ALLEZ TOUS VOUS FAIRE POÉTISER …

10592544_10202406201461858_1852846875_n

A sa façon La De le dit.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Les écrivains maudits accrochés à leur pis,

Au fond des catacombes post nucléaires,

Crachent à la la face maudite des chiens sans bites.

Casqués, bardés, sous injections de certitudes,

Les hyènes flamboyantes se gavent des tripes de la lune,

Hallucinées, elles s’abreuvent de mots d’acier,

Vomissent leurs tripes, haïssent les platitudes.

Foin de printemps jolis, de petits chats mignons,

Il faut que ça fouaille, que ça schlingue, que ça pue.

Allez, on encule la syntaxe, on la désarticule,

On se fait l’orthographe, faut que ça arrache,

Peu importe ce que ça dit, ou que ce soit écrit,

On se fout des règles, on invente, on blasphème,

Les pieds on s’en branle, et le pied ça se prend,

Du moment que ça gueule et que l’on chie des mots,

On nique la poésie et les poètes mous,

Qui nous cassent les couilles avec leurs ritournelles !!!

—–

Et là me suis relu et malgré mes efforts,

Je n’arrive pas au ras bord de leurs pieds morts.

—–

Dispendieuses giclées de vomissures puantes,

Qui coulent sur les ventres morts des pauvres vrais fous,

Dans mon bunker aux confluences désaccordées,

J’entends brailler les gueuses aux seins dilacérés,

Dans les quartiers distroy des villes où seuls vivent

Les chats aux yeux crevés et les enfants morts-nés,

Je me gave des miasmes de ce monde de pourris,

Les seringues qui jonchent les parkings perdus,

Faut se les enfoncer au très fin fond du cul.

—–

La haine qui sourd verte de mes pores de gros porc

C’est comme une érection totale, sidérale …

Be Sociable, Share!