J’FAIS MA PAUSE…

Delacroix. Dante et Virgile en Enfer.

Ben oui, j’ose, j’fais ma pause…

Avant que les gnous se posent, comme vol d’étourneaux avides, sur les étals qui croulent de victuailles et de gadgets submergés. Me retire, me rétracte, comme un bigorneau sous la houle glacée des jours de bombances obligées. Je repose mes yeux vairs, et m’éloigne des vitrines coruscantes qui me brûlent la rétine, me replie dans les ombres apaisantes des souvenirs qui n’ont jamais vécu. Au grand vent des éthers, je me balance. A la force des poignets, je me hisse en haut du mât. A l’abri de la vigie, Dante et Virgile, hilares, scrutent l’horizon des civilisations en délire, mais s’effraient des folies qu’ils découvrent … De l’âpreté des hommes, que l’humain a quitté, de la naïveté des adorateurs momifiés du Veau d’Or.

A leurs pieds, je reste coi et me tais.

Les coulis graisseux dévalent le long des pentes de la consommation reine, dans les boutiques fardées comme courtisanes lascives, les hommes « dans leurs chemises », festoient et se bouchent les yeux. Foutre d’Archevêque, ça gicle de tous côtés, ça gagne et ça domine, ça s’empiffre à glottes rabattues, ça engouffre, ça baigne dans l’opulence. Mangeons avant d’être mangés ! Dévorons avant d’être rigorisés ! Avalons avant d’être avalés par la machine folle, broyés, atomisés, osmosés, dépouillés jusqu’à l’os du coeur … LAmbroisie qui nourrissait les Dieux est devenue piquette aigre, qui roule en fleuves épais le long des oesophages de carton.

Alors je fête en loucedé, dans le secret de l’alcôve déserte, les femmes que je n’ai pas aimées, celles que j’ai croisées. Dans le dédale qu’Ariane déserte, j’ouvre le flacon de vin qui me ramène, au temps d’avant que les vignes ne connaissent les foudres du phylloxera.

« 1901 » est son nom, 2009 est son jus …

De « Château Beauséjour« , il est issu …

C’est mon grand Noel à moi…

Et en hommage à mon compère qui inquiète le Pape, le « Cardinal des Astéries« , « Compagnon de la Baltique« , que bercent langoureusement les bras de sa « Nonne« , j’ose emprunter ces mots…

Je ne saurais mieux écrire…

« La robe est profonde, de teinte violine à sanguine, l’olfaction est nette et intense, avec des arômes de violettes, de cerises noires, de mûres sauvages, d’épices douces, l’élevage est en retrait. La bouche est riche, avec des tannins mûrs, habillés par une chair serrée, le vin s’installe avec autorité dans un milieu de bouche plein, dense, profond, rehaussé des fruits gourmands. La finale est très persistante, avec des tannins un rien plus fermes mais élégants, d’une belle puissance aromatique (fruits et épices), avec des notes salines et crayeuses en ultime sensation. .. »

Allez, ferme les yeux, déguste mon gars et…

Tais toi !

EBLÈMOTIMECONE.

Be Sociable, Share!