Littinéraires viniques » POÈMES EXACERBÉS …

LE BLANC SILENCE …

Murée dans le blanc silence,

Que le plaisir ardent balance,

Quand enfin vous dites,

Votre plaisir cru.

Que des mots de violence,

Se bousculent à vos lèvres,

Toutes muettes,

Ouvertes, pourtant.

Qu’entre vos cuisses,

Votre doigt presse,

Le bouton turgescent,

Que la rosée inonde.

Je me repais,

De vous voir,

Chanter,

Pour moi,

La complainte,

Qui redresse la vie,

Fouaille mes reins

Et me met le cœur

Entre les dents …

SOUFFREZ QUE …

Souffrez que je vous baise,

Vous baise

Et vous re baise,

Que sur la peau fragile,

De votre aine qui palpite,

Je dépose la goutte,

Qui perle,

Sur mon gland.

CRISSE LA LAME …

Schiele. Jeune femme.

Schiele. Jeune femme.

Elle déjeune,

Se douche,

Dors encore,

Elle … ?

N’est pas là.

Il tire la langue.

Elle n’est pas là.

Intouchable,

Injoignable,

Sous la vitre

Transparente.

La menthe.

 Crisse la lame.

Comme un âne,

Il braie,

Pas gai,

Gris,

Broyé,

Inclassable.

Friable.

Il croit,

Que croire,

Que dire,

Que faire,

S’enterre.

Suaire.

Quand l’enfant

S’écroule,

Explose

Comme une fleur

Au vent ?

Ersatz.

Quartz.

Se taire,

Fuir ?

Se nourrir.

Amertume

Qui fume.

Charbon.

Pierre

Qui fond.

Boue

Qui suinte,

Putride,

Et le souille.

Gargouille.

Tête de veau,

Sauce gribiche,

Pâle, livide,

Langue rose,

Regard déchu.

Opale.

Bien le bonjour

Madame Michu.

Sangsue.

 

RAGE DE VELOURS …

S Mémo_22La nuit rouge.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

Loin comme toujours,

Intouchable velours,

Mon amour ….

Mirage au désert,

Mon coeur se serre …

Alors j’enrage,

Quand m’échappe l’outrage.

Je suis à l’orage …

D’UN REGARD ÉTRANGE …

10686487_10202671239607646_1075923554_oL’oeil sous l’oeil  de La De.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

 D’un regard étrange.

Un sourire aussi,

De carnassier aux dents aiguës.

Dans son cou de tourterelle,

J’irai planter mes dents,

De sa bouche entrouverte,

Je frôlerai la langue.

Mes mains écrasées,

Sur ses seins fous.

Entre ses cuisses bavardes,

J’irai me réfugier,

Après que mon souffle,

A déplissé ses pétales ….