DU BOULARD AU LUPANAR..?

Léon Jean Gérome. Femme aux cornes de bélier.

—–

 L’implacable douceur de Bach, ordinairement, le berce.

Tout au fond de sa tête bat le cœur de l’absence. Dans l’air moite immobile, le silence de sa vie est têtu, qui lui ronge la « zona incerta ». L’Amour est morte. La douleur soulageante qui l’inonde, comme une rivière folle, l’effraie. Pics et abysses l’ont enfin convaincu qu’aimer – si fort qu’il en défaillait parfois – ce n’est en fait – une fois le temps des hormones gicleuses qui rongent la raison, passé – qu’être déçu et décevoir. « Alors croyez bien Madame que je vous décevrai… ». Cette réplique, si sombre et si belle, l’émeut. Il en est fier et se la psalmodie à longueur de larmes qui ne roulent que dans sa gorge. L’acteur et le public se mêlent en lui, vivent et se donnent la réplique.

Il s’écoute, souffre, et s’en repaît.

Jean-Eudes est de complexion fragile. Une tête un peu boursouflée – oreilles décollées, peau volcanique à geysers mous, dents fichues à la volée sur lèvres fines, immenses yeux dévorés par l’angoisse existentielle – qui repose sur un corps sans presque d’épaules – poitrine d’anchois, bras de criquet – mal relié, par un bassin trop large, à des pattes de gallinacée anémique qui lui font la démarche mécaniquée. Comme un kit mal monté. Dans ses petites années il chopait de solides roustes à la récré ! Qui ne l’ont pas remis d’aplomb pour autant. Enfant, il n’a jamais été lâche, bravant les plus forts sans jamais reculer, rougissant ses mouchoirs, ramassant, plus d’une fois sans se plaindre, les verres brisés de ses lunettes. Ni couard, ni mouchard. Une victime innocente de cruelle dame nature, la tronche couturée comme celle d’un lutteur de foire rêveur. Grosse tête sur cœur d’artichaut, il raflait les lauriers à l’école, et se faisait griffer les sentiments par toutes les petites nattes chiqueuses.

De l’école à l’université, il collectionna les sens uniques.

Jusqu’au jour…

Il sauta dans le bus à la volée, rebondit sur une replète qui ne cilla même pas et se retrouva à califourchon, face à deux grands yeux céladons effrayés qui battaient convulsivement des ailes. Au dessus d’un nez minuscule piqueté de son, d’une bouche circonflexe et d’une paire de seins doux, qui l’accueillirent fermement mais en douceur ! Troublé, Jean-Eudes bafouilla, le regard baissé, profitant au passage de l’étroite vallée d’entre les rondeurs, quelques excuses en Latin. Vous dire que J.Eudes en confusion passait illico au Latin – au Grec, à l’extrême – par un réflexe étrange qu’il ne s’expliquait pas. Sous le charme de cette roussette pimpante, il tomba illico en amour, un amour de clébard, inconditionnel et dévorant, auprès duquel les charmes de Circé sont amusettes. Deux arrêts de bus plus avant, Jean-E avait perdu deux kilos en abondantes suées odorantes. Trois furoncles tout neufs, gorgés et prêts à craquer sous l’ongle, faisaient triangle harmonieux entre front et menton. Il loupa son arrêt et ses cours. Les mioches de sixième ne lui feraient pas misère ce matin. L’esprit en éruption et les lunettes embuées, il se voyait déjà tout en haut de l’affiche de la belle.

Il la baptisa Olympia

Elle ondulait incroyablement de la croupe tandis qu’il la suivait de loin, comme un chien sa chienne. Sous la jupe de soie verte, ses rondeurs fermes remontaient en décalé charmant. Belles à mordre, à palper, à pétrir, à s’y coller pour ne plus les lâcher. La petite érection qui le surprit, permit à Jean.E, oublieux, de fermer sa braguette qu’il avait au vent. Les pieds, chaussés d’escarpins fragiles, continuaient à tricoter sur l’asphalte, suivant la ligne, comme les juments top-modèles, en défilé au cadre noir de Lagerfeld. La foule s’effilocha, les rues rétrécirent pour finir en impasse, au fond de laquelle Olympia poussa la porte d’un bousin noir aveugle. Au dessus de la porte étroite percée d’un regard grillagé, J. Eudes lut : « Bar du Cyclope Rougeoyant ». Sous l’enseigne et au travers du « Y » à la queue brisée, clignotait, sourdante, une lumière jaunâtre. L’impasse était ténèbres, seul le «C«v»clope», de son œil glauque papillotant, l’éclairait vaguement. Inquiet mais incapable de résister aux attraits de la rousse brasillante, J.Eudes repéra la sonnette au bouton crasseux collant, et appuya d’un doigt malhabile. L’oculus de bois noirâtre coulissa sur une pupille glaçante, dans un silence qu’il prit pour une menace. La porte s’ouvrit, après que la peur lui a gelé la peau, sur le faciès couturé et le corps bosselé d’un câpre musculeux qui s’écarta à peine. Il se glissa, yeux mi-clos dans la fente obscure, son nez frôla la poitrine du cerbère safrané qui dégageait une forte odeur, de celles, hormonées, qui flottent dans les salles de sport qu’il ne fréquentait jamais.

Au bout d’un couloir bréneux aux remugles punais, s’ouvrait une longue salle rectangulaire, couleur de ténèbres et de sang frais. Le plafond de lampas funèbre se reflétait sur le sol, laqué comme un capule. D’anciennes pyrées de grenat brut, cernées de sièges incarnats, comme des bouquets de fleurs vénéneuses, s’enroulaient autour d’une spirale invisible. Jean.E fila d’instinct au centre de l’hélice et se posa du bout des fesses. Autour de lui, les tables, comme des autels profanes, s’alignaient sur les fils d’invisibles rayons dont il était le cœur effaré. Au fond de la carrée, occultant un plateau bas de bois d’ébène, une épaisse courtine ponceau, creusée d’une fuscine nébuleuse inversée, ondulait doucement. Aux quatre racoins de la canfouine, des encensoirs débagoulaient des olibans musqués qui l’accablèrent peu à peu. La chimère d’un Toulouse-Lautrec à pieds de bouc, ricanant, et croquant à coups de fusain gluant, les courbes extravagantes d’un succube pervers aux mamelles difformes et à la culasse grasse dévorée de longs poils sombres, lui envahi l’esprit. Quelque chose de l’ordre du pouvoir glacé, comme une lame effilée, lui creva le ventre et l’immobilisa. Son corps lui échappait, et sa conscience n’était plus qu’écran docile sur lequel se succédaient, en salves répugnantes, des scènes de hautes atrocités.

Face à lui apparut un être crapoussin, nidoreux et pouacre, vêtu d’un bisquain moulant de poils noirs. D’une pince pâle aux longues serres griffues, il tenait un plateau pentagrammatique adorné de caractères irrévélés aux aphérèses absconses, sculpté dans un lourd aérolithe de jais étincelant. Le magot sinistre le regardait de ses yeux jaunâtres aux pulsations régulières. Il posa sur la table un grimoire épais aux ferrures anciennes, puis se figea et attendit. Une bonne cinquantaine de pages noircies à l’encre grasse et baveuse, alignaient, dans le plus chaotique des brouillements, un décourageant martyrologe de vins, sangs, lymphes et mousses mêlés.

Dans la pauvre vie désolée de J. Eudes, le vin était soleil, lumière ardente aux moires infinies, havre, voyage, exploration, aventure, découvertes, rencontres, orgasmes paradoxalement illimités, galaxies incandescentes, espoirs insensés, désirs inassouvis, envies corrosives, pulsions coruscantes… Oubliant les ondoiements charnus et troublants qui l’avaient ensorcelé à se perdre, contre sa volonté, en ce lieu, inquiétant pour le souffreteux qu’il était, Jean se plongea dans la revue des hypocras. L’atmosphère tropicale du bousin l’avait assoiffé. Il eut envie de Champagne, ne voyant nulle autre boisson possible en ce triste carrefour des plaisirs programmés. La carte était manuscrite, en gothique ornementé.

Du Boulard, ils avaient !! Du Boulard dans un lupanar ! Hasard des vies rimées ? « Les Murgiers » feraient affaire inespérée … Jean-Eudes avait la tarentule du vin dont il se délectait en solitaire. Pour se laver la tête de ses misères académiques aussi. Les vins déchiraient des espaces sensuels, dans lesquels il se perdait pour renaître, des mondes intimes dont il était le roi, l’empereur parfois, le démiurge toujours …

Le loufiat, hâve et compassé, déposa devant lui un généreux verre à vin de ce champagne (2/3 meunier, 1/3 pinot noir)issu des millésimes 2008/07/06, et d’un peu de vin de réserve. L’ambre pâle de la robe tranchait avec les couleurs violentes de la salle, et le fin cordon de bulles fines qui montait du fond du verre, comme la fumée d’un cierge pur, rassérénait son âme inquiète. Jean-E plongea tout entier dans la fraîcheur embuée de cette eau de vin, et la salle menaçante disparut. Voilà qu’il marchait entre les rangs des vignes au soir tombant, écrasant de son pas claudiquant l’argile sèche, parsemée de cailloux blancs que la nuit tombante ne parvenait pas à éteindre. L’air bruissait doucement sous le vent coulis, et calmait lentement les chaleurs de la journée. Le silence de la terre en prière l’apaisait, et les grappes dorées luisaient encore aux derniers rayons du soleil mourant. Les arômes subtils du vin le caressaient. Une petite pointe de pomme tiède, puis de cire, de poire, d’amande et de cannelle, suivie de fines fragrances de pamplemousse et de noyau de fruits blancs l’emmenaient au cœur de la félicité vinique.

Il ne voit même pas le rideau – qui s’ouvre sous une musique vulgaire – à laquelle s’enroule, seins offerts et croupe tremblante étalée, la roussette – fausse nubile – qui l’a entraîné en ce lieu. Son corps blanc et ferme trémule, ses lèvres entrouvertes, et humides d’une fine rosée d’eau de sang, psalmodient un cantilène obscène, une fine suée crémeuse la drape.

Mais J.Eudes, sous l’emprise salvateur de l’élixir champenois, poursuit son voyage, ignorant le spectacle torride. Devant l’indifférence du petit, Olympia accentuait ses déhanchements, ses cheveux de fils rouillés, tournaient autour de son visage pâle comme la robe d’un derviche en transe. La sueur suivait les courbes de son corps, et se glissait, en rigoles épaisses, entre les monts veloutés et les vallées enserrées de sa géographie intime. La musique enflait, son rythme s’accélérait, Olympia soufflait d’une voix de plus en plus courte et rocailleuse. Elle ahanait littéralement, elle crachait de lourds râles épais en graillons, ses yeux se retournaient, laissant apparaître l’albe pur de leur envers. La lumière baissait, seule une poursuite rouge la nimbait d’un halo fuchsia, elle éructait maintenant d’étranges grognements, rauques, profonds, effrayants…

Jean-Eudes se levait déjà, le regard aux cieux, proche de l’extase, porté par la grâce de ce vin de paradis. Le diable avait beau manipuler la belle comme une poupée de chair docile, exacerber ses charmes méphitiques, outrer ses sortilèges, la rendre irrésistible, rien ne pouvait plus troubler la pure sérénité qui soulevait Jean.E…

Il sortit de l’antre, le ciboire de cristal à la main !

Le Diable est séducteur, mais Boulard est divin…

Ami(e)s,

Que guettent les pièges noirs,

Et les périls fauves,

Qu’engendrent le malheur,

Point besoin d’aller à confesse.

Confiez votre âme meurtrie,

Aux charmes purifiants,

Des liqueurs dégorgées…

ELUXMOETERTINCOANEE.

Be Sociable, Share!