DÉVADORE MOI …

1391567_10200814954001666_1026927008_nAvec le regard de La De.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Dévadore moi, toi,

Moi qui te dévodare

Tant doucement,

Tant amoureusement

Tant ardemment,

Tant supllicieusement,

Qu’à la fin je me dissous

Comme le sucre dans le lait

De ton âme explosée.

———-

Sur le sable de douleur

De cette couche froissée,

Nous nous sommes laissés

Emporter à nous briser,

A déchirer la surface

Comme la peau de scarface,

A nous goinfrer d’amour,

A nous sentir si lourds,

Et nos âmes éclatées.

———-

Viens me dévadorer, dis,

Viens t-en urgemment,

Avant que n’éclate le grand vent

Des discordes, des miséricordes,

Les chants de misère, et la horde

Harassée, brisée, puante,

Des regrets, des cris, des souffrances,

Le cours des fleurs fanées et gluantes,

Et l’idée que le beurre est rance,

Avant que je me balance

Le nœud au bout d’une corde .

———-

Me sens grave comme un batave

Perdu au sommet des montagnes,

Comme un cancer inquiet

Allongé, caché, aux pieds,

Des catastrophes annoncées,

Comme le film torride

De tes anciennes vies,

De tes plaisirs, languide

Tu as été, bien avant que mon gland,

Timide, ému, ignorant,

Du bout, rêve de caresser tes dents.

———-

Les temps passés me terrorisent

Et je me vide à ces pensées horribles,

Autant que je le peux, j’évite,

Les morsures sanglantes de la bise,

Qui souffle à bout de souffle,

Glacée, salée, et me dise

Toutes oreilles clouées, closes,

Combien je ne suis qu’une chose,

Fadasse, incolore et sans goût,

Au regard terrifiant des cuirassiers,

Destroyers, avisos et autres seigneurs,

Aux matures brûlantes, aux proues effilées,

Qui ont longé, griffé,

Cloué, caressé, rongé tes flancs,

De baleine agile échouée sur le banc,

De leurs dards ardents.

Et c’est pourquoi je pleure,

Moi pauvre leurre.

Tant.

Alors dans l’épaisse pénombre

D’une chambre inventée,

J’entends, je vois passer les ombres,

Gigantesques et dorées,

De tes anciens amants.

———-

Dévadore moi,

Avant que s’évapore,

Que ne quitte mes pores,

La vie qu’il me reste à t’aimer.

———-

Quartz aigus

Que n’ai-je pas vécu.

Be Sociable, Share!