LES RIRES ÉCARLATES.

L’Astre double de La De.

—–

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Des tranches de soleil grillées au feu de bois,

Et la lune montante au-dessus de la loi,

Les hommes calcinés  sous les feux de la foi.

Demeurent les oiseaux fous au comble de l’effroi.

—-

Des mains aux doigts noircis dessinent dans le ciel

De longs nuages blancs au-dessus des ombrelles,

Leurs traines incertaines imaginent à tire d’aile

De longues arabesques accrochées aux oriels

—-

L’horizon incertain reflète les mirages,

Les vapeurs diaphanes des rêves et des naufrages.

Tout au bout de nulle part, adviennent les abordages

Aux deltas sinueux des peurs et des rages.

—-

La chaleur est si forte ! Les cœurs, scarifiés,

Cloués aux autels noirs, ne peuvent plus saigner.

Rouge, jaune, violet, arc-en-ciel espéré

Sur le ciel de lapis des lumières oubliées.

—-

Les rires écarlates aux parfums inconnus,

Échappés des corolles, caressent les peaux nues

Des sorcières égarées. Sous les regards obtus

Des guerriers hébétés, elles dansent dévêtues.

—-

Des quartiers de soleil oubliés pour toujours,

La lune emprisonnée sous un noir abat-jour.

Ne reste que la plainte du pauvre troubadour,

Ses ongles arrachés et son chant désolé.

Commentaires
Réagissez