DOMAINE ROSSIGNOL-TRAPET. BEAUNE « TEURONS » 2004.

ROSSIGNOL-TRAPET. BEAUNE TEURONS 2004.

L’éloge de la finesse …

Le beau rubis clair de ce vin brillant chatoie sous la lumière vive, blanche, presque aveuglante, qui perce les nuages, entre deux giboulées martiennes, en ce début d’avril tourmenté. Le grenat cède lentement à la poussée tuilée qui peu à peu le gagne.

A l’ouverture le nez est dominé par des notes de gentiane peu agréables. La bouteille juste épaulée retourne à la cave une journée, le temps de laisser l’air faire son ouvrage.

 Espoir donc.

Le lendemain midi, la gentiane a disparu, remplacée par une légère amertume agréable, à peine perceptible à mon renifleur, qui signe sans doute le millésime. En lieu et place, de belles notes de roses fraîches et charnues, sous lesquelles pointe la petite griotte à gros noyau, quelques fragrances de framboises mûres, des traces de jus de viande, puis les épices douces, auxquelles succèdent enfin les senteurs d’un sous bois à l’automne, bien en harmonie avec ce printemps tumultueux. Un bouquet odorant, fondu, fin, très élégant, à l’honneur de la Bourgogne.

Quelques sucres en début de bouche mariés à l’amertume signalée ci-dessus ouvrent le bal gustatif. Le jus est pure dentelle qui éclate – après que les fruits, la merise surtout, ont donné leur mesure – et libère une acidité vive qui redresse le vin et l’emmène longuement titiller les papilles. A l’avalée, la bouche perçoit à peine, tant ils sont fins, les tannins polis et crayeux de cet animal vin à poils doux. La fine salinité qui marque les lèvres me parle subtilement du sol calcaire, caillouteux et maigre, de ce premier cru du haut de l’appellation.

Ou comment les vignerons ont su magnifier par la douceur, ces raisins de pinot nés une année délicate.

Par la fenêtre, que frappaient encore il y a peu le rideau blanc des grêles compactes, le ciel s’est éclairci, l’azur est apparu.

 Dans mon verre vide, les roses s’épanouissent …

Be Sociable, Share!