Littinéraires viniques

LA LUMIÈRE S’EST PERDUE

Sergey Fesenko. Noir pailleté d’ambre et d’or.

—-

Texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Le climat est à l’enfer et les loches paressent

Elles rodent affamées autour des coraux morts.

Le soleil dilaté mange l’hiver fragile

Les îles affligées sous l’azur implacable

S’étalent et se fanent, leurs cimes enneigées

Dans la mémoire éteinte des hommes oublieux

Dansent lentement. Doux souvenirs ombreux.

—-

La nuit on entend rire le cœur des pendules

La chouette s’est tue et le hibou s’endort

Aux confins des étoiles le vent des solitudes

A cessé de souffler, entre les mondes morts

La lumière s’est perdue.

—-

Où irons-nous pêcher si les amours pâlissent ?

Dans les ondes putrides

Où nage la sylphide

Dont le grand œil purule ?

 

 

 

DANSENT LES COURTISANES.

La belle immémoriale de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Dansent les courtisanes, belles immémoriales

Aux seins immaculés, dans leurs parures blanches,

Leurs immenses yeux noirs, leurs allures triviales,

Et ta main qui balance, baldaquin de tes hanches.

L’arc-en-ciel des regrets sur ton âme glaciale.

—-

Souviens-toi ces jours où tu riais, mésange,

Insouciante fringante, pouliche aux flancs polis,

Sous tes doigts innocents, toutes ces verges d’anges,

Et ces corps en sueur, ces buissons, ces taillis.

Le cœur enfariné dans le rêve et la fange.

—-

L’assommoir t’a meurtrie, sous ses coups tu ployais

A te briser les dents, sur les chaines ton sang,

Toi l’esclave brisée, sous le mors tu hurlais,

Dans tes bras disloqués tu berçais un enfant.

Dehors le vent soufflait un air noir qui pleurait.

—-

Dans les couloirs obscurs les candélabres gris,

Sous les draps de soie pure, les frôlements discrets,

Et les fentes spumeuses sous les dards extasiés,

A vomir des larmes, rouges laves en sursis.

Souviens-toi de ces nuits aux étoiles fanées.

LE SOLEIL EN RUBAN.

Quand à l’automne, La De prépare son printemps.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Le sable est à l’étal, la mer en petits grains

Sous le vent blanc léger qui effleure son dos,

Le ciel est au vol doux, les oiseaux à l’azur.

Regarde le printemps quand il revient au monde !

—-

Le soleil en ruban s’enroule sur mes doigts,

Les feuilles en bouquets lents, la rose se réveille,

L’écureuil roux est gris, la biche couleur de rêve

Et quand le temps balance, mon âme sous la brise.

—-

Le tonnerre des éclairs et ses griffes grondantes

La mer tombe des cieux, les terres sous-marines

La rage et la fureur des flots de bouillon blanc

Les ondes en courroux. Envole toi dès l’aube.

—-

La couleur s’est enfuie, tapis de sclérotique

Les angles arrondis par les flocons légers

La parure est atone comme une voix blessée

Les arbres en calvaires, seul le soleil est rouge.

—-

Les saisons infinies s’étirent à disparaître

Les ténèbres ont mordu toute la voie lactée,

La tristesse étoilée, les heures comme des puits

Seul le désert est jaune. Immuable. Il sourit.

COUCHÉ SUR LA MER MORTE

L’Arflinquiaprèmé de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

A l’ombre des lumières, l’azur sourd de ses yeux,

Lapis épanoui dans la mine enfoui,

Sur la lande fleurie, les épines en fruits,

Sous les frémissements sa peau est en bataille,

Par les monts, les vallons, les forêts et les failles,

Quand les sabres fourbus d’avoir ouvert les cieux,

Sous les eaux, les sanglots qui abreuvent son lit

Abattent les mirages qui tremblent dans la nuit.

—–

Couché sur l’écran noir, j’aligne des mots blancs.

—–

Les montagnes perdues dans le fond des abysses,

Quand le chevalier mort galope, rue, entre en lice,

L’hydre, la salamandre, le poison dans le feu,

Les collines noircies ont éteint l’incendie,

Longues langues d’or en flamme sur le ciel bleu de nuit,

Les heures, ongles brisés, déliquescents aveux,

Ruptures explosives, volcans et laves lisses,

Au cœur du muscle rouge gisent les immondices.

—–

Couché sur l’écran bleu, courent les mots du vent.

—–

Sous l’os épais des crânes, circonvoluent aussi

Les guirlandes de phrases accouchées mortes nées,

Oubliées sur les landes des  nuages perclus,

Les rats aux museaux fins les rongent à l’infini.

L’encre, la bile noire, sang séché racorni,

Engluée, putréfiée à la pointe effilée,

Drames épouvantables, clairs horizons perdus,

La plume de mes doigts à la pulpe rosie.

—–

Couché sur la mer morte, à me crever les yeux.

LES MUSICIENS MORTS.

Le petit théâtre de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Sur les touches blanches du cercueil obscur courent les araignées pâles aux griffes rouges.

—–

Elles se promènent d’un bout à l’autre du clavier.

Les longs trémolos bleus soupirent jusqu’au fond des empires perdus.

En écho, à l’autre bout de la queue arrondie laquée de noir aveuglant,

sous les lumières artificielles des salles veloutées de bordeaux patiné,

en pluie sonore,

les notes retombent, multicolores,

sur les nuques vannées des spectateurs aveugles.

—-

Les soies frissonnent, les queues de pie s’affaissent.

—-

Sous le coffre de bois lourd, deux  escarpins vernis, luisant comme des yeux aux regards éteints, actionnent sans effort

de lourdes pédales de bronze.

—-

Sur les dalles de marbre précieux qui recouvrent le péristyle des théâtres prestigieux,

dans les couloirs feutrés, sur la soie tressée des tapis épais longuement brossés,

les pas conquérants des grandes femmes aux longs cols de cygne blessé,

ont perdu leurs voix.

Chacun de leur pas, tellement étudié, maitrisé et élégant, s’accorde au chapelet de notes lointaines qui coulent, langoureux, liquide et gracieux sur la scène, comme la lumière frisante d’un soleil couchant sur la toile d’un Soulages voguant dans le silence de l’espace tendu

entre Vénus et Mars.

—-

De grands hommes que l’histoire de l’humanité mourante ne retiendra pas,

élégamment vêtus d’étoffes rares aux moires délicates, les suivent ou les précèdent,

selon leur rang supposé dans la hiérarchie muette des conventions surannées.

Le bruit de leurs bottines de cuir fin,

souples, taillées à même leurs pieds aux os fragiles,

étouffé par l’épaisseur des tapis andrinople,

ne résonne pas,

et les croquenots pour pieds de race, pleurent de désespoir.

Le sol, miroir claquant, lisse et luxueux, des marbres du vestibule immense aux fausses colonnes grecques, est, a contrario, fait pour eux qui aiment tant à parader mine de rien, et jouer du talon sur la peau froide du sol des prestiges.

—-

Sur les touches ivoirines du piano à queue de pie sage courent les doigts saignants des musiciens morts.

RESPIRE LE VENT COURANT.

Quand La De tourneboule.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Je ne suis pas et je suis à la fois,

comme une histoire de foi et de fous

dans les villes là-bas, si lointaines et si proches,

nom de Dieu toutes ces cloches,

elles sonnent à mort dans le vent !

Regarde donc le ciel si désert et si beau

et ces eaux d’encre berçante,

à reverdir les âmes inquiètes et les esprits chagrins.

—-

Respire le vent courant,

les parfums obscurs des chiens errants,

les effluves des meutes derrière les cerfs saignants

le soir au charbon des lisères,

Et les serments ardents des vautours perchés

sur les flancs crevés

Des moutons dépecés accrochés aux rochers

des montagnes de pierres et de cairns croulants,

les feulements puissants des crinières hérissées,

les griffes déchirantes, les peurs implorantes,

Et la furie masquée des danseurs empourprés.

—–

Mais n’oublie pas là-bas

les eaux lourdes des fleurs en pleurs,

 les sourires éclatants des enfants mille dents d’ivoires et de perles,

et les soies salées

des grands lagons au petit matin levant.

—–

Touche et caresse du bout de tes doigts absents,

le chocolat chaud des goûters d’antan,

le tissu rêche des revêches à confesse,

les écailles lisses des tortues vertes

les éventails déployés des gorgones rougissantes,

la splendeur des ombres

le soir finissant,

le rosé veiné de deux seins frémissants.

—–
Et les comètes  lentes,

Au tombant des planètes,

La musique des sphères aux confins des espaces,

le magie délétère,

le fer et les éthers,

L’antre des monstres pairs

et la splendeur des mers,

Et le cristal de roche enfoui sous les glaces.

Le soleil est absent,

il est tombé si bas.

—–

N’oublie pas.

LES RIRES ÉCARLATES.

L’Astre double de La De.

—–

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Des tranches de soleil grillées au feu de bois,

Et la lune montante au-dessus de la loi,

Les hommes calcinés  sous les feux de la foi.

Demeurent les oiseaux fous au comble de l’effroi.

—-

Des mains aux doigts noircis dessinent dans le ciel

De longs nuages blancs au-dessus des ombrelles,

Leurs traines incertaines imaginent à tire d’aile

De longues arabesques accrochées aux oriels

—-

L’horizon incertain reflète les mirages,

Les vapeurs diaphanes des rêves et des naufrages.

Tout au bout de nulle part, adviennent les abordages

Aux deltas sinueux des peurs et des rages.

—-

La chaleur est si forte ! Les cœurs, scarifiés,

Cloués aux autels noirs, ne peuvent plus saigner.

Rouge, jaune, violet, arc-en-ciel espéré

Sur le ciel de lapis des lumières oubliées.

—-

Les rires écarlates aux parfums inconnus,

Échappés des corolles, caressent les peaux nues

Des sorcières égarées. Sous les regards obtus

Des guerriers hébétés, elles dansent dévêtues.

—-

Des quartiers de soleil oubliés pour toujours,

La lune emprisonnée sous un noir abat-jour.

Ne reste que la plainte du pauvre troubadour,

Ses ongles arrachés et son chant désolé.

SUR LE SOFA DES FEMMES.

Par la grâce du Chaman de La De.

—–

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Sur le sofa des femmes je me suis allongé

Leurs ventres respiraient bon la sauge fraîche

Veloutés et bombés comme des tambours tendus

Les fanfares à venir chantaient des airs guerriers

Dans un demi-sommeil je caressais leurs culs.

—-

Toutes les soies de Chine sur leur lit répandues

Les fragrances ombreuses des maquis inconnus

Les ombres disparues des plaisirs sous mes doigts

Qui s’agrippaient crochus à leurs seins plumes d’oie

Et leurs regards perdus tout là-haut au dessus.

—-

La nuit était profonde et mes rêves de lait

Coulaient comme des fontaines, désaltéraient ma bouche

Je volais sous leurs ailes, croquais des cons salés

J’étais heureux tel dieu, elles caressaient ma souche

De leurs yeux de rubis sourdaient des diables laids.

—-

Les étoiles traversaient le ciel, et le nuage

De jais, jamais ne se montrait. La nuit était

Sombre et limpide, je n’avais plus de nom,

Ni souffle décadent, elles étaient blanches et pures

Plus de troubles épais, plus de pensées obscures

—-

Puis le soleil violent a brûlé les toits gris

La chambre des mirages a perdu ses vertus

J’ai vu par la fenêtre voler un colibri

Son poil était si noir que j’ai perdu la vue.

Au royaume des songes j’ai bu le vin de Lie.

UN COLIBRI.

13633364_10206662008774381_1346756353_o

Le vol du Diable par La De.

—–

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Plus rapide qu’un trait, il file dans l’azur,

Le soleil abricot, sur ses plumes électriques,

Moire ses ailes bleues de lueurs maléfiques,

Cet oiseau minuscule au regard noir et dur,

Son habit d’arlequin cache un esprit malin,

Un démon infernal habillé de satin.

—–

Il pique dans les fleurs son très long bec pointu,

Et vide les berceaux de leur pollen charnu,

Leurs corolles s’étiolent et s’affaissent flapies,

Vidées de leurs âmes par l’affreux colibri.

Comme un diable énervé il apparaît soudain,

Et les roses frissonnent aux massifs des jardins.

—-

Les coccinelles jaunes en rougissent de peur,

Même les hannetons aux corps de bakélite,

Comme les sauterelles, sortent de leur torpeur,

Les insectes se cachent quand survient le tueur

Les papillons se terrent, leurs ailes se replient.

L’insigne volatile inspire la terreur.

—-

Le petit roi des airs se rengorge, fait le fier,

L’arrogant cynanthus est le dieu des enfers,

Rien ne l’arrête plus, de sa gorge rubis

Sort un chant ridicule, un pauvre gazouillis,

Il fonce aux quatre coins pour finir prisonnier,

Du grand piège parfait tendu par l’araignée.

—–

Dans le coin de sa toile, affutant ses longs crocs,

L’épeire au ventre blanc va sucer le moineau.

UN PAPILLON GIVRÉ.

13324103_10206253636085319_1814059966_o

Le papillon givré de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Roulement de tambour, y’a d’la joie où y’a d’l’amour,

Et le verre fracassé, et la foudre et le vent,

Un mélange étonnant te fouette les sangs.

Dis moi que le matin quand ça sent la vanille

Quand à l’aube du jour, chantent les oiseaux moqueurs,

Les amants, les juments aux croupes de diamant

Qui croquent le destin, qui se brisent les flancs,

Affalés et meurtris dans leurs lits d’organdi,

Te crachent à la figure des brassées de fruits mûrs,

Te chantent des arias, très beaux, très délicats,

Te caressent les seins quand ton cœur est trop plein.

Les oiseaux dans le ciel font des rondes ardentes,

Ta chambre est un jardin peuplé de coccinelles,

Une licorne aveugle te regarde sans te voir,

Une plume de paon frôle ta peau qui ose,

Et tes souvenirs glissent comme une pluie de riz

Qui craque sous tes pas

—–

Un papillon givré, écrasé sous les ongles

De tes pieds insouciants. Ses ailes arc-en-ciel

Immobiles et raidies, à jamais ont pâli.

Tu cours sur les nuées, à gorge déployée,

Les nuages vidés de leurs pleurs damassés,

Les forêts déployées comme des mâts dressés

A la face du ciel aux courbes délicieuses,

Ont ri de te voir nue, toi la superbe gueuse,

Deux passants égarés sur tes landes fleuries,

Sont devenus fous, ton cul les a damnés.

Une sorcière éteinte à force de brûler,

Sur les bûchers des temps, par les hommes embrasés,

Et sa langue de feu, et ses yeux de démon,

Crient de toutes leurs veines. La torche de ses cheveux

Éclaire la grande nuit des vierges sacrifiées.

Là-bas au crépuscule des paupières calcinées,

Ton chant, miroir brisé.