LES COEURS A L’AMBLE PUR.

11774805_10204488390355279_2024625229_n

La De circonvolue.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Le serpent endormi a digéré sa queue

Son œil s’est entrouvert, dans l’ombre il s’est blotti

La corolle d’épouvante aux écailles dorées

Et la terreur est rouge et le ciel est râpeux

Sur les sables d’or fin le soleil à midi

L’ombilic a sourit dans la chaleur ambrée.

—–

Au profond des abysses où la lumière est morte

La sirène saignante nage dans le velours

Le silence est soie noire les algues au désespoir

Mais le sel dans l’eau sous la pression si forte

Les chairs tuméfiées comme hier comme l’amour

Des oiseaux déplumés un jour qu’il faisait soir.

—-

Le ciel de peau trop bleue sous les nuées soupire

De grands oiseaux légers aux ailes écartelées

Sous la brise légère la poussière a poudré

Les lèvres purpurines des goules et des vampires

Dans la vallée obscure loup-garou a feulé

Les coeurs à l’amble pur des pleurs sous les désirs.

—–

Un rire de crécelle comme une lame dure

A fendu les espaces, brisé les carapaces.

Un lombric a glissé à l’ombre des tortures.

Be Sociable, Share!