Littinéraires viniques » Christian Bétourné

LES JUMEAUX.

Elise Eid le secret des jumeaux 2

Elise Eid. Le secret des jumeaux.

—-

Le premier poussa le bout de sa tête à sept heures précises le sept juillet mille neuf cent quatre vingt sept. Un chevelu à poils noirs. Il en avait même sur les joues. Surprise la sage-femme se contint, ne pipa mot, accompagna le bébé gluant d’humeurs sanglantes, le récupéra en souplesse quand il émergea complètement du ventre de la femme qui haletait en poussant des petits cris de douleur et de joie. Elle coupa le cordon, enveloppa le nouveau né dans un linge blanc et le déposa dans les bras dodus de l’assistante. Et d’un se dit-elle en s’épongeant le front. Elle encouragea la mère en sueur, lui parla doucement en attendant qu’elle reprenne son souffle. Quelques minutes plus tard les contractions reprirent, de plus en plus proches, intenses, insupportables. Margarita épuisée se remit à souffler, sa bouche en cul de poule sifflait à chacune de ses expirations. L’image d’un coureur cycliste escaladant le Ventoux traversa comme un éclair inopportun l’esprit de la sage-femme, dont le visage luisant aux sourcils froncés penché sur le tunnel béant, s’éclaira d’un sourire proche du rictus quand le second sortit presque d’un coup de l’antre de sa mère. Un bébé plus petit, maigrelet, aux attaches fragiles, un nourrisson chauve à la peau plus plissée qu’une poire tapée. Et voilà, il était quatre heures précises, l’affaire était bouclée. Soulagée elle aussi l’accoucheuse reprit sa respiration et s’essuya le visage. Elle dut s’y prendre à plusieurs reprises pour déterminer le sexe des nourrissons. Sans véritable certitude elle décida que le second était un mâle et le premier, une première. Un mâle chétif et une femelle costaude. Les deux furent essuyés, lavés délicatement, doucement déposés dans les bras de leur mère dont les yeux cernés injectés de sang regardaient en pleurant sa double progéniture toute neuve. Maria et Marco étaient nés.

La petite se jeta sur le sein droit de sa génitrice en pompant goulûment, tandis que le garçon suçotait le sein gauche sans enthousiasme ni beaucoup d’efficacité. Pleine à ras bord, les lèvres dégoulinantes, la petite poussah s’endormit. Le garçon lui pleura comme un chat de gouttière. Les aides soignantes se trompèrent, elles habillèrent de bleu la costaude et de rose le gringalet. Ce qui fit rire tout le monde. Sauf Margarita qui grogna un peu.

Maria ne supportait pas les bébés garçons, elle leur arrachait les cheveux et les griffait. Seul Marco était épargné, elle le serrait à l’étouffer en gazouillant des bulles. Lui devenait rouge, hoquetait, mais se laissait à moitié étrangler en lui lançant des regards énamourés. Il la suivait comme un chiot peureux et cherchait sans cesse sa protection. Quand il la caressait en bredouillant Maria se laissait faire en souriant. Il l’avait en totale vénération. Ils grandirent. Marco évitait les filles, elles le brutalisaient, leurs gestes incontrôlés l’effrayaient, il pleurait, appelait Maria, elle remettait de l’ordre en baffant la mouscaille à tour de bras.

Ils venaient d’avoir trois ans. Maria poussait comme un Saguaro au désert, Marco le malingre lui arrivait à peine au menton. Leur relation était étrange, d’une puissance bien supérieure à celle des jumeaux ordinaires. La parole n’était pas leur fort, mais ils pouvaient passer des heures à se regarder en souriant comme des ravis, dans ces moments ils ne supportaient pas d’être dérangés, Margarita le savait et s’employait à écarter tous ceux qui voulaient s’y risquer. Un après midi, dans le square du jardin public proche de la maison, Marco et Maria s’étaient arrêtés de jouer dans le bac à sable. Assis l’un en face de l’autre, ils ne bougeaient plus, hypnotisés, béats et silencieux ils se dévoraient des yeux. Autour d’eux les enfants couraient, le sable volait, ça criait, ça pleurait, ça courait se réfugier dans les jupes maternelles, quand un petit bonhomme à bille de lutin vint s’asseoir entre les jumeaux. Il ne fit que cela, couper le regard qu’ils partageaient. Fort heureusement Margarita veillait, elle eut juste le temps d’arracher l’enfant aux griffes et aux dents de sa doublette ! Elle s’excusa platement auprès de la maman du bambin qui s’en tira avec le début d’une morsure au bras gauche et une poignée de cheveux arrachés.

A dix ans Maria en faisait bien quinze, elle était grande, forte, taillée comme une haltérophile, elle avait un visage ingrat aux sourcils épais, un nez busqué, des lèvres rouges épaisses, des yeux de charbon, son regard impressionnait les garçons qui l’évitaient, les filles, elles, lui souriaient volontiers, mais elle les rudoyait tant que les pauvres petites, écartelées entre l’attraction que Maria exerçait et la peur qu’elle leur inspirait, finissaient par l’éviter. C’est que Maria avait la main leste et frappait lourdement pour un rien. A l’école personne ne s’en était aperçu, la drôlesse cognait à l’ombre du préau, hors de la vue des autres enfants, et les petites victimes n’osaient pas se plaindre. Seul Marco échappait à ses foudres, il pouvait tout se permettre, elle acceptait sans broncher sa voix aigüe qui hurlait à tout bout de champ, ses chicaneries comme ses reproches incessants. Marco était jaloux de tout, des regards de Maria sur d’autres que lui, et surtout de toutes les filles du monde. Seule Margarita était épargnée et les deux enfants portaient à leur mère, pourtant avare en caresses, un étrange amour, à la limite de la dévotion.

Le père, dont les enfants ne connaissaient pas même le prénom, avait disparu. Sitôt l’insémination terminée, sans avoir pu pénétrer complètement la pucelle qu’il avait chopée entre deux bières et trois pastis, ni même prendre du plaisir, sans le moindre mot l’affaire avait été bâclée. Titubant, il avait alors remonté son bas de jogging et s’était dissout dans la nuit profonde. Un soir de quatorze juillet, un peu saoulée par un demi verre de bière, Margarita s’était faite honorée derrière l’église, comme ça, en deux temps trois mouvements. A vrai dire, elle n’avait qu’entraperçu le visage de son dépuceleur à la casquette vissée sur la tête. L’étreinte fugace du garçon ne lui avait laissé aucun souvenir, sa mémoire avait bafouillé comme si rien n’était jamais advenu. Mais les jumeaux, eux, étaient bien réels ! Cette aventure furtive n’avait en rien aigri le caractère de la jeune fille d’alors qui s’était contentée de bannir les hommes de sa vie. Elle aimait sa doublette et n’aimerait jamais qu’elle.

Marco à genoux dans la poussière de juillet crachait du sang. Devant lui les trois garçons ricanaient, le traitaient de pédé rose, de tafiole de merde, de petite fiote, d’enculé de sa race. Lui ne pleurait pas, la tête basse il attendait. Un coups de pied lui écrasa le ventre, il cria et vomit un jus acide, les autres riaient de plus belle, s’encourageaient, faisaient de grands gestes et l’insultaient plus encore. Allongé maintenant sur le ventre, le visage maculé de terre et de bile, Marco ne bougeait plus pour échapper aux coups. L’un des trois garçons lui arracha ceinture et pantalon, puis les trois le violèrent tour à tour. Il avait seize ans, certes il ondulait en marchant, avait la voix un peu haute mais jamais un garçon ne le troublait. Les filles aussi l’indifféraient. Il ne comprenait pas pourquoi ces trois là s’acharnaient ainsi sur lui qui ne les connaissait même pas avant de les croiser par hasard ce soir sous ce pont. Ses agresseurs finirent par se lasser. Deux crachats plus tard ils n’étaient plus là. Heureusement ils n’avaient pas trouvé son portable qui avait glissé dans l’ombre, loin de lui.

Maria avait déboulé dès qu’elle avait reçu le texto de son frère. Assise dans la poussière elle avait grossièrement nettoyé les plaies de son visage en miaulant et le léchant comme une chatte. Puis elle l’avait porté sur son dos jusque chez eux. Maintenant elle le rassurait. Assise en tailleur sur son lit, elle le tenait, assis de face et contre elle, le serrait, chantonnait à son oreille une mélopée étrange qui ne ressemblait à rien. De ses mains elle lui caressait le dos de haut en bas, il se calmait, elle sentait ses muscles se détendre sous ses doigts, son souffle s’apaisait, son cœur ralentissait. Maria s’appuya contre le mur, Marco s’écrasa contre elle, ils s’endormirent enlacés.

A partir de ce jour, dès la mère assoupie, Marco se glissait discrètement dans la chambre de Maria, se coulait contre son flanc, l’entourait de ses jambes, nichait sa tête dans le creux de son épaule, posait ses mains sur sa poitrine plate et s’endormait en la respirant. Le temps passa, ils ne changèrent rien à leurs habitudes.

Un matin qui ne fut ni beau ni laid ils eurent dix huit ans.

Pour eux le temps semblait arrêté, leur apparence changeait mais c’était comme si, venant de loin et allant nulle part, ils n’étaient pas pressés. C’était comme s’ils savaient confusément qu’ils n’étaient plus loin d’atteindre la plénitude, cet étrange et rare état qui les réunissait et les unissait à la fois.

La grande fille costaude travaillait dans une blanchisserie industrielle où sa force physique et sa résistance faisaient merveille. Elle boulonnait autant qu’elle le pouvait, acceptait toutes les taches, même les plus éreintantes, multipliant les heures. A elle seule elle nourrissait la famille. Marco, de santé fragile, teint pâle, joues creuses et poitrine de poulet, brulait le peu d’énergie dont il disposait à simplement vivre. Maria, née la première, s’était gavée dans le ventre de la mère et n’avait laissé à son jumeau que peu de nourriture et de place, c’est ce que Marco disait à l’oreille de sa sœur, la nuit quand ils ne dormaient pas. Quand il se réveillait le matin ou à minuit, au même moment Maria ouvrait les yeux, et tous deux riaient silencieusement aux larmes. Marco disait aussi qu’ils n’avaient qu’un seul cœur, coupé en deux, et que par chance Maria avait reçu le plus gros bout. Ils en riaient à mourir. Maria se jetait sur son frère et le couvrait de baisers. Le maigriot roucoulait comme une tourterelle heureuse et lui en rendait mille. Il aimait surtout lui mordiller les oreilles tandis que Maria préférait lui sucer les joues au sang. L’autre geignait mais se laissait faire. Alors elle lui léchait le visage, le cou, les bras, le torse, la poitrine et le ventre. Marco lui rendait le plaisir qu’il prenait, mais il préférait mordiller la pointe des seins qu’elle avait plus concaves que convexes, deux seins qui se résumaient à deux gros bouts, deux tétines dont il se régalait sans jamais se lasser. Quand elles étaient au bord du sang, Maria le repoussait doucement.

Le garçon sortait très peu. Etrangement il attirait les ennuis. Certes il avait quelque chose de « féminin », mais il n’était pas le seul à se vêtir de rose fluo, de fuchsia et autres arcs-en-ciel fulgurants, à onduler comme un lézard. D’autres que lui parlaient haut, jacassaient à tue-tête, s’habillaient comme des filles, pourtant c’était vers lui que les regards se tournaient, vers lui que les insultes fusaient et trop souvent sur lui que les coups s’abattaient, comme si le sort aux yeux de glace s’acharnait sur lui

Une nuit qu’à l’extérieur l’air était glacial, le vent sifflait dans les volets frissonnants, Marco endormi gémissait en claquant des dents. Malgré le sommeil profond dans lequel elle était engluée, Maria, au travers des brouillards de sa conscience amoindrie, l’entendit. Elle ne se réveilla point pour autant mais se mit à chanter. Un chant, une scansion plutôt d’une seule voyelle, le « o ». Sa voix partait d’en bas, du fond de son être, de son ventre, c’était un chant grave qui allait tremblant et qui montait au médium puis redescendait, toujours vibrant, pour repartir au profond et remonter un peu plus haut que précédemment. Une modulation sur un temps court qui culminait sur une note puissante et brève qui retombait brutalement dans les basses. Puis ça recommençait. Ce « o » grave qui balançait et gravissait lentement les tons pour arriver à l’aigu faisait trembler la voix de Maria, et cette vague sonore pénétra Marco jusqu’à l’âme. L’écume du chant le caressa. Et l’âme du garçon reconnu l’âme de celle qui était aujourd’hui sa sœur et qui était sienne aussi. Alors il s’apaisa, son souffle reprit son cours normal, ses membres se détendirent. Maria dormait toujours.

Le Vingt deux Décembre deux mille sept en milieu de nuit, Margarita en plein sommeil s’envola vers les espaces inconnus, les jumeaux depuis peu avaient vingt ans. Ce départ brutal les affecta si fort qu’ils ne pleurèrent pas. Mais il les rapprocha plus encore.

Marco assurait la marche de la maison dans tous les domaines, Maria s’échinait un peu moins au travail. A deux ils se contentaient du minimum, restaient le plus souvent confinés chez eux. Toujours proches l’un de l’autre, toujours en contact physique, une main, un doigt, une épaule, une jambe, un pied, quand ils ne le pouvaient pas pour l’une ou l’autre raison, il fallait bien, au bout de cinq minutes au plus, qu’ils partagent un long regard silencieux. Ils se suffisaient à eux deux, Maria n’avait pas d’amis, à peine échangeait-elle deux mots avec ses collègues de travail, guère plus. L’âge adulte ne l’avait pas embellie, aussi les hommes ne la sollicitaient pas, plus que ça ils l’évitaient, quelque chose en elle les repoussait. Marco le claquemuré se faisait livrer tout ce dont ils avaient besoin à domicile, et du fait des nouvelles commodités numériques, il n’avait plus besoin de mettre le nez dehors. Sa santé en pâtissait, il était blanc comme une hostie, avait un physique de premier communiant souffreteux, limite anorexique, bien qu’il mangeât normalement. Avec ses cheveux de paille sèche, ses yeux aux iris décolorés, sa peau de lait fripé, ses os saillants, il aurait pu faire pitié s’il n’avait eu ce regard intense, d’une puissance telle qu’à trop le regarder on finissait à demi ébloui. Seule Maria pouvait soutenir cette lumière si vive, ses escarbilles noires s’en nourrissaient.

La petite maison avait été vidée de l’inutile, ils avaient tout donné à Emmaüs, les pièces étaient vides, au sol des tapis blancs, quelques coussins gris, aucun souvenir de Margarita, ni meubles, ni bibelots, un lit pour eux deux dans la seule chambre occupée, quelques ustensiles de cuisine, quatre assiettes, quatre verres, quatre couteaux, quatre fourchettes, quelques affaires de toilettes, une seule brosse à dents, une seule serviette de bain … le strict nécessaire. Sparte sur Seine. Outre ce dénuement, ils ne parlaient quasiment plus la langue des hommes, ils avaient la leur, faite de bruits de bouche, de claquements de langue, de rires pouffés, de sons simples, rauques, doux, gutturaux, mais toujours articulés à voix très basse. Une langue soufflée, murmurée, chaque son émis pouvait correspondre à plusieurs minutes de langage humain, une langue, la langue la moins parlée au monde, mais la lumière particulière qui éclairait la pièce quand ils échangeaient semblait appartenir à un ailleurs, bien loin de l’ordinaire bruyant et extraverti des hommes.

Bientôt ils n’allumèrent plus la lumière électrique, pas même le soir, mais des bougies, partout des bougies blanches, au milieu desquelles, perdues, quelques rares cires de couleurs vives rompaient la pureté de l’ensemble.

On pourrait penser qu’ainsi ils survivaient, mais non, ils vivaient pleinement, intensément, comme les deux faces d’une même entité. Au fur et à mesure que les années passaient ils devenaient insécables.

Ce fut la nuit de leurs trente ans, au cœur de l’hiver, un vingt neuf février, que la chose arriva. C’était nuit de pleine lune, l’astre, gibbeux ce soir là, éclaboussait la terre de sa lueur blafarde, les rues des villes étaient ombres totales et lacis de lumière blême, quelques chats éplorés se glissaient dans les jardins, le silence, par instant, était brisé par la violence de leurs combats.

Comme toutes les nuits, les jumeaux dormaient dans les bras l’un de l’autre, Marco dans le cou de sa sœur, les deux jambes à demi repliées enserrant la taille de sa bessonne, bredouillait des bulles de peur, son corps se crispait, tressautait par moment, la peur l’habitait. Maria se mit à psalmodier longuement son mantra habituel, le garçon se calma puis ne bougea plus.

Il ouvrit les yeux pour ne plus les refermer.

Au réveil Maria pleura tout le jour, la nuit suivante elle étendit Marco au milieu des bougies, le dénuda et ne fut aucunement surprise, pendant qu’elle lavait et oignait le corps d’huile parfumée, de constater qu’entre les jambes de son jumeau il n’y avait aucune trace de sexe et d’attributs masculins. Le pubis était lisse, imberbe, la peau était blanche, presque translucide, elle nettoya l’entrejambe du nombril à l’anus qu’elle huila tout autant. Elle sourit, ils étaient identiquement conformés en tous points, tous deux étaient libres.

Maria se déshabilla, se baigna, s’oignit de la même huile odorante, elle ouvrit le cercle des bougies, en rajouta autant qu’elle le put. De part et d’autre de leurs têtes elle disposa deux chandeliers à sept branches. Dans la grande pièce vide, côte à côte, au milieu du cœur éblouissant, au centre de cette clairière de lumière, ils reposaient. Maria prit la main de son jumeau dans la sienne et mourut en souriant à l’instant où elle ferma les yeux.

Le lendemain, dans les décombres calcinés, les pompiers ne découvrirent rien, aucun reste humain, pas la moindre poudre d’os. Les autorités, perplexes, n’ouvrirent pas d’enquête. Plusieurs années durant, le vieux solitaire excentrique de la maison d’en face raconta à qui voulait l’entendre, que tous les vingt neuf février il entendait la nuit un chant étrange, une mélopée grave et douce à pleurer qui l’empêchait de dormir.

C’est un vieux fou, pas bien méchant, qui agace les braves gens du voisinage avec ses histoires idiotes de jumeaux fantômes.

LE POULPE.

13838619_10206668816304565_836034454_o

La De et sa salade de poulpe.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Poulpinet, dit maman, reviens vite petit gnome !

La mer est dangereuse, tu vas te faire croquer,

La murène perverse, le mérou grasses lèvres

Te guettent ces voraces et que dire des hommes !

En salade, aux échalotes, c’est parfait

Et en fin de repas, un bon fromage tout frais !

—–

Poulpinet s’en fout bien il ne pense qu’à nager

A rejoindre Poulpinette cachée dans les rochers

Ils s’amusent comme des fous, ils font les aviateurs

Foncent à tire d’eau avec leurs réacteurs

Les poissons clowns ont peur, les anémones frissonnent

Quand ils voient débouler Poulpot et sa championne !

—–

La mer est à l’étal, septembre est arrivé

Les derniers vacanciers ne pensent qu’à bronzer

Le sac et le ressac chantent l’été indien

Dans les bars les restos on entend Jo Dassin

Zizounet sur le sable n’en peut plus de dorer

Il ne rêve que d’une chose, de chasser le requin.

—–

Zizounet le blaireau sous sa combinaison

Souffle comme une forge sous le soleil de plomb

Il agite ses palmes ses mains au bout des bras

Sous son masque embué il tête le tuba

Et regarde tout en bas les reflets animés

Des poulpes virevoltant tentacules enlacés.

—–

L’enfant n’en revient pas du spectacle qu’il voit

Une salade de poulpe des pommes et des noix

A table ce midi et ce serait bombance

La flèche de son fusil est partie sans un bruit

Les deux poulpots percés par le trait assassin

D’un seul coup sont tombés dans le fond du bassin.

ALLONS PAR QUATRE CHEMINS.

Quand la De fait son Aztèque.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Étrangement ils me sourient, et leurs médailles

Épinglées aux poitrails de leurs destriers –

 Le sang coule sur leurs flancs – battent et se chamaillent.

Tous les fiers chevaliers aux yeux exorbités.

–—

Allons par quatre chemins qui ne mènent à rien,

Voir si mal ce qui palpite au fond des âmes,

Cueillir les fleurs béantes des jardins disparus,

Boire à la source impure des géants et des nains,

Recommencer – que cela ne cesse – encore,

Toujours, de l’aube au creux des nuits de seiche,

Quand Zemon, apuré, se bat contre les ombres,

Les siennes, les miennes et celles des terres

Foulées, meurtries, par les guêtres et les êtres,

Les quatre chemins des destins, moins que rien.

–—

Du bien haut des cieux que rien ne retient,

Tombent en grappes molles les âmes en essaim,

Abeilles aux corps légers, vibrations de cristal,

Nul ne voit jamais ; ils ne pensent qu’à dévorer

Les petits hommes outrés, poudrés, enflés, comme

Les blés couchés sous les orages, si violents

Que les femmes accouchent, douleurs des morts-enfants.

Mais au-dessus des colères en épaisses coulées,

Au cœur rouge de la terre, au fond des enfers,

Tout là-haut, près des dieux, des anges et des heureux,

Se rejoignent bien au-delà, seins ennuagés,

Courbes délicieuses, la douceur des peaux,

Les ombres cachées, creux de l’aine, boules de vie,

Lumières voilées des amours tendres dévadorées.

–—

Amandes douces, le jus coule sur la mousse,

Quartiers tranchés, cols coupés, zeste de rousse,

Tissus au vent, zéphyrs marins, dansent les reins,

Caps venteux, détroits ombreux, foutre de roi,

Là, sur les draps brodés, des corps comme du lait,

Enlacés, emmêlés, serpents, écailles dorées,

Le soleil a passé, de l’aube aux yeux fermés.

–—

Tout est faux qui tranche tout ce qui sonne vrai,

Viens t-en là, toi et traverse en riant les rais

Des soleils éteints sur nos vies dépassées …

LE RÊVE DE LOTHAIRE.

romanesco

Fractal vegetable – Par Rum Bucolic Ape sur flickr – licence CC BY-ND 2.0.

—-

Texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

D’un geste, aussi sec que précis, Lothaire poussa la porte et entra dans la boulangerie bondée. Noël approchait et cela se sentait. A la différence des jours ordinaires, l’atmosphère y était plus détendue. Les clients souriaient, certains se parlaient, d’autres plaisantaient avec la boulangère. Cette femme replète, souriante, affable, prenait son temps, répondant à l’une, plaisantant avec l’autre. La boutique se remplissait mais personne ne récriminait, les gens attendaient, se sentaient bien, il faisait chaud, l’air embaumait la farine fraîche, la crème pâtissière et les viennoiseries au sortir du four. Le boulanger arriva. Vêtu d’un short sans âge, d’un marcel fatigué, les bras et le nez blanchis par le froment, il portait d’une poigne solide une grande panière pleine de baguettes chaudes. Et l’odeur du pain frais, à la croûte craquante, du pain cuit à point, un mélange de farine, de levure, de noisette grillée, se répandit dans l’air, submergeant l’odeur des corps propres du dimanche matin, les fragrances lourdes des déodorants et des parfums capiteux.

Dans la bonne humeur générale, Lothaire, visage fermé, le corps un peu crispé, semblait aussi à l’aise qu’un glaçon dans une bassine d’eau chaude. Autour de lui, instinctivement, les clients s’écartaient légèrement, de sorte qu’il était le seul à bénéficier d’un espace conséquent. Le boulanger, dont les pommettes rouges perçaient le visage enfariné à la façon d’un clown blanc débonnaire, lança un bonjour sonore à la cantonade. Une vague de réponses chaleureuses lui répondit et les visages s’éclairèrent un peu plus encore. Seul le glaçon ne réagit pas. Autour de lui, un peu gênés, on grimaça mais personne ne dit mot.

Lothaire était entré dans l’âge des douleurs installées, sa main droite tremblait fort quand il la libérait, Parkinson gagnait du terrain. Son septième lustre était derrière lui depuis cinq ans, sa silhouette avait perdu de sa droiture, la pesanteur devenait plus forte que son caractère, la vie le courbait. Derrière les apparences physiques, son caractère inflexible demeurait et s’accentuait même, son peu d’appétence au spontané, alliée à son goût excessif pour les règles et règlements, allaient en s’aggravant. De l’inflexible il passait à l’acariâtre. Avec son collier grisonnant un peu plus dru au menton, il avait tout d’un directeur d’école du temps passé, des années blouses grises, quand la règle cinglante faisait saigner les doigts.

Il posa un euro sur le comptoir et d’une voix forte, mince et coupante, sans un bonjour, le regard dans un ailleurs sinistre, il lança sans plus de s’il vous plaît : « Une tradition ! ».  La boulangère le salua ostensiblement, le servit puis épela presque son merci. La boulangerie se taisait. Lothaire se tailla un passage vers la sortie sans regarder quiconque, sans un au-revoir il ouvrit la porte d’un geste brusque et sortit violemment. Le caquetage reprit derrière la vitrine embuée. Quelques personnes chuchotèrent des propos désobligeants.

La pièce était dans la pénombre en plein jour. Certes, le ciel couleur de suie n’arrangeait rien mais la teinte marron brûlé des murs, contre lesquels s’adossaient de lourds meubles Henri II, mangeait la lumière fusse t’elle de plein soleil, si bien qu’il faisait jour d’hiver même en été. Sur un coin du bureau de chêne noir aux pieds torsadés reposait une bouteille d’un whisky de marque au trois-quarts vide, ainsi qu’une soucoupe de glaçons noyés dans leur eau.

Lothaire, lui, se noyait lentement dans le verre posé sur l’accoudoir de son fauteuil de cuir fatigué par des années de fesses lourdes, elles aussi exténuées, écrasées, distendues par le temps passé sur cette peau tannée, sans doute celle d’un buffle noir d’Afrique foudroyé par une balle de gros calibre.

Son passé lui tenait lieu d’avenir. Lothaire n’attendait, n’espérait plus rien de la vie. Comme si la vie n’avait que ça à foutre ! S’en venir aux pieds du septuagénaire, lui présenter ses hommages respectueux et lui recharger la boite à désir, en déroulant devant ses yeux méfiants et dédaigneux l’infini des possibles !!! Le décoré des palmes académiques avait une telle opinion de lui-même – il était pétri de tant de certitudes qu’aucune évidence n’aurait pu contrarier qu’il trônait, chroniquement insatisfait, s’étonnant que le monde et sa proche banlieue ne se prosternent pas devant ses pantoufles éculées.

Il avait bien eu un chat, il l’avait appelé « Moncha », un tricolore coupé, un bestiau devenu borgne à la suite d’un différent orageux avec un matou de gouttière, un soir – la seule fois d’ailleurs – qu’il avait osé s’aventurer hors du logis. Ce chat était la copie conforme de son maître absolu, son miroir, auquel il renvoyait sa parfaite image, reflet que bien sûr, l’académique palmé ne voyait pas, empêtré qu’il était dans le nœud de mensonges qu’il prenait pour sa vérité. Moncha vécu dix ans, chichement nourri des reliefs de repas que Lothaire daignait lui céder. C’est dire qu’il ne prit pas de poids, sa fourrure un peu rêche flottait sur son squelette aux os saillants. Jamais il ne reçut la moindre caresse, ni ne fut autorisé à ronronner sur les genoux pointus de son maître. Chacun sait qu’un chat qui ne ronronne pas est un chat malheureux. Mais Lothaire s’en fichait, l’animal n’était pour lui qu’une chose animée, la seule qui bougeait autour de lui. Cette simple présence vivante lui suffisait.

Un soir, un peu plus abruti qu’à l’ordinaire par l’alcool dont il avait mécaniquement abusé, il tomba, passablement imbibé, entre ses draps et s’endormit d’un sommeil aussi  lourd et tourbé que son whisky. La bouteille vide, posée de guingois sur un tas de papiers entassés au fil des jours, finit par glisser et déflagra sur le carrelage douteux. Elle explosa en mille éclats comme autant de diamants scintillants. Dans la pièce plongée dans le noir, chichement éclairée par la lumière blafarde d’un réverbère proche, on aurait pu croire que le ciel et ses étoiles venaient de s’abattre sur le sol. Lothaire ronflait comme une Buick des années soixante, le nez écrasé contre le coin de la table de chevet, son souffle chargé faisait trembler le napperon de dentelle de Calais sur lequel était posé un  réveil Jazz, la grande aiguille, décrochée par le temps, gisait, un peu tordue,23 derrière le verre épais.

Un énorme chou Romanesco se dressait devant lui, un Everest végétal d’une parfaite élégance. Un légume d’un vert fluorescent, à la structure approximativement fractale, dominant Lothaire de toute sa masse, et dont les hauteurs disparaissaient dans le coton de nuages blancs qui le couronnaient. Le soleil rasant accentuait la beauté inquiétante du spectacle, les ombres ponctuaient les flancs réguliers de cette étonnante montagne, vivante de combes profondes qui semblaient abriter d’invisibles monstres. Le souffle coupé, Lothaire tremblait de joie et de peur mêlées devant cette étrange Babel, dont les rotondités multipliées à l’identique s’élevaient en spirales régulières vers l’invisible sommet. Quelque chose d’indicible le poussait impérativement à gravir la montagne verte. Il se sentait étonnamment jeune et agile, lui qui n’était plus qu’un vieillard souffreteux, au souffle court, aux articulations arthrosées et aux chairs ramollies.

Il escalada les premiers petits tétons allègrement, tout en chantonnant d’une voix de fausset les premières notes de « Sambre et Meuse », non pas qu’il eût l’esprit guerrier, non, simplement parce qu’il aimait le côté immédiat et entraînant des chants militaires en général. Au premier virage il se retrouva face à face avec « Moncha », tout jeune, tout fringant, avec ses deux yeux retrouvés. Assis sur le cul l’animal semblait l’attendre. En voyant apparaître Lothaire, il se leva, s’étira en bâillant pour venir ronronner entre ses jambes, puis il fit demi-tour, attendant que son ancien maître le suive. Lothaire n’en revenait pas, lui, l’ancien redoutable directeur d’école passablement détesté qui avait terrorisé des générations d’écoliers à coups de règle sur la pulpe des doigts, se voyait, le cœur joyeux, escaladant un gigantesque massif verdelet avec pour seul guide de haute montagne, un chat tout juste pubère ! Ils grimpèrent ainsi, l’homme derrière le chat pendant des heures. Pas essoufflé pour un sou Lothaire jeta un regard vers la plaine, la tête lui tourna, le paysage tout en bas ressemblait à Lilliput, il fut surpris, alors il leva la tête, les nuages s’étaient rapprochés, il se rendit compte qu’il avait faim. C’est à ce moment précis qu’ils tombèrent nez à nez avec un énorme puceron d’au moins vingt kilos. Moncha lui sauta sur le dos – un vrai tigre ce Moncha –  d’un coup de dent il saigna la bête qui s’écroula en couinant, tandis qu’un flot de sang céladon giclait du cou tranché. Moncha mordit allègrement dans la chair fraîche, détacha un large steak qu’il déposa aux pieds de son maître. Lothaire trouva la viande crue délicieuse, verte à souhait, elle lui laissa en bouche un goût de chou bio très agréable. Assis au bord de la paroi, ils reprirent des forces.

Le soleil était au zénith, malgré l’altitude la température agréable leur réchauffa le corps. Le chat allongé près de Lothaire ronronnait – très fort pour un chat pensa Lothaire – qui s’aperçut que le matou avait pris de la taille et du poids, il ressemblait à un petit fauve et valait bien quatre chats ordinaires maintenant. Son regard aussi avait changé, par instant, à contrejour surtout, une lueur cruelle traversait la citrine de ses yeux, de ses grosses pattes jaillissaient spasmodiquement des griffes noires longues comme de petits poignards. Lothaire caressa la tête de l’animal. ! Il aurait pu y poser les deux mains, même trois, sans pour autant la recouvrir ! Mais cela ne l’inquiéta pas, Moncha avait fermé les yeux, son ronronnement, certes un peu rauque, un peu sonore, était celui d’un bon chat heureux. Tous deux s’assoupirent le ventre plein sous le doux soleil de cette étrange nuit.

Et Lothaire fit un rêve. Assis près d’un bureau de chêne noir dans une pièce tapissée de marronnasse, il se voyait sirotant un whisky en pleine nuit. Dans un panier à chat s’entassaient un monceau de bouteilles vides et de sécrétions félines momifiées. Lothaire chercha l’animal du regard, fit quelques bruits de bouche pour l’attirer, rien ne se passa, il appela, Moncha, Monchaaaa, toujours rien, pas l’ombre d’un chat dans la maison. A la fin de la bouteille, passablement remonté, il décida de châtier le matou insolent qui osait lui résister. Titubant, la cuisse molle et la démarche zigzagante, il se heurta aux murs, rebondit d’une paroi à l’autre, jusqu’à ce qu’il s’écroule comme une viande morte sur un lit étroit – par chance il s’affala dans la longueur, en travers il se serait retrouvé les dents brisées sur le carrelage ! – au milieu d’une pièce en désordre qui lui sembla familière. Il ronflait comme une chambre à air crevée bien avant que sa tête ne roule sur l’édredon kaki.

Le jour s’était couché quand ils se réveillèrent, le ciel était bleu d’encre, le soleil avait fermé son œil blond, mais il restait parfaitement visible au plein centre du ciel. Ni lune, ni étoiles, ce que Lothaire ne remarqua pas d’emblée. Moncha allongé contre la paroi verte dépassait d’une tête son maître assis près de lui, sa toison tricolore ne l’était presque plus, le fauve avait mangé les autres couleurs, des rayures noires étaient apparues sur ses flancs. Lothaire ne s’en étonna pas plus que ça, il se leva, appela Moncha Montigre. Point ! Ils se remirent en route.

Ils serpentèrent des jours, des nuits aussi parfois, dévorant de temps à autre un puceron. Les insectes qu’ils rencontraient apparaissaient toujours quand la faim les gagnait. Comme par enchantement. Et ils étaient de plus en plus gros. Ils en vinrent à devoir en dévorer deux, Montigre mangeait pour quatre, sa tête affleurait le haut de la poitrine de son maître, il devait bien faire une petite centaine de kilos. Outre son pelage fauve rayé de noir, il avait pris du poil, de la moustache, de la barbichette, de longs fils de fer blancs pointaient de chaque côté de sa grosse gueule aux puissantes mâchoires. D’un coup de patte fulgurant, il abattait les pucerons qui devenaient eux aussi monstrueux. D’énormes blattes blanches aux chairs quasi liquides faisaient parfois leurs délices, leurs cuirasses craquantes avaient un délicieux goût de chocolat ! Une seule fois, mais cela faisait des jours qu’ils gravissaient le Romanesco, ils se retrouvèrent face à face avec une limace bleue, grosse comme une génisse qui sortait d’un creux sombre, ou d’une caverne peut-être, entre deux monticules de taille moyenne. Montigre la trucida prestement. Le chat avait encore grossi, il était devenu si fort que son coup de patte désinvolte renversa la limace aussi facilement que Moncha le faisait du bouchon avec lequel il jouait dans son jeune âge, du temps où il était encore vivant. Ses griffes éventrèrent le stylommatophore, libérant un flot de bébés rouges en gestation. De vraies friandises dont ils se régalèrent avec des mines de chatoune après qu’ils eurent – Montigre surtout – déchiqueté la molasse indigo à grands coups de mâchoires avides. Le sang bleu inonda la chemise crasseuse de Lothaire, ce qui lui conféra une certaine noblesse à laquelle il ne s’attendait pas. Dès lors Montigre, devenu vaguement menaçant à son encontre depuis quelques jours, se radoucit, baissa la tête, vint se frotter contre son maître comme il le faisait dans la vraie vie et pendant les premiers jours de leur trekking.  Montigre était devenu si gros que Lothaire en tomba à la renverse, ce qui le fâcha, il cria très fort en menaçant de l’index l’animal qui s’aplatit au sol comme un chaton docile. Lothaire poussa in petto un ouf de soulagement, car il avait bien senti monter la tension, surtout quand la faim les prenait. Il l’avait échappé belle.

Alors il rit nerveusement. L’écho de son rire, réverbéré par la montagne végétale, résonna comme le buccin des armées romaines au sommet des alpes. Montigre se roula dans la glu bleue en ronronnant tout aussi fort que la forge de Vulcain.

Plus le temps passait, plus Lothaire se mélangeait les consciences, rêve, réalité, nuits-jours, jours-nuits, il ne savait plus bien distinguer le vrai-faux du faux-vrai. Et le vrai du faux encore moins. Quant à l’irréalité de ce soleil qui ne se couchait jamais mais qui se fermait comme un œil en plein milieu du ciel, alors là ??!! Il se posait aussi le problème de sa propre identité ! Qui était-il en vérité, où allait-il, cherchait-il quelque chose, se cherchait-il, était-il vivant, mort ? Tout cela faisait dans son esprit fatigué une bouillasse informe, un magma psychologico-dépressif qui aurait fait le bonheur d’un psychanalyste urbain. Et ce Moncha devenu super tigre, dont il avait cru, plus les jours passaient, qu’il deviendrait sa proie, ce Montigre devenu doux comme un chaton à cause du sang bleu de sa chemise. Valait mieux oublier. Trop compliqué pour lui, fatigué comme il l’était, et continuer à gravir ce foutu légume vert sans s’encombrer de questions pseudo-philosophiques. Quand le « pourquoi gravir ce putain de chou vert, nom de Dieu ? » lui titilla le cervelet, il s’ébroua en grommelant et reprit un embryon visqueux, un mort-né, rouge comme une fraise des bois, que Montigre, nuque basse, poussait vers lui délicatement. Ces choses gluantes étaient délicieuses, de vrais bonbons chargés d’énergie, ça le requinquait drôlement, au point qu’il se demanda si les bestioles n’étaient pas bourrées d’une came inconnue, une de ces drogues qui infestent les rêves. Et les cauchemars plus encore ! Mais ces idées là, comme les autres, il les envoya se faire penser ailleurs !

Le ciel immobile demeurait immensément vide. L’oeil du soleil s’ouvrait et se fermait régulièrement, il se tenait au centre et ne bougeait jamais. Aucun chant d’oiseau, ni arbres, arbustes, pas même de ces végétations minimales que l’on trouve en haute altitude. Lothaire par moment était pris à la gorge, l’angoisse le paralysait presque, dans ces moments là il titubait péniblement derrière Montigre, il aurait bien donné deux limaces grasses et trois pucerons dodus, pour entendre quelques secondes gazouiller une ou deux mésanges et voir, très haut dans le ciel bleu saphir, planer trois aigles, au pire deux vautours. Ils voyageaient au pays de l’immuable muet, Lothaire vivait par moment un véritable enfer. Pourtant ils avançaient, Montigre chaloupait en souplesse, Lothaire se traînait de plus en plus, l’air se raréfiait, il respirait difficilement et s’arrêtait de plus en plus souvent. Montigre le réchauffait de son mieux, il grelottait dans sa chemise bleue que le chat reniflait régulièrement pendant qu’il entourait son maître en s’enroulant autour de lui. Niché au creux de l’animal, entre les pattes avant et arrière, Lothaire disparaissait, la chaleur âcre de Montigre le revigorait un temps. Tous les soirs, abruti de fatigue, inquiet et amaigri, il s’assoupissait sous la couette vivante, bien au chaud contre le cœur de l’animal dont les battements, sourds, lents, réguliers, l’envoyait illico rejoindre cet affreux rêve récurrent dans lequel, invariablement, il s’enivrait et s’endormait comme un sac de plomb dans cette saloperie de sinistre chambre, la sienne, la vraie, à moins que ? Rêver de dormir d’un sommeil sans rêve, quoi de plus stupide se disait-il tout en ronflant dans son songe, tandis qu’il respirait le musc puissant du Montigre de son cauchemar.

Au soir d’une journée harassante, au cours de laquelle, sous l’œil livide du soleil décoloré ils avaient enfin atteint les premiers lambeaux de nuages, à la seconde près où le quinquet stupide accroché au ciel fermait son unique paupière, un scarabée doré, véritable mastodonte de chitine crissante déboucha d’un virage. Il était si massif qu’à chacun de ses pas sa carapace arrachait d’énormes lambeaux de chou, il décapait la paroi, faute de quoi il serait tombé dans le vide comme un blindé déséquilibré par son poids. Montigre bondit, pour la première fois le combat fut aussi rude qu’incertain. Les griffes du chat glissaient en faisant un bruit horrible, la cuirasse de l’insecte géant résistait, les crocs pointus, eux aussi dérapaient, n’arrivaient pas à trouver la faille pour s’enfoncer dans l’armure. Khépri le scarabée se secouait pour projeter son agresseur dans le vide, le chat glissait, se rétablissait difficilement, rugissait de colère et glapissait de peur à la fois. Puis il se mit à faire des bonds terribles sur le dos de la cétoine en furie, il sautait de plus en plus haut, retombant de tout son poids, la carapace craquait mais tenait bon. Alors Montigre fit un saut prodigieux, il monta si haut que Lothaire pensa qu’il était retombé dans le précipice. Le scarabée baissa la tête et Montigre, pattes écartées et griffes sorties, s’écrasa sur la jointure fragile au ras du thorax. Le coléoptère eut beau déployer ses élytres pour dégager ses ailes membraneuses, il était trop tard. Décapité, foudroyé, il s’affala sur le côté pour ne plus bouger. Montigre épuisé par le combat se coucha, ses côtes battaient, sa respiration sifflait, son épouvantable haleine empuantissait la scène et les alentours. Lothaire avait suivi le combat, sidéré à en oublier de respirer, la tête lui tournait, il était rouge comme un embryon de limace bleue, quand il se rendit compte qu’il était en train de mourir. Lentement, le ciel verdissait, Romanesco jaunissait, la Cétoine bleuissait bizarrement, Montigre tournait à la souris grise. Juste avant de sombrer, par reflexe, il ouvrit grand la bouche, l’air s’engouffra dans ses poumons en faisant un bruit de cornemuse. Il tomba sur le cul et crut voir le chat sourire.

Ce soir là après sept jours d’escalade, ils firent gogaille, bombance, ce fut une vraie ribote ! Ils commencèrent par le cou, se régalant des chairs drues de l’insecte, cheminant mâchoires grandes ouvertes dans le corps du scarabée, se gavant à dégobiller, avalant sans presque mâcher, jusqu’à atteindre le cœur encore palpitant de leur proie pour boire goulûment le sang chaud et opalescent qui jaillissait comme une fontaine dorée. Paradoxalement, le jus bouillant chargé de vie et d’énergie les rafraîchit. Arrivés au fond de la carapace close qu’ils venaient de vider, ils s’affalèrent, poisseux et satisfaits. En guise de dessert, ils vidèrent les pattes, de l’intérieur, aspirant avec délices les derniers fragments de chair tendre. Leur goût âcre et réglissé leur tint au palais, plus longuement que le plus exquis des nectars de Bourgogne. Après qu’ils eurent vomi un peu du trop plein ingurgité, ils s’allongèrent côte à côte au fond de l’épaisse grotte de chitine et s’endormirent d’un sommeil lourd, comme deux gloutons rassasiés dans la chaleur douce du cataphracte mort.

Au petit matin, le ventre douloureux, la bouche pâteuse, Lothaire s’extirpa du corps de l’insecte en rampant. Au centre du ciel de charbon mat l’œil était encore fermé, une lumière grisâtre tenait lieu de nuit, laissant à peine deviner l’insondable abîme dont il ne voyait pas le fond. La montagne-chou était noyée dans un épais brouillard qui courait en langues fumeuses sur ses flancs proches du sommet, l’air figé était glacial mais il ne le sentait pas le froid. Quelque chose en lui devait avoir changé, il se sentait différent, mais cela était confus, il ne comprenait pas, son corps lui semblait celui d’un autre.

L’œil s’ouvrit d’un seul coup, son or réverbéré et amplifié par la carapace flavescente du grand scarabée, illumina les lieux, éblouissant Lothaire qui dut se protéger du revers de la main. C’est alors qu’il vit « cette » main, sa « nouvelle » main, elle avait bien doublé ! Puis il remarqua sa chemise bleue, elle avait éclaté et pendait en lambeaux sur son torse musclé tapissé des mêmes longs poils noirs qui recouvraient ses mains. Son pantalon en loque lui arrivait aux genoux. Quand il se passa la main dans les cheveux, il crut caresser une touffe de fils de fer et se piqua les doigts. Sur son index perla une goutte de sang violet. Une tornade intérieure l’emporta, il leva les bras vers le ciel et se mit à hurler d’une voix surpuissante « Je suis l’implacable, le cruel, l’immonnnnnde ! Je suis Lothaire l’Archange maudit, le régénéré, le fils du grand œil livide, l’enfant de la montagne d’émeraude, le ressuscité des Enfers du bas, j’ai vaincu les pucerons géants, j’ai dévoré la grande limace bleue et sa portée incarnate, j’ai terrassé l’invincible Cétoine, je suis le maître des monnnndes, l’empereur du futuuuur, le mutannnnt, le définitiiiif ! ». Rugissant à plein poumons, Montigre, à son côté ne lui arrivait pas même aux genoux. Sous la puissance de son cri les nuages rétrécirent comme peau de chagrin, se rétractèrent, s’effilochèrent, s’invaginèrent, Romanesco apparut dans toute sa majesté.

Lothaire n’en crut pas ses yeux, le massif n’avait pas de sommet, il était parfaitement plat, désert comme une immense plaine circulaire sur laquelle on eut pu bâtir plusieurs Babylone.

Madame Simone reposa son couteau et le gros chou Romanesco qu’elle venait d’étêter d’un coup de poignet précis. Elle entrouvrit la porte de la chambre, le vieil ivrogne allongé à moitié nu sur la largeur du lit dormait comme un sonneur, en grommelant des mots embrouillés qu’elle ne comprit pas. Elle referma la porte en murmurant des choses peu aimables et s’en retourna à sa cuisine.

Lothaire, au bord de cette mer, blanche comme glace figée, ne bougeait plus, ne comprenait pas, tout cet immaculé avait quelque chose d’effrayant. Montigre, avait disparu. Tout était calme, silencieux, le sol vacilla sous lui, il se rétablissait de justesse au bord du gouffre, quand le ciel, ou du moins sa moitié crut-il, s’affaissa d’un coup. Le soleil reflété par la surface de ce demi-monde s’écroulant l’aveugla, la montagne fut coupée en deux au  ras de ses pieds, puis tout explosa en morceaux. Lothaire tomba dans le vide. Indéfiniment, en hurlant de terreur.

Simone reposa son grand couteau, éparpilla les tronçons de chou dans un faitout, puis éteignit  l’ampoule nue qui pendait au plafond de la cuisine. Dans la chambre d’à-côté elle entendit crier le vieux.

UNE GRIVE MUSICIENNE.

17473992_10208516794702870_736128053_o

Bach au jardin de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

La grive musicienne sur le sol s’est posée

Elle volète alentour, un peu lourde, empruntée

Son plumage est quelconque, par endroits tacheté

De crème pas très fraîche et de marron gelé.

—-

La voici qui sautille d’une pierre au piquet,

Regarde au ras du sol, c’est son garde-manger

Un escargot peureux s’abrite sous une pierre

Mais la grive goulue est descendue du lierre.

—-

Elle l’a vu, l’a saisi, d’un coup de bec brutal

L’oiselle l’a cogné, a fendu la coquille

A gobé le benêt perdu sans sa bastille

La mort a emporté son fragile vassal.

—-

La tueuse rassasiée, satisfaite a chanté

Une aria maniérée aux croches veloutées

Au jardin mille fleurs sous un ciel en beauté

La nature au soleil, personne n’a bronché.

—-

Caché derrière un arbre un matou terre de sienne

Le museau couturé de blessures anciennes

A laissé la bécasse a son chant de victoire

D’un coup de patte furtif il a fini l’histoire.

—-

Do ré mi fa sol la, ça se passe comme ça

Au jardin mille fleurs sous un ciel mordoré

Le chat roux est parti se refaire une beauté

Un éclair est passé dans l’iris vert matois.

UN SOIR D’ORGIE NOIRE

12082203_10204850925258425_1241226971_o (Copier)

Quand La De avance masquée.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Il a couru sur les pierres de couleurs vives,

Il a senti le vent, les feuilles envolées,

Le ciel a déployé ses charmes et ses nuées,

Sur les volcans calmés quelques âmes de givre,

Tournent et voltent, solitaires, dures, ignorées.

—-

Dans la plaine déserte les blés mûrs sont coupés,

Sur les os décharnés, naguère, rondes les filles,

De leurs regards fuyants aguichaient les garçons,

Elles dansaient légères, et leurs rires en trilles,

Affolaient les pinsons et les merles aux yeux blonds.

—-

Mais ses pieds sont en sang, à force de traîner,

De Rome à Zanzibar, il a usé ses guêtres,

Accumulé l’avoir, à oublier son être,

Il a connu des reines, des filles et des reîtres,

Il a chanté, violé, s’est repu, a tué.

—-

Il a connu Antioche, la vraie Jérusalem,

Les cimeterres tranchants, et même Mathusalem,

Les fastes de l’orient, les misères du Népal,

Sardanapale le fou et Gengis aux yeux pâles,

Mais lui manque Daphné et son regard d’eau verte.

—-

Il est mort mille fois sans même regretter

De l’avoir oubliée. il l’avait éventrée

Un soir d’orgie noire, au bout du désespoir,

D’un coup de dague folle, puis il avait pleuré,

Les ailes repliées, comme un oiseau blessé.

—-

Il a chassé les buffles, encorné des bisons,

A dévoré les biches, a tué des derviches,

Qui tournaient, ivres, tout blanc, comme des lys coupés,

A prié tous les saints, a fumé du haschisch,

Sur les hauteurs du monde, il a occis Créon.

—-

Zoroastre, Buddha et Ahura Mazda,

Et tous se sont ligués, ont voulu son trépas.

—-

Dans les enfers des mondes, pour toujours exilé

Zemon, Gilles et Adolf lui tiennent compagnie

Ils ont les yeux crevés, les entrailles vidées.

—-

Mais ne souriez pas, un jour il reviendra …

KEBAB GRASTROMONIQUE ET CONSIDÉRATIONS GÉOPOLITIQUES.

Chez mon pote Hamid, kebab de ouf !

—-

Un must, un incontournable le Kébab de Hamid le Numide. Tellement qu’il vaut mieux lui filer un coup de I-Phone-Samsung-Xpéria-etc si tu veux pas te retrouver dans un trois étoiles à ronger ton frein et pleurer sur tes regrets en dégustant à petit bec de chat une subtilité de 20 grammes de raretés qui fait trois bonnes lignes sur la carte du palace.

Alors allo quoi, Hamid ?

Allo khouya, deux couverts mon frère, tu peux ?

Pas de problème mon frère, pour toi y’a toujours un formica et deux tabourets.

Putain ! Merci khouya, à ce soir inch’Allah.

Hamid khouya nous accueille comme des princes, coca light frais et chips à gogo !!! La salle est juste comme on aime, Hamid c’est le genre tradition-vintage, table en formica bleu, sièges en skaï rouge, sur les murs papier peint années 50, genre formes simples et à aplats géométriques, jaunes , rouges, oranges, blancs et gris. P ! c’est sobre, beau et ça en jette, tu peux éteindre la lumière tu vois quand même. Et des œuvres d’art accrochées un peu partout, une caravane de chameaux dans le désert, un bœuf découpé avec le nom de tous les morceaux, un Don Quichotte fabriqué aves des fourchettes et des cuillères, je connaissais pas ce Don Qui là, Hamid m’a expliqué, y’a aussi des cadres avec des poèmes, enfin c’est varié, il a du goût Hamid. A chaque fois je lis et je relis celui qui au dessus du bar «  Je t’aime plus qu’hier et bien moins que demain », y’a pas à dire, la poésie quand c’est beau, c’est beau ! Ça plaît beaucoup, c’est toujours plein chez lui. Pis y’a sa viande, c’est pas du kebab industriel, c’est de l’agneau, du vrai. En direct du bled, nourri aux noix d’argan, à la main par les vieilles, des agneaux massés au lait de chèvre, ça rigole pas chez Hamid, c’est le meilleur de tous les kebabs. Ah y’a ses frites aussi, il a un filon Hamid, de la patate déclassée de l’île de Ré qu’il a en douce au cul du camion, on ne sait pas par qui ni comment, c’est un discret Hamid. Moi j’dis toujours aux gens, « Chez Hamid », c’est un « must ».

Pour les boissons c’est pareil, t’as le choix Coca, Pepsi, Fanta orange, citron, Ice-Tea, Cacolac pour les enfants, que des boissons mariées kebab sans problème. Mon pote est un grand amateur de boissons longues en bouche, à la finale acide, et là il a été servi. Pis c’était un soir spécial, le lendemain, tout juste engagé, il partait à l’armée. Fallait qu’on fête ça !

Fumante l’assiette. A ras bord, Hamid me soigne. De la bonne viande de kébab, grillée, juteuse, des frites dorées craquantes, grasses comme j’aime. Alors on danse ! Autour de l’assiette, de la bordure au centre, avec les doigts on pique les patates chaudes et la barbaque croquante. Pétés d’huile jusqu’aux jointures, on s’essuie à la nappe de crépon, on rote le coca à chaque bouchée, on est comme des nababs.

On n’en pouvait plus mais Hamid a voulu nous offrir un dessert, c’est un généreux Hamid, quand il aime, il compte pas, mais faut pas refuser, il se vexe vite. Alors on a dit oui. Moi j’aurais bien pris un fruit, genre orange givrée, la glace deux boules maison ou la crème brûlée croquante, mais pas possible, Hamid tenait à nous faire goûter les pâtisseries en direct du bled. Et là, il nous amené sur une assiette garnie d’un fond en papier dentelle, un assortiment de ouf, zlabia dégoulinante de miel, corne de gazelle fourrée pistache, noisette et makroud fourré à la figue. Une tuerie les gâteaux de sa grand-mère !

Et si les pâtisseries, ça graisse la bouche, le coca ça la dégraisse, c’est juste au poil, mais ça énerve aussi, ça décoince les neurones et même que ça rend intelligent. La salle s’est vidée, avec Hamid et mon pote on est restés peinards, on a causé de tout, on a remis le monde en ordre au moins trois fois, c’était au top, on se sentait unis comme trois limaces sur un chou-fleur

On a passé un super moment entre potes la classe, on s’est régalé, on s’est bourré bien la panse jusqu’à ras les molaires, on a repris une canette de coke en causant, on s’est énervé un peu, on a des convictions, refaire l’univers c’est notre truc. Vraiment une bonne bande de potes intelligents qui savent de quoi ils causent et qui aiment se faire une bonne bouffe ensemble. Attention, ça va loin quand on cause !

Il a fallu se quitter, Hamid avait encore du taf, mais on s’est juré de remettre ça très vite, on était tous d’accord, un miracle d’être en phase comme ça, une bande d’amis qui aime bien se taper un bon kebab et bavasser jusqu’au bout de la salive.

Putain de bonne soirée !!!

LE GALAHAD DU CHAT.

Le Lancelot de Galahad.

—-

Il a hurlé doucement.

 On aurait pu croire que son instrument fondait, tant les notes, à demi étouffées, serrées comme les souffrances dans le cœur des hommes et dans la ville elle-même, peinaient, du fait de la pudeur extrême d’Ibrahim, à sortir de l’embouchure. Beirut, plusieurs fois martyre, sous les doigts et les lèvres de Maalouf, revivait l’imbécilité crasse de la guerre ancienne. De longs silences, qu’habitaient sans doute les fantômes de toutes les âmes pulvérisées, entrecoupaient les gémissements cuivrés de la trompette du musicien. Les ondulations orientales pleuraient en pénétrant la chair du public.

Puis la trompette hurla, et cette fois, pour de bon, de la douleur elle passa à la rage.

Galahad, noyé dans la masse, ne savait plus si c’était la chaleur de la salle, bourrée à craquer, qui le mettait en eau, l’obligeait à lâcher durement, en silence, des larmes, des larmes aiguës de cristal de roche, brûlantes, épaisses, douloureuses, ou si Maalouf, du bout de sa trompette loukoum, avait percé le caparaçon de son habituelle insensibilité ? En tout cas il chialait, perdait les eaux, comme une femme accouchant. En souffrant le martyre Libanais. Le chant plaintif courbait les échines.

Dehors il pleuvait à seaux. Galahad laissa la foule se disperser, il était encore dans l’émotion, et ses yeux embués avaient du mal à cesser de se vider des malheurs de Beirut. La pluie s’arrêta quand il retrouva la vue. Assis sur le trottoir mouillé, un grand beau chat le regardait. Galahad fut instantanément persuadé que le bel animal l’attendait, lui et personne d’autre, pour une raison mystérieuse qui lui échappait. Seul maintenant devant la salle de concert, il fixait le chat qui le regardait sans ciller. Un poil long et fourni habillait le félin d’un épais manteau de chocolat au lait, un manteau de gala, un manteau de fourrure à faire la tournée des grands ducs. L’animal avait quelque de chose de noble et de buté, il regardait le monde du haut de sa race certaine. Ses oreilles noires fourrées de crème battue se dressaient sur une tête au museau sombre, comme si l’animal avait plongé le nez dans l’Athanor, un museau qui tournait au fauve et au roussi. Son regard d’escarbille, cerclé d’azur, ne quittait pas Galahad, suivait le moindre de ses gestes, la moindre de ses mimiques.  Quand il s’essuya les yeux du revers de sa manche, le chat pencha la tête sur le côté. Une mince ligne de fourrure blanche, qui partait en s’effilant, du bout de sa truffe noire jusqu’entre ses yeux, lui donnait un air inimitable, étrange, et renforçait l’impression de noblesse fragile qu’il dégageait.

La pluie torrentielle se transforma en crachin. Galahad tourna les talons et s’en fut. Le chat, toujours assis, le suivit du regard. Galahad tourna au coin de la première rue, alors le matou se leva et se mit en route, en ondulant comme une danseuse en chaussons blancs. Sa démarche était si légère – il ne semblait pas toucher le bitume – qu’on eût pu le prendre pour un fantôme.

Dans les entrailles de Paris, le métro creusait son chemin. Debout au centre d’un wagon quasi vide, Galahad, accroché d’une main, baissait la tête, attentif à tout ce qui ne se voit pas. Il respirait à plein nez les odeurs accumulées au long de la journée, un pot-pourri, délicieux, à son goût. La pestilence souterraine le transportait, il respirait par la bouche à petites goulées successives, s’efforçant de déchiffrer, atome après atome, le lourd remugle qui planait dans la rame. Pour chaque fragrance exhumée il revivait l’heure du jour où elle était née, la seconde où elle avait perlé au creux d’une aisselle surchauffée, dans les plis serrés d’un jeans moulé, ou alors sous le manteau d’une femme angoissée, sous la chemise d’un homme désespéré, au creux des reins d’un enfant effrayé. Galahad remontait le temps. Invisible, il revivait le wagon bondé du petit matin de ce jour finissant. L’aigrelet des corps mal lavés lui chatouillait l’appendice, c’était absolument délicieux. Mais ce qu’il préférait, c’était les odeurs du soir, quand les gens s’engouffraient dans le serpent articulé, revivre l’heure de pointe, quand les corps, collés les uns aux autres, étaient au plus fort de leurs secrétions, de leurs puanteurs, alimentées par les malheurs, les déceptions, le stress, le dépit et autres émotions épaisses qui avaient graissé leurs peaux blêmes. Sous ses paupières closes, Galahad était de tous ces moments, il vivait les différentes scènes, plus fortement que s’il les avait vraiment subies. Il ne s’étonna pas, emporté qu’il était par l’intensité du plaisir, de voir le chat se faufiler en se frottant dans la forêt fantomatique des jambes plantées sur le plancher. Il se glissait au ralenti, souple, et toujours élégant, rasait les chaussures maculées, évitant les mouvements intempestifs des voyageurs harassés qui se touchaient presque. Au moment où les scènes de la journée, comme mirages au désert se brouillaient, avant de disparaître, il vit distinctement le grand chat, assis à ses pieds qui le fixait, sans broncher d’un poil. Alors il plongea dans les lacs obscurs des yeux qui le ramenèrent au présent, en ce milieu de nuit, accroché d’un bras à la barre centrale de la rame, à demi somnolant, s’en allant jusqu’à Châtillon-Montrouge, où il descendrait, pour reprendre la 13 dans l’autre sens. Là enfin, il s’extrairait à grand peine du ventre de la terre, à Saint Denis-Université.

L’air humide le surprit quand il déboucha dans la rue au sortir de la station. Un miaulement aigu le ramena au réel. Devant lui le chat cheminait, s’arrêtant régulièrement pour l’attendre. Et cela lui sembla avoir toujours été ainsi. Le regard dans le vague, Galahad marcha encore un bon moment, avant de s’apercevoir de la disparition de l’animal. Il déposa doucement la grille qui bordait, au ras du sol, un des murs du centre commercial de la Basilique. A cette heure noire, la rue Edouard Vaillant était déserte et silencieuse. Galahad se glissa derrière le grillage, le remit soigneusement en place de l’intérieur. Personne n’avait jamais rien remarqué, la découpe était propre, et le crible à mailles serrées paraissait intact. Dans le sous-sol obscur, encombré et inhabité il était chez lui. Il poussa la porte de bois du petit local pauvrement aménagé qu’il squattait depuis plusieurs années, tira sur le cordon relié à l’abat-jour rouillé qui balançait au plafond, et la lumière chiche éclaira la pièce minuscule. Étalé sur le tas de carton qui lui servait de lit, la queue battant doucement, comme un Pacha au harem, le chat, impassible le regardait de ses grands yeux de mercure bouillant. Galahad comprit alors que le matou venait de prendre ses quartiers chez lui.

Il s’évertua à lui trouver un nom, un grand nom, un nom fort, original, digne de lui. L’animal était très beau, impossible de l’affubler d’un nom stupide genre Minou ou Pompon ! Alors il fit ce qu’il avait renoncé à faire depuis si longtemps, il entra dans une bibliothèque, pour se retrouver très vite dans la grande salle de Sainte Geneviève. C’est qu’il la connaissait bien la très Sainte, pour l’avoir assidument fréquentée quelques lustres auparavant.

Debout, rasé de frais, propre, Galahad, correctement vêtu, jambes écartées, faisait face au Panthéon. Le péristyle monumental l’écrasait de toute sa majesté néo-classique, une suée lui mouilla le dos. Le monstre de Soufflot le renvoyait à son passé, au temps où il habitait un bel immeuble du 5ème, quand il était quelqu’un, un de ces jeunes carnassiers promis à une carrière fulgurante. Il secoua la tête pour chasser ses souvenirs et se dirigea vers la Librairie Sainte Geneviève. Le chat, assis sur les marches de la mairie du 5ème, l’observait. Il y retourna plusieurs fois, consulta et consulta encore des livres anciens, à la recherche d’un beau nom pour ce félin qui lui faisait la grâce de sa présence. Quand la liste constituée lui parut suffisante, il donna au chat le nom d’Abélio mais celui-ci fit la sourde oreille. Avalon, Caelia  n’eurent pas plus de succès, Epona, Icarus, Ishtar non plus, Alannus, Belennos et Brigit encore moins. Les jours passaient et le chat ne daignait répondre à aucun des noms que Galahad lui proposait. Galatea, Lionel et Nyx firent un bide, Pandora, Perceval et Hermès n’eurent pas plus de chance, et Galahad arrivait au bout de sa liste. Un soir qu’il s’était énervé tout le jour à baptiser le chat, il se mit à hurler « Lancelot, si tu continues à faire ta mijaurée, tu vas finir au lac ». C’est alors que le félin se leva pour s’en venir se frotter à ses mollets en ronronnant comme une catin en chaleur. C’est ainsi que Lancelot entra dans la sinistre vie de de Galahad pauvre cloche. Le chat quitta sa couche et se mit à suivre l’homme tout le jour, au hasard de ses déambulations. Il était toujours quelque part, non loin, parfois Galahad le perdait de vue une paire d’heures, mais il réapparaissait. Ce manège dura un temps, Galahad survivait. Entre maraude, petits larcins, restos sociaux, il trouvait toujours de quoi nourrir son compère, et lui accessoirement.

Un beau jour. Oui ce fut vraiment un beau jour, un jour à marquer d’une pierre noire, Lancelot décida de précéder son « maître », comme s’il voulait le guider. Galahad ne s’en aperçut pas de suite et continua à marcher au hasard dans Paris. Alors le chat se mit à tourner autour de lui, à lui passer entre les jambes pour le faire trébucher et attirer son attention. Galahad jurait, faisait mine de lui donner des coups de pieds, Lancelot s’éloignait d’un bond mais revenait régulièrement miauler entre ses jambes. Galahad n’en revenait pas, le chat l’accompagnait depuis, maintenant bien un hiver, jamais il n’avait miaulé, et voilà que, le printemps revenant … !?

Galahad s’obstina à ne pas comprendre ce que Lancelot lui signifiait à sa façon. Ses errances l’emmenaient toujours vers les ponts de Paris. Il affectionnait particulièrement la passerelle Simone-de-Beauvoir, la passerelle Léopold-Sédar-Senghor et plus que tout le pont Mirabeau. Il aimait y faire des haltes qui n’en finissaient plus. Les coudes appuyés sur la balustrade, le corps penché vers l’avant, il se laissait hypnotiser par les eaux vivantes. Les remous changeants, les couleurs aussi, qui passaient du limoneux au vert mat, le captivaient à en avoir mal aux yeux. Lancelot s’accrochait à son pantalon, miaulait, geignait mais rien n’y faisait, Galahad parlait aux ondines, regardait d’un œil énamouré Ophélie descendant lentement au rythme du courant, autour d’elle il voyait onduler d’improbables bouquets d’algues longues, d’un vert bronze très sombre, au travers desquelles pulsaient de subreptices lueurs opalescentes. Mais ces visions sublimes s’évanouissaient, au moment où fermant les yeux, il allait se laisser aller à les rejoindre. Une griffe traversa la toile de son falzar et le ramena à la réalité présente, il se raidit et repoussa la balustrade. Lancelot fit trois pas, s’arrêta, et le regarda, attendant qu’il veuille bien le suivre.

Et l’homme, enfin, consentit à suivre l’animal. Ils marchèrent longtemps, traversèrent la ville en diagonale, pour finir Impasse de la Cité du Midi, dans le 18ème. Le chat s’arrêta devant les carreaux de faïence des anciens bains-douches de Pigalle, en reniflant d’un air délicat l’un des nombreux pots-de-fleurs qui garnissaient la façade. Galahad l’observait sans bouger, le chat miaula jusqu’à ce que l’homme comprenne et se décide à creuser dans la terre d’un pot de géraniums. Il en sortit un petit paquet de papier huilé duquel – il en resta un long moment éberlué et sans voix – il extirpa un rubis de taille moyenne, une goutte rouge sang, irisée, qui scintilla dans le creux de sa paume. Les rayons de soleil, dont la brillance était multipliée par les facettes du joyau, l’aveuglèrent. La pierre roula dans sa main, le soleil réfracté fit feu de tous côtés, à presque le bruler. Le lendemain, Lancelot l’emmena dans le 11ème, près de la rue Oberkampf, bruyante et agitée. Le félin apeuré rasait les murs, il s’engouffra dans l’impasse de la Cité du Figuier et s’allongea devant la Maison Verte. Dans un grand pot rouge, au pied d’un palmier nain, Galahad déterra une émeraude ronde, une perle verte, qui, nettoyée, pulsa entre ses doigts terreux. Lancelot le regardait, immobile, ses grands yeux insondables cerclés d’azur brillaient eux aussi. Le surlendemain, à la traine du chat, il se retrouva dans le 13ème, Impasse du Square des Peupliers. Au pied du mur d’un jardinet, entre deux pierres disjointes, il dénicha entre les fleurs sauvages, qui sortaient du mur comme la poésie nait de l’indicible, caché dans un papier cristal craquant, un saphir, une larme, belle, pure, lumineuse, la sœur bleue du rubis, qui étincela tout autant. Lancelot, assis dans sa fourrure, énigmatique et muet, le regardait sans ciller. Quelques jours passèrent, dans la pénombre de la cave, Galahad n’en finissait plus d’admirer les trois joyaux. Perplexe, inquiet, angoissé même, il n’osait plus bouger. Un matin, il n’avait quasiment pas dormi de la nuit, le chat l’emmiaula hors du squat, jusque devant une devanture minable à la peinture écaillée. Galahad comprit, entra et vendit, une fortune, mais à perte bien sûr, ses trois pierres. Le marchand, un vieil homme, dont le visage restait indistinct dans la pénombre ambiante, ne parut pas surprit. Un instant, Galahad crut le voir sourire, comme si le vieux connaissait ou reconnaissait les trois précieuses. Personne n’a jamais su, ne sait, ni ne saura jamais, qu’il avait acheté et revendu, à maintes reprises ce même trio de cailloux précieux Sans un mot, ni même l’esquisse d’un sourire, il lui tendit une mallette de skaï défraichi dans laquelle il avait soigneusement rangé de grosses liasses de billets tout neufs.

Au milieu de la nuit, Lancelot réveilla Galahad à coups de museau mouillé et de langue râpeuse, puis il tourna autour de la mallette en miaulant sans faiblir, jusqu’au matin. Épuisé, Galahad s’en fut, la mallette à la main, acheta un beau petit appartement non loin du Panthéon, se fit tailler quelques chemises, quelques costumes aussi chez un tailleur du sentier, alla jusqu’à s’offrir une garde-robe complète et plusieurs paires de chaussures. Puis il entra dans une des plus belles boutiques de Paris, vira et tourna, à donner le tournis à la vendeuse, jusqu’à ce qu’elle lui présente un  magnifique coussin de tissu, un mélange de soie sauvage, taffetas et velours, de couleur rouge, un rouge d’alizarine rutilant, splendide de texture et d’aspect, un luxueux carreau large et rembourré. Cette fois là, ce fut le chat qui le suivit jusqu’à l’appartement meublé de neuf. De l’une des fenêtres, Galahad, appuyé au rebord et le chat à ses côtés assis sur son coussin, contemplèrent longuement la superbe façade de la Librairie Saint Geneviève. Un instant l’homme se demanda ce que la dépouille de la Sainte, enterrée dans l’abbaye d’origine, avait bien pu devenir. Lancelot lui, nul ne pourrait dire ce qui lui traversait l’esprit, mais une chose est certaine, le chat ronronnait comme un feu qui respire.

Quand ils entrèrent dans la grande salle de la Tour d’Argent, un silence glacial figea les convives, la température chuta. Les femmes frémirent. Les mâchoires s’affaissèrent, les fourchettes s’immobilisèrent. Galahad, vêtu d’un smoking blanc sur lequel une lavallière rouge rubis éclairait une chemise de soie immaculée, s’avança. Il tenait sous le bras un coussin de tissu, rouge comme le feu d’un volcan au comble de l’orgasme, qu’il tendit en souriant au maitre d’hôtel. Celui-ci le posa sur un fauteuil blanc, fit le tour de la table et tint le dossier du fauteuil d’en face dans lequel Galahad s’assit. Face à lui, Lancelot avait pris place sur son précieux carreau. Ils firent bombance. Galahad riait, Lancelot ronronnait entre deux bouchées de cervelle de colibri. Les deux compères s’entendaient comme larrons faisant la foire.

Une nuit, la ville était plus noire qu’à l’ordinaire. Un très gros orage avait plongé Paris dans l’obscurité, les dégâts avaient été tels que les techniciens étaient débordés, la lumière ne reviendrait pas avant le matin. Galahad, debout devant la fenêtre, pour la première fois de sa vie, voyait vraiment les étoiles. La voie lactée, il aurait pu la toucher du bout des doigts, il lui suffisait de pousser un peu sur la pointe des pieds. Il ouvrit la fenêtre et tendit les bras. La pulpe de ses doigts chauffa un peu puis une chaleur douce envahit tout son corps. C’était une sensation subtile, indéfinissable, c’était comme si tous les duvets de touts les oiseaux du monde l’effleuraient. Derrière lui les yeux de Lancelot brillaient comme deux escarbilles, le chat ne le quittait pas des yeux, ses moustaches frémissaient. Il se mit à chanter son ronron de velours. Puis d’un bond il fut près de l’homme. Ensemble ils se fondirent dans la suie de la nuit. Peu après Galahad s’endormit. Lancelot s’était couché près de lui, les yeux grands ouverts comme des fenêtres liquides, il le mangea du regard toute la nuit. Par moment il lui léchait les mains, les joues, le nez, c’était selon. L’homme s’ébrouait et souriait en dormant.

Au petit matin la lumière vive réveilla Galahad, il chercha le chat du regard mais ne le trouva pas. Il se leva, versa du lait dans un beau bol rouge, ouvrit une boite de pâté de luxe, l’écrasa dans une coupelle dorée, puis se mit à préparer son petit déjeuner. Quand il s’assit, un bol de café brûlant à la main, Lancelot n’était  pas là, toujours pas. Huit jours durant il ne reparut pas.

Galahad, si l’on peut dire, fouilla Paris de fond en comble, des pieds à la tête, de la cave au grenier, comme un fou il erra, dormit dans les impasses aux pierres, alerta tout le voisinage. On le regardait comme un éperdu, les yeux lui sortait de la tête. Puis il se barricada dans l’appartement, se roula en boule sous les draps, et pleura, pleura, et pleura encore, des jours et des nuits. Au bout d’un temps, il ne pleurait plus, il miaulait désespérément, à s’arracher les cordes vocales. A ne plus se nourrir – il n’y arrivait plus, il vomissait à la moindre bouchée – il maigrit beaucoup, son visage se creusa, ses yeux s’enfoncèrent dans leurs orbites, cernés de violet on eut pu les prendre pour des lacs oubliés perdus au fond des cratères d’anciens volcans.

Deux mois passèrent puis il se leva, se doucha, se parfuma, s’habilla soigneusement, enfila son smoking blanc, noua sa lavallière rouge sur sa chemise immaculée, chaussa ses vernis, serra sa ceinture au dernier cran, celui d’avant la mort, et sortit dans l’air vif du matin sous un ciel de pure émeraude. Sans hésiter, il marcha jusqu’à la passerelle Simone-de-Beauvoir, il y resta un long moment, les yeux perdus dans le courant des eaux vives du printemps, puis il répéta, comme un rituel dérisoire, les mêmes gestes sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, pour se retrouver, au bout de son chemin, sur le pont Mirabeau.

Les deux mains serrées sur le rebord du parapet, penché très avant, il regardait sans bouger, les eaux galopantes, insensible aux passants. Parfois l’eux d’eux, inquiet de le voir figé dans cette position dangereuse, s’inquiétait et l’interrogeait, mais il ne répondait pas. Elles roulaient et balbutiaient les eaux, agitées par les énergies joyeuses du printemps. Galahad cherchait à percer leur surface, à pénétrer la masse liquide, à s’y fondre, de toute la force de sa volonté. Mais il n’y parvenait pas, l’eau fragile se dérobait, elle chantait et semblait se moquer de lui. Alors il relâcha ses muscles et se laissa aller au spectacle changeant du fleuve. Le soleil au zénith jouait avec les couleurs, et le bronze passait du citron à la chartreuse, de l’opaline à la sauge au rythme des nuages. Parfois, un rayon d’argent reflété par une vaguelette éphémère lui mettait les larmes aux yeux. Midi sonna au clocher de l’église de Notre Dame d’Auteuil, douze coups qui fendirent l’air et le temps. Le son clair des cloches s’amplifia, au point que Galahad crut entendre toutes les cloches de la terre résonner à ses oreilles. Comme une magnifique symphonie parfaitement accordée, il sourit de plaisir et d’émotion mêlés.

A ce moment précis, l’harmonie entre l’eau, le ciel et la musique lui parut pure et parfaite. Puis le clapotis des eaux cessa, le fleuve devint un miroir aveuglant, Ophélie apparut. Ses voiles blancs ondulaient autour de son corps, ses cheveux d’algues couleur malachite flottaient autour de son visage d’ivoire. Etrangement son corps s’arrêta pile au sortir du pont, ses yeux s’ouvrirent démesurément et Galahad vit scintiller dans ses pupilles de jais, le rubis, l’émeraude et le saphir. Puis elle ouvrit les bras.

Galahad disparut dans les eaux vives. Sur le trottoir d’en face, Lancelot, assis sur sa queue, ne bougea pas d’un poil. Sans doute attendait-il le suivant ?

LE CROCODILE.

13901743_10206681729347383_1574510985_o

Le marshmallow croco de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Sur le bord d’un vieux fleuve, large comme la mâchoire

Des grands fauves grondants qui viennent s’y baigner,

Un tronc de bois bandé attend, rien ne le presse,

Qu’une vague de passage le remette à voguer.

Un phacochère hargneux, capable de bassesses,

Dandine en grommelant, tout heureux d’aller boire

—–

A portée de son groin, la voilà l’onde fraîche !

Elle est d’or et d’argent, il se régale déjà.

Accélérant l’allure, le cochon noir grogne,

L’animal est si laid, son air est si revêche

Qu’il fait peur aux ibis, aux longs becs des cigognes,

Aux oisillons fragiles, aux sombres jacanas.

—–

Gêné par son clavier aux dents proéminentes,

L’ombrageux sanglier trébuche sur le vieux bois,

Le choc est si brutal qu’il le déséquilibre.

Comme un éclair soudain sous un orage sournois,

Deux lames aux dents blanches, ivoires d’un gros calibre,

Et le voilà brisé par l’assaut du géant.

—–

Emile le crocodile est un maître tueur.

Il n’a peur de personne. Pas même des crinières

Et des muscles puissants. Sous ses paupières lourdes,

La cruelle lueur de la lumière qui sourde

De ses pupilles fendues, dignes des pires sorcières,

Tétanisent tous ceux qui frôlent sa demeure.

—–

En armure de cuir, massif comme un char,

Emile a refermé sa gueule de vieux soudard,

Puis il s’est endormi, la panse bien remplie.

Un oiseau s’est posé, un pluvian tout petit

L’éboueur minutieux lui a curé les dents,

A coups de becs précis, au-dehors, au-dedans.

—–

Un éléphant géant a vu tout ce théâtre,

Il a couru vers l’eau volant à tire-d’aile,

Trente tonnes lancées à fond de manivelle.

Emile d’un coup de queue se joue du cataphracte.

—–

Les yeux au ras de l’eau, Emile fait la bûche,

On dirait qu’il dérive, mais ne vous y fiez pas !

IL EN FAUT DU TEMPS.

14632611_10207195107901526_1439013921_o

La De fait sa Philippine.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Il en faut du temps pour mourir,

Quand un bolide ne fait que te frôler,

Quand une balle pousse un soupir,

Quand la vérole bleue ne te fait plus bander.

—-

Il en faut du temps pour gémir,

Quand une nuit, juste avant le matin,

Quand le loup gronde, que souffle le zéphyr,

Quand le papillon vert se pose sur ta main.

—-

Il en faut du temps pour sourire,

Au vent mauvais, au vent malin,

Quand à la porte tu soupires,

Quand rouge le chien jaune s’est jeté sur ton sein.

—-

Il en faut des ailes pour planer,

Il en faut des dents pour te mordre,

Quand tout le vent s’en est allé,

Quand la flamme aigle noir a glapi a te tordre.

—-

Il en faut du temps,

Il en faut du sang,

Il en faut tellement,

Que tu pleures comme une enfant.