FAISONS TAG-TAG PAR BEAU TEMPS…

« Tag » de Jean Michel Basquiat.

…Dehors à l’ombre des palétuviers à deux pas de l’Atlantique, allongé sur le dos,  je sens monter en moi le syndrome DSK (dans son k…) à cause du Morgonneux opiniâtre qui m’a collé dans cette galère, dans un de ces jeux à la mords moi le n… qui fleurissent dans la verte prairie Face-Bookienne où l’on croise aussi bien des gnous, des blaireaux, des pauvres petites jeunes et belles qui cherchent le portefeuille frère, des connards masqués, et j’en passe, que des fauves et fauvettes de haute lignée… Je ne citerai à ce propos qu’un céphalopode marin orphelin de sa moitié d’orange, coutumier de jeux de mots mémorables et buveur de vins, vivants mais parfois capricieux.

A l’origine de ce pensum, la très pétillante Eva, qui se remet depuis peu à rogner, de ses charmantes petites dents – encore presque de lait – aigües, son Nonos. Elle hurle, à qui veut la lire : « Taguez moi, taguez moi plus fort », formule étrange, voire ambigüe, gimmick de geek sans doute, auquel j’aurais donné un sens plus pénétrant si, par malheur pour elle, elle s’était trouvée, à mes côtés, à l’ombre des palétuviers côtiers !!!

Il m’importe donc de jouer à ce jeu hilarant qui consiste à répondre à des questions connes qui me rappellent une interview « croisée » (heureusement d’ailleurs que le croisement n’a rien donné…) entre une Beaujolaise d’obédience Anglo-Saxonne, animatrice de rassemblements productifs à la Baden-Powell-tendance-i-phone, et mézigue, le prétendu mal-embouché, interview orchestrée par l’homme qui aime à faire péter les pétards sur la Toile, le très sémillant Vindicateur, grand emboucheur de trompes en tous genres…

Bon, mais revenons à ce jeu charmant. Il faut, outre répondre aux questions, désigner cinq autres blogueurs (bien fait pour leur trogne), chargés de passer le témoin (coucou DSK..), histoire que le flambeau ne s’éteigne pas. C’est pourquoi, je désigne d’un annulaire, tendu et vengeur : Le couple des Diaboliques buveurs de Bordeaux (j’entends d’ici le tohu-bohu dans les « chapelles »), Le Suisse sauvage exilé, grand buveur de Riesling devant Bacchus, L’amateur de chèvres de toutes provenances (même de l’Est), la petite manieuse de bulles, au nez rouge, à l’ivoire blanc, au sourire doux et à la plume (je devrais dire le duvet…) légère. Et pour clore le chapitre des porteurs à venir de la lumière artificielle, je désigne, le meilleur copain de Milka !

Adonc pauvres gens, que je vous inflige derchef et sans aucune diplomatie, mes navrantes réponses à ces questions du plus haut intérêt (coucou DS…, non pardon, KouKou Kouchner!) !

  • L’avarice : Quelle bouteille avez-vous trouvé outrageusement bonne malgré un prix honteusement bas?

Toutes les superbes ou immondes bouteilles – gratuites – que j’ai eu l’heur de boire en compagnie d’amis, rares mais chers. Amis de mon coeur, si vous me lisez, puissiez vous me pardonner de m’être ainsi fait graisser gracieusement le palais. Et ne vous privez pas de m’inviter encore et encore.

  • La paresse : Quel vin n’avez-vous jamais goûté par flemme de vadrouiller dans X cavistes pour le trouver?

Tout d’abord, je ne vadrouille pas chez les cavistes, ils sont rares dans ma province. Lorsqu’il m’arrive d’entrer chez le caviste de mon coin, je le fais pour tailler le bout de gras, uniquement. Je connais les vins qu’il propose et je possède ceux qui  sont à mon goût. Aucune étiquette tendance à l’horizon le long de la paisible Charente, aucun vin dit « vivant », mais de bons, voire de très bons vins… Vive la flemme!

  • La luxure : Dans quel vin aimeriez-vous prendre un bain et faire des bisous (oui, il y a des enfants dans l’assemblée, on fait soft) avec votre moitié?

In first, les enfants ne lisent pas mon blog beaucoup trop emmerdant. Prendre un bain dans du vin, non merci. Le Sauternes, ça colle aux fesses, le Bourgogne, c’est acide, ça agace les muqueuses, le Bordeaux, faut y aller au lance flamme pour se débarrasser ensuite des tannins, les vins « Nature », ça mousse et ça chatouille entre les doigts de pieds. De toute façon, je ne copule qu’avec de la bonne grosse fermière Charentaise pas farouche, aussi, je mets du lait dans ma baignoire et je l’appelle « Cléôpatre » …

  • L’envie : Quel vin dégusté sans vous par l’un de vos amis ou connaissances vous a fait le plus envie (et enragé)?

La Romanée Conti 1964, en Jéroboam, que mon ami Bernard Arnault a bu au goulot, profitant que je vomissais dans les toilettes le magnum de Pétrus 1945 que j’avais sifflé en douce, pendant qu’il était aux chiottes en train de débagouler le Nabuchodonosor de La tâche 1947 qu’il…

  • La gourmandise : Quelle bouteille pourriez-vous siffler tout seul d’une seule traite ou presque?

C’est ainsi que je procède la plupart du temps, alors, vous dire laquelle ?  Sans doute une « James » 2005 de Jean Marc Burgaud.

  • La colère : Quel vin vous a tellement déçu que vous l’avez jeté de colère après l’avoir dégusté?

Je ne jette jamais un vin, je le reconditionne, je change l’étiquette, je rajoute un peu d’eau et je mets en vente sur E.Bay.. Si elle ne se vend pas, je l’offre à Daniel Sériot ou à Olivier Grosjean, selon ce qu’il y a dans le flacon …

  • L’orgueil : Quelle bouteille pensez-vous être le seul à pouvoir apprécier à sa juste valeur?

Exactement la question que je ne comprend absolument pas. Je ne vois que les vins que je bois dans mes rêves, parce que les rêves sont miens et que personne ne peut les partager…

Ah putain Martin, suis arrivé au bout de l’exercice.

Alors, voici voilà,

Du fond de la cambrouse,

Je vous salue.

Be Sociable, Share!