A LA QUEUE LEU-LEU …

1422366_10200853595567681_1239502541_nEt la finesse de La de.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

 

———-

Jacotte, petite marmotte,

Elle tricote, la frisée, elle tricote,

Croque menue, pointue, sa biscotte,

Du bout gourmand de ses quenottes,

Droite dans ses vieilles bottes,

C’est une madrée, une rigolote,

Qui dévide, coquine, sa pelote

Tombée, toute douce, de sa hotte

Elle sent bien bon la bergamote

La lavande, la myrrhe et la cancoillotte …

———-

Et voici le bel, le grand Edgar,

C’est un foutu bourru gaillard,

Barbe fleurie, lèvres sans fard

Grande gueule et gros braillard,

Cannes de serin, ventre de boyard

Torse velu, sacré braquemart,

Bouffeur de sanglier gras au lard,

Qui suce, goulu, cailles au caviar,

Se gave de salmigondis de canard,

Un peu vantard mais pas trouillard …

———-

La coquette Alphonsine,

Ôte son jupon de mousseline,

Son fin corset de feutrine,

Yeux de nougatine,

Bouche de praline,

Masse sa jolie poitrine,

Aux nuances opalines,

Avec force margarine,

Elle la soupline,

Et sa tête de dodeline…

———-

Frère Odilon

Se gratte frénétiquement les melons,

Se tâte énergiquement le pilon,

Est-ce un frelon ?

Mais non ! Des morpions !

Vite pour le soignon,

Apposer lamelles de jambon,

Verser jus de citron,

Frotter peau d’oignon,

Un syphon,

Fon fon…

———-

Au cul la vieille Marguerite,

Voici venu le temps des vapeurs et des frites,

Des glands charnus et des prurits,

Il est l’heure aimée dans ta sombre guérite,

De boire sans soif l’eau bénite,

Qui bout au creux de ta marmite,

Sous tes jupons bouffés aux mites,

Tu plais même aux tristes Barnabites,

Aux gros bedeaux, aux très beaux Alaouites,

Qui se régalent à se vautrer dans tes pituites.

———-

Dans les yeux verts de Victor,

Brille, jaunâtre, un œil d’alligator,

Sa bille tordue, chenue, à l’air retors,

Semble échappée à l’apophthore,

Faut dire que ce vieux brontosaure,

Est bien plus fort qu’un bucentaure,

Plus tordu qu’un grand constrictor,

Et qu’il braille plus qu’un stentor,

Jusqu’au fin fond d’Oulan-Bator,

A faire péter tympans et transistors …

———-

Cette vieille chienne

Acariâtre de Lucienne

Cachée derrière ses persiennes

Moustaches de prussienne

Faux-airs de chrétienne

Baptisée à Sienne

Par  une mousmée martienne

Adore Dskaa, déesse arienne

La Lumière iranienne

Vénération païenne

———-

Adepte du Grand tourment

Docte impatient, Christian

Parle avec Boris Vian

De parfums d’Ispahan

Des amours de Manoukian

Il va, empoignant

Les esprits fainéants

Fulminant, trépignant

Tout le temps, tout le temps

Tel un chat-huant.

———-

Quand, dolente, la belle Brigitte,

Suce force tendres pommes cuites,

Il n’est pas rare qu’en zettabits

Pulsent, et dégoulinent foule de tweets,

Les hussards, les banlieusards, les Moabites,

Tous les gandins, même les truites,

Rêvent, à un près, de soixante-huit,

De coït, à défaut, de chat-bite,

Et sortent leurs tristes gigabits,

Au risque de faire très grave faillite …

———-

Y’a bien longtemps mon bon Gaston,

Qu’y plus un pet , plus d’téléphon qui son,

La-bas, enterré dans ton vieux bastion,

Plus d’apéro, plus de gigolette, plus de piston,

Que d’la branlette, du hareng saur, des rogatons,

Tu végètes, plus d’crampette, ni d’gros tétons,

Que d’la sniffette, de l’ammoniaque et du chichon,

Des côtelettes, du gras d’boeuf et des chicons,

Tu t’grattes la couenne, les couilles pauvre cochon,

Mais non mon vieux, mon pote, t’as pas l’air d’un vrai con …

———-

Gavée de frangipane

Farcie de banane

La gloutonne Suzanne

Livide, diaphane,

Est prête à rendre l’âne.

Panse de Gargantuane

Langue de cellophane

Infuser de la badiane

Siroter sa tisane

Lisant les lettres persanes

———-

Ce goret de Marcel

A sifflé ta coupelle

Vidé ton écuelle

Bouffé les quenelles

Gobé les mirabelles

Salit la nappe en dentelle

De tata Annabelle

Qui hurle au Ciel

Pousse les décibels

A secouer l’archange Gabriel !

———-

A la retraite, la belette, la Jacqueminette,

Fatiguée, et ce prénom, qui sent la bleuette,

Le citron frais, l’angélique, pas la braguette,

Toute ta vie, rêvé d’une bonne baguette,

Fleurant bon la levure, le pain frais, la quéquette

Mais tes boutons, ton haleine, t’as beau être gentillette,

C’est pas demain qu’un charmant, l’oeil castagnette,

Cheveu gommeux, moustache frisée et douces couillettes,

Bout suant discret, mi fesses mi rillettes

Va te brasser, te limer, bouffer la cramounette …

———-

Six mois au désert

Desséché est Norbert !

Croûtes de camembert

Morves de Saint-Nectaire.

Rôti comme sorti des enfers !

Vite une savante infirmière

Pour lui passer du baume capillaire

Un verre de Marie-brise-air

Pour revigorer ses chairs

Réhydrater ses viscères !

———-

Toutes ces bavardes, tous ces baveux,

Collés, mélangés, harassés, embrasés,

Se caressent, bout de plume, œil de lune,

Ils aiment, trépignent, se bouffent le nez,

Enlacés, extasiés, allongés sur la dune,

Ils se regardent, sourient, béats, illuminés,

Comme des phares, à la pointe de Camaret

A la queue leu-leu …

Be Sociable, Share!