Littinéraires viniques

ACHILLE ET MARIE MADELEINE …

Le Titien. Marie Madeleine repentante.

L’après midi de sa première évasion

Achille fut mis sous perfusion. L’équipe soignante avait décidé de le calmer. Docilement, il s’était laissé faire. Allongé sur son lit, les yeux au blanc du plafond de sa chambre, il regardait filer les nimbus dodus qui traversaient la pièce. Il avait beau s’exténuer, il n’arrivait pas à modifier leurs contours. Tous étaient petits, replets, identiques. Il aurait aimé voir courir des nuées effilochées, des cumulus crémeux gonflés de pluies lustrales, des stratus évanescents, un ciel varié, qui l’aurait distrait. Mais les gouttelettes incolores qui descendaient régulièrement de la poche de plastique mou, se diluaient régulièrement dans la grosse veine bleue qui battait sous la peau de son bras droit. Le niveau du liquide censé l’apaiser, ne baissait que trop lentement, il se crut cloué là, ad vitam … Sous l’os de son crâne têtu, il sentait bien que l’indifférence au monde le gagnait, mais par un effort désespéré du peu de conscience claire qu’il parvenait à conserver sous la camisole chimique, sa colère, bien qu’anesthésiée, grondait encore. Il s’y accrochait de toutes ses forces. Sous le masque paisible de son visage inexpressif, l’araignée balbutiait encore.

Deux jours d’immobilité forcée, deux jours entiers à regarder couler le liquide qui lui brouille la tête insidieusement. Le troisième jour, de bon matin, Achille repart, passe la porte et s’élance dans le parc, sur les chemins enivrants, galopant comme un malade ! Sous ses pieds, les feuilles mortes, aux couleurs exhaussées par la pluie, déploient un tapis de couleurs saturées. Une palette automnale qui va du vert bronze au pur cacao, en passant par le rouge foncé des feuilles d’érables, et le jaune d’or des sequins de Ginkgos à demi dépouillés. Achille veut arracher à son corps saturé ces molécules délétères. Au bout d’une heure, malgré la fatigue, il accélère et ses poumons chantent. Le sang pulse dans ses veines, irrigue ses muscles qu’il assouplit. Sa foulée s’allonge, ses angoisses se dissipent, dans ses jambes les énergies terriennes montent et le nourrissent. Dans sa tête, l’araignée, submergée par les endorphines, se recroqueville et se tait au bout d’un moment. Mais elle n’a pas dit son dernier mot, elle sait bien que les blouses blanches sont ses alliées, qui attendent le retour du fou qui peine à retrouver ses sens.

Au dessus de lui, les arbres se rejoignent et lui font haie d’horreur. Entre leurs branches noires menaçantes, le soleil pâle de l’hiver naissant le fouette de ses rayons tièdes. La tête lui tourne un peu. L’effet stroboscopique, comme un mantra de lumières changeantes, l’anesthésie et l’aide à dépasser la douleur. Avoir mal pour submerger la souffrance. Les dards aigus des flaves aveuglantes lui brûlent la rétine et lui serrent le cœur à se rompre. Dans ses artères le sang pulse violemment, sous son crâne les tambours du Bronx s’affolent, sur sa peau la sueur coule à rus continus, roule dans son dos, dessine sur son vêtement des formes improbables. Il fume comme une usine qui rejette au ciel ses polluants. Sous ses pieds, Achille sent le sol spongieux qui le relance, il lui semble presque voler. Après une série de lacets sinueux entre les futaies, il aborde une longue ligne droite bordée de grands arbres à demi dénudés, et retrouve le ciel à l’azur peigné de reflets orangés. Au loin, sur un tas de bûches alignées au pied d’un gros chêne, un écureuil le regarde foncer sur lui. Un gros rouquin au pelage d’hiver, à la queue épaisse qui se relève en panache, et tremble au-dessus de son chef comme une perruque de carnaval. Achille se rapproche à foulées, maintenant saccadées, l’animal ne bouge pas, comme pétrifié. Ses petits yeux en boutons de bottines vernies le suivent. Au juste moment où Achille arrive à sa hauteur, le petit animal disparaît d’un coup, comme s’il n’avait jamais été là. Au passage de l’arbre, il l’aperçoit, pattes écartées, croché au tronc de l’arbre. Le bout de son museau dépasse à peine et son oeil brillant le fixe toujours. Sans trop savoir pourquoi, Achille le surnomme Octave

Au retour, l’escadron blanc l’entoure et piaille en faisant son gentil pas content. Achille le traverse sans un mot et file vers sa chambre, l’air méchant, en ressort à poil, fait face toutes affaires ballantes, puis file porte d’en face, dans la salle des douches. Dans le couloir, ça jacasse, c’est aigu, blessant, ça lui arrache la peau. Il se retourne, hurle « MERDE !!!! » et s’assied sous l’eau bouillante. Longtemps. Le bruit de l’onde l’apaise, l’isole du monde. La tête posée sur ses genoux que ses bras enserrent, il fait la boule des origines sous le flot qui le rassure.

Le lendemain, la psychiatre Irlandaise à la chevelure flamboyante, lui explique à nouveau et longuement, les bienfaits du repos conjugué au traitement cachetonneux. Achille se tait, perdu dans la contemplation de ses jambes galbées, vraiment belles, gaînées de bas verts qui remontent loin sous une jupette rousse du meilleur effet. Il a le regard tellement fixe qu’elle finit par comprendre, remue sur sa chaise, croise et recroise les jambes, tire sur sa jupe, retire et se tortille, mal à l’aise, gênée. Mais Achille lui, la croit flattée, alors il relève la tête, lui envoie un regard torve, lui fait sa bouche molle de dingue, et en profite pour se régaler de cette belle paire de seins conquérants que soulève la respiration de la grivelée, trop rapide pour être normale. La soie verte, un peu sauvage (?) qui emmaillote les deux superbes supposées poires oblongues, sous la pression se tend, et baille un peu. A la vue de cette magnifique créature, Achille s’est retiré, quelque part du côté du XVI ème siècle Italien, et voyage dans les allées du Louvre, l’oeil résolument fixé sur les taches de sons qui décorent le minuscule carré de peau, laiteuse à souhait, qu’il aperçoit au dessus du bouton de nacre prêt à sauter. La Marie Madeleine repentante du Titien continue son babillage au charmant accent, qu’il n’écoute pas. Losrqu’il revient de son voyage émouvant, il l’entend lui demander son avis. Plus coi qu’un couard, Achille tire les rideaux, et affiche le regard vitreux d’une huître de mer trop longtemps exposée au soleil. La doctoresse (quel vilain mot pour une si belle personne !), quelque peu décontenancée devant son regard de noyé, bafouille un peu son prêche et finit par se réfugier sous l’autorité du médecin-chef, lui annonçant qu’il le verrait le lendemain. Achille, derrière son regard absent, plus sourd qu’un ours polaire, continue de se la dévorer, de se l’imprimer profondément dans le bulbe, pour s’en régaler la nuit venue.

A lui les délices nocturnes,

A lui la sérotonine à gogo …

Cette robe si pâle, qu’elle en paraît blanche, Achille le rescapé s’y est perdu. Dans les ombres de la nuit qui l’entoure et les poisses visqueuses qui remontent du passé, il se recroqueville, affalé sur son siège, et s’accroche au cuir vert de son bureau. Du fond du cristal, que la lumière vive de la lampe pare de fantômes ondoyants, jaillissent les ombres blanches à peine entraperçues des blouses du passé. Elles nagent dans l’onde claire, et les bulles fines qui cherchent l’air de la surface pour éclore en parfums subtils, les renvoient en enfer. Ce vin que l’on dit de fête l’a replongé au temps de son double enfermement, dans l’espace clos de l’hôpital, et celui plus subtil des affres de l’âme. Un champagne de Francis Boulard, un « Blanc de Blancs » pour l’occasion, et « Vieilles Vignes » comme lui, vieux cep chenu égaré dans les vignes du seigneur en cette sinistre nuit du 31 Décembre 2012. Minuit a passé, le bruit factice des fausses embrassades – comme une troupe de rats ivres et bruyants – a traversé la ville. Voitures hurleuses, cris épars, chansons braillées, tronches congestionnées, sueurs glacées, choeurs dissonnants mangés par la nuit qui tient à son silence. Qui reprend la maîtrise des espaces assoupis. Sa patience lourde a fini par assommer les corps qui tombent en fatras dans les villes immobiles. Les vapeurs malodorantes des gueuloirs à ras bord qui ronflent comme des outres gorgées, cèdent enfin. Une fois encore le temps a vaincu.

Achille a frissonné …

Il respire à plein nez les parfums purs du chardonnay brut nature qui chante le temps des fleurs, les fragrances fraîches des pêches blanches mûres, et les volutes à peine beurrées des brioches chaudes le matin au réveil. Le vin, lui, est ami du temps qui le magnifie. Il n’est pas comme les hommes qui le haïssent. Dans la bouche attentive d’Achille, le vin sourit, sa matière ronde, son gras léger, ses bulles fines le chatouillent, l’éveillent à l’harmonie du silence retrouvé. Au dehors la nuit continue à purifier l’air et la terre, tandis qu’au palais d’Achille le vin a laissé place propre, le sel fin des terres qui l’ont porté, aussi. Pour un temps le champagne a lavé sa mémoire, ses bulles, qui pétillent encore, ont apaisé les phlyctènes douloureuses du passé …

Demain, il faudra bien,

Que le Mandarin des désespoirs l’entende.

EMENOBULTILÉECONE.

SOUS LE PLAFOND D’ACHILLE …

Odilon Redon. Araignée qui sourit.

Achille n’arrivait pas à démarrer …

Collé au siège de sa voiture, à la nuit tombante en cette fin d’automne, comme une sardine dans sa boite, figé, hébété, cloué, il avait beau mobiliser toutes ses ressources, il ne savait plus. Une seule phrase lui tournait dans la tête, aussi stupide qu’obsédante, « araignée dans ta tête, araignée dans ta tête … ». C’est ce « ta » qui l’inquiétait ; mais qui pouvait bien lui parler, alors qu’à l’habitude, il pensait, comme tout le monde (?) sans utiliser de pronom personnel, et surtout moins encore, à la deuxième personne ? L’étrange chant ne cessait pas, comme une incantation douce qui lentement l’immobilisait sur ce parking. Puis vinrent les suées, fortes, inondantes, qui viraient à la glace, tant il faisait froid. La pluie ruisselait sur son pare-brise et brouillait le paysage monochrome. Le monde, lui aussi suait. Il lui fallut bien trente minutes pour se calmer un peu et trouver le courage de lancer le moteur. Les deux kilomètres qui le séparaient de chez lui n’en finissaient pas, il se gara trois fois, le pouls à la folie. Quand il ouvrit la porte de ses pénates, c’était comme s’il revenait au monde. Un peu. Les jours suivants, il tenta, maladroit et fragile, de faire illusion et travailla en pilotage automatique. Quelques regards étonnés qu’il croisa, vite détournés, lui dirent que son malaise transparaissait quand même. Les matins d’après, il eut de plus en plus de mal à s’extirper de son lit collant. C’était comme s’il avait fondu, comme s’il n’arrivait pas à se rassembler. Ses nuits étaient si blanches qu’il y voyait comme en plein jour. L’araignée souriait, fidèle, et gringottait sa comptine sans jamais faiblir. Par instants la petite bougie de sa conscience vacillait, il lui semblait fondre et couler dans les draps, la ritournelle tournaillait dans sa tête ouatée, c’était comme si son corps se vidait, comme si le sourire de l’araignée l’aspirait et lui suçait lentement les chairs Pour ne laisser, exsangue, qu’un sac de peau flasque et fripée sur le lit.

Une boule d’angoisse sous un drap.

Un sale matin, il ne décolla pas. Immobile, les ailes visqueuses et la viande ramollie, il fut incapable de se lever, il ne pouvait plus que sanglouiller en silence. L’entourage s’effraya, il y fut totalement insensible, et se recroquevilla sur l’angoisse magmatique qui le tenaillait sans jamais faiblir. Par moment il exhalait et grelottait. Il resta prostré chez lui plus d’une semaine, volets clos et lumière éteinte. A essayer de pondre deux idées à la suite. A chercher à se désengluer. Mais plus il luttait, plus l’angoisse le gagnait. Elle s’était installée, elle avait pris le contrôle de son être, elle s’était épandue jusque dans ses cellules, comme le lisier sur la plaine. L’araignée l’avait enroulé dans sa toile pour le manipuler, comme un marionnettiste son pantin.

Un ami médecin posa un diagnostic sur son trouble : « Dépression sévère » ! Rédigea une ordonnance longue comme une vie en lambeaux. Achille eut l’intuition, comme ça, un coup de tonnerre entre deux susurrements de l’arachnide, qu’il lui fallait s’éloigner, partir vite, ne pas se laisser digérer, et s’occuper sérieusement de cette foutue prédatrice. Une semaine plus tard, il taillait la route, contournait Paris, dans une semi somnolence humide qui lui gelait le front et les reins. Il ne respirait plus qu’à petites bouffées courtes.

A l’hôpital, il entra, indifférent, confus et rassuré à la fois …

Ses proches l’y laissèrent. A regrets larmoyants pour eux. Mais à son plus grand soulagement. L’araignée, néanmoins, continuait son lent travail, chuchotait sans répit : « araignée dans ta tête, miammiam …. ». Oui depuis peu, elle avait ajouté ce « miam » dégoûtant à son cantilène, et ce chuintement grasseyant l’écœurait et le paralysait, au fur et à mesure que le temps passait. Littéralement, sous sa peau, il se liquéfiait. Seuls ses os le tenaient encore.

Une infirmière, plutôt matrone, l’accompagna jusqu’à sa chambre. Une cellule blanche, sobrement meublée. Spartiate. Un lit étroit, un coin toilette, une armoire, une table et deux chaises. Ni petite, ni grande. Elle avait la bonne taille, celle qui rassure sans étouffer. La blouse blanche eut le bon goût de parler peu, et ne lui donna rien d’autre que des explications matérielles sur l’organisation des journées. Sans rechigner, le soir, il avala ses premiers cachets. Neuf. Trois fois trois. Bleus, blancs et rouges. Achille ne sourit même pas et s’endormit comme un bébé. Vu du ciel, le pavillon « C », ressemblait à une étoile à trois branches, trois couloirs qui donnaient sur les turnes. Au bout de chaque bras du poulpe, les douches. Le centre du pavillon rassemblait les salles communes. Une grande pièce à vivre où les malades prenaient ensemble le petit déjeuner ou se distrayaient – enfin ceux qui en avaient encore le goût -, et un local attenant, séparé par une baie coulissante et vitrée, le fumoir. Un bocal puant, toujours embrumé, garni de trois divans et de fauteuils assortis. Couleur chocolat, adossés aux murs, gris de nicotine, sous un plafond marronnasse. Dix huit chambres au total au fond desquelles se terraient dix huit cloportes, plus ou moins en détresse. Dont Achille meurtri.

Le troisième jour, il rencontra la psychiatre du pavillon. Une Irlandaise, ronde aux pulpes harmonieusement distribuées, rousse, à la peau laiteuse et grivelée, dont le léger accent charmant le berça. Engourdi par la chimie qu’il avalait, docile et silencieux, il avait la comprenoire en sourdine et des réflexes de paresseux. Il se perdit dans ses yeux, verts comme les algues en prairie des mers Philippines. Il lui semblait plonger dans les eaux claires, il se laissa charmer par sa voix de sirène. Béat, il dit amen à tout, d’un hochement de tête léger. Satisfaite, elle souriait. Et lui aussi.

Niaisement, la mâchoire légèrement pendante.

Au bout d’une semaine à bouffer du « bleu-blanc-rouge », un matin qu’il se réveillait engourdi, cheveux d’oursin, bouche pâteuse et conscience alanguie, l’envie de courir le prit violemment. Le copieux petit déjeuner avalé, il enfila en trébuchant sa tenue, et se dirigea vers la sortie. Il courut une heure par sentiers et chemin feuillus, dans les allées du parc fermé de l’hôpital. Il se brûla les poumons, se gorgea le corps d’air frais et d’acide lactique, il fila comme si il avait le diable aux trousses, secouant l’araignée qui se cramponnait à sa toile. Elle continuait à chantonner, tant bien que mal, toutes griffes serrées sur ses neurones à demi asphyxiées. Mais elle hoquetait sous le vent, et sa complainte envoûtante avait un peu perdu de sa scansion.

A son retour, une brochette de blouses blanches l’attendait !

De la réprobation dans le regard, sourcils froncés et mains crispées dans les poches. Mais comment ! « On » sort sans rien dire ! Pour courir, en plus ! Pas question, il « lui » faut du repos. Du REPOS ! L’infirmière chef parlait, et les poulettes, autour de la poule mère, hochaient la tête en cadence.

Achille, lui, n’y comprenait rien, il reprenait son souffle.

Les médocs le tenaient encore bien.

Deux plombes du matin, l’heure du changement. D’heure. Deux fois l’an. Mais pas cette nuit. Une nuit noire de néant. D’hiver, de vent qui souffle, de giboulées sauvages qui font chanter les tuiles. A se blottir comme un hérisson dans son nid. Achille le descabéllé ne dort pas, il se souvient de cette parenthèse douloureuse et jubilatoire à la fois. Qu’être enfermé, parfois, c’est travailler à sa liberté. Et qu’à descendre, on ne peut que remonter. A débrouiller l’écheveau de sa vie, on prépare son futur.

Sous le cône de lumière bilieuse, Achille se mire dans le cristal qui diffracte les rayons de la lampe jusqu’au cœur du vin en flamme. Les reflets soulignent la brillance rubis du jus, et caressent les franges roses qui le bordent. Son disque est calme comme un mont que rougit le soleil levant. Montcalmès, accouché en 2005 sur les Coteaux du Languedoc, le fixe de son œil de cyclope paisible. De la panse bombée du verre immobile, des effluves – crème de cerises et prunes mûres – lui ravissent déjà l’appendice. Aux parfums fruités, que le temps passé dans l’espace confiné du sarcophage de verre n’a pas tués se mêlent des fragrances suaves d’humus et de champignons crus. Et comble de promesses, l’élixir lui caresse déjà les salivaires. Épices douces et poivre fin les exaltent.

Achille lève le coude et porte le fragile buvant aux lèvres. Le toucher de bouche frais et soyeux le ravit, et ce baiser, aussi goûteux que délicat, renvoie à l’enfer ses souvenirs douloureux. Une chair ronde se déploie au palais, enfle, comme une coulée de larmes de joie au coin de ses paupières, gonfle à n’en plus pouvoir, puis libère un flot de fruits mûrs que la cerise couronne. Le vin s’étire comme une soie sauvage gorgée de chocolat chaud, de café fumant, d’épices et de poivre. Sans jamais faiblir. La fraîcheur s’installe comme la brise l’été, le jus dévale l’après luette pour lui réchauffer le cœur et l’esprit. De sa bouche, le jus s’en est allé sans vraiment le quitter, qui lui laisse au palais l’organsin de ses tannins fins et polis, et le désir immédiat de s’y rouler à nouveau …

Achille reste pensif néanmoins,

Le sourire venimeux de l’araignée,

N’a pas fini de le tourmenter …

EDÉMOCÉTIRÉCOBRÉNE.

ENTRE LE VIEUX ET LE NEUF …

Bernardino Luini. Marie Madeleine.

Entre le vieil homme, pelage rouge et barbe blanche. Air bonhomme mais valet servile des marchands du Temple. Figure religieuse, elle-même d’origine païenne. Divinité en fait, qui fête la victoire des énergies renaissantes contre les forces glaçantes de l’ombre, celle du retour progressif de la lumière. Et le passage obligé, éminemment Panurgien, une semaine plus tard à l’An neuf. Entre la fête des enfants sages remerciés pour leur docilité, eux qui sont la vie et nous les presque morts qui les fêtons et leur passons symboliquement le relais.

Oui entre ces deux moments de débauche consumériste organisée, je me retire, le temps de laisser passer le torrent insolent des victuailles étalées  à la face d’un monde injuste. Profondément, insolemment, sans vergogne aucune.

Toutes fêtes faites, je poursuivrai.

En attendant, je respire …

ACHILLE SIMPLE LOOSER …

Pierre Soulages. Etching II.

Cette année là, Mère Térésa ouvre un hospice à Manhattan

Et Reagan le libéral n’a pas rougi non plus quand le taux de pauvreté a passé les treize pour cent sous ses fenêtres. « Mother Peace » par ici, « Rainbow Warrior » par là. Cahin-caha, le monde n’avance pas. Fin juillet Michel Audiard décède. Fin mars, c’est Chagall. 1985, une année plus « Mistral » que « Gagnant ». Et chez Dire Straits, c’est « Money for Nothing ». Les naissances sont sans intérêt, pas un Bouddha, pas une grande âme pour remplacer le matos envolé; quelques fades futurs petits suceurs de fric sans plus, quelques dindes aussi, à brailler dans les bouges plus tard …

Pas de quoi enflammer l’étoupe humide d’un ACHILLE à plutôt marée basse. Se traîne le presque quadra. Faut dire que les années Tapie la baudruche, pas de quoi avoir la trique. Enfin si, mais Achille non. Fallait le voir le splendide Bernard, crinière mouvante, faire le show à la télé, s’agiter d’un bout à l’autre des plateaux, futur tronche de bulldog, et les mômes encravatés, regards béats, qui se voyaient déjà en haut du CAC 40 ! Voyage au bout de la médiocrité. Même Tonton s’entichait de la baudruche. Un malin, un recycleur ce Tonton !

Alors Achille, entre devoirs divers et copies navrantes, rêve …

Achille plisse les paupières sous le soleil aveuglant. Si puissant qu’il semble boule de mercure en fusion, si violent qu’il a mangé tout son jaune. En gros plan sur le bord de la fenêtre, une poire Hottentote assise sur son cul, à contre-jour. La lumière la transperce, et la chair de cette Passe-crassane, juteuse et dodue, opalescente et fragile, brille comme une soie sauvage. Au centre, la coque fragile qui enchâsse ses pépins, bat comme un cœur d’oiseau. Il lui semble que ce fruit trop mûr est en train de mourir. Que sa pulpe va se liquéfier, inonder le châssis, puis sécher, durcir et se déliter, pour disparaître. Achille voudrait la sauver, la monter au frais du grenier, mais il ne peut bouger, ses membres raidis n’obéissent plus. Il crie, appelle à l’aide, insulte les hommes et le ciel. En vain. Tapie le melon, lui, aurait eu tôt fait de choper la poire ! Mais, blette, il l’aurait vendue, au mieux croquée.

Les images, les émotions se succèdent en rafales …

Une énorme Granny Smith le regarde maintenant, juste au bout de son nez. Verte, à la peau lisse, cirée, elle lui semble plus grosse que saturne, moins menaçante aussi, elle bouche complètement son champ de vision. Les petits points noirs qui parsèment cette planète céladon craquent l’un après l’autre ? S’en extirpent en se tortillant des asticots translucides, dont les cœurs minuscules, veinés de rouge, battent comme des paupières inquiètes. Achille est fasciné par la mort qui semble sourdre de ce fruit si beau, si pur, de ce réceptacle vivant de sucre et d’énergie. Les esches connaissent le chemin, qui rampent sur son nez et s’enfoncent au profond de ses narines. Dans son crâne qui fait tambour, il les entend qui résonnent quand ils percent la morve puis l’os. Une peur à vomir l’étreint, mais il ne peut s’enfuir. Du coin de son œil droit, il perçoit, déformé, le premier asticot qui émerge de l’angle de son œil gauche, entre chair et cornée. Gluant de sang et de matière cervicale, il a grossi et chuinte en se dégageant. C’est le bruit, ce grasseyement dégoûtant qui le fait gerber, plus que le spectacle.

Une nuée de papillons jaunes jaillissent de sa gorge. La pomme disparaît, il s’envole avec eux. Et le voici si haut, au dessus des derniers nuages, à l’exact endroit où le ciel noircit. Non loin de lui, le vortex de Léon, immobile et opalescent, tourne sur lui même, qu’Achille, aux sens trop grossiers, est incapable de voir. La terre que l’on dit ronde est face à lui, si lente qu’il ne la voit pas tourner. Encore une illusion qui tombe se dit-il. Tout est calme, très bleu, des bancs de cirrus, nimbus ou cumulus, aux formes gourmandes, vaquent au dessus des eaux. Les terres sont vertes, de sienne, ocres, orangées ; parfois au couchant elles se teintent de roses plus ou moins décrépies. La beauté n’a pas le temps de gagner Achille, que le paysage explose de tous côtés. Il lui semble voir les terres se fracturer ; des anacoluthes en nuées attaquent les troupeaux d’aposiopèses qui broutaient paisiblement. Les océans bouillonnent des convulsions désordonnées qui résultent de l’intense mêlée, au sein de laquelle, Achille peine à reconnaître, tant ils sont hystériques – eux d’ordinaire plutôt flegmatiques – les enthymimétismes agrippés comme des furieux aux solécismes à demi étouffés. C’est alors que des hordes d’anantapodotons sortent de forêts, plus épaisses que des pubis du XVIII ème, pour se ruer comme des vampires assoiffés de sens, sur quelques tmèses pacifiques occupées à deviser, fumer de gros cigares, et boire de bons canons avec de charmantes anastrophes aux zeugmas dégoulinants. Achille n’en croit mais ! Le temps d’écarquiller très grand les yeux, que déjà, sur les terres comme sous les eaux, gonflent de gigantesques volcans qui crachent leurs torrents de laves épaisses, verdâtres, et si puantes, que leurs miasmes montent jusqu’à lui. Léon en devient plus rouge qu’un timide épouvanté, et se met à tourner comme une toupie folle et désordonnée …

Les laves s’épandent comme des diarrhées fétides, recouvrent les sols et remontent des eaux troublées. La terreur gagne les espaces éternels, quand la terre fendille, craque, implose et explose au même moment ! Les fragments fouettent l’univers jusqu’en ses confins. Orion trémule, Sirius bégaie. A trop se regarder la syntaxe, les rhétoriciens ont précipité la fin du monde. Point besoin d’être Maya. Dans l’espace, plus lumineux qu’un Soulages sous la clarté des étoiles, Achille, effaré, qui a perdu sa maison, se voit condamné à errer dans l’interstellaire jusqu’à la fin des temps …

Au réveil, Achille le looser est en larmes,

Et le jais liquide qui roule sur ses joues,

Laisse les traces noires,

D’un désarroi profond.

Cette nuit aussi, la nuit outrenoire d’Achille le désintégré brille comme un Soulages profond, sous les flèches lumineuse de sa vieille lampe de bureau qu’encrassent les poussières des temps accumulés. Au dehors les vents soufflent et ne sont pas zéphyrs, non, ils rudoient arbres et tuiles, dessillent les lampadaires dont les lueurs vacillent sous les bourrasques. A regarder le coeur de ce vin qui brasillait comme un soleil mourant, Achille a replongé au temps de ses interrogations vaines, dans le souvenir de ses vacuités culpabilisantes. A la remontée des anciennes ténèbres, il reste pétrifié un instant, les tempes battantes et la conscience affolée. Mais dans le verre à fine tige, dans la rondeur du cristal épanoui, le vin, de son regard sombre aux reflets grenat, qu’agite et adoucit la lumière ambre clair de la lampe, le fixe. « Phidias » il se nomme, le millésime 2010 ( 60% syrah et 40% grenache) l’a sculpté sur les Coteaux du Languedoc, au Clos Romain près de Cabrières. Nom de Zeus, marmonne Achille, Rome et Athènes dans la même bouteille, et vinifiés puis élevés en amphores de terre cuite de surcroît ! Un moderne qui sonne comme de l’antique …

Sous son nez qui se penche, une pivoine rouge déploie sa corolle, puis des effluves douces, mais puissantes et crémeuses, de fruits rouges que la mûre domine, que la garrigue, le ciste et le thym épicent agréablement. Quelque chose d’un peu sucré aussi le surprend. Yeux clos comme à son habitude, Achille, lèvres entrouvertes au buvant du verre, se recueille, chasse les derniers nuages qui lui assombrissent l’âme, puis accueille le vin comme il le ferait d’un oisillon fragile. Le jus ne l’agresse pas, bien au contraire, sa crème lui caresse la bouche du bout de sa légère sucrosité, histoire de l’amadouer sans doute, car très vite le vin enfle en bouche, affirme la puissance du sud qui l’a porté, sa matière suave se déploie en vagues fruitées que recouvrent la garrigue et le zan poivré. Caressé par les rondeurs des amphores, sa puissance, bien que tempérée, n’en reste pas moins patente. Puis la matière s’entrouvre, une flèche épicée, minérale aussi, le retend un peu et l’allège. Passé le détroit de la glotte, Achille sent la chaleur du vin l’inonder, qui le délivre enfin de son spleen rebelle, et lui réchauffe coeur et corps. Le vin marque longtemps sa bouche de ses tannins fins, réglissés, épicés, salés aussi. Schistes obligent …

EPUMOTRÉTIFIÉCOENE.


ARNO LE DOUX SAIGNEUR D’OSTENDE …

James Ensor. Autoportrait.


Avec Arno, t’as les oreilles qui saignent …

Sur le port d’Ostende, les marmites débordent de buccins qui mijotent et dégagent de lourds parfums iodés. La mer est verte, trouble et changeante, vivante, et roule de grosses vagues épaisses saturées d’algues gluantes et de sable crissant. Les bulots brûlants croquent sous la dent des promeneurs emmitouflés. Qui se protègent sous d’épaisses laines vierges du vent de noroît qui leur rougit la peau. Ensor y est né, Caussimon l’a chantée, Arno en est pétri.

« C’est pas une femme, c’est une pipe … »

Quand il entre en scène, maladroit, bouffi et rougeaud, c’est toute la force salée de ce port du bout du nord qui te prend, te tord et te malaxe, t’arrache le masque et te renvoie aux tripes dégoulinantes, à la graisse de cheval des frites ruisselantes, à la bière fraîche qui embaume le houblon. Arno porte tout ça en lui, tu frémis dans tes baskets, les mouettes te chient sur la tête.

Les amplis dégueulent leurs notes saturées, la batterie mastoc te défonce le ventre et te masse les boyaux, t’assourdit et te met des étoiles au plafond. Arno le rat fait son carnaval d’Ostende. Entre les riffs rageurs des guitares râpeuses, dans la fumée qui roule sur la scène, le chant de limonade acide d’un limonaire sent la kermesse flamande. C’est le cœur masqué d’Arno qui pleure en rocaillant l’amour de sa mère : « Dans les yeux de ma mère, il y a toujours une lumière », « c’est elle qui sait comment j’suis nu », « elle a les yeux qui tuent », « j’aime l’odeur au d’ssous d’ses bras », « l’amour, je trouve ça toujours dans les yeux de ma mère », « c’est elle qui sait que mes pieds puent », « et quand je suis malade, elle est la reine du suppositoire », Arno chante l’ambiguïté avec une pudeur qui ne masque pas le désir défendu. C’est qu’Arno chante avec ses bonbons, et te fait bander le cerveau.

Arno c’est une voix tripale, aux accents éraillés, une voix de verre pilé qui lui sort du cœur et de la puanteur, il ne triche pas, ses ombres soulignent sa lumière et te collent au miroir médiocre de tes mensonges, tellement humains. Et pourtant, y’a d’la joie, du soleil et d’la vie dans ce torrent de lave brasillante, qui te consume, te met parfois les larmes, et te fais saigner les yeux. Des larmes grasses, épaisses, toxiques, acides, plus fortes, plus suffocantes que tes petites émotions ordinaires, « Oh la la, c’est magnifiqueuuuu » ! Et « dis pas ça à ma femme, elle parle de trop … ».

En déferlantes, les textes d’Arno roulent dans la salle, déshabillent les spectateurs subjugués qui finissent par danser, nus sous leurs défroques inutiles. Et le hurleur vacillant, titube ses mots, crache sa hargne et sue sa tendresse « les fesses dans le beurre », qui nous renvoient à nos mensonges, nous mettent la viande sanguinolente à marée basse.

Ce soir Arno a sorti le Diable de ma boite,

A retardé ma mise en bière,

Rhabillé l’amour de chair putride,

Et Brel les belles dents,

A souri …

La salle debout, au bord de la bacchanale, l’a longuement rappelé, il est revenu, suant, a remis le couvert, toute musique braillante, et nous a dit l’amour des hommes, enfin l’espoir de …

« Putain, putain,

C’est vach’ment bien,

Nous sommes quand même,

Tous des Européens. »

—————————

« Vive ma liberté,

Pour toi,

Et pour tout le monde ! »

Suis sorti dans la nuit froide, fracassé, moulu, bouillant, rasséréné, de la lave dans le sang, et de l’amour aussi. J’m'y attendais pas, et c’est ça qui est bon.

Merci Arno pour ta Ducasse au sucre blond,

La moiteur de tes estaminets enfumés,

Et le regard torride des moules

Aux paupières lourdes …

« On chante pas tous les jours une chanson d’amour » !

PEU AVIN QUE JE MEURE …

Picasso. Arlequin.

Tous les ans, au temps de l’AVENT, Eva Robineau publie un Calendrier de l’AVIN sur son bon Blog OENOS.

Voici donc ma contribution en ce cinquième jour de l’AVIN.

Bien des choses et des goûts nous séparent …

L’addiction aux technologies, I-Phone-Pad-Pod et autres  Face Book/Tweet, la « Geekerie » par exemple !

Et aussi, peut-être, les vins que nous aimons …

La « petite » (je peux me permettre, suis hors d’âge), que j’ai connue, Evanaissante, débutante, timide, mais néanmoins déjà tonitruante, sous son sourire d’ange de la cathédrale de Reims, a eu tôt fait de tracer son chemin dans la jungle impitoyable des fondus de vins.

Dans ce milieu, haut en couleurs, qui va du blanc opalescent au rouge violacé, en passant par le rosé à peine saumoné et le clairet rubis sur l’ongle, on trouve de tout. Le spectre est large, qui va du défenseur hargneux des vins de copeaux aux adorateurs énamourés des jus aux équilibres parfois (mais pas toujours) étranges. Le monde du vin décline toutes les arômes de la passion. On y trouve d’étranges fora sur lesquels des frères ennemis s’étripent, des amateurs chevronnés, compétents et discrets, qui dégustent et publient à longueur d’années leurs compte-rendus réfléchis et longuement pesés, de sympathiques bandes d’échevelés, tombés dans le vin avant hier, qui donnent la leçon, des journalistes à la botte, ou pas, qui font leur boulot, de vieux journaleux indépendants qui ne se la racontent plus, des blogueurs poilus spécialistes du Buzz à trois balles, des blogueurs qui ont de la bouteille et de la plume, des blogueuses roses, qui écrivent sur le « wine » du bout de leurs ongles du même métal, des athlètes du vin qui marathonnent à longueur d’année, des comètes qui traversent le ciel, le temps de quelques mots mal torchés. Enfin, de tout, on trouve de tout, un peu, et parfois trop. Et même un quasi grabataire hargneux, râleur, qui fait chier tout le monde avec sa plume acide et, comme l’écrivent ses admirateurs, avec « ses mots qu’on sé même pas que ça exciste » et ses textes « emberfilicotés écris avec de la merd saiche ».

Ben oui, Mesdames, Messieurs, le monde des allumés du pinard, du jus de lièvre fermenté, des plus ou moins grands crus, des vins de copains, des adeptes de la torchabilité maximun, de la digestibilité, et tutti quanti, c’est tout ça et plus encore …

Et merci à Bacchus.

Et merci à la diversité de s’exprimer,

Et merci, ça nous tient éveillés !

Or donc, en ce cinquième jour de l’AVIN, il importe que ce soit la fête du goulot, je reviens donc au cul de la bouteille dont au sujet de laquelle je dois vous causer. Mais l’âge, en ce début d’après midi, m’engourdit, mes paupières sont lourdes qui se ferment sur le ciel si bleu de ma fenêtre, derrière laquelle les feuilles andrinoples d’un érable, en voie de « déplumation maximum , s’agitent sous la brise fraîche. Lâcher prise et m’assoupir un moment …

Rêver un peu.

Ah qu’il est bon de voler au dessus des masses de coton albuginé, sous l’œil cyclopéen du soleil déjà bas dans le ciel d’automne. Vu d’en haut le paysage est doux. Les nuages font le gros dos, leurs courbes, que la lumière rasante rosit, sont tendres comme guimauves molles. Des rires rompent le silence des altitudes, attirant mon regard. Là, plus bas, une foule disparate, versicolore, s’étale au milieux des moelleux et candides coussins. Tous s’activent et débouchent à-Dieu-va multitudes de bouteilles disparates, dont les bouchons roulent entre les plis des cumulus ventrus. Un gaillard rebondi, au visage à demi mangé par une barbe plus proche du sel que du poivre, assis sur un gigantesque siège de barbe à papa ondulant, semble officier. Vêtu d’une ample toge jaune, il sourit, ses yeux brillent de malice, il tient à la main un hanap, gigantesque à tenir un plein jéroboam. A sa droite trône un Nabuchodonosor de Léo ville Barton 1990, à sa gauche, un Mathusalem de Clos Milan 2010 « Sans Soufre Ajouté ». Il me fait de grands signes amicaux qui m’invitent à me joindre à la fraternelle bacchanale. « C’est rassemblement œcuménique » me dit-il, agitant son hanap. Je m’approche, toutes narines épatées et reconnais les fragrances élégantes des « Chamois du Paradis » 2004 du Sieur Jean François Ganevat. Je plonge les naseaux dans un verre qu’il me sert, ferme les yeux, me bouche les oreilles pour échapper aux conversations avinées ambiantes, et me repais …

Pas facile à cerner ce chamois tandis qu’il s’offre, complexe, au nez. Le caprin liquide gambade un long moment dans le verre. Il grimpe et glisse, joueur, le long des parois de verre, sous la lumière d’un soleil déclinant. Je me régale de le voir ainsi se déplier lentement. Tout en fleurs blanches, fines, subtiles, entremêlées. Diaphanes et pénétrants, les arômes embaument. Cire douce ensuite qu’un soupçon de miel arrondit. Leur succède, une alliance parfaitement fondue de citron et pamplemousse en jus mûrs. Une dernière touche timide de pierre chauffée au soleil, clôt ce bouquet parfaitement équilibré. Un nez de pure sérénité. Qui sied bien à ce temps fraternel.

Puis le jus parfumé gagne mes lèvres. La chair de l’animal roule ses jeunes muscles tremblants dans ma bouche attentive. Les vibrations de la matière conséquente me parlent d’équilibre. Des fruits blancs auxquels se joignent quelques jaunes fragments pulpeux, s’étalent au palais, comme si l’animal se roulait dans les herbes fraîches. Puis il s’ébroue, tandis qu’il glisse en gorge comme un ruisselet goûteux. Je ne bouge plus. Le jarret tendu, il franchit le col de ma gorge, et disparaît lentement de mon champs gustatif. La trace fine de son bézoard à peine musqué, et du sol pierreux qui marquait la corne souple d’entre ses sabots, marque ma langue de sa soie souple, et me laisse le désir de le retrouver…

Quelques épices encore.

Comme un albinos aux yeux roses …

OLIF, le barde Jurassien, car c’est bien de lui qu’il s’agit, apprécie mon plaisir et m’accompagne de son hanap qu’il vide en même temps que je déguste mon verre. « Regarde autour de nous, ils sont tous là, même ceux du sud, là, près de nous; et ceux du nord, là haut; de l’est, à droite; de l’ouest, à gauche; et au milieu, les plus agités, les plus joyeux, les plus jeunes, la relève des parisiens, autour d’ÉVA ! » Ben oui, il me faut bien me résoudre et accepter la réalité, ce cinquième jour de l’AVIN est jour – non pardon, RÊVE – œcuménique.

Et croyez moi,

Ne fut-ce qu’un jour,

Ne serait-ce qu’en rêve,

C’est bel et bien beau et bon,

La magie de l’A(N)VIN !!!

ACHILLE ENTRE CHAT ET LAPIN …

Guido Mocafito. Nature morte au lapin.

Mais la vie n’est pas bangka fuyant sur l’huile des eaux calmes.

Le plus souvent, elle est barcasse fragile roulant sur les vagues écumeuses des jours, esquif désorienté, maltraité par les fureurs rugissantes de la mer à l’aigre. Achille l’a – croit-il – bien compris. Petit bouchon de champagne, il flotte, roule, plonge et remonte ; malmené par les vagues gigantesques qui le rudoient, il ne coule pas. Il sait bien désormais que rien ne lui sert de se vouloir dur comme vieux teck sec, sauf à sombrer.

Ce matin, Novembre fait son Avril, le ciel est pur, d’un bleu intense, luminescent. Les arbres que l’hiver rampant dépouille peu à peu, sentent leur vitalité décroître, et jettent leurs derniers feux. Jetés au hasard des forêts, les touches d’incarnat vif, les flavescences étincelantes, les marcs fondus qui peignent les feuilles trilobées des érables, illuminent le pelage fauve et havane brûlé des bois de leurs flamboyances brasillantes. Comme un vieux volcan prit d’une folle et dernière ardeur, dont les spasmes mourants raviveraient les laves depuis longtemps figées. Novembre est un menteur et Achille le sait ! L’automne 1983 est ainsi, qui a vu le Sauternais exulter.

Tout au bout de la rue, en son plein milieu, un lapin immobile, corps en travers et tête tournée vers lui, le regarde … Il est environ quatorze heures, un linge blanc, albâtre translucide, voile lentement l’azur du ciel ; l’atmosphère phosphorescente est au changement de temps, l’humidité, imperceptiblement, gagne. Achille à l’arrêt rit en silence, ce lapin aux oreilles trop courtes n’est qu’un chartreux, inquiet d’être ainsi surpris. Quand la pluie arrive, se dit-il, les chats ressemblent à des lapins. Il frappe le sol d’un coup sec, et le matou, d’un coup de rein gracieux, se glisse dans une haie touffue et disparaît à sa vue. Achille est triste, il aimerait être ce lapin, capable de se transformer à volonté, pour traverser la rue de sa vie présente, et réapparaître, incognito et libéré, dans un ailleurs tout neuf …

Le vent forcit, arrachant aux eaux agitées des brouillards d’eau pulvérisées, qu’il emporte en tourbillons salés gonfler les nuages noirs qui gavent et alourdissent le ciel. Le bouchon, qui fut de champagne, glisse sur les vagues gigantesques, qu’il remonte à toute allure pour retomber toujours plus loin, les tripes saignantes et le cœur entre les dents. Brutalement le ciel s’ouvre comme la mer rouge, et des trombes d’eau tombent en flèches tièdes. Achille, planté au milieu de cette foutue rue déserte, est instantanément trempé. Les nuages se referment aussitôt, et la pluie cesse tout aussi brusquement. Bleu, tout bleu, de suite le ciel est à nouveau bleu. Se pourrait-il que le temps rebrousse, que le chat, au milieu de la rue refasse son lapin, puis que ça recommence, encore et encore ? La rage l’étouffe, mais la vie s’en tape, un sentiment d’impuissance l’écrase au sol, il a beau se débattre, rien n’y fait, la vie est plus forte que lui, il ne sortira pas de ses rails ! La liberté n’est qu’une invention de philosophe rêveur, Achille est pétrifié par l’évidence. Pas plus que les arbres, il n’empêchera ses feuilles mortes de tomber, qui repousseront ensuite, jusqu’à ce qu’il pourrisse sur pied, un jour, un soir, une nuit, va savoir ! Ou que la foudre le décapite, un matin qu’il ne s’y attendra pas. La nécessité est plus forte que le hasard, Achille se sent pion dans l’ordre des choses qui le dépasse et lui échappe.

En ce jour du lapin-chat, il ravale sa suffisance, son insolence de gommeux, son petit ego qui lui crevait les yeux se dégonfle sous la pluie froide, et, nu sous ses vêtements mouillés, Achille tremble plus de rage que de froid. Un tourbillon de feuilles mortes qu’entraîne le vent qui s’est levé, l’entoure. Sur les trottoirs, pas un arbre n’a bougé.

Depuis ce jour, il lance des pierres aux chats de rencontre, mais n’a plus jamais tiré un lapin de passage.

La nuit qui suivit fut nuit de garenne, de courses échevelées dans un paysage d’après l’Apocalypse, fumant et minéral, derrière un lièvre fuyant qu’il ne rattrapait jamais. Il avait beau hurler « Lapin attends moi, je ne veux que te sauver des fous qui veulent te mettre dans leurs casseroles !», celui-ci détalait de plus belle, et ses zigzags foudroyants le faisaient souvent choir comme chiffe molle. Il s’accrochait pourtant, saignant et chuintant comme un soufflet de forge, les jambes en sang, les yeux hors de la tête. Derrière lui les poursuivants armés tiraillaient et gagnaient du terrain. Au détour d’une combe abrupte, un chat gigantesque surgit, tous poils hérissés, crachant et feulant, négligea Achille et fit barrage aux assaillants. La mitraille s’intensifia. Achille entendit les cris de douleur de l’animal et le bruit sourd des impacts dans la fourrure épaisse. Le lièvre stoppa net et se retourna, redevenant le lapin-chat de l’après-midi ; Achille, à bout de force et de souffle, en fit autant. Non loin d’eux, sous les volutes de poussière, au cœur cette nuit blême qu’éclairait une lune rousse cyclopéenne, l’énorme masse du chat, immobile désormais, leur tournait le dos. Comme un mirage au désert, le lapin trembla, sa silhouette se dilua lentement pour disparaître au bout d’un dernier soupir. Le chat rapetissa, retrouva sa pelisse de l’après-midi, s’allongea en ronronnant doucement, regardant Achille de ses yeux œil de tigre. Puis se mit, langue crissante, à sa toilette. Le paysage terre de sienne était vide, ni cadavres, ni pétoires, le chat était indemne. Achille eut beau chercher de tous côtés, rien, il ne trouva rien, que des pierres coupantes au flanc des talus, et la poussière soulevée par ses pas. Il crut devenir fou.

Puis le jour se leva, instantanément sous un soleil ardent.

Et le ciel est pur, d’un bleu intense, la rue est vide, qu’aucun lapin-chat ne traverse … Il lui semble voler dans l’enfilade de la rue, il a beau regarder de tous côtés, il n’est pas là non plus.

Au réveil de cette nuit troublante, Achille pria Freud en pensée et regretta qu’il fût mort si tôt, ou plutôt qu’il fût lui même né si tard. Car il avait beau revivre son rêve, encore et encore, scène après scène, il n’y comprenait rien. Cela le mit dans une forte colère, une de ces colères latentes, une de ces rages qui couvent sous le sourire ; il ressentait bien comme une effervescence intérieure plutôt inhabituelle, mais il ne savait pas que c’était cette lèpre rampante qui le consumait lentement et lui gâchait ses heures, ses jours et ses nuits, plutôt bleues, entrecoupées d’insomnies récurrentes. Au bout de quelques jours, il finit par comprendre que ce rêve à l’interprétation résistante l’agaçait en sous main ! L’image du bouchon de champagne fragile, malmené par la mer démontée, lui revint en mémoire. Il rit, amèrement, peu fier de lui, mais il rit et se mit en configuration liègeuse. Ce qui l’apaisa, sans résoudre le mystère. Mais dans les méandres de son cerveau, de son cervelet ou de son inconscient, l’étrange rêve faisait son chemin, ouvrant des portes, en fermant d’autres, le transformant, si lentement, qu’il ne s’en apercevait pas …

De la clepsydre,

L’eau du temps,

S’écoulait lentement,

Et dans son coeur, l’hydre,

Avait encore des dents …

Sur le bureau d’ Achille le décharné, un lièvre est passé en courant, quand il a mis le nez au bord de son cristal perché, fragile, sur sa tige gracile. Comme à son habitude, perdu dans la nuit du temps et de ses souvenirs, le fumet léger échappé du verre à peine versé, lui a pris le coeur et voilé le regard. Alors Achille, sous la lumière ambrée de sa lampe, a sombré. Au profond du passé, surgi de « Les Évocelles », l’étrange lapin-chat à déboulé du creux de ce vallon de Gevrey Chambertin. Dans la bouteille du millésime 2010 du Domaine des Tilleuls, il était tapi, attendant sagement qu’Achille y plonge. Puis il a bondi, entraînant Achille dans son sillage odorant, pour disparaître, à peine humé. Après une longue aération, alors que l’animal se perdait dans la pénombre, la pivoine, la rose, le sureau et l’églantine se sont envolés en gracieuses fragrances, de la robe grenat du vin. La cerise burlat, le cassis, la framboise ont pointé le bout de leurs chairs mûres, juste après, dans un léger nuage fumé, presque lardé. L’élégance olfactive et la précision des arômes arrachent un sourire aux lèvres crispées d’Achille qui ferme les yeux, renvoyant l’évocation de son rêve ancien aux gémonies avant de porter la bouche au buvant du verre. La fraîcheur de l’attaque lui plaît, le vin en bouche affirme sa présence, donne à aimer la finesse de son toucher, puis fait le gros dos, belle matière, s’étire ensuite et libère ses fruits. C’est un ru de fruits rouges et d’épices douces, marqués par le noyau de la cerise, qui roule dans sa bouche, s’ouvre sous l’acidité impatiente de sa jeunesse, qui lamine le jus comme le fait un chat au réveil. Achille rouvre les yeux tant ce vin au parfait équilibre, fin et élégant, l’émeut. Gourmand il le garde longuement au bord de l’avaloir, le mâche, le croque, le fait gicler sous la langue, le monte au palais, jusqu’à qu’il se soit entièrement donné. Avant de l’avaler à regret. Le vin s’en va, dévale son gosier, mais lui laisse un peu plus que longtemps au palais, sa marque, son souvenir, ses tannins ciselés, la légère amertume du noyau de la cerise, et son grain de sel aux coins des lèvres.

EFÉMOLITINECONE.

ACHILLE ET LA DANSEUSE ESPAGNOLE …

Et sur terre aussi, la Danseuse Espagnole ..

Des doigts tendres et fermes lui dénouent le dos …

ACHILLE, allongé sur le ventre, l’œil mi-clos se laisse faire. Le soleil baisse et sature les couleurs. Le sable d’albâtre est chaud, doux comme une peau de levantine.

Sous la poigne agile qui glisse sur sa peau, puis par endroit s’enfonce dans ses muscles durcis, Achille récupére des fatigues aquatiques de sa journée, à explorer les eaux claires des Philippines. De la pulpe aveugle de ses doigts, la jeune femme aux mains d’huile odorante, lit son corps, mieux que les plus modernes scanners. Elle posséde cette science infuse, héritée de sa mère, de sa grand-mère et de toutes celles qui l’ont précédée, ce don subtil du soulagement, qui décrispe les muscles et relance les énergies. La jeune femme n’est pas belle comme le sont nos fardées occidentales, mais la douceur de son regard confiant et ses cheveux de jais luisant, lui donne une grâce rare, délicate et fragile …

En ce mois de février 1990 qui lâchait sur le nord de la France ses rafales de neige en flocons collants, Achille s’était envolé de Bruxelles vers l’inconnu, comme ça, sans réfléchir. Partir pour fuir. Naïf besoin de caleter, pour esquiver quelque chose qu’il ignorait mais emportait néanmoins avec lui. Depuis quelques années déjà, il s’était pris de passion pour la plongée sous marine, qu’il avait découverte au hasard d’un voyage en Égypte sur les bords de la mer rouge, peu encore dévastée en ce temps-là. Pour lui, plonger sous bouteilles c’était comme vivre, enfin presque, ce rêve récurrent, quand il volait, sans effort, au dessus du sol des petits hommes lourds, libre, absolument. Léger comme une bulle de savon sous la brise, ces nuits d’oiseau planant le lavaient des lourdeurs de la vie. De son enfance, il avait gardé le goût du sel sur la peau, et celui de la caresse purifiante de la mer Méditerranée. Sous l’eau, à se laisser dériver dans les courants, il retrouvait ses douze ans, l’insouciance et la joie.

A Hong-Kong, il avait retrouvé une bande de plongeurs inconnus avec lesquels il allait bordailler sous la surface lisse de la mer des Visayas. Ils s’étaient apprivoisés à force sourires et gentillesses échangées, puis avaient atterri à l’aéroport de Mactan-Cebu après un dernier vol de quelques heures. La bonne ambiance, de rigueur en ce genre de circonstances, augurait d’un séjour agréable. Ni dindes piaillantes, ni mâles en rut dans la troupe. Non, des amoureux des dérives aqueuses, des plongées profondes, des courants obstinés, des nuits étoilées et des partages sans façons, une équipe de passionnés, mais pas trop.

La bangka à balanciers, fine, longue, étroite comme une lame, file, d’îles microscopiques en îles minuscules, sur la mer métallique. A cheval sur l’avant, Achille fait sa figure de proue, le vent chante, il ne sent pas le grill du soleil ardent sur sa peau, le bateau, comme un scalpel de bois, déchire la surface fragile des eaux qui céde en chuintant. Comme un homoncule égaré, balancé entre deux tranches d’organsin bleu. Entre l’azur du ciel brodé d’impalpable mousselines blanches, et l’infini marin que cisaille le sillage d’ivoire mouvant de l’esquif lancé à pleine allure. Sous les flots cristallins, les marlins naviguent en silence et leurs éperons ne déchirent que les rêves. Les trajets entre les îles minuscules enchantent Achille, la barque file sur le chant des eaux, il lui semble vivre sa vie en accéléré quand il tranche l’immobile cérulescent, mais il sait bien que le vent peut se lever et surgir du paisible, les vagues enfler à devenir mortelles, que l’azur peut passer au cobalt puis à l’encre noire, que le paisible voyage peut devenir géhenne, qu’il pourrait avoir à se battre sans espoir certain contre les éléments si l’envie leur prenait de le rudoyer. Comme une métaphore de la vie, toujours incertaine et changeante, radieuse ou délétère. Alors, Achille déguste chaque seconde du présent à petites bouchées précieuses. De Moalboal à Panglao, en passant par Apo Island et Siquijor, de sable d’albâtre en rocher hérissé, il sautille d’îles en îlots.

Quand il saute du bateau, harnaché comme un extra terrestre maladroit, dents serrées sur le détendeur, Achille quitte le monde de surface, pour celui de l’aigue fraîche qui le porte comme un oiseau sans ailes. La mer n’est pas silence, elle est craquements, crissements, chuintements des bulles qui remontent en zigzaguant vers la surface comme des yeux de mercure fragiles, cris aigus, pleurs, sanglots liquides, mais elle est aussi mort des mots et des criaillements humains. Et le mental s’apaise qui laisse au regard le bonheur de ne pas savoir juger. Le regard qui ne sait plus où donner de la pupille, tant les fonds sont riches, beaux et harmonieux. Un peu à l’écart du groupe, Achille pédale à lentes brassées de palmes souples, et survole les paysages changeants, multicolores, de ces anciennes terres englouties. Toutes les mers sont d’anciens continents et toutes les terres deviendront mers un mauvais jour, quand il ne sera plus. Surgie des profondeurs, une chaussette rayée file entre ses jambes, gondole, s’arrête, se retourne, et le fixe un instant de ses yeux de mystère qui lui mettent le frisson à fleur de peau. Laticauda colobrina garde son venin mortel pour les proies à venir, l’ignore et repart en larges ondulations pour plonger au cœur du noir abyssal. Parfois la bangka lâche sa palanquée de petits pois noirs à l’entrée d’une passe, le courant violent les emporte comme graines sous le vent, les remous puissants jouent au ping-pong avec les corps légers, qu’ils brassent, secouent et propulsent au hasard. Achille ne lutte pas et se laisse entraîner, membres écartés, par l’infernale machine à laver, monte et remonte jusqu’à ce qu’elle l’abandonne. Il nage vers le fond proche, s’accroche au récif, tête levée que gifle le fort mouvement du cristal bleuté des eaux, et contemple, hypnotique, la surface aveuglante de la mer. Au bout d’un moment, il distingue les silhouettes racées des squales immobiles en maraude, les tourbillons multicolores des poissons tropicaux affolés, les carangues argentées et les bancs de barracudas rassemblés en rangs, les uns contre les autres, comme des flèches prêtes à jaillir du carquois. Au-dessus de la foule, les requins marteaux brassent lentement, sans effort, le courant ; au bout de leurs têtes étranges, leurs petits yeux d’escarboucle brillent et menacent. Comme une sangsue noire, Achille, collé au sable, rit entre ses bulles, de sa bêtise, de son puéril égotisme, de ce putain d’orgueil humain qui emprisonne toutes les formes de vie dans un anthropomorphisme ridicule. « Mais laisse donc vivre la vie qui n’est pas la tienne » se dit-il entre deux respirations, « si tu ne veux pas que les requins te prennent pour une grosse loche affriandante ». Alors le monde change quand Achille reconnaît qu’il est autre. Et cela l’apaise. A ne pas chercher de sens, il ressent l’harmonie des lieux et de l’instant. Le temps s’efface, l’oubli le gagne, bientôt il est seul, perdu, tellement absent. Tous sont déjà remontés quand il pense à regarder son Suunto. Il affiche cinq bars !!! L’horizon est vide, le ciel s’est couvert, et se fond dans la mer qui s’est creusée. La main de son binôme lui touche l’épaule, il tressaille de surprise et de peur. L’engueulade est courte mais intense, Achille, conscient de son erreur, se tait. Derrière eux, le parachute rouge pointe sa tête à deux mètres de la surface. Du pli, juste entre le ciel noir et la mer grise, la bangka surgit qui patrouille à leur recherche depuis un bon moment. Ça braille, ça rit et ça chambre dur tout le soir, ça boit aussi.

Sur le compte d’Achille, le rêveur des profondeurs …

Le dernier soir, sur le pont humide qui brille comme une patinoire sous la pleine lune, tous s’équipent pour la dernière, la plongée de nuit. Plus rien, plus de repères, comme un aveugle dans la poisse liquide et les peurs ataviques, acides et incontrôlables. Le faisceau étroit des torches fouille l’épais charbon, vite elles se rapprochent, frileuses, tremblantes, les mains se cherchent, se touchent et se rassurent, la mer grouille de vie. La nuit des peuples aquatiques c’est le jour des humains. Les épaisseurs liquides deviennent opalescentes, le plancton s’agite et s’égaie sous les gueules affamées. Sous la lumière ardente, les couleurs resplendissent, le poisson lion vogue lentement toutes ailes déployées, les balistes scintillent, les coraux brillent de leurs feux variés, comme des lumignons à l’envers. Le ciel est en bas ! Les anémones grasses balancent sous la faible houle, et les poissons clowns, rouges, jaunes, noirs, violets s’y nichent. Achille s’approche d’un de ces bouquets de chairs veloutées, et les clowns l’attaquent, frappent son masque à coups de nez cornés pour protéger leurs petits cachés entre les filaments. Les langoustes passent de roches en roches, seules leurs antennes mobiles les trahissent. Les coraux de feu, les sclératinaires tordus, les coraux roses, rouges, durs ou mous scintillent, les gorgones allongent leurs ailes rousses ou jaunes, les anthozoaires étalent leurs pétales raides. Le fond est un jardin de pierres aux couleurs surprenantes, de fleurs de chairs molles balancées par le rythme des eaux, tel un patchwork vivant. Achille nage au ralenti entre les récifs, tourne autour des patates coralliennes, se gave de couleurs, s’enivre de beauté.

Juste avant que remonter il défaille presque, tandis que le nez au ras des pierres il se perd dans la contemplation des minuscules nudibranches, tâches flashies, électriques ou pastels tendres, aux gueules de monstres, effrayants et ravissants à la fois. Pendant qu’il se gorge de couleurs, au détour d’une colonne de corail, une hexabranchus sanguineus, apparaît. Large et charnue, écarlate, elle est là, juste devant lui. Sa longue robe fragile ondule de tous ses plis de rose. Gracieuse, surnaturelle, la danseuse espagnole chaloupe au son d’une guitare absente, un flamenco lent, envoûtant et lascif.

L’incarnat brûlant de sa robe le fascine …

Achille suffoque de surprise,

Puis Natacha se met à vibrer,

Dans sa mémoire émue …

Accroché aux ailes repliées de son bureau, dans la lumière jaune du phare de sa lampe, ACHILLE le rapiécé tangue encore, comme s’il revenait, lui aussi d’avoir dansé. L’almée espagnole balance dans sa mémoire, le rouge étincelant de sa robe fulgure dans le cristal sous ses yeux. Une larme roule sur sa joue, qu’il essuie d’un revers de la manche. Dans le giron du verre immobile, un lac de rubis sombre ne danse pas. « Syrah Leone » la lionne ne bronche pas, un lit de rose borde sa robe. C’est qu’elle a déjà bien vécu. Au creux du cristal son regard noir le fixe. Ce Coteaux du Languedoc, né au Domaine Peyre Rose en 1996 embaume les épices douces qui enchâssent un confit de fruits noirs, de mûres, d’eucalyptus, de tapenade goûtue, de vieux cuir, de tabac, de cacao, de café, de thym et de garrigue. Mais plus fort encore, les fragrances de truffe, de zan, de fumée et de poivre noir lui montent aux narines qu’elles épatent. Largement. Natacha le regarde furtivement, puis se dilue comme tannins évanescents. Alors, Achille que gagne la soif, se penche sur le buvant. Un jus crémeux, un peu sucré glisse dans sa bouche, enfle immédiatement, puissant, presque trop, la réglisse et le zan le zlatanent violemment, le jus installé peine à repartir. La fraîcheur qu’il attend ne vient pas, la puissance domine, et la matière imposante ne crève pas son cœur, ne libère pas l’acidité qui l’aurait relancé. Achille avale enfin. Sur sa langue attentive, les tannins polis, fins mais encore conséquents, augurent d’une vie longue encore. Plus que la sienne peut-être. Le zan dure et dure toujours, le poivre aussi.

Achille est perplexe.

Quelque chose lui manque,

La danseuse espagnole,

Et sa grâce ?

Ou Natacha,

Toujours ?

EONMODUTILANCOTENE.

ACHILLE ET LE TEMPS ARRÊTÉ …

Anonyme. Tag de rue.

Vivait en pilotage automatique …

Chatons dans leurs paniers, pompiers au garde-à-vous, bouquets de roses, de lys, de marguerites, chiots larmoyants, les calendriers se succédaient. Achille était encore à l’âge qui n’en prend pas. Et ne se souciait de rien ou presque. Il avait oublié l’accident de voiture, le rictus de la mort déçue, il avait renié sa « méthode », il était redevenu de ceux que l’institution façonne, sa position de franc-tireur n’avait pas tenu longtemps sous les assauts amicaux des « collègues » et des proches. Au fond de sa conscience sourde, quelque part derrière sa nuque, sous l’os, ses idéaux, sa générosité, sa recherche d’authenticité, son goût pour la vérité des êtres, s’étaient réfugiés pour survivre, au ralenti, en apnée. Il n’avait pas pas cru bien longtemps aux niaiseries soixante huitardes, pas plus qu’au stalinisme déguisé, aux chinoiseries du petit livre, non plus. Les fleurs, les bouclettes, les combis WW, les « Gardarem lou Larzac », les pétards qui tournent, les « Peace and Love » un peu niaiseux l’avaient laissé indifférent, complètement de marbre lisse et glacé. Cette époque, ou plutôt ces époques, qui s’empilaient sans qu’il s’en aperçoive, lui donnaient pourtant des joies aiguës. Ces moments forts, intenses, quand le plaisir est au bord de la douleur, quand les larmes sont de souffrance et de joie à la fois, il les trouvaient au cinéma et dans la musique.

Aux guimauves aspartamées qui envahissent les radios, aux Juvet, Sardou, Dalida, Dassin … Achille préfère Le Forestier, Y. Simon et son « Au pays des merveilles de Juliette », Polnareff, Nino Ferrer qui l’emporte au « Sud », et Christophe, même s’il chante faux « Les mots bleus ». Mais plus encore, il se bourre les oreilles des riffs flamboyants de Knoepffler, des dentelles de Jethro Tull, du blues saignant de Clapton, des évanescences du Pink floyd, des rythmes de Stevie Wonder, du rock carré de ZZ Top, des subtilités de Police, et des plaintes décadentes des Doors. Gainsbourg ce faux dandy, ses concessions au Show-Biz et ses mélodies souvent « empruntées », le débectent.

Souvent, il se réfugie dans les salles obscures, dans ces ténèbres habitées que perce le faisceau du projecteur. Les silhouettes des spectateurs qui se découpent sur l’écran le fascinent ; rien de plus émouvant qu’une bouclette sombre qui tire-bouchonne au tombé d’une nuque, que la ligne pure d’un cou gracile, que ces mains qui essuient sporadiquement des foules d’yeux embués par l’émotion ; leur présence le rassure, il se sent bien parmi les gens de son espèce, de sa « race », parmi ces humains qui l’entourent, qu’il ne connaîtra jamais, mais qui habillent sa solitude. C’est le riche temps de « La grande bouffe », de « La nuit américaine », des « Valseuses », du « Juge et l’assassin », de « Cet obscur objet du désir », de « Série Noire » et du « Dernier Métro » … autant d’œuvres fortes qui le ravissent et le nourrissent à la fois. Et le maintiennent en vie, à côté de la vie.

Immobile mais attentif, Achille mûrit comme une viande au frigo. Une de ces parenthèses apparentes, comme le temps long d’un rien de la vie, qui prépare, rabote et polit, aiguise les angles ou les arrondit, lentement, à l’insu même de nos perceptions, trop grossières pour le très subtil des heures, si ralenties qu’elles paraissent arrêtées. A s’être laissé croire que le progrès est dans l’action, les projets, la science, Achille a oublié l’importance de l’ennui, de la contemplation, de la puissance du vide, de la vacuité, dans l’évolution de l’être, des bienfaits de la rumination inconsciente. Comme s’il ne savait pas qu’entre les semailles et l’improbable venue de l’épi, passent les nuages, tombe la pluie, chauffe le soleil.

Il faut toujours …

Un beau matin, le ciel était vert, l’herbe rouge, il pleuvait du soleil humide, de l’eau salée aussi, tombée de la mer, le bitume jaune de la route des fous reflétait ce spectacle insensé, Achille marchait les mains dans ses chaussures, les Ginkos Bilobés plantés à l’envers agitaient leurs racines sous le vent qui sourdait du sol, soulevant la terre et les jupes des filles. Chaque mauvaise nuit lui mettait le monde à l’envers, il se disait qu’il le voyait peut-être tel qu’il était vraiment ce foutu monde de merde, et que lui seul le savait. C’était vacances d’hiver, il était seul, il ferma les yeux, pointa un doigt sur la carte et prit le train. Sur la promenade en bord de mer, il insulta longuement Proust et Chanel, demandant à l’un de sortir de son plumard, à l’autre de se mettre au tricot, mais le vent mangea ses mots que nul n’entendit. Seules les mouettes crièrent et lui chièrent dessus. Le sable humide fouetté par les bourrasques le cinglait à rougir. Il eut bientôt les dents crissantes, les yeux rubis et les oreilles bouchées. Bouche ouverte, il laissa les graines de silice lui gifler les amygdales et hurla en silence son dégoût de Deauville où le hasard l’avait porté. Tous ces visages célèbres, ces hôtels cossus aux yeux fermés par l’hiver, défilaient devant lui tandis qu’il arpentait les planches sous les congères de sable accumulé. Par extraordinaire, en ces lieux si prisés par tout ce qui conte et compte, il était seul, tel un survivant dans la ville déserte. Le vent avait arraché les aiguilles des horloges, la pluie fine lissait les paysages que le gris de la brume humide uniformisait. La rage convulsait son visage ravagé, il braillait comme un fou échappé des camisoles, il insultait les hommes, le monde, la vie, appelait la mort, la défiait, qui ne le regardait même pas ! Achille un instant fut au bord de larguer les amarres, de carguer les voiles vers l’empire des fous, de quitter les rivages de la raison, de foncer vers la ligne fine de la mer, là-bas, grise, frangée d’écume, pour marcher sur les vagues, vers l’Atlantide, vers ces êtres merveilleux et leurs villes englouties, y retrouver Platon et Diogène, boire de l’hydromel et se gaver d’encens ! Parler avec les ombres et puiser au tonneau. Sur le sable, il se mit à courir, on ne voyait plus à dix mètres, il était vers seize heures, la nuit tombait déjà, seule la mer phosphorait avec la marée. Achille, brûlant ne sentait rien du froid humide de ce sinistre Février 1979, il était comme insensible, plus décérébré qu’une grenouille au labo il gueulait des mots qui n’existent pas, crachait sa haine par la bouche du diable, suait sa misère à grosses gouttes odorantes qui lui faisaient face de gargouille, titubait, tombait, se relevait, comme un automate aux articulations grippées. Sous le voile gris qui mangeait les reliefs, le monde avait perdu sa troisième dimension, un fantôme blanc vêtu de soie moirée scintilla un instant avant de se diluer dans les ombres montantes. Cette vision furtive l’électrisa comme un électrochoc qui le fit tressaillir jusqu’aux os. Natacha ??? Le cri sauvage qu’il poussa, déchira si peu la puissance des éléments, qu’il lui revint en pleine face. Pétrifié, Achille s’arrêta, perdu entre terre et mer. Le monde disparut à ses yeux, il venait de comprendre que le manque de Natacha, emprisonné depuis des années derrière la façade animée de sa vie arrêtée, avait brisé les digues, que la force de vie qui l’habitait se débarrassait de ce cadavre exquis.

Achille tomba à genoux, puis sur le sable griffant il se lova, genoux contre poitrine et visage entre les bras.

L’ampoule de la lampe a grillé, la nuit a englouti Achille le désagrégé qui s’est levé en maugréant de son vieux fauteuil. Sans le cône blond qui agite la poussière du passé, la magie n’opère pas, et dans le verre le vin se tait. La vis de la lampe grince et l’ampoule lui brûle les doigt. Il se rassoit. Dans la nuit plate, seule la virgule de lumière dorée distingue les reliefs de son tout petit monde tiède. Ce soir Achille a le visage décomposé par les vieilles émotions remontées du fond du puits. Dans le verre, le vin scintille, alangui dans son joli berceau à long pied. Au travers du cristal épanoui, le disque liquide déformé semble noir sur l’eau claire, pâle comme un soleil quand l’hiver est à la glace. La rivière de lumière ambrée agite des reflets verts qui ondulent comme des espagnoles quand chantent les guitares et scandent les voix dans les cabarets de Séville. Il a bien besoin de vie brutale, et d’une eau qui enchante les sangs après cette douloureuse remembrance, et ce « Coteaux sous la roche » 2009, ce Santenay blanc du Domaine Olivier l’a bien aidé quand il a plongé son regard sous sa robe blanche. C’est à ce juste moment qu’il a basculé, quitté la nuit d’aujourd’hui pour les ténèbres d’il y a … si longtemps, en ce jour blême de vomissure et de fureur.

Maintenant que le souvenir a passé, maintenant qu’Achille sent son pouls se calmer, il ose cueillir le verre par la tige, comme une rose de cristal fragile, y plonger le nez, inspirer longuement, se plonger dans la vigne en fleur, percevoir déjà la fraîcheur du jus, inhaler ces fragrances de fruits blancs, d’agrumes et d’herbes sèches qui lui disent qu’il a eu fait chaud cette année là ! Longuement l’air l’a caressé et le vin s’est ouvert, Achille est remonté, libéré des fantômes, le vin l’était aussi. Après les rudesses du passé, Achille est tenté de se noyer, mais de plaisir, dans les eaux du vin cette fois. Les yeux clos, il se recueille, et accueille l’onde de ce lac limpide dans sa bouche qui ne demande que ça, comme les filles quand elles aiment. Le jus pur lui prend les lèvres, frais comme un lac de montagne, tendu comme la flèche qui cherche le cœur. Puis la matière enfle au palais, plus encore que le courtisan devant son Prince, inonde sa bouche, et le plaisir s’installe. Le jus fait la boule, puis la roue libère son fruit, et le vin repart tout droit comme un Masaï à la danse. Ce jus si frais est cristal en bouche, qui la marque du fer de ses épices vives finement réglissées. Bouche vide, Achille sent le vin toujours , qui l’a quitté pourtant, basculant, passée la luette, dans le mystère de l’intérieur. L’acidité mûre rechigne à fléchir. Comme l’image d’une lame de fruits, tendue dans son écrin calcaire, dont le sel encore lui marque les lèvres …

EMOMOTIROCOSENE.

INDÉCISE ÉTAIT MA NUIT …

Baron Gros. Palaméde de la Bonnemaison.

C’était, il y a des lustres …

Non, « La Pucelle » qui me faisait face ce soir là, à demi étendue sur les brocards précieux d’un canapé chatoyant, n’était pas ce Puligny 2002 du meilleur domaine, au frais dans l’obscurité de la cave, n’attendant que mon bon plaisir, mais un « Canon » de belle espèce aux chairs dilatées à souhait, aux cheveux soyeux et à la peau de pêche. Je savais bien que « La Pucelle », pure chrysocale liquide me réconforterait, que son toucher de bouche soyeux me ravirait, que ses parfums de fruits blancs me combleraient bien avant qu’elle ne se glisse, opulente et tendue entre mes lèvres accueillantes, qu’elle me consolerait, le cas échéant, de mon échec attendu …

J’avais épuisé presque tous les charmes de la conversation, m’étais épuisé à lui conter maintes anecdotes savoureuses, avais déployé tous mes sortilèges, lui parlant d’une voix sourde, plus sensuelle que le plus aphrodisiaque des chants d’amour. En vain. Elle me regardait en silence, et son regard d’azur, dont la lumière éclairait à peine sa crinière noire aux reflets bleutés, se perdait derrière moi dans la contemplation béate du mur du salon. Derrière mon sourire, qui me paralysait la bouche tant je me crispais à le lui offrir sans faiblir, j’étais plus énervé qu’un pou jeté par le vent mauvais sur un crâne rasé de frais !

Alors je décidai de jouer ma dernière carte et lui proposai de goûter au nectar de la blanche Bourgogne, arguant du fait, espérant la faire un peu sourire, qu’à force de se taire, elle devait avoir soif. La belle était très belle, splendide même, mais avait peu d’esprit, et le goût de la dérision n’était pas la plus cardinale de ses vertus. Elle accepta, mollement, mais néanmoins …

Je fonçai, ventre à terre vers le cellier, ramassai sans ménagement « La Pucelle » par le goulot (sic), la décapsulai, puis la débouchai fébrilement. Le vin à la robe pâle remplit à demi le cristal aux hanches évasées que je déposai devant elle. Ce vin aux reflets verts du Domaine Morey-Coffinet, n’avait rien de confiné, le temps avait fait son oeuvre subtile d’élevage, il avait fini de tisser la soie de ce jus. Je lui parlai des moires que la lampe recouverte d’un foulard fin dessinait sur le disque odorant du vin, lui fit découvrir tous les délices des fruits jaunes aux arbres du jardin, lui dit que sa bouche aurait du mal à laisser la sienne, que son baiser pulpeux lui prendrait le coeur et lui ravirait les sens, qu’elle garderait longtemps son souvenir au palais, puis me tus, l’invitant à lipper le vin.

Je me régalai quand ses lèvres s’entrouvrirent. Ses yeux se fermèrent un instant. Le regard qu’elle me lança juste après l’avalée redoubla mon désir. Son corps se détendit, ses genoux s’écartèrent à peine.

Je sus qu’Aphrodite était en elle,

Et qu’elle s’offrait à moi …

EESCAMOBELTILÉECONE.