LES PETITS POIS QUI ROULENT …

1506970_10201891016022544_7020836027988533103_n

La De à la cuisine.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Il était une petite fois,

Une brassée de petits pois,

Gonflés, juteux, ah misère !

Aux regards verts plein de lumière,

Qui roulaient, rieurs, sous les doigts,

Comme des vers de terre joueurs, se tordaient,

Sautaient, tous fous de vous ma Lou, dans la cocotte,

Et ça tourne, ça soupire, ça crie, même tournicote.

C’est comme le bal flonflon au boudoir de Jacotte,

Ses doigts, à fourrager gras, sentent l’échalote,

La poiscaille, l’alcalin et le bout du vert chou.

—–

Il était, aussi vrai, oncques une fois,

Une botte de futées, bien tendres carottes,

Qui pleuraient, blessées, contrites, sous le couteau,

Chairs sucrées, mais que c’est bon ! Lavées sous l’eau,

Bulles, chatouilles! Ont souri, meurtries, aux petits rois

Verts, merci à eux ! Qui chantaient par là,

Carottes fessues, bourrues, fières boute-joies,

Petites rondes, fécondes, au fond de la marmite,

Où ça sent très bon l’oignon qui sue, et la bite.

—–

C’est ainsi que, bis repetita,

A la petite cuisine fumante, ma foi,

Jolies longues carottes et petits dodus pois,

Attendent, saisis, blottis, sans se presser,

Une belle averse, vivement citronnée,

Qui les fouettera, frissonnants, guillerets.

Dans la marmite étroite, ils se sont embrassés,

Beurrés, fondants, des heures durant.

—–

La madame, regard perdu, elle n’a rien vu,

Elle touille, farfouille, du bout de son doigt nu,

La tambouille fumante, presque dorée,

Goûte, gourmande, à la sauce, ensorcelée

Sans jamais, bien trop pure, même se douter,

Que dans petite bouche avide elle a versé,

Jus de carotte cuite, turgide, toute trempée,

Les petits jolis pois verts, eux, sont bien fripés.

—–

A trop cuire, et recuire grand feu, ils ont craqué …

 

Be Sociable, Share!