A L’ENDROIT, A L’ENVERS …

12675173_10205560948528563_1882268174_o

Sous le regard quadrangulaire de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Dans la pénombre de la lune,

Ombres portées, à la renverse,

Quand la musique me berce,

Terreurs fragiles, au bout des cils,

Mon sang pulse au long des rives,

Et suis si pâle, moi, pauvre endive,

Accroché au mirage tremblant de ta hune,

La houle me prend, me fend, lueurs graciles.

Perles de feu, roses fanées, lèvres gercées.

—–

Mon viagra blond, tout rond, tes yeux pervairs.

—–

Tu soupires. Au profond du désir,

Les fruits gorgés, là, allongée à gésir,

Gésier gonflé, chairs de ma vie,

Offerte, lasse, au creux de la nuit,

Qui luit. Maudit. Sur l’écran blanc

Du jour d’opale, volets blanchis

Tes yeux soyeux et se love ton Louvre

Sur ma bouche. Le silence bruyant de ma louve,

Je suis le fou des charmilles ensoleillées.

—–

Ma via dolorosa, mon la aux yeux de verre.

—–

Notes d’eaux claires, roulent en l’air,

Lacis gris, reflets dorés, gonflent les chairs,

Le monte en l’air, bandé, prêt à frapper,

Se glisse, lisse, rose, exacerbé,

Entre les plis froissés, ensommeillés,

Ronsard veille, au loin le coq a pleuré,

Les étoiles s’éteignent, le jour délivre,

Les cauchemars quittent les rives de givre,

Ta main s’active, lascive, cœurs desquamés.

—–

La danse lente des fentes, à l’endroit, à l’envers …

Be Sociable, Share!