LA REMIGE, NI PUTE, NI SOUMISE…

Lucian Freud. Autoportrait.

 

Que sont ces que, ces qui, qui font pis que pendre, quand se cloque ma syntaxe, qui se disloque sous les coups de courtes queues coquines et se fracture, os à l’air, lorsque les qui craquent et croquent sous ma tectrice patraque ? Stylistique anachronique, analytique, anarchique ? Variations apoplectiques, antirabiques, antipathiques, analgésiques ? Maniérisme académique, aristocratique, arthritique ? Rien d’artistique, de poétique, d’ascétique, ? Que de l’asthénique, de l’asthmatique, du pathétique ? Que d’la barrique bucolique qui sonne cacophonique, aux coins carrés de ma prose cadavérique ! Qui peut prétendre bouffer autant de que, que moi, qui reste coi, quand couinent les caciques canoniques, qui se coincent les coquilles dans les cantiques et la casuistique de mes délires catastrophiques ?

Jean-Raymond s’en tamponne le coquillard !

On sonne à la porte. La factrice ronde lui sourit des canines, l’œil froid et le stylo pointé comme une arme blanche. Signez là. Oui. Merci madame. Deux cartons pleins. Encore. Il n’en revient toujours pas. Il pleut des bouteilles pleines de délices à ne plus que savoir en boire. Pourtant il ne demande rien à personne. Ni lèches ceps, ni sucettes sucrées sur les pages luminescentes qui éclairent partie de ses nuits. Jean-Raymond tape et retape sur le clavier noir qui luit sous la lampe. A sa gauche, un verre à long pied, à cul large et à bouche étroite, à demi plein d’un liquide au cœur duquel brille le filament incandescent d’où pulse le cône artificiel jaune brumeux qui enveloppe son espace et le protège des dangers térébrants de l’ombre impénétrée. Immobile et patient, le liquide odorant comme un lac d’agrumes épicés, l’attend. Mais Jean-Raymond n’est plus là. Seuls ses mains sont vivantes.

Il rêve du bout des doigts…

« Oui, le sinistre « Fils de Machine à Laver » is dead. Le rouge au front il a rencontré les Forces Spéciales du pays du Deuxième Amendement. Le choc a été frontal et définitif. Ite Missa Est ? Tu parles que non Gaston. On signale un requin pèlerin au large de Saint Tropez, la Mecque des ors affichés, des airbags surgonflés, et des implants revigorants. Il va bien s’y trouver une villa sur les hauteurs, y faire la bombe et prêcher aux Rolexmen, toujours prêts à s’en mettre plein les fouilles, pas archéologiques pour un sou, les vertus du commerce de la Kalach

Au cœur d’une nuit sans caprice, tandis que l’insomnie le caresse de ses ongles crissants, il apprend la nouvelle et se rendort enroulé dans sa Burqa de plumes tièdes. Bashung plane entre les mondes et chante dans son demi sommeil ce « Comme un lego » qu’il aime tant… Dès qu’il dort, il s’envole. Moineau anonyme, il suit avec difficulté les brasses puissantes des grands aigles. De là-haut, tout là-haut, « …voyez vous tous ces humains danser ensemble à se donner la main…à ne pas voir demain comme ils seront… vêtus d’acier, vêtus de noir… on voit de toutes petites choses qui luisent, ce sont des gens dans des chemises…dans le silence ou dans le bruit… comme un damier ou un lego… ». Les courants ascendants l’entraînent en spirales fulgorantes au-delà des apparences. L’oiseau translucide crève les nuées qui ne le mouillent pas. Il boit au cœur du soleil le miel de l’éternité qu’il espère. Mais les pesanteurs de l’espace étroit et du temps contraignant rognent les ailes de son rêve, à l’heure où l’aube pointe sa lumière sale, au vrai moment qui voit les vampires terminer leurs « after » gluants et refermer les couvercles lourds de leurs cercueils vermeils. Le fil d’argent, comme un lasso translucide, le ramène sur la terre plombée des pesanteurs multiples et destins urticants. Il s’étire, s’ébroue puis se fige. Au travers de ses paupières closes, le jour saigne et rougeoie comme un œil crevé qui palpite encore. Nu comme un lombric mort, les pieds sur le carrelage glacé. Il grimace un rire. N’est pas la Vénus Anadyomène qui veut ! La traversée du jour et des certitudes épaisses de ses frères bipèdes l’attendent. « Aucun express ne m’emmènera vers la félicité… ».

Mais il ne quittera pas « La Contre Allée ...», l’herbe y est fraîche, elle longe et musarde le long des ruisseaux, de Pinot et Chardonnay le plus souvent, des rus multiples et chatoyants, entre les pierres desquels roulent les jus du Melon de Bourgogne, les élixirs de Rieslings dorés sur tranches de cailloux roses, les filets incarnats du Cabernet très Franc ou Sauvignon, du Merlot mûr sur astéries, qui laissent à sa bouche orpheline les traces finement salines des calcaires fossiles de la rive droite, et comme un filet tendre de silex chaud au détour d’un affluent de Chenin. Toutes ces sources secrètes, ces résurgences cristallines, ces torrents de plaisirs lui sont encore inconnus. Ils décideront l’heure venue de s’offrir ou non à lui. »

Trip sinistre dont il sort bouche sèche et doigts crispés. Tête lourde et dos voûté. Jean-raymond se dit que cette nuit n’est pas la bonne, qu’il peine, qu’il pioche ses phrases, qu’il rame à contre-courant, que ça ne coule pas du bon jus de mots frais. Dans un coin gris de sa conscience, caché derrière son cervelet rose strié de veines rougeâtres, quelque chose le gène, lui bouffe la mémoire vive, le ronge et l’empêche de pondre ses habituels œufs meurettes. Il feint encore de ne pas savoir et lutte contre la lumière intérieure. Bon d’accord, ces p…..s de cartons, de caisses qu’on lui envoie, il ne les a pas demandées. Non, merde non, elles arrivent ! Oui mais pourquoi ne dis-tu rien, enfant de salaud ? Pourquoi les acceptes tu, espèce d’empaffé, de faux cul, de Jésuite foireux. Tu n’es plus crédible ! OK ta crédibilité, tout le monde s’en branle, tu n’es rien, ni personne. Mais toi qui te vois, qui sais, ça devrait suffire à te foutre la honte. Et la morale alors !!!

Ainsi va la vie du blogueur de rien, désargenté, soumis aux tentations de SaintDenis, du Clos de la Roche et autre roi Chambertin, cols étroits et larges culs, jus soyeux et glissants qu’il lorgne, lippe humide, doigts crochus et bourse plate.

Jean-Raymond se marre dans son pilou.

Tout cela n’est que fadaises et cauchemars éveillés. Par Bacchus, il aimerait être ainsi sollicité, il aimerait tendre les bras aux cartons de la factrice, mais sa page, hors ses griffouillis, est vide, vierge de toute trace de commerce espéré. Il est certes au désert, mais n’est pas Saint Antoine soumis aux affres de la tentation. Son désert est sa nuit, le sable ne gratte que ses paupières, et le verre près de lui, il a parcimonieusement économisé pour pouvoir le remplir. La lampe suinte toujours sa lumière jaunâtre qui peint le vin d’une couleur artificielle. C’est un jus, blafard comme un soleil d’hiver de Vermeer, qui prend de fausses teintes d’ambre dans les mensonges de ce triste borgnon. Limpide et transparent en vérité, sa pâleur étincelle des promesses qu’il espère. C’est un François Crochet de Sancerre 2010, payé en bels et bons euros, qu’il croche d’une main ferme. Jean-Raymond est dès lors, hors délires, hors rêveries. Seul compte ce sauvignon blanc qui vagabonde sous son nez des arômes délicats d’agrumes fumés. Pomelos et citron jouent ensemble l’air de la jouvence fraîche. L’attaque en bouche est vive, le toucher, vibrant et cristallin. Les papilles se dressent sous les piques juvéniles du jus des vignes graciles. Les épices sourdent du vin qui lave la bouche à grandes giclées de citron et pamplemousse mêlés. Cette nubilité a de la présence cependant, et surprend par sa consistance naissante. Elle reste vive après avoir dévalé la pente du gosier, et laisse à l’avaloir, plus longuement qu’attendu, sa fraîcheur poivrée de blanc et le fumé de sa terre à silex.

Le vin de vie a dissipé le délire comme la pluie lave le paysage.

In petto.

N’est pas né le libertiphage madré qui le contraindra…

EELIOTMONESSTICONE.

Be Sociable, Share!