes, lesquels pour n’avoir pas le même sens, n’en sont pas moins pourtant proches … Rire discret.

 RÉGNIÉ, la plus jeune appellation de cette région souvent décriée, à faire de forts volumes de sauces insipides pour Japonais au bain, a vu le jour en 1988. Dernier cru de Beaujolais en date, enfin, il me semble.

 Jean Marc Burgaud, un vigneron qui fait de très bons vins, un des meilleurs de cette région des collines tendres.

Juste reçue, et déjà la bouteille a ploppé, après deux jours courts de repos. Dans le grand verre, le jus s’étale et ne semble pas s’étonner d’être ainsi versé dans un cinq étoiles, lui, pâle cousin de Gamay des nobles Pinots de Bourgogne, bien autrement révérés. Le roturier s’étale, fait la planche qu’il n’a pourtant pas connue lui, comme un pauvre Spartiate élevé dans une simple cuve.

Ceci posé, je regarde la jupe du vin, brillante de tout son grenat profond, proche des plus beaux zinzolins, finement gansée de carné au ras du disque. Déjà le plaisir monte, le premier sens est ravi. Le temps est venu d’y aller du blair. Enfin le mien qui est loin d’être « Libéral », tant la cupidité sans âme qui capte les profits et mutualise les pertes, m’est insupportable.

Mais il s’égare le “sale vieux”, direz-vous, et vous n’aurez pas tort sans pour autant avoir raison, puisque le vin se vend, s’achète et qu’il est parfois objet de spéculations acharnées … !

Alors il est temps d’inspirer franchement. Des fruits, des fruits, des fruits rouges, mûrs et éclatants, d’une très pure définition, framboise, cassis et groseille, me caressent l’appendice. Et bellement tant, que la salive monte en bouche. Bouche qui tremble un peu, pressée qu’elle est d’y mettre les lèvres.

La main a monté le verre, le jus frais a coulé, l’avaloir l’a reçu. Et le palais tressaille sous le toucher très doux de ce jus de Gamay. Une caresse de vin qui fait sourire le coeur, quand le jus enfle et roule en bouche son panier de fruits goûteux. Puis déborde, explose sous la poussée du fruit, que la fraîcheur de la groseille allonge tout du long, comme un chat qui se réveille (d’aucuns parlent de tension …). Même les papilles s’y mettent et frissonnent jusqu’aux poils des bras. Rires. Puis le vin bascule, la luette passée. Les fruits s’attardent en bouche, longuement, puis laissent place à la craie qui signe les tannins fins et enrobés. Et ceux-ci de me dire à l’oreille, avant de me quitter, que ce vin de plaisir gourmand peut encore voir venir.

Un vin qui frétille en bouche, bien vivant, n’en déplaise aux gardiens du temple des breuvages de pleine nature.

VINCENT CARÊME VOUVRAY …

“Le Peu Morier” 2010.

Vincent_Careme_Vouvray_Le_Peu_Morier_X50080525001

En ce lendemain de l’élection de François, restons dans le vocabulaire et le vin Chrétien. Rassurez vous, je ne vous infligerai pas le “HABEMUS” surexploité depuis hier soir … Vincent Carême (astuce) “Le Peu Morier2010 Vouvray.

Un fond de verre d’une bouteille juste épaulée, au ras du bas du cou, pour qu’elle prenne un peu l’air. J’ai beau tendre l’oreille, le nourrisson ne vagit pas.

Quelques reflets verts sur cette robe, qui n’a pour le coup rien de Cardinalice. Un nez de …. Chenin (oui comme ça, à l’aveugle) !!! Le nez plongé dans le calice qu’aucun Cardinal ne me pourra dérober, tant je le serre, je me régale : agrumes mûrs (c’est important, non, ça, mûr!), pêche (miraculeuse à cette époque de l’année) blanche/jaune, épices, dominées par le poivre plus blanc que la robe du Saint Père.

 Sous mes paupières closes monte une prière …

Hummmm (commentaire synthétique qui exprime le bonheur vécu quand le Saint esprit vous effleure de son aile), du fruit, des fruits, pêches d’ici, d’ailleurs et de vigne à nouveau. Mais dans un registre plus fin et puissant pourtant. Avec ce sucre, si léger qu’on croirait la Sainte Vierge sur son rocher. Ah Sainte Candi, mais que je t’aime ! Et comme je disais hier (à l’intention de Sainte Dany Rolland du Cameroun qui n’aime pas me mot « tension »), une acidité mûre sourd des fruits, et retend le jus. Puis les épices accentuent mon bonheur, très longuement, longtemps après que le Pape a prié pour vous tous …

 Merci à Vincent pour ce moment de totale Béatitude.

 PS : Je défie la “celle” à qui je dois d’avoir été traité de “sale vieux con” et qui n’a rien de commun, Dieu merci avec Dany Rolland, de pondre un petit truc comme celui-là, à la volée. Qui nous changerait de ses brossages de poils (de luxe) ordinaires.

 AMEN …

DOMAINE PIERRE LUNEAU-PAPIN « Terre de Pierre » 2010.

domaine-pierre-luneau-papin-muscadet-sevre-et-maine-sur-lie-terre-de-pierre-2010

Une robe d’or blanc que le gris du ciel touche à peine.

La pureté du jus est impressionnante, sur ses touches d’agrumes, de citron bien mûr, et d’étincelles de pétards un soir de 14 Juillet … Mais le bouquet prend une dimension supplémentaire quand la pêche blanche juteuse s’en vient ajouter sa pointe de fructose parfumée, puis qu’au bout de l’inspiration, quelque chose d’une pierre chauffée au soleil (à moins que Vulcain ne soit passé par là) l’achève.

Belle matière, ronde, charnue, de fruits mêlés, qui roule au palais, pour s’ouvrir et lâcher son citron superbe de précision, ses agrumes et leurs zestes, qu’une pointe de fine sucrosité tempère. Un vin à l’équilibre malgré sa toute jeunesse, comme un funambule sur sa corde tendue … Un jus qui charme les papilles et les titille ce qu’il faut pour qu’elles se dressent. Puis la fraîcheur perce la coque de fruits, étire le vin, lui redresse la queue avant qu’il ne sombre et réchauffe le corps. Dans la bouche désertée, le caillou s’attarde. Longuement. Mais bien avant qu’il ne disparaisse, la bouche conquise, dont le vin a finement salé les lèvres, retourne au verre …

 Un MUSCADET SUR LIESTerre de Pierre2010 du Domaine Pierre LUNEAU-PAPIN, sur un sol de Serpentinite d’origine magmatique qui fait grand honneur à son appellation.

ACHILLE ENTRE CHAT ET LAPIN …

Guido Mocafito. Nature morte au lapin.

 

Mais la vie n’est pas bangka fuyant sur l’huile des eaux calmes.

Le plus souvent elle est barcasse fragile roulant sur les vagues écumeuses des jours, esquif désorienté, maltraité par les fureurs rugissantes de la mer à l’aigre. Achille l’a, croit-il, bien compris. Petit bouchon de champagne il flotte, roule, plonge et remonte ; malmené par les vagues gigantesques qui le rudoient il ne coule pas. Il sait bien désormais que rien ne lui sert de se vouloir dur comme vieux teck sec, sauf à sombrer.

Ce matin Novembre fait son Avril, le ciel est pur, d’un bleu intense, luminescent. Les arbres que l’hiver rampant dépouille peu à peu sentent leur vitalité décroître et jettent leurs derniers feux. Jetés au hasard des forêts, les touches d’incarnat vif, les flavescences étincelantes, les marcs fondus qui peignent les feuilles trilobées des érables illuminent le pelage fauve et havane brûlé des bois de leurs flamboyances brasillantes. Comme un vieux volcan prit d’une folle et dernière ardeur dont les spasmes mourants raviveraient les laves depuis longtemps figées. Novembre est un menteur et Achille le sait ! L’automne 1983 est ainsi, qui a vu le Sauternais exulter.

Tout au bout de la rue, en son plein milieu, un lapin immobile corps en travers et tête tournée vers lui, le regarde. Il est environ quatorze heures, un linge blanc, albâtre translucide, voile lentement l’azur du ciel ; l’atmosphère phosphorescente est au changement de temps, l’humidité imperceptiblement gagne. Achille à l’arrêt rit en silence, ce lapin aux oreilles trop courtes n’est qu’un chartreux inquiet d’être ainsi surpris. Quand la pluie arrive, se dit-il, les chats ressemblent à des lapins. Il frappe le sol d’un coup sec et le matou, d’un coup de rein gracieux, se glisse dans une haie touffue et disparaît à sa vue. Achille est triste, il aimerait être ce lapin capable de se transformer à volonté, pour traverser la rue de sa vie présente et réapparaître incognito et libéré, dans un ailleurs tout neuf .

Le vent forcit, arrachant aux eaux agitées des brouillards d’eau pulvérisée qu’il emporte en tourbillons salés aux ventres des nuages noirs gavés qui alourdissent le ciel. Le bouchon, qui fut de champagne, glisse sur les vagues gigantesques qu’il remonte à toute allure pour retomber toujours plus loin, les tripes saignantes et le cœur entre les dents. Brutalement le ciel s’ouvre comme une mer rouge et des trombes d’eau tombent en flèches tièdes. Achille planté au milieu de cette foutue rue déserte est instantanément trempé. Les nuages se referment aussitôt, la pluie cesse tout aussi brusquement. Bleu, tout bleu, de suite le ciel est à nouveau bleu. Se pourrait-il que le temps reparte en arrière, que le chat au milieu de la rue refasse son lapin puis que ça recommence, encore et encore ? La rage l’étouffe mais la vie s’en tape, un sentiment d’impuissance l’écrase au sol, il a beau se débattre rien n’y fait, la vie est plus forte que lui, il ne sortira pas de ses rails ! La liberté n’est qu’une invention de philosophe rêveur, Achille est pétrifié par l’évidence. Pas plus que les arbres il n’empêchera ses feuilles mortes de tomber qui repousseront ensuite, jusqu’à ce qu’il pourrisse sur pied, un jour, un soir, une nuit, va savoir ! Ou que la foudre le décapite un matin qu’il ne s’y attendra pas. La nécessité est plus forte que le hasard, Achille se sent pion dans l’ordre des choses qui le dépassent et lui échappent.

En ce jour du lapin-chat il ravale sa suffisance, son insolence de gommeux, son petit ego qui lui crevait les yeux se dégonfle sous la pluie froide et, nu sous ses vêtements mouillés, Achille tremble plus de rage que de froid. Un tourbillon de feuilles mortes qu’entraîne le vent qui s’est levé, l’entoure. Sur les trottoirs pas un arbre n’a bougé.

Depuis ce jour, il lance des pierres aux chats de rencontre mais n’a plus jamais tiré un lapin de passage.

La nuit qui suivit fut nuit de garenne, de courses échevelées dans un paysage d’après l’Apocalypse, fumant et minéral, derrière un lièvre fuyant qu’il ne rattrapait jamais. Il avait beau hurler «Lapin attends moi, je ne veux que te sauver des fous qui veulent te mettre dans leurs casseroles !», celui-ci détalait de plus belle et ses zigzags foudroyants le faisaient souvent choir comme chiffe molle. Il s’accrochait pourtant, saignant et chuintant comme un soufflet de forge, les jambes en sang, les yeux hors de la tête. Derrière lui les poursuivants armés tiraillaient et gagnaient du terrain. Au détour d’une combe abrupte un chat gigantesque surgit, tous poils hérissés, crachant et feulant, négligea Achille et fit barrage aux assaillants. La mitraille s’intensifia. Achille entendit les cris de douleur de l’animal et le bruit sourd des impacts dans la fourrure épaisse. Le lièvre stoppa net et se retourna, redevenant le lapin-chat de l’après-midi ; Achille, à bout de force et de souffle en fit autant. Non loin d’eux sous les volutes de poussière, au cœur cette nuit blême qu’éclairait une lune rousse cyclopéenne, l’énorme masse du chat, immobile désormais, lui tournait le dos. Comme un mirage au désert le lapin trembla, sa silhouette se dilua lentement pour disparaître au bout d’un dernier soupir. Le chat rapetissa, retrouva sa pelisse de l’après-midi, s’allongea en ronronnant doucement, regardant Achille de ses yeux d’ambre. Puis se mit, langue crissante, à sa toilette. Le paysage terre de sienne était vide, ni cadavres, ni pétoires, le chat était indemne. Achille eut beau chercher de tous côtés, rien, il ne trouva rien, que des pierres coupantes au flanc des talus et la poussière soulevée par ses pas. Il crut devenir fou.

Puis le jour se leva instantanément sous un soleil ardent.

Et le ciel est pur, d’un bleu intense, la rue est vide qu’aucun lapin-chat ne traverse … Il lui semble voler dans l’enfilade de la rue, il a beau regarder de tous côtés, il n’est pas là non plus.

Au réveil de cette nuit troublante, Achille pria Freud en pensée et regretta qu’il fût mort si tôt, ou plutôt qu’il fût lui même né si tard. Car il avait beau revivre son rêve, encore et encore, scène après scène, il n’y comprenait rien. Cela le mit dans une forte colère, une de ces colères latentes, une de ces rages qui couvent sous le sourire ; il ressentait bien comme une effervescence intérieure plutôt inhabituelle mais il ne savait pas que c’était cette lèpre rampante qui le consumait lentement et lui gâchait ses heures, ses jours et ses nuits plutôt bleues entrecoupées d’insomnies récurrentes. Au bout de quelques jours il finit par comprendre que ce rêve à l’interprétation résistante l’agaçait en sous main ! L’image du bouchon de champagne fragile, malmené par la mer démontée, lui revint en mémoire. Il rit, amèrement, peu fier de lui, mais il rit et se mit en configuration liégeuse. Ce qui l’apaisa sans résoudre le mystère. Mais dans les méandres de son cerveau, de son cervelet ou de son inconscient, l’étrange rêve faisait son chemin, ouvrant des portes, en fermant d’autres, le transformant si lentement qu’il ne s’en apercevait pas.

De la clepsydre,

L’eau du temps

S’écoulait lentement,

Et dans son coeur, l’hydre

Avait encore des dents …

Sur le bureau d’ Achille le décharné, un lièvre est passé en courant quand il a mis le nez au bord de son cristal perché, fragile sur sa tige gracile. Comme à son habitude, perdu dans la nuit du temps et de ses souvenirs, le fumet léger échappé du verre à peine versé lui a pris le coeur et voilé le regard. Alors Achille, sous la lumière ambrée de sa lampe a sombré. Au profond du passé surgi de « Les Évocelles », l’étrange lapin-chat à déboulé du creux de ce vallon de Gevrey Chambertin. Dans la bouteille du millésime 2010 du Domaine des Tilleuls il était tapi, attendant sagement qu’Achille le débusque. Puis il a bondi, entraînant Achille dans son sillage odorant, pour disparaître, à peine humé. Après une longue aération, alors que l’animal se perdait dans la pénombre, la pivoine, la rose, le sureau et l’églantine se sont échappés en fragrances légères de la robe grenat du vin. La cerise burlat, le cassis, la framboise ont pointé le bout de leurs chairs mûres ; en second rang, dans un léger nuage fumé, presque lardé. L’élégance olfactive et la précision des arômes arrachent un sourire aux lèvres crispées d’Achille qui ferme les yeux, renvoyant l’évocation de son rêve ancien aux gémonies avant de porter la bouche au buvant du verre. La fraîcheur de l’attaque lui plaît, le vin en bouche affirme sa présence, donne à aimer la finesse de son toucher puis fait le gros dos, belle matière qui s’étire ensuite et libère ses fruits. C’est un ru de fruits rouges et d’épices douces, marqués par le noyau de la cerise, qui roule dans sa bouche, s’ouvre sous l’acidité impatiente de sa jeunesse, qui lamine le jus comme le fait un chat au réveil. Achille rouvre les yeux tant ce vin au parfait équilibre, fin et élégant, l’émeut. Gourmand il le garde longuement au bord de l’avaloir, le mâche, le croque, le fait gicler sous la langue, le monte au palais, jusqu’à qu’il se soit entièrement donné. Avant de l’avaler à regret. Le vin s’en va, dévale son gosier mais lui laisse un peu plus que longtemps au palais sa marque, son empreinte, ses tannins ciselés, la légère amertume du noyau de la cerise et son grain de sel au coin des lèvres.

EFÉMOLITINECONE.