PROSERPINE LA GALOPINE …

proserpine 20_allori

Dante-Gabriel Rossetti. Proserpine.

CHAPITRE 1.

Proserpine, mais pourquoi ce prénom ? Très tôt, elle se posa la question. Très tôt. Elle questionna sa mère. Parce que, comme ça, c’est joli, ça sonne espiègle, s’entendit-elle répondre. Son père ? Elle n’en avait pas. Enfin il n’était pas présent. Enfui, juste après avoir joui dans la chatte de maman. Sa mère lui avait dit « la graine », bien sûr. Mais au sortir de l’école primaire, le premier matou renifleur lui avait traduit ça en langage normal, celui du rut, qui allait meubler sa vie et son entrecuisse …

A peine sut-elle marcher et ouvrir un peu les yeux sur le monde, qu’elle vit, à hauteur de ses yeux d’enfant, passer nombre de pattes plus ou moins grêles, diversement poilues, chaussées de godillots genre skinhead, de charentaises avachies, de mocassins vernis – très rares ceux-ci – de radeaux improbables, de cuirs griffés, cirés, luisants, cradingues et autres, enfin toute la collection des godasses des mondes occidentaux et extérieurs. C’est ainsi qu’elle apprit à compter. Outre cet indispensable apprentissage qui lui serait utile très tôt, elle développa concomitamment son odorat, et les parfums capiteux des corps de passage, à l’hygiène variable, l’initièrent rudement, de telle sorte, qu’elle n’eut jamais, de toute sa vie, le moindre haut le cœur. Ajouté à cela l’incompétence crasse de sa matrice en matière d’hygiène, elle fut de suite vaccinée, à la dure, contre nombre de microbes et virus ambiants. Elle eut bien quelques fièvres, mais ni quartes, ni même tierces, dont elle sortit, avec difficulté parfois il faut bien le dire, considérablement renforcée.

Proserpine naquit un soir étrange, entre un 31 et 32 Décembre, ce qui est le sort habituel des sorcières ou des âmes dégagées des obligations humaines. Mais par un prodige du destin qui étonne encore à ce jour l’Olympe aussi bien que les ciels divers des religions du livre, et même, c’est dire, les plus hauts extasiés au-delà du Parinirvãna, elle se retrouva, hurlante et sanguinolente, sur le ventre ville ouverte de Xéresse, sa salope de mère. C’est ainsi qu’elle parlait d’elle, avec tendresse, quand son regard faisait contrepoint à ses paroles. Une putasse de première, sa mère, qui n’arrêta que fort tard, passé sa quatre vingtième année, de se faire bourrer la tranchée qu’elle avait accueillante. C’était pour elle une nécessité absolue. Sans quoi, elle se traînait et perdait tout entrain. C’est pour vivre et survivre qu’elle passa sa vie entière à passer en revue tout ceux qui passaient à portée de sa coquille. Pour garder joie, bonne humeur, et parfois, souvent même, pour faire bouillir la marmite. A se faire ramoner le coquillard, elle n’eut de cesse. Une dévoreuse, une assécheuse, une bouffeuse d’énergie, un vampire qui ne vivait que des substances, voire des subsistances d’autrui, et qui dépérissait dès qu’elle n’était plus comblée.

Coïncidence, elle cessa ses activités un beau matin que son désir s’envolait, les poinçonneurs des Lilas, remplacés par des portiques sans âmes, disparaissaient des couloirs du Métropolitain. C’était comme si le monde basculait d’un coup. Un coup qui l’ébranla et mit à mort son désir jusqu’à lors, inextinguible, cette soif impétueuse qui avait été l’unique sens unique de sa vie. Car Xéresse avait une affection particulière pour ces tickets odorants qui lui ouvrait les entrailles de la terre. Leur odeur d’encre et de poussière l’émouvait. Elle aimait à les voir poinçonner par ces hommes et ces femmes aux yeux baissés, qui d’un coup sec du poignet, perçaient en deux notes sèches et crémeuses à la fois, qu’elle vivait comme un déchirement voluptueux, le carton fragile du billet. Chaque jour le fer qui déchirait le papier tendre lui mettait au front et sur le dessus des lèvres quelques perles de sueur chaude; entre ses rondeurs qui se crispaient en frissonnant, courrait une caresse à peine ressentie, douce, qui lui embrasait les sangs en eau. Quand le poinçon se tut, rouilla, ses chairs se rétractèrent. La mort tapie au coin de son ventre lui mordit les entrailles. Elle pourrit et mourut en quelques mois, seule, sous le regard rougeoyant de la camarde à l’ouvrage …

Be Sociable, Share!