LE SOLEIL EN RUBAN.

Quand à l’automne, La De prépare son printemps.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Le sable est à l’étal, la mer en petits grains

Sous le vent blanc léger qui effleure son dos,

Le ciel est au vol doux, les oiseaux à l’azur.

Regarde le printemps quand il revient au monde !

—-

Le soleil en ruban s’enroule sur mes doigts,

Les feuilles en bouquets lents, la rose se réveille,

L’écureuil roux est gris, la biche couleur de rêve

Et quand le temps balance, mon âme sous la brise.

—-

Le tonnerre des éclairs et ses griffes grondantes

La mer tombe des cieux, les terres sous-marines

La rage et la fureur des flots de bouillon blanc

Les ondes en courroux. Envole toi dès l’aube.

—-

La couleur s’est enfuie, tapis de sclérotique

Les angles arrondis par les flocons légers

La parure est atone comme une voix blessée

Les arbres en calvaires, seul le soleil est rouge.

—-

Les saisons infinies s’étirent à disparaître

Les ténèbres ont mordu toute la voie lactée,

La tristesse étoilée, les heures comme des puits

Seul le désert est jaune. Immuable. Il sourit.

Réagissez