Littinéraires viniques » 2018 » mai » 09

UN ESCARGOT.

 

 

13695872_10206582826314869_867469996_n

Go, Go l’Escargot de La De.

—–

Il n’est jamais pressé, lentement il avance,

Car chaque centimètre est un bonheur précieux,

Surtout ne pas le prendre pour une belle limace

Qui croque la salade en ouvrant grand les yeux.

L’escargot sous son heaume, ne pas croire qu’il se lasse,

Caché dans sa coquille, discrètement il danse.

—–

Au bout des tentacules ses petits oculus

Lui donnent un regard flou, distancé, innocent,

Luma est un poète perdu dans ses pensées,

Il ne voit pas le monde, il ne voit pas le sang

Des petits êtres en foules. Mourir en rangs serrés.

L’escargot est bonhomme, amis des verts talus.

—–

Comme un œil triste et mat, le soleil a plongé

Derrière les cimes noires des hommes éplorés,

Et la nuit est tombée, ce soir c’est une gueuse.

Le silence a surgi des entrailles affreuses,

Les ténèbres effroyables envahissent les âmes,

La cagouille elle aussi laisse couler ses larmes.

—–

Escargot mon ami regarde par ici,

Je te donne cette fleur cueillie au paradis,

Tu avances vers moi en laissant sur la terre,

Des traces de lune blanche qui brillent sur mon verre,

Tu hésites et balances sur le bord de ma coupe,

Puis tu t’arrêtes et bois quand cette nuit j’étouffe.

—–

Tu n’es jamais pressé, lentement tu te traines,

Escargot mon ami regarde par ici,

Au bout des tentacules tes petits yeux rêveurs,

Avance donc vers moi et partage mon verre,

Un peu de cette eau claire tombée du ciel si noir.

Comme un œil triste et mat, soleil au désespoir.

—–

La lune s’en est allée ailleurs voir si la vie

A cheval sur son pied, l’escargot l’a suivie.

LE SACOQBOT.

13467417_10206392005824476_1110573963_o

Le produit de l’union par La De.

—-

Un soir, un coq, superbe plumage arc-en-ciel,

Bec insolent, crête flamboyante, ergots pointus,

Se pavanait, large collerette déployée,

Dandinant fort du cul, excitant les couguars,

Et autres vieilles poules, plutôt molles du fion.

Le bellâtre dédaigneux, superbe, les ignorait,

Hé là, ferait beau voir, qu’il leur jette un regard,

Monsieur, les reins vannés, ses journées sont si dures,

A contenter les poulettes aux pilons bien rasés,

Sur son perchoir perché, dans son pilou pilou,

Le coco parfumé va faire un gros dodo.

—-

Dans la nuit si calme du poulailler endormi,

Deux malins voleurs mal rasés se sont introduits,

Dans un sac de jute puant, le coco a fini.

Mais il était trop maigre pour les larrons gourmands,

Au milieu de la brousse, ils l’ont jeté, sonné.

Quand il s’est réveillé, il faisait grand soleil,

Les pattes dans l’eau fraîche, il marchait prudemment,

Il pleuvait tant et fort que ses plumes mouillées,

Lui faisaient un manteau tout à fait ridicule,

On aurait un peu cru qu’il partait à la broche

Pour finir tout doré dans un gosier bien moche.

—-

Il lui fallut des heures pour reprendre ses esprits,

S’apercevant enfin qu’il était bien perdu.

Il se mit à errer comme un poulet en peine,

Nulle âme à l’horizon, pas une poule à plumer,

Qu’allait-il devenir dans ce noir marigot ?

Dame bec-en sabot dans son habit gris ardoise

Vaquait à ses travaux, ses petits yeux cerclés

De bleu gris, d’ambre clair, scrutaient les eaux dormantes,

Son large bec claquait, elle cherchait sa pitance,

Petits poissons d’argent, grenouilles minuscules,

Mais les ondes brouillées par le vent qui soufflait,

Ne laissaient rien paraître. Et belle se désolait.

—-

Soudain le coq l’a vue, n’a pas pu résister,

La dame était bien grande, il a dû sauter haut,

Pour atteindre sa croupe sous sa longue queue grise.

Le coq est un fripon qui connait bien les femmes,

En deux battements d’ailes, avant qu’elle ne se sauve

Il l’a fort bien couverte, toute livrée battante,

Elle n’a pas dit un mot, a connu le frisson

Que vous donnent les coqs des campagnes de Vierzon.

Ils ont fait un beau nid, de branches, de plumetis,

La belle a bien couvé un gros œuf tout joli,

Quand la coque a craqué, comme ils furent surpris !

—-

C’est ainsi que naquit SaCoqBot le bâtard,

Ils vécurent très heureux, là-bas près du grand lac,

Au dessus de leurs têtes, le grand ciel bleu de laque

A pêcher et flâner, du matin jusqu’au soir.