AU PARADIS SONT LES CHAMOIS DE GANEVAT…

 Goya. La Maja nue.

  Non! John Lennon n’est pas mort.

Pas plus tard qu’il y a peu, je l’ai vu, au détour d’un Blog de couleur tendre, chiffonné. Pas John, le Blog! Étrangement il portait la perruque de Yoko Ono (pas le Blog, John!). Longue, noire, elle tombait, raide sur ses épaules (Pas Yoko Ono, la perruque!). J’ai cru voir, l’espace d’un battement de cil, un lévrier Afghan du boulevard Montaigne égaré à Kaboul. En sa compagnie, Simone La Babouchka, mais jeune, l’œil bleu étonné, la joue rose timide et la lèvre rouge ourlée. Rousse sous son fichu. Derrière elles, des livres. Queneau, Djian, Kundera, Borges, Perec. Signe que la Russie s’ouvre à la culture. Que rien n’est perdu.

 Que la Mondialisation ne normalisera pas. Mais elle passera. Broiera, broiera pas?

 Imaginez qu’elle broie les egos au lieu des économies et qu’elle touche aux consciences, la Mondialisation! Un grand bond, une grande ouverture comme l’humanité n’en n’a jamais connue. Une révolution fantastique. Chacun ressentant toutes les souffrances, toutes les faims, toutes les tortures, toutes les perversités de tous. Le syndrome de Jésus à la portée de toutes les bourses (non pas Wall Street, les vôtres!). Sûr que ça en calmerait quelques uns! Là c’est bon, ça réfléchit sous les casquettes… Fini la course aux illusions. C’est peut-être en route. La matière se détend, les atomes prennent leurs distances, s’écartent les uns des autres. La densité décroît. L’heure de l’allégement général a sonné. La terre se déleste, respire. Pas plus de réchauffement climatique que ça, mais une transformation en profondeur, une révolution physique. Apaisement général. Le retour sur soi pour s’ouvrir sur les autres? La solution dans l’ouverture des consciences.

 Allez foin de billevesées empesées. Place au plaisir simple, au syndrome de Bacchus…

 Rupicapra rupicapra, le Chardonnay de Ganevat, s’est fait «Chamois du Paradis». Après 66 mois en barriques de 500 litres de bois pas neuf, le voilà qui pointe le bout de son sabot dans mon verre. Le voilà donc, lâché; libre de respirer enfin hors de sa matrice de vin. Il a six ans cet Isard qui n’est plus un Éterlou de l’année. Il a perdu son acidité de jeunesse, sa silhouette olfactive s’est affinée. Ce Grands Teppes de 2004 a gagné son Walhalla.

 Sa robe est pâle, brillante, limpide, jaune tendre comme la première jonquille de printemps qui pointe sa paracolle dentelée au jardin.

 Pas facile à cerner ce chamois tandis qu’il s’offre, complexe, au nez. Le caprin liquide gambade un long moment dans le verre. Il grimpe et glisse, joueur, le long des parois de verre, sous la lumière d’un soleil déclinant. Je me régale de le voir ainsi se déplier lentement. Tout en fleurs blanches, fines, subtiles, entremêlées. Diaphanes et pénétrants, les arômes embaument. Cire douce ensuite qu’un soupçon de miel arrondit. Leur succède, une alliance parfaitement fondue de citron et pamplemousse en jus mûrs. Une dernière touche timide de pierre chauffée au soleil, clôt ce bouquet parfaitement équilibré. Un nez de pure sérénité.

 La chair de l’animal roule ses jeunes muscles tremblants dans ma bouche attentive. Les vibrations de la matière, conséquente, me parlent d’équilibre. Des fruits blancs auxquels se joignent quelques jaunes fragments pulpeux, s’étalent au palais, comme si l’animal se roulait dans les herbes fraîches. Puis il s’ébroue, tandis qu’il glisse en gorge comme un ruisselet goûteux. Je ne bouge plus. Le jarret tendu, il franchit le col de ma gorge, et disparaît lentement de mon champs gustatif. La trace fine de son bézoard à peine musqué, et du sol pierreux qui marquait la corne souple d’entre ses sabots, marque ma langue de sa soie souple, et me laisse le désir de le retrouver…

 Quelques épices encore.

 Comme un albinos aux yeux roses…

 

ESOUSMOLETICHARCOMENE.

Be Sociable, Share!