UNE MANTE RELIGIEUSE.

La Délicieuse amante de La De.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Abominable mante aux yeux démesurés,

Aux grands bras menaçants, accrochée à la tige

D’une rose fragile à l’aube d’un vertige,

Sous la lumière, pâmée. Comme un monstre incarné

Sur une branche morte, un diable déguisé

En Vénitienne pâle au masque enfariné.

Insectes égarés prenez garde à la strige !

—-

Elle est belle comme la mort, son sourire ensorcèle

Le papillon léger, amoureux des corolles,

Des dentelles graciles et des pistils charnus.

La mante a déployé l’éventail de ses ailes,

Peintes de couleurs vives sous le soleil perdu.

Sa tête s’est penchée entre les aréoles

Ses crochets ont frémi sous la pluie d’étincelles.

—-

Le léger a plané comme une feuille lente,

A tourné, a viré, se faisant une joie

Des sucs délicieux, de ce cœur moelleux,

Prêt à plonger sa trompe, à connaitre l’extase,

Ses antennes vibraient, le mâle était aux anges.

Ses yeux d’opale noire voyaient le monde en bleu.

La danseuse funeste, immobile, attendait.

—-

A la première attaque l’envoilé a sombré

Sa beauté envolée en pluie de soie dorée

A saupoudré le vent qui l’a éparpillée,

Et la rose poudrée doucement s’est pâmée.

La mante dévoreuse a croqué dans la tête,

Elle raffole, frivole, des cervelles en miettes,

Entre ses longues pattes suintent ses crocs sanglants.

—-

Quand le ciel est au beau, quand l’azur étincèle,

Parfois le soir venu, le jour juste tombé,

Quand l’œil écarquillé a fini de sombrer,

Celui qui s’est perdu sous les ombres futaies,

Peut entendre là-bas, sous les herbes dressées,

Le feulement furtif de la rauque mortelle.

Be Sociable, Share!