IL EST TEMPS DE REFERMER …

…de refermer les pages de ce livre virtuel. Il est bon que le silence succède au tumulte quand vient que la page reste blanche. Comme l’oeuf non fécondé. Nul ne sait jamais ce que sera la prochaine seconde. Le vent souffle sous la calotte, qui se fait tant de mondes, que glacière elle en devient. Le temps implacable s’écoule tandis que je fuis. Allons donc voir mignonne ce que sont les hommes outre mer, à l’endroit précis où bouillonne la lave brûlante d’une vie qui répugne à mourir. Dans les fils de lumière continuent de passer les aurores, les soleils torrides et les nuits vertes de peur ou d’espoir…

Les abeilles labiles sont de pauvres alliées,

Que le vent éparpille comme fleurs fanées.

Que dans vos verres coulent les élixirs vineux des vies à venir….

A la revoyure donc, en d’autres terres de peu…

Catachrèsement votre

Be Sociable, Share!