TORQUEMADA IVRE.

Le Torquemada torturé de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Sur les terres infestées le soleil effrayé,

L’œil crevé du Cyclope, désolé, a sombré.

Torquemada ivre, les goupillons sanglants

Ont hurlé au ciel pâle le nom sali d’un dieu

Sourd comme une roche dans le profond des cieux.

Les corps blancs éventrés, éviscérés, béants,

La terre brune a rougi, le soleil délavé

A juré sur sa vie de ne plus se lever.

—-

Sur les eaux rugissantes le soleil est tombé,

Dans les cœurs la folie s’est emparée des âmes

Ivres de joie noire des hommes aux mains coupées,

Dans les déserts brulants où régnait Abraham,

Comme le vent aux yeux vairs la mort s’est engouffrée.

Le silence implacable comme une lame forte

La vie a disparu, les eaux de la mer morte

Ont glacé le soleil, sa lumière a fané.

—-

Le ciel bleu d’azur pur s’est chargé de vautours,

Des nuages de feu, comme des culs de four

Ont embrasé les anges qui volaient alentour,

Des dragons en furie ont surgi des enfers,

De leurs gueules écarlates les laves des volcans,

Mêlées aux pluies acides, aux tempêtes de sang,

Ont dévasté les airs, le ciel devenu blanc

A déserté la terre et le soleil mourant.

Commentaires
Réagissez