DANIEL LARGEOT A LARGUÉ LA GRÈVE…*

Delaunay. Contrastes simultanées Soleil et Lune.

 

Au dessus de 4900 euros net par mois, il paraît que l’argent ne fait plus le bonheur? En dessous, oui ! Interrogés par Libération, les milliardaires Français au sujet de savoir s’ils seraient prêts à suivre l’exemple des Warren Buffet et autres Bill Gates, qui distraient de leurs immenses fortunes d’énormes sommes pour soulager un peu les grandes misères du monde, ont, comme un seul Crésus pas du tout honteux, refusé de répondre. Quelques uns ont dit non, arguant que leurs fortunes, ils les avaient amassées à la force de leurs petits bras honnêtes et musclés… Entendant donc continuer à dormir dans leurs draps de soie, sur leurs extravagants magots, comme de consciencieux ravis. En voilà une bonne nouvelle ! En ces temps de petit Jésus dans la Crêche, les Restos du coeur peuvent aller se brosser, et les Chevaliers de Malte repasser le tissu séculaire de leurs croix éponymes !

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes dorés possibles… Un truc à te mettre les gonades en drapeau !

Sur le fond opaque plomb fondu d’un ciel trop longtemps dépressif, le verre tenu à bout de bras devant la fenêtre, ignore superbement la triste lueur d’étain sale qui sourd péniblement d’entre les masses nuageuses agrégées comme des moutons souillés… C’est un soleil dense, rouge d’un grenat profond et limpide, qui ondule doucement. Comme une couleur fondue qui unirait voluptueusement les âges du vin. L’orange et le rose Indien en moirent la robe, comme un cœur de lumière concentrée en mouvement. Je baisse le bras et l’image ondulante du Taj Mahal, sous le feu du soleil couchant, disparaît…

Le monde est dans le verre.

Le Taj Mahal est dans les têtes…

Il y a près de quatre ans, le vin se refusait. Capricieux, il se cachait en boule sous une nappe rugueuse de tanins rustiques. Attendre qu’il puisse, attendre qu’il daigne. Et c’est à la dernière, qu’il déploie toute la somptuosité de sa maturité. Rien ne dit pour autant qu’il ne refermera pas les bras d’ici peu.

Souvent vin varie…

C’est un parfum de vin qui me séduit immédiatement, qui me prend les sens comme on vous prend le cœur. Toute la volonté du monde n’y peut rien, j’en suis l’esclave définitif et ravi. Il y a dans ce nez comme une parenté avec tous les grands de Bourgogne dont les chemins ont honoré le mien, quelque chose d’une alchimie entre tous les fruits de la terre, auxquels se marierait l’essence de toutes les fleurs. Au delà de tous les terroirs, de tous les hommes qui les travaillent, les grands de Bourgogne, dans une fraternité qui nous échappe, se rient de leurs différences. Ils donnent à mes narines «épatées» le concert odorant de l’élégance, de l’équilibre et de la race. Mille notes indissociables, comme un Mozart joyeux. Non, je ne commettrai pas le crime d’en lister les blanches, les croches, les arpèges et les noires… Les prescripteurs officiels le font bien mieux que moi.

La douceur mystique de l’intemporel.

Comme un Pashmina Indien.

Ce Beaune Grèves 1999, l’un des derniers vinifiés par Daniel Largeot, est une essence de vin, qui me comble les sens quand sa soie tendre et mouvante roule et s’enroule autour de mes papilles déployées. Le même miracle, celui du vin qui transcende les espaces dérisoires de nos catégories étroites, s’accomplit. Dieu que c’est bon. Le sang de Bacchus coule dans ma gorge. Le temps l’a travaillé lentement, chacune des quatre saisons des années écoulées a marqué le jus de sa trace. Et le voici enfin dans sa plénitude. Âge du fruit et âge de la maturité également développés et présents en bouche. Fruits rouges mûrs et sous bois humides, cuir et terre sèche, épices et fraîcheur du sol, jouent leur musique précise, à l’unisson. Un vin terrien, que le temps a suffisament poli pour qu’il touche à l’élégance.

Longtemps après que le vin a disparu, il laisse en bouche la trace fine de ses tannins croquants et le souvenir prégnant de leur caresse…

*  En Hommage à Daniel Largeot, trop tôt disparu.

 

EBURMOGONTIDESCOQUENE…

Be Sociable, Share!