QUARTZ BRISÉ …

11911727_10204685328278604_1792232822_n

Quand La De se met au nu.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.
—–
Madame est une sorcière,
A cheval sur sa gorge.
Qu’une langue d’ailleurs,
Tombée,
Étrangère,
Appliquée,
Une goule, égarée
Sans doute,
Lèche, suce,
Croque
Comme un sucre candi,
Une guimauve tendre,
Onctueuse et sucrée.
Volée.
—–
Le feu la brûle,
Comme piment oiseau
Sur pauvre bigorneau,
Et dresse son tétin
Qui palpite et dresse,
Petite pointe dure,
Vers le ciel,
Sa voilure.
Rose.
Délicate.
—–
Elle a levé les bras
Au dessus de la tête,
Ses cheveux étalés
Lui font couronne pâle,
Pour mieux se donner
A cette bouche
Absente,
Qui n’a cesse
De l’aspirer,
L’avaler.
Dévorer,
Mouillée.
—–
Tout autour du nichon,
Niché sous sa main,
Claire comme le lait
De son chat
Qui miaule sous les draps,
Une résille fine,
De sang,
Veinules
Graciles, azur
Sur sable d’albe,
Vibre doucement.
Tremblée.
—–
Belle lune pleine
Qui défaille
Sous la bouche,
Douce, avide,
Absente,
Comme Zemon
Qui plane
Sur tes eaux,
Orbe de soies
Pressées,
Coussin
Pour tête lourde
Du désir de tes reins.
Griffés.
—–
Alors tu soupires,
Le presses
Dans ta main,
Et râles
Du fond des temps.
Sur ta peau
Parsemée de picots,
L’onde invisible
D’une douleur lente
Est passée.
Belle comme une amante,
Les yeux révulsés,
Elle a crié.
Traversée.
—–
Caresse de lin,
Comme un parfum,
L’amour défunt
Crispe ton sein.
Quartz brisé.

 

Be Sociable, Share!