Littinéraires viniques » POÈMES EXACERBÉS …

COUCHÉ SUR LA MER MORTE

L’Arflinquiaprèmé de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

A l’ombre des lumières, l’azur sourd de ses yeux,

Lapis épanoui dans la mine enfoui,

Sur la lande fleurie, les épines en fruits,

Sous les frémissements sa peau est en bataille,

Par les monts, les vallons, les forêts et les failles,

Quand les sabres fourbus d’avoir ouvert les cieux,

Sous les eaux, les sanglots qui abreuvent son lit

Abattent les mirages qui tremblent dans la nuit.

—–

Couché sur l’écran noir, j’aligne des mots blancs.

—–

Les montagnes perdues dans le fond des abysses,

Quand le chevalier mort galope, rue, entre en lice,

L’hydre, la salamandre, le poison dans le feu,

Les collines noircies ont éteint l’incendie,

Longues langues d’or en flamme sur le ciel bleu de nuit,

Les heures, ongles brisés, déliquescents aveux,

Ruptures explosives, volcans et laves lisses,

Au cœur du muscle rouge gisent les immondices.

—–

Couché sur l’écran bleu, courent les mots du vent.

—–

Sous l’os épais des crânes, circonvoluent aussi

Les guirlandes de phrases accouchées mortes nées,

Oubliées sur les landes des  nuages perclus,

Les rats aux museaux fins les rongent à l’infini.

L’encre, la bile noire, sang séché racorni,

Engluée, putréfiée à la pointe effilée,

Drames épouvantables, clairs horizons perdus,

La plume de mes doigts à la pulpe rosie.

—–

Couché sur la mer morte, à me crever les yeux.

LES MUSICIENS MORTS.

Le petit théâtre de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Sur les touches blanches du cercueil obscur courent les araignées pâles aux griffes rouges.

—–

Elles se promènent d’un bout à l’autre du clavier.

Les longs trémolos bleus soupirent jusqu’au fond des empires perdus.

En écho, à l’autre bout de la queue arrondie laquée de noir aveuglant,

sous les lumières artificielles des salles veloutées de bordeaux patiné,

en pluie sonore,

les notes retombent, multicolores,

sur les nuques vannées des spectateurs aveugles.

—-

Les soies frissonnent, les queues de pie s’affaissent.

—-

Sous le coffre de bois lourd, deux  escarpins vernis, luisant comme des yeux aux regards éteints, actionnent sans effort

de lourdes pédales de bronze.

—-

Sur les dalles de marbre précieux qui recouvrent le péristyle des théâtres prestigieux,

dans les couloirs feutrés, sur la soie tressée des tapis épais longuement brossés,

les pas conquérants des grandes femmes aux longs cols de cygne blessé,

ont perdu leurs voix.

Chacun de leur pas, tellement étudié, maitrisé et élégant, s’accorde au chapelet de notes lointaines qui coulent, langoureux, liquide et gracieux sur la scène, comme la lumière frisante d’un soleil couchant sur la toile d’un Soulages voguant dans le silence de l’espace tendu

entre Vénus et Mars.

—-

De grands hommes que l’histoire de l’humanité mourante ne retiendra pas,

élégamment vêtus d’étoffes rares aux moires délicates, les suivent ou les précèdent,

selon leur rang supposé dans la hiérarchie muette des conventions surannées.

Le bruit de leurs bottines de cuir fin,

souples, taillées à même leurs pieds aux os fragiles,

étouffé par l’épaisseur des tapis andrinople,

ne résonne pas,

et les croquenots pour pieds de race, pleurent de désespoir.

Le sol, miroir claquant, lisse et luxueux, des marbres du vestibule immense aux fausses colonnes grecques, est, a contrario, fait pour eux qui aiment tant à parader mine de rien, et jouer du talon sur la peau froide du sol des prestiges.

—-

Sur les touches ivoirines du piano à queue de pie sage courent les doigts saignants des musiciens morts.

RESPIRE LE VENT COURANT.

Quand La De tourneboule.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Je ne suis pas et je suis à la fois,

comme une histoire de foi et de fous

dans les villes là-bas, si lointaines et si proches,

nom de Dieu toutes ces cloches,

elles sonnent à mort dans le vent !

Regarde donc le ciel si désert et si beau

et ces eaux d’encre berçante,

à reverdir les âmes inquiètes et les esprits chagrins.

—-

Respire le vent courant,

les parfums obscurs des chiens errants,

les effluves des meutes derrière les cerfs saignants

le soir au charbon des lisères,

Et les serments ardents des vautours perchés

sur les flancs crevés

Des moutons dépecés accrochés aux rochers

des montagnes de pierres et de cairns croulants,

les feulements puissants des crinières hérissées,

les griffes déchirantes, les peurs implorantes,

Et la furie masquée des danseurs empourprés.

—–

Mais n’oublie pas là-bas

les eaux lourdes des fleurs en pleurs,

 les sourires éclatants des enfants mille dents d’ivoires et de perles,

et les soies salées

des grands lagons au petit matin levant.

—–

Touche et caresse du bout de tes doigts absents,

le chocolat chaud des goûters d’antan,

le tissu rêche des revêches à confesse,

les écailles lisses des tortues vertes

les éventails déployés des gorgones rougissantes,

la splendeur des ombres

le soir finissant,

le rosé veiné de deux seins frémissants.

—–
Et les comètes  lentes,

Au tombant des planètes,

La musique des sphères aux confins des espaces,

le magie délétère,

le fer et les éthers,

L’antre des monstres pairs

et la splendeur des mers,

Et le cristal de roche enfoui sous les glaces.

Le soleil est absent,

il est tombé si bas.

—–

N’oublie pas.

LES RIRES ÉCARLATES.

L’Astre double de La De.

—–

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Des tranches de soleil grillées au feu de bois,

Et la lune montante au-dessus de la loi,

Les hommes calcinés  sous les feux de la foi.

Demeurent les oiseaux fous au comble de l’effroi.

—-

Des mains aux doigts noircis dessinent dans le ciel

De longs nuages blancs au-dessus des ombrelles,

Leurs traines incertaines imaginent à tire d’aile

De longues arabesques accrochées aux oriels

—-

L’horizon incertain reflète les mirages,

Les vapeurs diaphanes des rêves et des naufrages.

Tout au bout de nulle part, adviennent les abordages

Aux deltas sinueux des peurs et des rages.

—-

La chaleur est si forte ! Les cœurs, scarifiés,

Cloués aux autels noirs, ne peuvent plus saigner.

Rouge, jaune, violet, arc-en-ciel espéré

Sur le ciel de lapis des lumières oubliées.

—-

Les rires écarlates aux parfums inconnus,

Échappés des corolles, caressent les peaux nues

Des sorcières égarées. Sous les regards obtus

Des guerriers hébétés, elles dansent dévêtues.

—-

Des quartiers de soleil oubliés pour toujours,

La lune emprisonnée sous un noir abat-jour.

Ne reste que la plainte du pauvre troubadour,

Ses ongles arrachés et son chant désolé.

SUR LE SOFA DES FEMMES.

Par la grâce du Chaman de La De.

—–

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Sur le sofa des femmes je me suis allongé

Leurs ventres respiraient bon la sauge fraîche

Veloutés et bombés comme des tambours tendus

Les fanfares à venir chantaient des airs guerriers

Dans un demi-sommeil je caressais leurs culs.

—-

Toutes les soies de Chine sur leur lit répandues

Les fragrances ombreuses des maquis inconnus

Les ombres disparues des plaisirs sous mes doigts

Qui s’agrippaient crochus à leurs seins plumes d’oie

Et leurs regards perdus tout là-haut au dessus.

—-

La nuit était profonde et mes rêves de lait

Coulaient comme des fontaines, désaltéraient ma bouche

Je volais sous leurs ailes, croquais des cons salés

J’étais heureux tel dieu, elles caressaient ma souche

De leurs yeux de rubis sourdaient des diables laids.

—-

Les étoiles traversaient le ciel, et le nuage

De jais, jamais ne se montrait. La nuit était

Sombre et limpide, je n’avais plus de nom,

Ni souffle décadent, elles étaient blanches et pures

Plus de troubles épais, plus de pensées obscures

—-

Puis le soleil violent a brûlé les toits gris

La chambre des mirages a perdu ses vertus

J’ai vu par la fenêtre voler un colibri

Son poil était si noir que j’ai perdu la vue.

Au royaume des songes j’ai bu le vin de Lie.

UN PAPILLON GIVRÉ.

13324103_10206253636085319_1814059966_o

Le papillon givré de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Roulement de tambour, y’a d’la joie où y’a d’l’amour,

Et le verre fracassé, et la foudre et le vent,

Un mélange étonnant te fouette les sangs.

Dis moi que le matin quand ça sent la vanille

Quand à l’aube du jour, chantent les oiseaux moqueurs,

Les amants, les juments aux croupes de diamant

Qui croquent le destin, qui se brisent les flancs,

Affalés et meurtris dans leurs lits d’organdi,

Te crachent à la figure des brassées de fruits mûrs,

Te chantent des arias, très beaux, très délicats,

Te caressent les seins quand ton cœur est trop plein.

Les oiseaux dans le ciel font des rondes ardentes,

Ta chambre est un jardin peuplé de coccinelles,

Une licorne aveugle te regarde sans te voir,

Une plume de paon frôle ta peau qui ose,

Et tes souvenirs glissent comme une pluie de riz

Qui craque sous tes pas

—–

Un papillon givré, écrasé sous les ongles

De tes pieds insouciants. Ses ailes arc-en-ciel

Immobiles et raidies, à jamais ont pâli.

Tu cours sur les nuées, à gorge déployée,

Les nuages vidés de leurs pleurs damassés,

Les forêts déployées comme des mâts dressés

A la face du ciel aux courbes délicieuses,

Ont ri de te voir nue, toi la superbe gueuse,

Deux passants égarés sur tes landes fleuries,

Sont devenus fous, ton cul les a damnés.

Une sorcière éteinte à force de brûler,

Sur les bûchers des temps, par les hommes embrasés,

Et sa langue de feu, et ses yeux de démon,

Crient de toutes leurs veines. La torche de ses cheveux

Éclaire la grande nuit des vierges sacrifiées.

Là-bas au crépuscule des paupières calcinées,

Ton chant, miroir brisé.

SUR LE BASSIN MÉDITÉRRANÉEN.

Au bord du bassin.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Elle avait le bassin méditerranéen.

On y trouvait des dunes des courbes et des ombres

Des plages et des embruns des havres et des escales

J’aimais m’y enfouir m’oublier corps étreint,

Faire briller l’arc-en-ciel en chassant la palombe

Tomber en pâmoison mourir en bacchanale.

—–

Elle avait des seins comme des enivrements

A y perdre ses vies à prier sous la croix

Les filles en organdi et les filles de foi.

A se gaver de lait de pain et de froment,

Quand au soir d’un matin j’y croquais sous sa loi

La fleur et son bouton attendri et dément.

—-

Elle était un brûlot chargé de baies sauvages

Aux chevilles de verre chaudes comme des tisons

Des cheveux de miel lent à couler les navires

A dresser les démons, les sylphes et les mages.

Les hommes étaient au feu et Vulcain à sa forge

La terre convulsait à la vue de sa gorge.

Dans la savane aride se taisent les lions

Dans les steppes mongoles deux collines chavirent.

—–

Et moi je deviens fou, j’ai perdu la raison.

ET LES SABLES ABOUTIS.

Immémoriales.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Les cheveux lents des chevaux fous, lancés comme des trains effrayants sur les crêtes écumantes des grandes déferlantes

qui tombent comme des rires tonitruants

sur les sables dorés des grèves

désertées.

—-

S’étalent, dévalent, envahissent, emmaillotent,

emprisonnent, entre leurs doigts d’algue verte, les cailloux roulés,

descendus comme des trains d’enfer des sommets

inaccessibles qui surplombent depuis des millénaires les eaux tumultueuses.

—-

Et les sables aboutis, poudre de roche, impalpable comme le temps

qui s’enfuit entre les doigts gourds des humains

 malhabiles.

—-

Ils regardent les pierres lavées, roulées, usées par la patience des eaux et des temps, de leurs yeux désabusés par

les trop fades fausses évidences de la vie qui

s’enfuit.

—-

La grève est vierge comme une courtisane repentie, elle tressaille

sous les caresses intimes du soleil incandescent, elle prend des teintes pastelles, celles des joues des jouvencelles

quand le printemps leur caresse

le ventre.

—-

Les vents tournent comme des toupies impalpables, fouettent les sables qui giflent les filles hardies aux jupes sauvages

et les garçons sont d’impatients roseaux

qui rongent leurs jeunes ongles

au sang.

—-

La vie passe, trépasse et les sables demeurent.

LE CAUCHEMAR MOCH, CAR.

Le Cauchemar Moche, Car de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Pluie battante dans la nuit blanche de la nuit noire, crachin glacé glaçant

à faire fondre les épaules refermées de l’ombre en marche

forcée.

Forcée d’être là sous les épaisseurs chaudes, rassurantes,

dans le douillet apparent

 et là, dans le froid du cauchemar moche

—-

Les gros yeux jaunes des phares éclatants recouvrent le bitume

mouillé d’une laque d’or, opalescence violente à crever les cristallins,

les pupilles têtes d’épingle resserrées, minuscules puits d’ombre, à saigner,

ruisselets rouges sur jais.

Laque d’ambre sombre, laque noire de Chine quand les lumières s’estompent.

A chercher comme un chien perdu

l’introuvable inconnu qui toujours se dérobe.

Escaliers interminables, couloirs sinueux, delta des improbables.

Les grands sapins aux aiguilles empiquetées

s’allongent à n’en plus pouvoir, ombres géantes, menaçantes, mouvantes,

à trancher la route en lacets, perdue sous les rafales d’eaux

cinglantes.

Sous le couvert de la forêt épaisse, les silhouettes stroboscopées

d’animaux courants dans les futaies enténébrées

encadrent les mystères déroulés.

Élégance furtive des regards fuyants, roux

comme des spasmes angoissants,

traces éphémères du sens

absent.

Forge haletante, veines en feu, souffle coupé.

Tout disparait.

Retour, rupture, effroi, très froid.

A grands pas les pieds nus écorchés par les pavés disjoints.

Immense espace vide, parking désert, lumière soufrée des réverbères plantés

dans le goudron.

Sodium liquide effrayant.

La pluie toujours dissout la quête, efface les empreintes

baveuses des limaces blanches, le sillage écarlate du souvenir

des pas perdus.

Marche moche vers l’ailleurs impénétrable, sueurs aigres, souffles aigus,

bronches crevées

—-

Dure-mère sous tension, arachnoïde à se rompre, pie-mère en pleurs, en équilibre

instable sur le corps calleux, sur le pont d’entre deux mondes.

Marche moche, car.

LE VERBE REVIENT.

L’encre de la seiche de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Mais que j’aime ! Rien jamais n’est aussi délicieux.

—-

O non, que non, juste avant que.

—-

Quand au noir du limbique le cours mystérieux résurge du fond des profondeurs inconnues,
il a cheminé longtemps, circonvolué, traversé les strates des mystères,
s’est frayé un chemin du reptilien au cortex,
bravant la conscience, éclatant mors et brides,
renâclant et piaffant comme un yearling sauvage à la crinière ondoyante,
aux sabots de pur cristal, aux naseaux plus soyeux que le plus sauvage des organsins,
pour surgir comme un éclat de rire enfantin,
noircir de sa vie colorée
l’immaculé de la page,
déflorer l’absence,
innocent, arrogant,
insouciant, amoureux
et naïf.

—-

Lui le jet, le flux,
la lave brulante qui pousse au bout des doigts soumis,
il se mêle au flux, le poursuit, le nie ou l’encense.

—-

Le verbe revient.

—-

Le corps exalte, enfle, renait et expire
dans un orgasme inouï.

—-

Flux et reflux immémoriaux.

—-

Vous qui n’êtes pas soumis à son joug,
à sa poigne de jais éblouissant,
à son impitoyable étreinte,
jamais vous ne connaîtrez
la plénitude.