Littinéraires viniques

LES MOTS.

Les mots noyés de La De.

—–

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Les mots on disparu, le verbe s’est noyé

Sous les glaces polaires des temps accumulés

Les saillies enfoncées dans l’oubli des nuits claires

Dans les rêves obscurs, dans les lumières éteintes

Au secret des jours creux, dans l’alcôve aux étreintes

Au long de ces années, au fil de la rapière.

—-

Les mots ont leur vie propre, ils font ce qu’il leur plaît

Ils viennent quand ils veulent, violents éjaculés,

Se rient du libre arbitre des conventions défuntes

Petits mots ou grands cris, les mots aux cœurs sans crainte

Déroulent leurs guirlandes et n’ont pas peur d’oser.

—-

Des penseurs débridés, des poètes abscons,

Aux discours lénifiants qui pendent aux balcons

En grappes de fruits blettes, en discours fanfarons

Les mots dans le secret sont comme des fanfares

Qui rugissent ou se taisent aux cordes des cithares.

—-

Parfois ils sont la lame, ils fendent les cœurs noirs

On ne les attend pas, c’est alors qu’ils déferlent

Étincèlent et rutilent en mille feux grégeois

Ils sont les perles rares qui brulent de savoir

Pourquoi la mort est tendre le soir au creux des bois.

TU CHANTES AVEC JULIETTE.

11749796_10204412220131071_1648023515_n-3 (Copier)

Avec un choeur de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Au temps des herbes molles

Les vagues étaient si folles,

Écumes et alvéoles,

Que même Savonarole

Avait une auréole.

–—

Au temps des herbes bleues

Tous les canards boiteux

Se tenaient par la queue.

Et valsent les adieux

Amours en camaïeux.

–—

Dis-moi douce Héloïse,

Que du fond de ta mouise,

Ma douce, mon exquise,

Toutes tes herbes frisent.

Et brûle la banquise !

–—

Au temps des herbes rouges

Ça tangue, un pur baroud,

Et même, oui ! Ça bouge.

Le soir, dans le boudoir

Le chant grave de l’oud.

–—

Au temps des herbes lentes,

Mon âme, mon ondulante,

Ma radieuse, ma radiante,

Ta cambrure et tes sentes,

Tu embaumes et me hantes.

–—

Dis-moi enfantelette,

Qu’au pays des mirettes,

Coquillette, chenillette,

Quand pleure la muette,

Tu chantes avec Juliette.

––

Au temps des herbes mortes

Le printemps à la porte

Et le vent nous emporte,

Ma plume, mon eau-forte.

Les amours en cohortes.

–—

Au matin des cerises,

Marquise, tu vocalises …

VULCAIN EST AU MARTEAU.

Dans les ors souterrains de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Immuable sourire à faire saigner les os

Et dans leurs yeux où les larmes s’entrechoquent

Comme les pierres dures au fond du vieux lavoir

Une lueur cruelle scintille dans le noir.

Amoureux des cyprès, le vent râle dans le soir.

Les extravagances aux doigts enfarinés

Dessinent dans les champs, au ras bord des fossés

Des fleurs lasses blasées aux corolles évasées

Alanguies et blafardes soumises aux élixirs

Au milieu d’hommes bruns aux yeux couverts de cire

Elles parlent la langue noble elles tournent elles virent

Leurs gestes sont gracieux à faire tomber les sbires

La bohème des lustres éblouit les aveugles

Les hommes se repaissent, les elfes évanescents

Déambulent légers, bavards et languissants.

Il faut rire aux éclats au thé des belles gueules.

Dans le parc au-dehors au bal des vieux guerriers

Les biches peintes de lait ouvrent leurs yeux mouillés

Les cerfs aux nobles cors et les jeunes feux follets

Dévorent à satiété les feuilles de l’année.

—-

Au centre de la terre, Vulcain est au marteau.

SOUS LA TERRE CERCUEIL.

L’avoir été de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

L’ancien âge est un âge dont nul ne sait jamais,

Ce qu’il est, a été, ou bien ce qu’il sera,

C’est un mythe rassurant, un refuge niais,

La caverne d’Ali, le royaume des babas.

—-

L’ancien temps est un temps où les vieux étaient frais,

Mais le présent des vieux est un bouquet fané,

Du bout de leur pinceau, ils prennent les couleurs,

Dans la mémoire obscure des souvenirs en fleurs.

—-

Le passé disparu, passé décomposé,

Il croupit tout au fond des jarres empilées

Sous les strates épaisses et les murs écroulés

 Sous la terre cercueil des mensonges exhumés.

—-

Les grains de sable blanc continuent de couler

Dans le sablier d’or perdu dans les allées,

A l’ombre des vieux chênes où j’allais reposer

Les filles impermanentes rient à gorge emperlées.

—-

Les yeux blancs du  ciel fauve, de jour comme de nuit,

Reviennent à jamais dire aux hommes implorants,

Que le jour flamboyant, que le noir de la nuit,

Sont plus clairs, bien plus clairs, que les yeux des amants.

LES YEUX ÉCARQUILLÉS.

17838775_10208640081024951_1017798153_o (2)

Le moulin à plumes de La De.

—–

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

La conscience est au pôle, blanc comme une absence, où le soleil ne baisse jamais

les yeux sur les paysages sauvages illuminés jour et nuit.

Dans les pâturages infinis des espaces nordiques coulent de grands troupeaux

de rennes laineux, en vagues lentes, dans la brume glacée qui scintille.

Des ces lieux arrêtés, comme l’est le temps l’été durant, l’esprit du monde ne dort jamais.

Ses yeux sont les grands lacs immobiles, et leurs regards d’eau verte,

qui ne clignent jamais,

regardent, écarquillés, la pulpe jaune des ardeurs solaires

et leurs reflets dansants.

Ils ondulent et jouent sur les grandes ondes circulaires,

s’élargissant lentement jusqu’aux rives désertes.

Au ras de la surface aveugle

de ces pupilles multiples, les poissons joueurs, de leurs nageoires

noires, s’évertuent en vain à fendre les flots qui toujours

se referment.

La terre craque et soupire sous la flore timide.

La chaleur dessine sur les pans figés des glaces hivernales

des ruisselets, dont les mailles sculptent sur le sol consentant des résilles

fragiles, des chapelets de gouttes irradiées

qu’aucune Arachné n’habite .

Parfois, le temps d’un sourire esquissé, une fleur pointe le bout de sa corolle

ardente.

 C’est en ces vastes lieux que s’élaborent les possibles plans des futurs imaginés.

Qui sait lequel sera élu?

Le temps est à l’éternité qui jamais ne connaît le repos.

Les yeux écarquillés jusqu’à ce que la nuit, enfin, vienne.

SIMPLE ET PARFAIT.

27

Les diamants de feu de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Une langue de feu a léché le jardin,

A poudré de diamant la nature sidérée.

Sous le ciel bleu cruel les branches noires se tordent,

Poussent des cris muets étouffés par la glace,

Comme des os brulés elles implorent la grâce

Du cristal translucide qui tue le bois vivace.

Éole s’en est allé pousser ses alizés

Au sud de l’équateur, où les eaux irisées

Des mers de turquoise aux vagues déployées,

Moutonnent chaudes et claires sous le soleil salé.

Très loin dans les cieux noirs, au silence éternel,

La terre, pomme bleue, est toujours aussi belle.

Aux confins des espaces le temps est arrêté,

Les sphères rondes tournent, le silence éthéré,

Tout est simple et parfait.

UN LIVRE DE VIE FORTE.

La vie en rouge et noir de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Un livre de vie forte écrit avec le sang

Bouillonnante, écarlate, éclaboussante vie

 Un sang rouge cerise, un sang neuf de printemps

Du noir sang à venir jaillissent les tourments

Dans les rus sinueux qui dévalent à l’envi

Rouge et noir s’étalent en bouquets enivrants.

Caucherêve excédé, délire de soie moirée

Dans les secrets morts nés à l’ombre des vasques brunes

Aux nuits des peurs noires, au fond des puits cendrés

Entre les corps musqués des vouivres importunes

Aux heures desquamées sonnées à la volée

Arcs-en-ciel aveuglants, artifices cinglants

Les cloches disparues des temps infatués.

MATRICIEL.

Les incréés de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Alors ils lui dirent de se taire.

Et il se tut.

Dans le ciel obscur les ténèbres palpitaient comme une poitrine à bout de souffle, une poitrine peau d’ébène épuisée, une vieille forge à bout de braise dont le soufflet de cuir racorni ne parvenait plus à faire vivre le feu nécessaire.

Alors la surface se fragmenta, des failles s’ouvrirent jusqu’aux horizons des possibles, la chaleur suffocante déborda des entrailles, les énergies enfouies fulminèrent, le soufre incandescent putréfia l’atmosphère.

L’éclosion, l’explosion de l’utérus premier n’allait pas tarder à bouleverser les équilibres morts des premiers éléments agités depuis les origines d’avant que la vie soit

Alors ce fut comme un souffle ténu, à peine perceptible, le vent des résonances, une seule note douce.

Et lui qui n’était pas, le perçut.

Aux confins des systèmes, à l’infini des espaces galactiques, les vents furieux qui éructent, plus puissants, plus infernaux, plus dévastateurs que les plus terribles cataclysmes naturels, plus horribles que les plus effroyables abominations nées des pires consciences cruelles, sentirent monter vers eux ce soupir de presque rien.

Ils lui ouvrirent leurs vibrations et l’accueillirent.

Alors ce fut une nouvelle ère.

Le temps neuf réapparut.

Dans l’espace, les planètes incréées se remirent à tourner immuablement dans la tête de l’endormi.

Les forces changèrent et se mirent à l’œuvre.

Il faudra attendre encore longtemps avant que soit ce qui doit être.

RAS LE VERGLAS.

Les oeillets de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Au petit déjeuner un bel œuf de basse-cour

Il n’était pas dix heures, l’heure du juste velours

De l’estomac serré qui se met à rebours

Et voilà que onze heures sonnent au clocher du bourg

Tous se précipitent, les maigres et les lourds

Ça tangue, et ça se vautre, et ça trinque tour-à-tour

Et le jaune coule à flot, c’est le bonheur du jour.

—–

Dans les champs désertés les oiseaux se déplument

On entend les marteaux frapper sur les enclumes

Les rues sont à la pluie, les femmes se parfument

Accrochées à leurs doigts, dans les troquets elles fument

De longues cigarettes. Sous leurs voilettes elles hument

Leurs regards volettent et les hommes s’enrhument

C’est pas demain la veille qu’ils grimperont aux dunes.

—–

Je me suis assoupi, je crois que j’étais las

Comme une lampe morte, et je griffais les draps

J’aurais voulu glisser, le cul ras le verglas

Me rouler dans la neige, courir à tour de bras

M’envoler en chantant et partir là-bas

Où les femmes sont belles et les enfants bien gras

Mais Newton ne veut pas et je ne vole pas.

—–

Je me traîne ici bas, il est bien temps que j’aille

Croquer à pleines dents la caille et la racaille

En hurlant comme un fou, que je coure et rôdaille

Le nez sur le bitume. Pauvre perce-muraille

Ferme tes yeux vairons, retourne à ta mouscaille

Jamais tu ne sauras danser la passacaille

Replonge écrivailler, tailler à la cisaille.

—–

Sur le fumier fumant, les œillets des poètes.

TOUT CA EST COMME UN RÊVE

Le flocon de cristal étoilé de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

C’est un flocon, un cristal, une petite étoile

Le ciel est à la neige, le monde à la bonté

La lune est comme un cierge, une félicité

Les arbres sont à blanc, le froid est à pleurer

Comme un pape si pâle que son aube a gelé.

La mandarine orange perdue sur un grand champ

Sa pelure plissée a recouvert mon flanc

Le ciel est d’azur pur, les nuages envolés

Tout en bas, tout là-bas, la plaine immaculée

Découvre l’infini des paroles oubliées.

Les traces des sabots dessinent une arabesque

C’est une danse froide, c’est le chant des mauresques

Aux ventres arrêtés, aux bras écartelés,

Avec leurs seins figés et leurs grands yeux crevés.

—-

Les voyelles s’envolent les consonnes les blessent

Leurs chants ont la douceur des osties à la messe

C’est un rêve tremblant, affreux, un peu fiévreux.

Mais la chair est joyeuse sous les doigts amoureux

J’ai bu dans les étoiles, j’ai lu à rendre loup

Je ne crois pas en Dieu qui n’est pas assez fou.