DOMAINE OSTERTAG, HEISSENBERG 2011.

Ostertag-Heissenberg-Riesling-2010

J’ai pour habitude de me foutre comme de l’an 14 (festivités obligent) des étiquettes des vins. Je veux parler de ces modes qui disent que sont ringardes les étiquettes d’il y a 15 jours, mais qui resurgiront, encensées, dans trois semaines.

Exception faite des tags austères (surtout en 2007) qui ornent les bouteilles de ce Domaine Alsacien. Elles sont l’oeuvre de la dame du logis, qui, ceci dit sans aucune flagornerie, possède un joli pinceau. Doux et agile, du poil de martre sans doute ? Une sensibilité que j’aime, de celles qui donnent dans la finesse, l’élégance mais qui ne manque pas de puissance expressive pour autant.

Je ne sais ce que vous en pensez mais moi, cette oeuvre-étiquette …

Or donc, revenons au vin. Ah oui, un Riesling du lieu-dit HEISSENBERG, la « Montagne chaude » (grès rose et gneiss) qui renvoie à l’étiquette. Inutile de vous faire un dessin ? Quoique …

Dans sa robe jaune qui tourne joliment dans le verre, le jus gras (ça ne veut pas dire que c’est de l’huile de palme ! Je dis ça parce que d’aucuns … nous sommes lus parfois sur face book) s’accroche au cristal (oui on ne boit pas un pareil nectar dans un gobelet en plastoc). Sensuelles au possible ces jambes ! Des fruits jaunes dans un bain d’épices qui me disent que je risque d’avoir Phoebus en bouche.

Hé oui braves gens, c’est un vin qui s’enroule et fait sa sphère en bouche, et qui, mieux même, RAYONNE carrément, avant de libérer une masse grasse et fluide à la fois de fruits jaunes mûrs. Une formidable impression de puissance, comme si le soleil tirait à la roche qui porte ces raisins là, tout son « minéral ». Puis les épices s’y mettent et renforcent l’impression d’avoir le soleil au zénith du palais. Et le vin se retend et file droit, épicé et frais néanmoins. Il me laisse sur les lèvres une salinité délicate.

Regardez à nouveau ce soleil enraciné ! Tout ce qu’est ce vin, son étiquette vous le suggère … Un jus comme rarement bu, de l’énergie liquide !

PS : un domaine, bio, en biodynamie … et tutti quanti, qui n’a pas besoin de surfer sur la vague paresseuse des vins « propres, naturels, vivants » etc. Non, André Ostertag fait comme ça depuis plus loin qu’avant hier, sans en rajouter des tonnes dans les médias, sans chercher à séduire les jeunesses citadines non plus. C’est un convaincu, lucide, discret, qui n’a pas pris le train en marche. Une locomotive plutôt.

P! Me suis régalé grave.

Be Sociable, Share!