DANS LA BRUME VERTE DE SES YEUX NOISETTE …

L’absence.

«Il fait nuit sur la ville et sur elle»,

Se dit-il à longueur de jour, et à langueur de nuit…

La fée électrique a quitté son réseau et parasité le sien… Monophasé, biphasé, triphasé, déphasé. Qui brûle, qui détruit, qui éclaire, qui annule la nuit ou l’y envoie pour le reste des temps ternes qui lui restent. Ça passe ou ça casse. Lumière aveuglante des nuits de l’absence obligée. Blues bleu, écailles mordorées, cuivres brunis des saxos rutilants dans le halo d’un cœur sous insuportable tension. Solitude brute dans la foule en transe. Éclairs brûlants, morsures intenses, chair rôties des suppliciés d’Alcatraz. Sous la lumière diffuse d’une ampoule de peu, l’enfant d’antan s’accroche au sein de l’amour absente. Soleils sidérants des artifices. Flammes glaciales des sourires de façade. Regards jaunes des renards alcooliques aux dents aigües. Éblouissements factices des fêtes tristes. Feulements sibilants des fêlures en do mineur cachées sous les ressouvenances labiles. Arcs orageux, plus secs que tous les os calcinés des crématoires. Odeurs putrides des corps ardents de Calcutta. L’ombre efflanquée de Bashung plane sur les charniers au croisement des déserts surpeuplés. Comme une orange aveuglante, la Terre, ce soir, est blues électrique, ondoyante, flamboyante comme mille étincelles sous l’arc céleste. Sous son crâne, les fils rouges, bleus et blancs s’entremêlent comme des lombrics extasiés, et sans grâce, il disjoncte. Il entend les cliquetis secs de ses synapses qui fondent, le froissement poisseux de son cortex en surchauffe, les crissements soyeux de ses nerfs en pelotes douloureuses, les grésillements indignés de sa raison dépassée.

Dans le fin fond de ses entrailles, son âme en pagaille, tressaille…

«Le foyer, la lueur étroite de la lampe ;

La rêverie avec le doigt contre la tempe

Et les yeux se perdant parmi les yeux aimés ;

L’heure du thé fumant et des livres fermés ;

La douceur de sentir la fin de la soirée ;

La fatigue charmante et l’attente adorée ;

De l’ombre nuptiale et de la douce nuit,

Oh ! tout cela, mon rêve attendri le poursuit

Sans relâche, à travers toutes remises vaines,

Impatient mes mois, furieux des semaines !»

Paul Verlaine. «Le foyer, la lueur étroite de la lampe».

Manger le temps à pleines dents pour qu’il ne soit plus. Boire à longues gorgées goulues pour n’avoir plus soif. Dévorer pour ne plus avoir à se ronger les sangs. Tuer tout ce qui passe pour ne plus avoir à vivre. Détester pour oublier d’aimer.

Artaban peine à se convaincre que «le petit chat est mort» et bien mort. Même carrément décomposé. Depuis le temps… Il a beau lui souffler dans la tête à longueur de longueur, le minou ne bouge plus. Il est loin là-bas qui frétille dans une autre lumière. Mais rien n’y fait. Il a tout essayé.

La camomille.camille,

les bonbons.bb,

lescarottesrâpées.fessesroses,

leFengShui.jp,

lesvinsnaturels.bobo,

lesanxiolytiques.came,

les somnifères.dodo,

leswinesdeswineries.bx,

lesvinsd’auteurs.snob,

boitesdenuitsglauques.bit,

lesproduitsillicites.dope,

lesescortgirlshorsdeprix.kiki,

mythique.com,

t’esdanslamerde.fr,

acouillesrabattues.ch,

masoeurmonange.ciel,

bourretoilagueule.be,

connard.org.

Tout, absolument tout ! Rien n’y a fait.

Artaban geint en silence, dans le secret muet de sa conscience qui clignote. Derrière sa gueule en coin qui intimide même les putes, ça tourne en rond. Il n’en sort pas de cette absence qui lui a vidé le cœur et pourrit le sang. Ce sang rouge, qui aimait tant à vivre, à pulser, à faire son palsambleu, son très froid aussi et qui, depuis lors, n’arrête pas de le lâcher, de fuir, de couler, d’inonder ses draps et ses mouchoirs. Putain de vérole de moine borgne ! Crever comme ça, en se vidant, comme une sale chiasse rouge, comme une malédiction incontrôlable ? Artaban ne veut pas. Il a beau renâcler, hurler du fond de ses nuits noires écarquillées, rien n’y fait, rien ne stoppe sa vie qui s’échappe sans prévenir, à grosses giclées chaudes et collantes, la nuit, le jour, entre chiens comme entre loups… Finir comme son Pépé Jean qu’il aimait tant, lui semble la seule voie qui lui reste. Plein de tous les vins qu’il aime. Alcoolo digne. Par nécessité, choisir le bocal. Devenir la poire qui baigne dans son jus, en équilibre dans sa bouteille, figée, confite, sidérée. Attendre que le niveau monte, jusqu’à avoir l’œil jaune qui flotte dans le sauternes épais.

Un jour, un très beau, plein de ciel vert et de chants d’ivrognes beuglants, ce sera le verre de trop, l’ultime goutte – celle que les pochetrons destinent au caleçon – qui lui explosera le foie. La bile en flots verdâtres lui envahira les tripes, dévalera ses boyaux dans un ultime rafting, pour faire tâche jaune sur son calbut. Au même instant – il a toujours aimé la précision – il flatulera son dernier pet chuintant et expirera ses dernieres bouffées fétides d’air vicié, d’entre ses lèvres croûteuses. Nul doute que son corps, macéré avant l’heure, mariné à l’extrême, pourrira subito. Il donnera toute instruction pour être enfoui au plus vite, à même la terre, entre deux rangs de vignes propres, au flanc d’un coteau pentu. La viande rassie, avariée avant l’âge, de sa dépouille, fera la joie du biotope. Insensiblement, il atteindra ce à quoi il aura toujours aspiré, la légèreté de l’être…. Purifiées, allégées, épurées, par ses seuls vrais amis les asticots et les lombrics gras, rouges de son sang nourri aux subtilités des Bonnes Mares et autres jus de croix de Romanées sublimes, sa substance transcendée biodynamisera les vignes de ses amours.

De sa main qui ne tremble pas encore, il vrille le bouchon tendre de cette bouteille qui va l’enchanter. Le pet sec et sonore de la libération salue son bonheur imminent. Le liquide noir aux reflets violets que la lumière ne peut pénétrer, tapisse les flancs lisses du verre de cristal fuselé. Aussitôt la czardas ensorcelante des fragrances subtiles commence. La pureté des arômes le ravit. Défilé des élégances. La violette sourd du verre, à peine perceptible, fugace, furtive. Lui succèdent les parfums sauvages du genièvre, de l’orange confite qu’épicent la menthe et les épices poivrées. Les yeux clos, il savoure. Puis après que le bord du verre a trouvé son chemin, les fruits toniques de la chair de ce vin onctueux lui prennent la bouche et lui rappellent la caresse tendre disparue. Un instant qu’il voudrait éternel, la fraîcheur que la vie lui refuse, lui entrouvre les mondes subtils de la paix définitive. Il se retient d’avaler, de respirer, de penser. Il lâche prise un instant, libéré des douleurs de l’absence. Ses papilles turgescentes captent la candeur tendre et apaisante du flot racé que sa bouche tiédit. Il ne bouge plus, entièrement captivé par le velours qui s’étale en volupté et réconforte son âme dolente… Passé la luette, le vin n’en finit plus de le transporter – Aladdin sur son tapis volant – longuement, comme naguère le faisait le regard lumineux de sa belle parjure à jamais envolée.

Un jour peut-être, celui qui se régalera, comme lui, de cette élégante syrah 2006 du «feu de Vulcain», rendra grâce à Robert Michel, d’avoir trimé, sa vie durant au flanc du Coteau de Cornas.

Dans les millésimes à venir, les racines longues des vieux ceps fureteurs auront pompé ses humeurs délitées mariées à la terre. Dans le fond du verre vide d’un buveur de bon, des particules quasi invisibles danseront la valse triste de sa vie perdue, lui donnant en filigrane le bonheur qu’il n’aura pu connaître….

Dans la brume verte des yeux noisettes de la belle louvoyante,

Se désagrège l’écume des vénérations mourantes.

EEMOPERTIDUECONE.

Be Sociable, Share!