Littinéraires viniques » POÈMES EXACERBÉS …

CROQUE-COUILLES …

Tu pleures

Les larmes

De ma vie.

De tes yeux

Chargés

Coulent

Les eaux

Claires

De l’amour,

Que nul, jamais,

N’imaginera,

Même.

Pauvres blêmes !

Mon poème.

D’entre

Tes cuisses

Qui palpitent,

Sourdes,

Lourdes

Et si pâles,

Le ru d’amour

Glisse.

Au long

Des collines

De sable blanc,

Il irrigue

L’âme

Égarée

Au fin fond

Des déserts,

De cette vie

Sans goût

Tu me rends fou

Ma Lou …

Croque-couilles,

Folle rouille,

Douce crapouille

Tu enchantes

Mes reins,

Qui d’airain

Ne sont,

Mais de balsa.

Ma falbalas

Fragile,

Sois douce,

Et ne me brise,

Quand tu frises

Au-dessus de moi.

Mon amazone

Aux seins

De lait,

Infiniment,

S’il te plaît,

Mon amande,

Mon lait.

Accroche

Au pommeau

De ma selle

Les étoiles

Sales

De tes yeux

Heureux.

Divague,

Balance,

Que ma lance,

Rougie

Au feu

Des enfers,

T’élance

Jusqu’aux embruns

De la vague.

Caresse

Mon flanc

De tes doigts blancs …

Ma dingue,

Ma cradingue

Aux doigts

Saignants,

Plonge

Dans ma bouche,

Tes rêves louches

Et tes élans.

Je fesse

La rose

De tes fesses.

Drôlesse,

Tu balances

Ta crinière

A tous les vents.

Les onguents

D’orient

Apaisent

La flamme

Qui rougit

La soie

De ton cul

Juste meurtri.

Sans un cri.

Rires légers,

Baisers mouillés …

Que de plaisirs

Sous les draps embellis

Du désir.

Zéphyrs,

Pierres taillées

Aux ailes

Déployées …

Ailes d’anges,

Ma mésange,

Vole,

Ne désole plus,

Ma vie.

Baise moi,

Poésie.

PAUVRE SERIN …

10709496_10202693098154096_1899217731_o

Dans la nuit de La De.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Disparue

La brioche

Dorée

Qui hante

Mes nuits

Comme un souci …

—–

Absente

Sous mes doigts,

Simple brume,

Vision,

Tension,

Désirs,

Soupirs …

—–

Aimer,

L’enduire,

Encore,

Toujours.

Baiser

Sa tendre

Peau frissonnante …

—–

Le cœur

En sang,

Le souffle absent,

La main figée,

Dans les cendres

De mes nuits …

——

Je bêle

En vain,

Pauvre lutin.

Ma belle catin,

Tu n’es pas là,

N’ai plus de voix,

T’appelle en vain …

—–

Pauvre serin,

Loin de ton sein.

A mort

La Maure,

Amour

A rebours,

Fracasse moi

Envahis moi.

—–

Je suis la croix …

MON ULTRA …

11040427_10203625920914082_1776636706_o

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Je t’aimerais

Mon ultra

Salope,

Je serais ton

Foutraque

Lumineux.

Enfoncé

Dans ton cul,

A te sentir

Vibrer

Comme

Ma cloche

Fêlée.

A pleurer

Pour que ça dure

Et reste

Longtemps,

Infiniment,

Dur …

—–

 Dans tes yeux

Innocents

Au regard

Ambigu,

Je verrais se lever

Les désirs

Inconnus

Qui durcissent

Tes seins

Et enflamment

Ton cul.

Tu seras

Ma loche,

Mon ultime,

Qui s’accroche,

Qui dévore,

Incorpore,

Crache,

Ma bravache,

Ma cravache,

Ma baveuse

Extasiée,

Mon diamant

Ciselé …

—–

 Ton nez

De furet

Curieux

Furieux,

Baveux,

Promènera

Partout,

Renifleras

Comme une folle

Les odeurs

Fortes

De mes viandes,

Mes purulences

Parfumées.

Tes joues

Caresseront

Ma hampe

Au bord

Des crampes,

Et tu m’engloutiras

D’un coup,

Jusqu’aux genoux …

 —–

 Entre tes seins

Gonflés,

Tu poliras

L’épée

De mon envie,

Durcie.

A gestes

Répétés

Tu la feras

Flamber.

Mon cœur,

Amour,

A mort,

Tu m’emmènes

Chanter,

Hurler,

Pleurer,

Jurer,

A jamais …

—–

 Toi la

Sorcière

Aux charmes

Déployés,

Ton cul,

Mon papillon,

A déclenché

La poudre,

Qui sur ta peau

Transie,

Laisse des traces

Lourdes,

Dont d’une main

Émue

Tu tartines

Ton cul,

A le faire luire

Comme

Un phare

Dans la nuit.

Giclées

Beurrées …

—–

 Ma ronde

De minuit.

Tes escarpins

Si fins,

Allongée

Sur le lit,

Tes yeux

De félin,

Ton sourire

Comblé,

Ton vagin

Purpurin,

Dévasté,

Conque

A bout

De souffle,

Comme une chaloupe

Tes hanches.

Je calanche …

—–

 Amour.

SUR LA PIERRE DURE …

A la cime

S’en aller,

Oser

Grimper,

S’accrocher,

Glisser,

Se redresser,

Jarrets crispés,

Tendons

A se rompre,

Je saigne,

Ma musaraigne,

Tu règnes.

Quand s’estompent

Mon espoir,

Ma gloire

Et ma rime

Je frime,

Et me blesse,

Aux éboulis …

Sur la falaise,

Suspendu,

Comme un presque

Pendu,

Le vent,

A mes oreilles,

M’entends

Tu ?

Toi qui sommeilles

Au creux

Des bras

Rugueux,

Musculeux,

De l’être cher,

Qui caresse

Tes chairs

Disparues.

Ventre velu,

Torse

Tendu,

Il t’as crochée

Au ventre,

Blessée,

Tu es perdue …

Ciguë,

Tu me tues,

Me désespères,

M’exaspères

Le soir venu.

Quand à la fraîche,

Pauvre ventrèche,

Mes ongles,

Ma ronde

Gironde,

Griffent

Les draps.

Ma soie,

Où que tu sois,

Je sens ton souffle

Qui court,

Lourd

D’amour,

Sur les eaux

Blanches,

De tes soupirs.

Délires,

Ma voix

Pâlit,

Mon cœur durcit,

Pauvre Mowgli,

Sur sa branche,

Calanche.

Opale ternie …

La Gironde

Gronde,

A l’estuaire,

Le courant,

L’onde,

Roule

Son flot

Puissant.

Fou de

Bassan.

Bassin,

Crachin,

Tu tangues,

Comme la barque,

Aux Parques,

De ton lit.

Le roulis,

T’éblouit,

Il débarque,

Et t’enduis.

Le ciel d’azur,

Fille si pure,

Dore tes mèches,

Et tu souris.

Reine comblée,

Amour gelé …

Sur la pierre dure

Du sommet,

Un faucon

S’est posé,

Déplumé …

Rien n’y fera,

Tu n’es pas là.

QUE NULLE NE GOBE …

Désert de Gobi,

Que nulle ne gobe,

Quand j’aimerais tant,

Ton corps pesant,

Assis, sur

Le rebord

De la fenêtre,

A regarder

Mes yeux,

Si lumineux,

Devant

Ta main ardente,

Qui bafouille

De plaisir …

  —–

Cavale

Démoniaque,

Dressée

Sur tes

Ergots fumants,

Tu cries

Et tu tempêtes.

Te souris

Tendrement,

Diable fumant.

Le calumet dressé

Vers ton autel

Profane,

Tu fulmines

En bavant …

  —–

Défroqué,

Prêtre fou

De tes charmes

Envoûtants,

Je donne

A ta bouche

Qui supplie,

La plus belle

Des hosties,

Qui croque,

Puis fond,

Sous ta dent …

 —- 

Ta langue,

Papilles dressées,

Turgides,

Quasi exsangues,

Tant le rouge

Est à ton front,

Délicate

Et gourmande,

Se régale,

De l’obélisque

Tendre,

Qu’elle enroule

Comme à Memphis,

L’offrande

Tendre …

 —– 

 J’étais à l’Esplanade

Un invalide,

Place Vendôme,

Tu m’as entraîné,

Dressé,

Roide

Décompressé.

Mât du cirque

Des amours folles,

Mât de cocagne

Des désirs

Exacerbés.

Ma reine,

Néfertiti

En majesté …

 —–

A me prendre

Et me reprendre

Encore,

Tu t’es évertuée.

Pressé,

Vidé,

Anéanti,

Jusqu’à l’épinière

Tu m’a pris.

Donné, je t’ai

Coeur éclaté

Reins brisés,

Âme ravie …

 —– 

Lapis

Lazuli,

Mon cœur,

Ma vie …

TU ES L’ORAGE …

Tu es la fleur

De ma peau,

Je suis la peau

De ta fleur.

Malheur …

—–

Pourtant,

Tu es l’orage

Qui ravage

Ma vie,

Mais n’éclate

Jamais …

—–

Rien ne bouge,

Pas un doigt,

Seule la fleur

Dépérit

Et se noie …

—–

Sur la route

Qui s’en va

Là-bas, si loin,

Qu’elle n’a pas

De bout.

Pérou …

—–

A nager

Sous les eaux,

A croire

A tes nageoires,

Atrophiées …

—–

Tapis Persan,

Dolent,

S’y allonger

Soudés.

Où êtes-vous,

Ma Lou.

Emmiellerais,

Je vous …

—–

Brassage

Si doux,

Manger

Votre,

Aimerais,

Lait

Coagulé …

—–

Flancs

Caressés,

Griffés

Brûlés,

Langue

Mordue …

—–

Laine

Tressée,

Poires

Pressées,

Fesses

Ventouse,

Sur ta pelouse,

Comme une bouse,

Étalée …

—–

Cri

Éclaté,

Quartz

Fendu,

Quark

Ventru,

Iris,

Lapis

Tordu …

—–

Viens t-en

Aimer,

Jade

Maussade,

Aigue

Aigre

Du temps

Perdu …

—–

Osmose,

Ma lose,

Ose,

Repose,

Murène

Trop pleine,

Loss,

Mon os,

Entraperçu …

—–

Obsidienne

Ma chienne.

MOUTONS BLANCS …

Seul,

Cette nuit

Mon coeur

A la peine

Écoutera

Ta voix,

Qui ne sera

Pas là,

Occupée à dire,

D’autres mots

De soie …

Sous les draps,
Dans le vent
Qui souffle
En tempête,
Rien ne sert
De hurler,
Comme un loup
Dépecé.
Ses yeux crevés,
Ne voient plus rien,
Sous ses paupières,
Mortes,
Ses souffles
Épuisés,
Ne passent plus
Ta porte.

Lumineux,
L’extasié,
Qui roule
Sur ta peau,
Ignore,
Que dans la nuit,
D’autres yeux
Aveugles,
Aspirent,
Soupirent,
Mangent
Ta peau,
Et coulent
Leurs eaux,
Lourdes et
Gelées,
Figées.
Tout ce temps,
Ses mains
Acceptées,
A ton horloge,
Ont sonné.

Mais que vienne
Me délivrer
La dague,
Lame crantée,
Regard vague,
Oeil énucléé,
Poitrine lardée,
Ventre crevé,
Tripes coulantes,
Fumantes,
Puantes,
Exposées.

Mon sang

S’en va,
Là-bas
Couvrir ta peau,
De gouttes rouges,
Comme des rubis
Éparpillés.

Entre tes cuisses,
Lisses,
Délices,
Réglisse,
Dardé,

Qui donne
Au cœur pâmé,
Le plaisir infâme,
Tant espéré.

Souffrir,
Mourir,
Exsangue,
Valse lente,
Troublante,
Carangue,
Aux flancs
Argentés,
Tu tangues,
Coeur éclaté,
Corps comblé.
Âme voilée.

Sur la pierre froide
De mes espoirs
Perdus,
Je putréfie,
Roide
Et perclus.
Les fleurs,
Beurre fondu,
Boutons d’or,
De ma mort
Programmée,
Fleurissent
En grappes
Tremblantes.
S’en est allé,
Le printemps,
Le ciel azuré,
Branches chargées
Des feuilles vertes
Qui caressent,
Et balancent,
Sous le vent,
Berce
Les moutons blancs.

Linceul sali,
Je pourris.

DÉLIRES DE GLU …

C’est une histoire étrange,

Celle d’un ange,

Qui se mélange,

D’une mésange,

Entre deux eaux.

—-

 Eaux lustrales,

Mygale

Velue,

Désirs,

Déçus.

—–

  L’ange pleure,

Quand la mésange

Se tourne,

Vers d’autres peaux.

A devenir barjot.

—–

Il a crié

Dans le désert,

Où nul ne l’entend,

Sa rage et sa misère,

A se briser les flancs..

 —–

 Mais la mésange

Ne sait plus, si

Elle aimera l’ange,

Toute une nuit,

Dans un grand bruit.

 —–

 Volcan maudit.

—– 

 Rage grise,

Folie explose

Comme une rose

Qui s’est éprise

D’un radis.

—– 

 Le long des rails,

Putain de vie,

Va t’allonger,

De tout ton long,

Et crève sale con.

—– 

 Pauvre lion,

Aux dents limées,

Va te bouffer,

Comme un enfant

Berné.

—– 

 Va donc te pendre,

Plutôt que t’éprendre,

D’un beau poison,

Qui te bouffe

Le gazon.

 —–

 Exorciser encore,

A tâcher j’y travaille,

Douloureusement,

A couper la paille,

Qui me fend.

—–

 Garce, la vie dure,

Tranche, coupe épure,

Arrache ce gland,

Qui me tue,

Fouaille, puant.

—–

 Qui se tend,

Qui me nargue,

Innocent,

Ange déchu,

Dans ton cul.

—– 

 Fantastique,

Ciel lubrique,

Corps céleste,

Coup de trique,

Ange béant.

 —–

 Toi qui bêle,

Tourterelle,

Jouvencelle,

A ta nacelle,

Je me pends.

—– 

 Conspuée,

Concernée,

Ton compère,

Congénère,

Congruent.

—–

 Étrange sylphide,

Ronde et languide,

Condor écarquillé,

Compulsif,

Je te biffe,

 Mon kiff.

 —–

 Converse

Perverse,

Congelé

N’a pas de bulles,

Peau de tulle,

Conciliabule.

 —–

 Congrès

Éberlué,

Comme la fée,

Tu me suces,

Le nez.

 —–

 Étincelant,

Aux Étoiles,

Concupiscentes,

Je me casse,

Les dents.

—– 

 Conacry,

Noire Sacristie,

La folie gagne,

Encense,

Je danse.

—–

 A la folie.

 —–

 Confort,

La compote,

Contre le fort,

Mon concierge,

A la main.

—–

 Je me bats.

 —–

 Ma mi-temps,

Concomitant,

Au mitard

Exaspérant,

Je suis.

 —–

 Pourquoi,

Ma foi,

Ma moi,

Ma loi ?

Perclus,

Combattu.

—– 

 A la prune,

Chaude,

En maraude,

Condamné,

Pauvre gland dû.

 —–

 Accroche toi,

Aux branches,

De la pieuvre,

Verge folle, si blanche,

Sur ta hanche

Un oiseau s’est perdu.

 —–

 Convenu,

Combattu,

Comprimé,

Entre tous,

Révéré.

—– 

 Pierre de lune,

A ta hune,

Me suis pendu,

Mordu,

Foutu.

 —–

 Merlu

Confit,

Confus,

Déchiqueté,

Contrit.

L’ADIEU AUX LARMES …

1017499_10200110181262788_462892179_nIllustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

A force
De pleurer,
La source
A tari.
Lui,
Bel amour
Joli,
Il a vidé
Les yeux
Des orages
Maudits,
Broyé
L’espoir.

Les poires
Blettiront
Entre d’autres
Menottes,
Serrées,
Patientes,
Lentes.

Accrochées,
Au rose
Des joues,
Les larmes
Séchées
Des tendresses
Envolées.

Dans le silence,
La pente,
Des reins
Meurtris,
Connaîtra
Les délices
Des amours
Complices.
Et pleure
Le gland
Melliflluent,
Des élixirs
Blancs
Qui coulaient
En grumeaux
D’argent
Sur le ventre
Gluant.

Obsidienne,
Factice,
Si lisse,
La peine,
Trop pleine,
Pour que vienne,
Le temps,
Harassant,
Du souvenir
Glaçant,
Des atermoiements
Désolants.
Mutine,
Coquine,
Souris,
Regard
Banni …

Dans la nuit
Du sommeil,
Envolée,
L’abeille,
S’est
Évaporée.
Pierre
De lune,
Au sommet
De la dune
Reste,
Perchée.
A l’équilibre
Instable,
Les larmes,
As préféré.

Pleure
La douleur.

Coule
La douceur,
Aimer
Ne sais.
De caresses,
Drôlesse,
Privé
Il est.

Poivre

Concassé,

Désir

Castré,

Plaisir

Refusé.

L’adieu

Aux larmes

A sonné.

A,

Le rat,

B,

Musqué,

C,

A crié,

D,

Dépiauté,

Dévasté

Déglingué.

Radieux,

Le soleil,

S’est couché.

Humide,

La lune,

Timide,

S’est levée …

CASSE, TOI QUI CASSE …

Casse le cœur

Des couilles,

Casse les couilles

Du cœur,

Lâche,

Fugace,

Rapace.

Peureuse,

Dévoreuse

Radieuse,

Petit cœur,

Bonheur,

Balance

Ta pulpe

Grasse,

Mielleuse,

Sur la rose

Fanée.

Hardeuse

Heureuse

J’aime

Ta gemme

Inexplorée.

Rêve

D’orfèvre,

De perle

Enchâssée,

Brisée …

 

 

 

Lance,

Brillante,

Ta fiente,

Agace,

Perce

Ta fente,

Ta mousse,

Éteint

Les globes,

Laisse

Ta robe,

Tes orbes

Se pâmer.

Au vent léger,

Tu es allée,

Désagrégée.

Te pendre

Au cou brisé

D’un amour

Hésitant,

Que porte le vent

Léger

Sous ta jupe,

Parachute,

Envolée.

Ma grâce,

Tu m’as,

Grognasse,

Déglingué…

 

 

 

Vorace,

Tu m’as

Exaspéré.

Pablo Casals,

Laisse aller

Ton archet,

Sa gomme

Arabique

L’a révulsée.

Brisée,

Elle s’est donnée,

Écartelée,

Aux coups furieux,

Sulfureux,

Dorés,

Et répétés,

De ses ardeurs

Renouvelées,

Tu as crié,

Adoré,

Ce jour

Maudit.

Et tu renies

Hésites,

Marrie,

A me consoler.

Le souvenir,

Menhir

Sanglant,

Te plaît…

 

 

 

 Dans la nuit,

Chouette,

Il t’a faite

Hululer.

Entre les étoiles

Scintillantes,

Il t’a emportée.

Moribonde,

Tu as bramé.

Tu cries

Au ciel,

A la voûte

Étoilée,

Ta peine

Ultime,

Qui sourd

De la pine

Sacrée,

Des espoirs

Inexplorés.

Le seuil,

Cercueil

De ta vie

Rêvée,

Jamais,

Tu n’oseras

Passer …

 

 

 

Livide,

Déchu,

J’erre,

A demi nu.

Excalibur,

Si dure,

Pure,

Épée d’acier

Trempé,

Découpe,

La loupe,

Défonce

La houppe,

Remplis

La soute,

Vide

Tes flancs,

Plonge,

Crève

Les flots

Blancs,

Allège

Le cœur

De tes amants.

Rutile,

Nubile,

Fée

Dépecée.

Jamais.

Rubis,

Paradis

Souris …

 

 

 Casse,

Toi qui casse,

Enlace

Moi.