LE GRAND BATTEUR

La foule des mondes de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

J’aurais aimé être un batteur de génie

Pour frapper en rythme sur les tapis Afghans

Le soir sous le soleil couchant

Quand l’œuf cuit à point

Par le long jour dévastateur

Meurt en murmurant et se liquéfie

Inondant les plaines noires

De sa liqueur d’orange pressée

A force d’être serrée

Entre les bras mourants des enfants

Pour battre la musique en neige

Au milieu des foules religieuses

Qui tapent en cadence effrénée

Au point ultime des paroxysmes

Exténués

Des désirs délivrés

Pour scander à force de baguettes folles

Les emportements des mondes irradiés

Au petit matin des désespoirs heureux

Quand les oiseaux crieurs révèrent le ciel

D’azur froncé, manteau de reine douce

Sous la lumière rasante, les montagnes mortes

Renaissant à rougir de plaisir

Et la peau souple des tambours du Burundi

Pour que vibre la sueur de l’Afrique

Qu’elle roule en flots salés

Sur les peaux vivantes et frémissantes

Des ébènes dressés.

—-

J’aurais tant voulu accompagner

Le vol des oies perdues au dessus des déserts

Me couler sous leurs ailes belles

Aux plumes écartelées

Tant aimé caresser du bout du bois taillé

L’incandescence des poètes oubliés

Dans les méandres amazoniens

Au sein palpitant des canopées bercées

Par les chants agressifs hurlés

En roucoulades envahissantes

Au-delà des crêtes brandies

Des myriades d’oiseaux

Chanteurs

Tant voulu battre le fer brulant

Dans le four incandescent des volcans

Eructant leur lave calcinante

Sur les flancs palpitant des femmes

Hystérisées par la musique cristalline

Des rus discrets

Au creux des montagnes cachées

Sous les strates empilées

Des civilisations envaginées.

—-

Battre la rage

Battre le temps

Battre le sang

Battre l’indicible

Battre les rangs

Des hommes fatigués.

Commentaires
Réagissez