A L’AUTRE BOUT DU MONDE.

A l’autre bout du coeur par La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Ciel de torture, plafond bas, lourd, noir, oppressant

Enclume d’azur mort, dissoute par les eaux

Averses froides pleurées sur les sols sidérés

Mottes dures figées dans les champs désolés

Dans les herbes glacées quelques oiseaux gelés.

—-

Mais de l’autre côté sous le soleil violent

Les terres craquelées des espaces assoiffés

Entre les plaques gercées des savanes brulées

Les sols de boue durcie ouvrent leurs gueules crispées

Dans les herbes roussies quelques oiseaux séchés

—-

Le soleil blanc se mire au miroir des pôles

S’amuse et minaude sur la glace polie

Transparente et si dure quand est tombée la nuit

La lumière est si forte que les ours en sourient

Sur les collines chauves quelques manchots bandits.

—-

A l’autre bout du monde sur les récifs en flammes

Des gorgones maudites balancent lentement

Les clowns se faufilent entre les bras vivants

Des anémones molles aux longs bras flamboyants

Sur les îles turquoise quelques oiseaux bruyants.

—-

Les fauves sont tombés, leurs âmes desséchées

Pendent aux murs chaulés, improbables trophées

Et l’ivoire de leurs dents aux arêtes brisées

Ne mord que l’air ardent des regrets oubliés

Leurs yeux de porcelaine aux regards inviolés

Et la vie a quitté leurs pupilles de jais.

—-

A l’autre bout du monde, les terres disparues

Sous les neiges mortelles. Les corps décortiqués

Des momies enfouies au profond des glaciers

Immobiles et sereines, leurs âmes apaisées

Parlent aux oiseaux au dessus des nuées.

Réagissez