J’AVALE LES ESPACES.

12171977_10204967559574210_2113673269_o (2)

La De a fait sa tête en l’air.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Pense mon cœur c’est le fond qui manque le moins

Panse ton cœur c’est le moins qui touche le fond

Loin des cœurs des pleurs pour le fond là-bas en moins

Au loin si loin et le ciel si las moins que blond.

—–

Et nous irons au fond et nous irons au loin

Du fond de la cabane jusqu’au bout du jardin

Et la moins voir de loin, la sentir cœur sans fond

Voguer, ma mer absente, panser les loin d’un bond.

—–

Comme des âmes ardentes qui volent loin du moins

A l’abri des regards moins voyants, cœurs éteints

Comme des feux à dire, bien trop loin, corps mourants

De n’être pas moins clairs que les nuages hurlants.

—–

Qui peut moins que le plus ne peut plus que le moins

A se parler au cœur, à l’oindre de benjoin

De myrrhe, d’essences rouges et d’onguents d’immortelles

A calmer la douleur de mon blanc violoncelle.

—–

J’avale les espaces et je me ris du temps

Be Sociable, Share!