Littinéraires viniques

LES NASEAUX FRÉMISSANTS.

L’énigmatique Hécate de La De.

——

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

——-

Sombre nuit que ce jour, la terre est à la peine.

Le soleil fleur de ciel aux pétales blessés

Caresse les collines aux rondeurs dévastées

Les arbres dénudés par des torrents de haine

Gémissant et hurlant à la face du monde

La vie aux yeux crevés, la pauvre vagabonde

A perdu ses couleurs et son rire se meurt.

—-

A la fontaine bleue les eaux devenues tristes

Ont perdu leur éclat, leur chant pâle et sinistre

Effraie la salamandre, la mésange nonette

Et même le renard aux grands yeux de poète

Blotti sous les taillis se meurt de peste noire

Sa langue rouge sang aux écailles d’ivoire

Sur l’ambre de ses yeux se reflète l’horreur.

—-

Les fleurs se sont fanées, les plaines sont désertes

Les chevaux se souviennent quand les herbes étaient vertes

Quand à perte de vue toute crinière au vent

Ils galopaient joyeux sur leurs sabots d’argent

Les naseaux frémissants des étalons joueurs

Respiraient les parfums des juments en sueur.

Dans le ciel d’outremer planaient de beaux flâneurs.

LE PETIT CHAT EST MORT …

10338680_10202061357280969_760711155606487714_o

Il est pas beau le chat de La De ?

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Les guitares, sons désaccordés. Aux pieds gelés

Tout au fond des souliers, les ongles calcinés

Saignent comme des gorets aux dents déracinées.

La montagne est pelée, les arbres fatigués,

Les feuilles désargentées, et les gens, fauchés

Comme les blés ne sont plus dorés, même à Béziers.

Les lustres entamés par les rouilles, délabrés,

Les requins sont jetés par dedans les fossés,

Les lumières ont pleuré des larmes désarmées,

Les mers bleues avalées et les récifs griffés,

Le petit chat crevé, la souris anémiée,

Les greniers sont vidés des derniers grains de blé,

Les soupirs sont fanés, les amants enterrés,

Au fond des trous percés par des cafards mâchés.

—–

Regardez comme je sais arracher vos goussets,

Vos montres arrêtées ne peuvent plus chanter.

Dans la brume glacée, les gorilles désossés,

Au désert crevassé, les grenouilles emportées,

Les lacets sont plumés, les poules sont gavées,

Sous les dents carnassières, un oiseau a craqué,

Dans la nuit désertée, des femmes vont pleurer,

Des enfants assassinés, des aveugles châtiés,

La lune sera cachée derrière les rochers,

Au loin, de la fumée, il est temps de rentrer.

Et dans les bars bandés, les putes seront bondées,

Le tramway violet, les busards déplumés

Ont volé tout là-haut, et les étoiles perchées

Sur des mâts de misère ont perdu leur cachet.

—–

Les impasses, noires de minets défigurés,

Ont perdu leurs quinquets, leur boue et leurs pavés,

Gavroche démissionné, Jean Valjean dépassé,

Eluard est paumé et Desnos est brisé,

Regardez comme je vais le long des contre-allées,

L’herbe n’a pas repoussé après qu’on l’a fumée,

Aragon a voté et Prévert a roté,

Colchiques dans les prés, les yeux seront crevés,

Les rasoirs affûtés, les homme dépités,

J’ai chanté tout l’été comme la cigale l’a fait,

Et je suis harassé par ces rimes à hurler,

Les canons sont limés, les filles sont tirées,

Par les cheveux tressés des chevaux bien coiffés,

Le petit chat est mort, Molière l’a tué.

—–

Allez viens avec moi, il est temps de partir,

Là-bas où les nuages sont plus doux à mourir …

What do you want to do ?

New mail

NON MAIS T’AS VU !

 ©Texte et dessin Christian Bétourné. Tous droits réservés.
Non mais t’as vu comment tu causes,
T’as rien à craindre, y’a plus d’kolkhoze,
T’es qu’un p’tit bourge en pleine sclérose,
Avale ta soupe et mets en pause,
Ou t’es parti pour une thrombose.
Y s’passe rien, et toi tu oses !
….
Chic, v’la les soldes, j’vais m’régaler,
Je vais m’en foutre à ras le nez,
Des fringues, des livres, des gros nénés
Faut qu’j’me remplisse à en crever
C’est l’seul moment de vérité
Avec les pâtes et l’cassoulet.
….
Mais qu’est-ce qui t’fait courir comme ça,
À dégoiser ton blablabla,
T’as vu ici, t’as vu là-bas,
Comment ça crève à tour de bras,
Putain Martin, fait chaud papa,
Ferme la fenêtre, enlève tes bas.
….
Lâche ton caddie et vive la mer,
Ferme la portière, sois pas amer,
Il était beau mon légionnaire,
La plage est là sous les vulgaires,
Comme il fait chaud, ouvre le frigo,
Non c’est ma place, pousse toi Toto !
….
Non mais t’as vu comment tu causes
On va crever, et y’a qu’ça d’vrai !

 

 

 

 

What do you want to do ?

New mail

DANS LA CRYPTE, OUBLIÉ.

10818641_10203083363270480_1679475345_n (3)

La De fait sa Vlad.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Sur les sommets noirs, le soir, plane Dracula,

Le catafalque lugubre file au ras des monts,

Mors aux dents, sous le fouet, les cavales folles

Ramènent le maître blême aux entrailles du château.

—–

Loups aux crocs qui claquent, chauves laids qui sourient

De toutes leur âmes mortes, honnies, brumes létales,

Démons, sorcières, goules, chairs pâles et lustrées,

Ombres immenses, flambeaux éteints, miroirs ternis.

—–

Au pied des tours maudites de son château lugubre,

Toutes les bêtes fauves, regards hallucinés,

Pupilles dilatées, iris de cuivre tigre,

Hurlent à l’unisson, horrible soumission.

—–

Babines humides et salives fétides,

Pelisses hirsutes, légendes infernales,

Des puits noirs sans fond enfin remontées,

Aux pieds du maître impavide, domptées, elles s’ébrouent,

C’est le temps des turpitudes, des miasmes, de la boue.

—–

Le peuple des maudits, des chassés, des infâmes,

Enfin réuni, rêve de bouter les dames,

De déchirer leurs antres, de boire à leurs sources,

Au graal écarlate de leurs chairs fragiles.

—–

Lui qui fut Vlad du temps bien avant les corbeaux

Quand les fleurs rutilaient au salon des amours,

Atours, velours, rires d’enfants des beaux amants,

Sous le ciel pur, le soleil rouge ne brûlait pas.

—–

Le sang chéri maudit des petits êtres frais,

A boire chaud, à même les artères déchirées,

Aux gouffres béants sous la dent, ivoire qui croque,

Lycanthropes velus ou succubes infernaux.

—–

Espoirs de lait perdu, soie des regards nus,

Robes qui glissent, escaliers dérobés,

Quand le soleil brillait dans le regard bleu reine,

Elle qu’il aimait entendre respirer, à mort.

—–

Les blancheurs vénérées, le cristal qui tinte,

A ses lèvres humides, goûter son âme douce,

Perdre la mort qui rôde, gagner l’éternité,

Il pleure dans son tombeau, les fleurs sont fanées.

—–

A hurler de douleur sous les terres amassées,

Depuis des lustres. Éteint au milieu des ténèbres,

A chasser l’amarante des nourrissons déchus,

Les vierges se sont pâmées sur leurs gorges funèbres.

—–

Il aurait tant aimé n’être alors jamais né,

Avoir pu, avoir su, échapper au destin,

Glisser entre les failles du temps des mortels,

Et n’avoir pas connu la sorcière aux dents longues.

—–

« Diable de feu au regard de braise folle,

Lucifer mon frère, quand tu t’es effondré,

Que n’es-tu passé loin, plutôt que de me prendre,

J’aurais bien voulu vivre les fortunes humaines !».

—–

Et ce rêve effrayant, ce bonheur qui l’obsède,

Elisabeta se meurt, nul pour l’empêcher,

A la mordre à mourir il n’a pu se résoudre,

Alors il se morfond le diaphane empaleur.

—–

Combien sont disparues toutes ces jeunes années,

Quand la mort faisait peur, quand il la redoutait,

Et ce vent qui coulait dans les cheveux des femmes,

Quand il croyait que Dieu n’était que pure bonté.

—–

Il se voyait alors, belle plume et grand cœur,

Se promenant au bras d’une pâle crinoline,

Organdis frissonnants, rose et bonne mine,

Et des brassées de fleurs de soleil et de joie.

—–

Las, plus de trépas ni de cœur pieu qui lâche,

L’éternité encore, ultime punition,

Et le noir absolu, le doux soleil nié,

Les miroirs se fendent, les ombres disparaissent.

—–

Maintenant il rugit comme un damné qui meurt,

Il a maudit le sort, il aurait tant voulu

Anéantir Dieu et ses anges terribles,

Et retrouver le temps de ses amours goulues.

—–

Le temps n’est plus, Dieu l’a trahi, rêves perdus,

D’un pieu pointu sous le sein nu, regard voilé,

Fontaine de sang rouge, comme un porc, étêté,

Sous la crypte glaciale, affamé il triomphe.

—–

Dans ses yeux effrayants, un ange s’est miré …

A LA ROSE ÉCLOSE, ENFIN …

10887712_10203384599081187_454365680_n (2)

La rose fantasmée de La De.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—–

Même par temps serein,
Au plus calme des vents,
Je pleure et ne sais pourquoi.
Dans mes plis secrets
Le vide m’obsède
Moi qui cherche le plein.

—-

Le jour, la nuit, au secret des pages,
J’espère, attends et me complais,
Hurle dans le silence feutré
Des soies qui m’entourent,
Me cachent et me soustraient,
Aux regards vides, avides, volages,
Des sinistres guivres bornées.

—-

Leurs soupirs me glacent, m’envoûtent,
Ou me ravissent,
M’attirent ou me dégoûtent,
Mais jamais l’envie ne me quitte
D’être un jour comblée
De violence douce et de tendresse
Enlacées.

—–

Je suis grotte, trou, ou châsse,
Noir, rose et rouge,
Qu’ensorcelle la lave blanche,
Du dragon terrible à l’oeil torve,
Qui crache, juteuse, sa morve,
Grasse d’opale broyée.

—–

Tiges, tromblons, verges, roublards
Aux noms barbares,
Peu me fait, qu’autour de moi
Vous rodiez, veules ou inspirés.
Le delta de mes désirs anciens
Ne cessera de larmoyer.

—–

Un jour celui qui porte,
Entre ses cuisses fortes,
Cette lance aux flancs veinés,
D’un regard, un seul, mon destin
Qui navigue au loin, chagrin,
Trouvera le parfum
De ma sente de jasmin.

—–

Et mes délices seront pour lui.
A la table du banquet, je l’inviterai
A déplisser les ourlets,
Les retroussis et les drapés,
Jusqu’alors, à lui refusés.
Enfin, tout en lenteur, dressé,
Au fond de mes chaleurs, ruisselant,
Je l’engloutirai, brûlant.

—–

Viens t’en, joli gland tant aspiré,
M’envahir, me remplir,
Faire taire la douleur d’entre mes soupirs
Ouverts à ta cambrure carminée.
A ton membre turgide,
A ta splendeur timide,
Je me donnerai.

—–

Pleure mon ange,
Et me donne la joie.
Dans le fond béant,
Quand mon cœur se fait rose,
Tes perles en sanglots,
Toutes rimes oubliées,
Apaisent mon chagrin.

—–

Entre mes fesses
Pâmées, en liesse,
Éternité scellées …

UNE GRIVE MUSICIENNE.

17473992_10208516794702870_736128053_o

Bach au jardin de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

La grive musicienne sur le sol s’est posée

Elle volète alentour, un peu lourde, empruntée

Son plumage est quelconque, par endroits tacheté

De crème pas très fraîche et de marron gelé.

—-

La voici qui sautille d’une pierre au piquet,

Regarde au ras du sol, c’est son garde-manger

Un escargot peureux s’abrite sous une pierre

Mais la grive goulue est descendue du lierre.

—-

Elle l’a vu, l’a saisi, d’un coup de bec brutal

L’oiselle l’a cogné, a fendu la coquille

A gobé le benêt perdu sans sa bastille

La mort a emporté son fragile vassal.

—-

La tueuse rassasiée, satisfaite a chanté

Une aria maniérée aux croches veloutées

Au jardin mille fleurs sous un ciel en beauté

La nature au soleil, personne n’a bronché.

—-

Caché derrière un arbre un matou terre de sienne

Le museau couturé de blessures anciennes

A laissé la bécasse a son chant de victoire

D’un coup de patte furtif il a fini l’histoire.

—-

Do ré mi fa sol la, ça se passe comme ça

Au jardin mille fleurs sous un ciel mordoré

Le chat roux est parti se refaire une beauté

Un éclair est passé dans l’iris vert matois.

What do you want to do ?

New mail

UNE CHATTE.

13582470_10206505487941458_1498970346_o

La chatte revisitée de La De.

—-

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.

—-

Lalique est une chatte inquiétante et superbe

Ses yeux d’agate verte luisent même le jour

Personne ne l’entend quand elle glisse élégante,

Dans son regard absent se reflète l’eau des lacs

Les eaux de glace trouble qui jamais ne se rident.

—-

Quand les grands vents se lèvent en hiver en été

On voit comme un frisson balayer son échine

Qui court d’Egypte ancienne ou peut-être de Chine

Bastet l’énigmatique, Chuan le magnifique

Sont tous deux les ancêtres de la belle Lalique.

—-

Souvent la nuit tombée, elle se métamorphose

Et la chatte docile qui ronronne quand on ose

Effleurer son museau du bout d’un doigt léger

Les oreilles baissées, la queue au ras du sol

Silencieuse et terrible chasse le campagnol.

—-

La gueule rassasiée, les babines rougies

Les pupilles dilatées par le festin nocturne

Après avoir léché sa tunique souillée

Sur ses pattes de plumes, la queue vers le plafond

Se dandine insolente et d’un coup de rein souple

Se glisse sous le drap qui brille sous la lune

Blottit sa tête douce contre le corps tout chaud

De la belle endormie qui ronronne elle aussi.

Elle frémit de plaisir et rêve du paradis.

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

LE GALAAD DU CHAT.

Le Lancelot de Galahad.

—-

Il a hurlé doucement.

 On aurait pu croire que son instrument fondait, tant les notes, à demi étouffées, serrées comme les souffrances dans le cœur des hommes et dans la ville elle-même, peinaient, du fait de la pudeur extrême d’Ibrahim, à sortir de l’embouchure. Beirut, plusieurs fois martyre, sous les doigts et les lèvres de Maalouf, revivait l’imbécilité crasse de la guerre ancienne. De longs silences, qu’habitaient sans doute les fantômes de toutes les âmes pulvérisées, entrecoupaient les gémissements cuivrés de la trompette du musicien. Les ondulations orientales pleuraient en pénétrant la chair du public.

Puis la trompette hurla, et cette fois, pour de bon, de la douleur elle passa à la rage.

Galahad, noyé dans la masse, ne savait plus si c’était la chaleur de la salle, bourrée à craquer, qui le mettait en eau, l’obligeait à lâcher durement, en silence, des larmes, des larmes aiguës de cristal de roche, brûlantes, épaisses, douloureuses, ou si Maalouf, du bout de sa trompette loukoum, avait percé le caparaçon de son habituelle insensibilité ? En tout cas il chialait, perdait les eaux, comme une femme accouchant. En souffrant le martyre Libanais. Le chant plaintif courbait les échines.

Dehors il pleuvait à seaux. Galahad laissa la foule se disperser, il était encore dans l’émotion, et ses yeux embués avaient du mal à cesser de se vider des malheurs de Beirut. La pluie s’arrêta quand il retrouva la vue. Assis sur le trottoir mouillé, un grand beau chat le regardait. Galahad fut instantanément persuadé que le bel animal l’attendait, lui et personne d’autre, pour une raison mystérieuse qui lui échappait. Seul maintenant devant la salle de concert, il fixait le chat qui le regardait sans ciller. Un poil long et fourni habillait le félin d’un épais manteau de chocolat au lait, un manteau de gala, un manteau de fourrure à faire la tournée des grands ducs. L’animal avait quelque de chose de noble et de buté, il regardait le monde du haut de sa race certaine. Ses oreilles noires fourrées de crème battue se dressaient sur une tête au museau sombre, comme si l’animal avait plongé le nez dans l’Athanor, un museau qui tournait au fauve et au roussi. Son regard d’escarbille, cerclé d’azur, ne quittait pas Galahad, suivait le moindre de ses gestes, la moindre de ses mimiques.  Quand il s’essuya les yeux du revers de sa manche, le chat pencha la tête sur le côté. Une mince ligne de fourrure blanche, qui partait en s’effilant, du bout de sa truffe noire jusqu’entre ses yeux, lui donnait un air inimitable, étrange, et renforçait l’impression de noblesse fragile qu’il dégageait.

La pluie torrentielle se transforma en crachin. Galahad tourna les talons et s’en fut. Le chat, toujours assis, le suivit du regard. Galahad tourna au coin de la première rue, alors le matou se leva et se mit en route, en ondulant comme une danseuse en chaussons blancs. Sa démarche était si légère – il ne semblait pas toucher le bitume – qu’on eût pu le prendre pour un fantôme.

Dans les entrailles de Paris, le métro creusait son chemin. Debout au centre d’un wagon quasi vide, Galahad, accroché d’une main, baissait la tête, attentif à tout ce qui ne se voit pas. Il respirait à plein nez les odeurs accumulées au long de la journée, un pot-pourri, délicieux, à son goût. La pestilence souterraine le transportait, il respirait par la bouche à petites goulées successives, s’efforçant de déchiffrer, atome après atome, le lourd remugle qui planait dans la rame. Pour chaque fragrance exhumée il revivait l’heure du jour où elle était née, la seconde où elle avait perlé au creux d’une aisselle surchauffée, dans les plis serrés d’un jeans moulé, ou alors sous le manteau d’une femme angoissée, sous la chemise d’un homme désespéré, au creux des reins d’un enfant effrayé. Galahad remontait le temps. Invisible, il revivait le wagon bondé du petit matin de ce jour finissant. L’aigrelet des corps mal lavés lui chatouillait l’appendice, c’était absolument délicieux. Mais ce qu’il préférait, c’était les odeurs du soir, quand les gens s’engouffraient dans le serpent articulé, revivre l’heure de pointe, quand les corps, collés les uns aux autres, étaient au plus fort de leurs secrétions, de leurs puanteurs, alimentées par les malheurs, les déceptions, le stress, le dépit et autres émotions épaisses qui avaient graissé leurs peaux blêmes. Sous ses paupières closes, Galahad était de tous ces moments, il vivait les différentes scènes, plus fortement que s’il les avait vraiment subies. Il ne s’étonna pas, emporté qu’il était par l’intensité du plaisir, de voir le chat se faufiler en se frottant dans la forêt fantomatique des jambes plantées sur le plancher. Il se glissait au ralenti, souple, et toujours élégant, rasait les chaussures maculées, évitant les mouvements intempestifs des voyageurs harassés qui se touchaient presque. Au moment où les scènes de la journée, comme mirages au désert se brouillaient, avant de disparaître, il vit distinctement le grand chat, assis à ses pieds qui le fixait, sans broncher d’un poil. Alors il plongea dans les lacs obscurs des yeux qui le ramenèrent au présent, en ce milieu de nuit, accroché d’un bras à la barre centrale de la rame, à demi somnolant, s’en allant jusqu’à Châtillon-Montrouge, où il descendrait, pour reprendre la 13 dans l’autre sens. Là enfin, il s’extrairait à grand peine du ventre de la terre, à Saint Denis-Université.

L’air humide le surprit quand il déboucha dans la rue au sortir de la station. Un miaulement aigu le ramena au réel. Devant lui le chat cheminait, s’arrêtant régulièrement pour l’attendre. Et cela lui sembla avoir toujours été ainsi. Le regard dans le vague, Galahad marcha encore un bon moment, avant de s’apercevoir de la disparition de l’animal. Il déposa doucement la grille qui bordait, au ras du sol, un des murs du centre commercial de la Basilique. A cette heure noire, la rue Edouard Vaillant était déserte et silencieuse. Galahad se glissa derrière le grillage, le remit soigneusement en place de l’intérieur. Personne n’avait jamais rien remarqué, la découpe était propre, et le crible à mailles serrées paraissait intact. Dans le sous-sol obscur, encombré et inhabité il était chez lui. Il poussa la porte de bois du petit local pauvrement aménagé qu’il squattait depuis plusieurs années, tira sur le cordon relié à l’abat-jour rouillé qui balançait au plafond, et la lumière chiche éclaira la pièce minuscule. Étalé sur le tas de carton qui lui servait de lit, la queue battant doucement, comme un Pacha au harem, le chat, impassible le regardait de ses grands yeux de mercure bouillant. Galahad comprit alors que le matou venait de prendre ses quartiers chez lui.

Il s’évertua à lui trouver un nom, un grand nom, un nom fort, original, digne de lui. L’animal était très beau, impossible de l’affubler d’un nom stupide genre Minou ou Pompon ! Alors il fit ce qu’il avait renoncé à faire depuis si longtemps, il entra dans une bibliothèque, pour se retrouver très vite dans la grande salle de Sainte Geneviève. C’est qu’il la connaissait bien la très Sainte, pour l’avoir assidument fréquentée quelques lustres auparavant.

Debout, rasé de frais, propre, Galahad, correctement vêtu, jambes écartées, faisait face au Panthéon. Le péristyle monumental l’écrasait de toute sa majesté néo-classique, une suée lui mouilla le dos. Le monstre de Soufflot le renvoyait à son passé, au temps où il habitait un bel immeuble du 5ème, quand il était quelqu’un, un de ces jeunes carnassiers promis à une carrière fulgurante. Il secoua la tête pour chasser ses souvenirs et se dirigea vers la Librairie Sainte Geneviève. Le chat, assis sur les marches de la mairie du 5ème, l’observait. Il y retourna plusieurs fois, consulta et consulta encore des livres anciens, à la recherche d’un beau nom pour ce félin qui lui faisait la grâce de sa présence. Quand la liste constituée lui parut suffisante, il donna au chat le nom d’Abélio mais celui-ci fit la sourde oreille. Avalon, Caelia  n’eurent pas plus de succès, Epona, Icarus, Ishtar non plus, Alannus, Belennos et Brigit encore moins. Les jours passaient et le chat ne daignait répondre à aucun des noms que Galahad lui proposait. Galatea, Lionel et Nyx firent un bide, Pandora, Perceval et Hermès n’eurent pas plus de chance, et Galahad arrivait au bout de sa liste. Un soir qu’il s’était énervé tout le jour à baptiser le chat, il se mit à hurler “Lancelot, si tu continues à faire ta mijaurée, tu vas finir au lac”. C’est alors que le félin se leva pour s’en venir se frotter à ses mollets en ronronnant comme une catin en chaleur. C’est ainsi que Lancelot entra dans la sinistre vie de de Galahad pauvre cloche. Le chat quitta sa couche et se mit à suivre l’homme tout le jour, au hasard de ses déambulations. Il était toujours quelque part, non loin, parfois Galahad le perdait de vue une paire d’heures, mais il réapparaissait. Ce manège dura un temps, Galahad survivait. Entre maraude, petits larcins, restos sociaux, il trouvait toujours de quoi nourrir son compère, et lui accessoirement.

Un beau jour. Oui ce fut vraiment un beau jour, un jour à marquer d’une pierre noire, Lancelot décida de précéder son “maître”, comme s’il voulait le guider. Galahad ne s’en aperçut pas de suite et continua à marcher au hasard dans Paris. Alors le chat se mit à tourner autour de lui, à lui passer entre les jambes pour le faire trébucher et attirer son attention. Galahad jurait, faisait mine de lui donner des coups de pieds, Lancelot s’éloignait d’un bond mais revenait régulièrement miauler entre ses jambes. Galahad n’en revenait pas, le chat l’accompagnait depuis, maintenant bien un hiver, jamais il n’avait miaulé, et voilà que, le printemps revenant … !?

Galahad s’obstina à ne pas comprendre ce que Lancelot lui signifiait à sa façon. Ses errances l’emmenaient toujours vers les ponts de Paris. Il affectionnait particulièrement la passerelle Simone-de-Beauvoir, la passerelle Léopold-Sédar-Senghor et plus que tout le pont Mirabeau. Il aimait y faire des haltes qui n’en finissaient plus. Les coudes appuyés sur la balustrade, le corps penché vers l’avant, il se laissait hypnotiser par les eaux vivantes. Les remous changeants, les couleurs aussi, qui passaient du limoneux au vert mat, le captivaient à en avoir mal aux yeux. Lancelot s’accrochait à son pantalon, miaulait, geignait mais rien n’y faisait, Galahad parlait aux ondines, regardait d’un œil énamouré Ophélie descendant lentement au rythme du courant, autour d’elle il voyait onduler d’improbables bouquets d’algues longues, d’un vert bronze très sombre, au travers desquelles pulsaient de subreptices lueurs opalescentes. Mais ces visions sublimes s’évanouissaient, au moment où fermant les yeux, il allait se laisser aller à les rejoindre. Une griffe traversa la toile de son falzar et le ramena à la réalité présente, il se raidit et repoussa la balustrade. Lancelot fit trois pas, s’arrêta, et le regarda, attendant qu’il veuille bien le suivre.

Et l’homme, enfin, consentit à suivre l’animal. Ils marchèrent longtemps, traversèrent la ville en diagonale, pour finir Impasse de la Cité du Midi, dans le 18ème. Le chat s’arrêta devant les carreaux de faïence des anciens bains-douches de Pigalle, en reniflant d’un air délicat l’un des nombreux pots-de-fleurs qui garnissaient la façade. Galahad l’observait sans bouger, le chat miaula jusqu’à ce que l’homme comprenne et se décide à creuser dans la terre d’un pot de géraniums. Il en sortit un petit paquet de papier huilé duquel – il en resta un long moment éberlué et sans voix – il extirpa un rubis de taille moyenne, une goutte rouge sang, irisée, qui scintilla dans le creux de sa paume. Les rayons de soleil, dont la brillance était multipliée par les facettes du joyau, l’aveuglèrent. La pierre roula dans sa main, le soleil réfracté fit feu de tous côtés, à le presque bruler. Le lendemain, Lancelot l’emmena dans le 11ème, près de la rue Oberkampf, bruyante et agitée. Le félin apeuré rasait les murs, il s’engouffra dans l’impasse de la Cité du Figuier et s’allongea devant la Maison Verte. Dans un grand pot rouge, au pied d’un palmier nain, Galahad déterra une émeraude ronde, une perle verte, qui, nettoyée, pulsa entre ses doigts terreux. Lancelot le regardait, immobile, ses grands yeux insondables cerclés d’azur brillaient eux aussi. Le surlendemain, à la traine du chat, il se retrouva dans le 13ème, Impasse du Square des Peupliers. Au pied du mur d’un jardinet, entre deux pierres disjointes, il dénicha entre les fleurs sauvages, qui sortaient du mur comme la poésie nait de l’indicible, caché dans un papier cristal craquant, un saphir, une larme, belle, pure, lumineuse, la sœur bleue du rubis, qui étincela tout autant. Lancelot, assis dans sa fourrure, énigmatique et muet, le regardait sans ciller. Quelques jours passèrent, dans la pénombre de la cave, Galahad n’en finissait plus d’admirer les trois joyaux. Perplexe, inquiet, angoissé même, il n’osait plus bouger. Un matin, il n’avait quasiment pas dormi de la nuit, le chat l’emmiaula hors du squat, jusque devant une devanture minable à la peinture écaillée. Galahad comprit, entra et vendit, une fortune, mais à perte bien sûr, ses trois pierres. Le marchand, un vieil homme, dont le visage restait indistinct dans la pénombre ambiante, ne parut pas surprit. Un instant, Galahad crut le voir sourire, comme si le vieux connaissait ou reconnaissait les trois précieuses. Personne n’a jamais su, ne sait, ni ne saura jamais, qu’il avait acheté et revendu, à maintes reprises ce même trio de cailloux précieux Sans un mot, ni même l’esquisse d’un sourire, il lui tendit une mallette de skaï défraichi dans laquelle il avait soigneusement rangé de grosses liasses de billets tout neufs.

Au milieu de la nuit, Lancelot réveilla Galahad à coups de museau mouillé et de langue râpeuse, puis il tourna autour de la mallette en miaulant sans faiblir jusqu’au matin. Épuisé, Galahad s’en fut, la mallette à la main, acheta un beau petit appartement non loin du Panthéon, se fit tailler quelques chemises, quelques costumes aussi chez un tailleur du sentier, alla jusqu’à s’offrir une garde-robe complète et plusieurs paires de chaussures. Puis il entra dans une des plus belles boutiques de Paris, vira et tourna, à donner le tournis à la vendeuse, jusqu’à ce qu’elle lui présente un  magnifique coussin de tissu, un mélange de soie sauvage, taffetas et velours, de couleur rouge, un rouge d’alizarine rutilant, splendide de texture et d’aspect, un luxueux carreau large et rembourré. Cette fois là, ce fut le chat qui le suivit jusqu’à l’appartement meublé de neuf. De l’une des fenêtres, Galahad, appuyé au rebord et le chat à ses côtés assis sur son coussin, contemplèrent longuement la superbe façade de la Librairie Saint Geneviève. Un instant l’homme se demanda ce que la dépouille de la Sainte, enterrée dans l’abbaye d’origine, avait bien pu devenir. Lancelot lui, nul ne pourrait dire ce qui lui traversait l’esprit, mais une chose est certaine, le chat ronronnait comme un feu qui respire.

Quand ils entrèrent dans la grande salle de la Tour d’Argent, un silence glacial figea les convives, la température chuta. Les femmes frémirent. Les mâchoires s’affaissèrent, les fourchettes s’immobilisèrent. Galahad, vêtu d’un smoking blanc sur lequel une lavallière rouge rubis éclairait une chemise de soie immaculée, s’avança. Il tenait sous le bras un coussin de tissu, rouge comme le feu d’un volcan au comble de l’orgasme, qu’il tendit en souriant au maitre d’hôtel. Celui-ci le posa sur un fauteuil blanc, fit le tour de la table et tint le dossier du fauteuil d’en face dans lequel Galahad s’assit. Face à lui, Lancelot avait pris place sur son précieux carreau. Ils firent bombance. Galahad riait, Lancelot ronronnait entre deux bouchées de cervelle de colibri. Les deux compères s’entendaient comme larrons faisant la foire.

Une nuit, la ville était plus noire qu’à l’ordinaire. Un très gros orage avait plongé Paris dans l’obscurité, les dégâts avaient été tels que les techniciens étaient débordés, la lumière ne reviendrait pas avant le matin. Galahad, debout devant la fenêtre, pour la première fois de sa vie, voyait vraiment les étoiles. La voie lactée, il aurait pu la toucher du bout des doigts, il lui suffisait de pousser un peu sur la pointe des pieds. Il ouvrit la fenêtre et tendit les bras. La pulpe de ses doigts chauffa un peu puis une chaleur douce envahit tout son corps. C’était une sensation subtile, indéfinissable, c’était comme si tous les duvets de touts les oiseaux du monde l’effleuraient. Derrière lui les yeux de Lancelot brillaient comme deux escarbilles, le chat ne le quittait pas des yeux, ses moustaches frémissaient. Il se mit à chanter son ronron de velours. Puis d’un bond il fut près de l’homme. Ensemble ils se fondirent dans la suie de la nuit. Peu après Galahad s’endormit. Lancelot s’était couché près de lui, les yeux grands ouverts comme des fenêtres liquides, il le mangea du regard toute la nuit. Par moment il lui léchait les mains, les joues, le nez, c’était selon. L’homme s’ébrouait et souriait en dormant.

Au petit matin la lumière vive réveilla Galahad, il chercha le chat du regard mais ne le trouva pas. Il se leva, versa du lait dans un beau bol rouge, ouvrit une boite de pâté de luxe, l’écrasa dans une coupelle dorée, puis se mit à préparer son petit déjeuner. Quand il s’assit, un bol de café brûlant à la main, Lancelot n’était  pas là, toujours pas. Huit jours durant il ne reparut pas.

Galahad, si l’on peut dire, fouilla Paris de fond en comble, des pieds à la tête, de la cave au grenier, comme un fou il erra, dormit dans les impasses aux pierres, alerta tout le voisinage. On le regardait comme un éperdu, les yeux lui sortait de la tête. Puis il se barricada dans l’appartement, se roula en boule sous les draps, et pleura, pleura, et pleura encore, des jours et des nuits. Au bout d’un temps, il ne pleurait plus, il miaulait désespérément, à s’arracher les cordes vocales. À ne plus se nourrir – il n’y arrivait plus, il vomissait à la moindre bouchée – il maigrit beaucoup, son visage se creusa, ses yeux s’enfoncèrent dans leurs orbites, cernés de violet on eut pu les prendre pour des lacs oubliés perdus au fond des cratères d’anciens volcans.

Deux mois passèrent puis il se leva, se doucha, se parfuma, s’habilla soigneusement, enfila son smoking blanc, noua sa lavallière rouge sur sa chemise immaculée, chaussa ses vernis, serra sa ceinture au dernier cran, celui d’avant la mort, et sortit dans l’air vif du matin sous un ciel de pure émeraude. Sans hésiter, il marcha jusqu’à la passerelle Simone-de-Beauvoir, il y resta un long moment, les yeux perdus dans le courant des eaux vives du printemps, puis il répéta, comme un rituel dérisoire, les mêmes gestes sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, pour se retrouver, au bout de son chemin, sur le pont Mirabeau.

Les deux mains serrées sur le rebord du parapet, penché très avant, il regardait sans bouger, les eaux galopantes, insensible aux passants. Parfois l’un d’eux, inquiet de le voir figé dans cette position dangereuse, s’inquiétait et l’interrogeait, mais il ne répondait pas. Elles roulaient et balbutiaient les eaux, agitées par les énergies joyeuses du printemps. Galahad cherchait à percer leur surface, à pénétrer la masse liquide, à s’y fondre, de toute la force de sa volonté. Mais il n’y parvenait pas, l’eau fragile se dérobait, elle chantait et semblait se moquer de lui. Alors il relâcha ses muscles et se laissa aller au spectacle changeant du fleuve. Le soleil au zénith jouait avec les couleurs, et le bronze passait du citron à la chartreuse, de l’opaline à la sauge au rythme des nuages. Parfois, un rayon d’argent reflété par une vaguelette éphémère lui mettait les larmes aux yeux. Midi sonna au clocher de l’église de Notre Dame d’Auteuil, douze coups qui fendirent l’air et le temps. Le son clair des cloches s’amplifia, au point que Galahad crut entendre toutes les cloches de la terre résonner à ses oreilles. Comme une magnifique symphonie parfaitement accordée, il sourit de plaisir et d’émotion mêlés.

A ce moment précis, l’harmonie entre l’eau, le ciel et la musique lui parut pure et parfaite. Puis le clapotis des eaux cessa, le fleuve devint un miroir aveuglant, Ophélie apparut. Ses voiles blancs ondulaient autour de son corps, ses cheveux d’algues couleur malachite flottaient autour de son visage d’ivoire. Étrangement son corps s’arrêta pile au sortir du pont, ses yeux s’ouvrirent démesurément et Galahad vit scintiller dans ses pupilles de jais, le rubis, l’émeraude et le saphir. Puis elle ouvrit les bras.

Galahad disparut dans les eaux vives. Sur le trottoir d’en face, Lancelot, assis sur sa queue, ne bougea pas d’un poil. Sans doute attendait-il le suivant ?

J’AI BU LE SANG DES DIEUX.

11292730_10204219111863485_1750011577_n

Le De au jardin d’Eden.

Illustration Brigitte de Lanfranchi, texte Christian Bétourné  – ©Tous droits réservés.
—–

J’ai bu le sang des dieux, ils sont tombés brisés,

Et leurs livres sacrés sont partis en fumée.

—–

Dieu qui planait joyeux au centre des nuées,

Nuages de sauterelles aux ailes colorées,

Brassées de fleurs coupées aux corolles pâmées,

Voiles des navires, ailes des papillons,

Mangues opalescentes et les juteux melons,

Toutes autour de lui tournaient comme des cons,

Tous étaient boursouflés comme de gros ballons.

—–

Il m’a dit,

Ô toi petit bonhomme, qui aime les houris,

Les souks odorants, les palmeraies oubliées,

Dans les contrées maudites, là où les hommes ont ri,

En rayant de la carte tous ceux qui ont souri,

Ils chantaient la misère, ma gloire dévoyée,

Dans leurs livres étroits et leurs esprits si gris,

Que les ciels d’hiver paraissent bien lumineux,

Pauvre de vous, pauvre de moi, si seul là-bas,

Si bas, si loin de vous, quand vos sabres trop clairs

Crèvent les yeux, vers morts de m’avoir mal aimé,

Si haut, gargouilles hideuses sur vos cathédrales,

D’autres tristes croisés sous leurs armures d’airain,

Vous alliez exaltés, ivre du sang purin,

D’autres enturbannés aux regards de percale,

Dans les déserts brûlants sont crevés, égorgés

Et leurs vierges à jamais demeurées éplorées.

—–

Il m’a dit,

Égorgeurs de tous bords allez donc vous cacher,

Je vous ai vus, vous vois et vous verrai, où que,

Vous étiez, vous êtes et vous serez, foutre de,

Je vomis vos bassesses, aujourd’hui je promets

Que votre triste engeance ne me fait que pleurer.

C’est que pour être Dieu, je n’en suis pas moins homme,

Et il ferait beau voir, que vous les petits gnomes

Vous vous serviez de moi, qui suis plus que vos lois.

—–

La voix de Dieu m’a dit, et je n’ai rien compris,

J’ai tourné dans mon lit, et me suis rendormi.

—–

Au-dessus du naufrage, Dieu a fait ses bagages.

Putain, salope, pouffiasse, espèce de sale connasse …

What do you want to do ?

New mail

LA DERNIÈRE GORGÉE DE VOSNE APRÈS MA MORT…

Edvard Munch. Autoportrait à la cigarette.

M’enfin …

Le printemps, ce temps des énergies fleuries de la terre en joie, n’est pas pour demain. Et le ciel grisouillant, qui laisse sourdre régulièrement ce crachin glacial de ses nuées létales, l’atteste. La nuit, à moitié blanche, a passé. Saloperie de crève qui s’en va et qui revient, faite de petits riens et de quintes cuivrées, pas floches du tout … A contrario, dans l’azur limpide des valeurs rétamées, étalées, Shakira, nous dit-on, sera bientôt faite Chevalier des Arts et Lettres. Des Arts Siliconés et des Lettres Botoxées. Chevalière des enflures en quelque sorte ! Après la lourde Stone et le piquant Charden, mis à l’Honneur, récemment, par la Légion, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles aux cimes des vanités conquérantes. Sur la côte Italienne, le lourd paquebot des Croisières (dés)organisées, à trop vouloir s’exhiber aux yeux des peuples des rivages protégés, s’éventre, comme une bedaine gonflée de victuailles accumulées, sous le scalpel des rochers affleurants. Fidèle aux mœurs courageuses du temps, le capitaine a quitté le navire bien avant ses passagers. Que lui reprocher, quand la Finance impavide, au nom du veau d’or, étend sa toile sur le monde, assassine les peuples, tient les politiques à la gorge, place ses hommes de paille à la tête des états, et bâillonne les Nations …

Dans le jardin, les étourneaux avides, chassent les mésanges bleues, épouvantent les chardonnerets gracieux et se bourrent la panse de lombrics aveugles, qui pointent le bout de leur prostomium entre les herbes gorgées d’eau, anciennement lustrales. Pigeons et tourterelles, eux mêmes, n’osent approcher. Les fauvettes affamées, branchées alentours, frissonnent sous leurs plumages hérissés. Aux branches tordues, comme pendus agonisants, du pommier noir et nu, des boules de graisses lanternent, qui leur sont destinées. Du pain sec égrugé, des graines pilées aussi. Tout est sous contrôle des rapaces aux ailes tachetées, pas un accès qui ne soit interdit aux moineaux fébriles. Ça délocalise à mort et ça se gave à tout va …

Fractales.

Au bout de sa galerie, dans un petit bruit mou, Fion le lombric, aspirateur aveugle, bute sur une paroi de bois dur. Dans le parallélépipède de chêne clos, le choc résonne lugubrement. Le corps sans vie, bordé de soie grège ourlée de dentelles kitsch, ne frémit pas. Dans les chairs putréfiées, les asticots au turbin qui gigotaient à tout va, se figent un instant, hilares. Encore un végétarien de passage, se disent-ils, en rigolant de leurs voix aiguës, crachant de ci de là quelques purulences goûteuses, gorgées d’humeurs putrides. Fion le purificateur ne rétorque pas, le temps, son allié, mangera le bois, lui ouvrira le chemin, bien après que les vers insolents et leur charogne auront disparu. De l’autre côté de la boite, Glibou la taupe, lancée à toute allure qui creuse sa galerie à grands coups de griffes, s’écrase, comme une balle molle, sur le flanc de bois dur. La bougresse, grossière comme un convers chaste, lance un chapelet de jurons gras, terrifiant les gueulins qui se figent une seconde dans les graisses coulantes. Tiens, v’là la grosse qui s’écrase la tronche de l’autre côté des planches, hurlent-ils en bavant. Enfer et putréfaction, puisse t-elle s’exploser le pif et se casser les arpions la bouffie pelue, braillent-ils en chœur ! On ne le sait guère, mais les petits équarrisseurs ne manquent ni d’humour pesant, ni de mordant, ils ont la répartie facile et le verbe cruel. Dans l’obscurité humide des sols tendres, les nettoyeurs opalescents, minuscules et fragiles, ne craignent personne, et leur faconde dévastatrice en éloigne plus d’un. Pourtant, au bout de leur ouvrage, ils finissent par éclater sous la dent d’une musaraigne de passage, ou empalés, pantelants, à l’hameçon d’un pêcheur.

Ainsi va la vie de l’asticot vorace,

Croquera bien qui sera croqué …

Sur le panka noir hivernal, la lune, pleine et blanche comme un œil à moitié dévoré, mange le ciel, et porte les ombres des cyprès sur les tombes muettes du camposanto. Leurs croix de pierre, rongées par un lichen verdâtre, implorent les cieux, sans espoir, comme des mains blessées. Au secret des regards humains, dans les basses vibrations, succubes et incubes, boufres et furies, tournent et errent, à la recherche des âmes perdues, accrochées à leurs sépulcres de pierre, comme des huîtres à marée basse. Quelque milliers de hertz plus haut, en compagnie d’ectoplasmes de même classe, l’âme d’ACHILLE plane, insensible aux miasmes inférieurs en maraude, et peine à poursuivre son ascension. C’est que la transition est une dure épreuve. Le détachement est lent, progressif, douloureux. Achille, de son regard privé de vue, scrute le cercueil qui renferme sa dépouille incarnadine dévastée, ce véhicule fidèle qui l’a servi, supporté ses faiblesses, ses écarts, tout au long de sa vie sarcoplasmique. Et le voici maintenant, atone, gisant, flasque, dégorgeant ses humeurs faisandées, aux ventres avides des esches frétillantes. La carogne le tient toujours à cœur, il peine à la quitter. Il a beau savoir qu’il lui faut s’en défaire pour mieux la retrouver une prochaine vie, il la regrette et se lamente encore. En silence. Les vortex lumineux ont beau le frôler, le traverser, l’illuminer, leurs motets sublimes psalmodiés, le ravir et le nourrir de pures images apothéotiques, misérable, tout encore habité de sentiments humains, il résiste. Des brassées d’images le traversent, l’inondent, le bouleversent.

Alors, une dernière fois il s’accroche à un souvenir et retourne en pensée tout en bas …

Tremblante et partiellement délitée, l’évocation de cet écrin de verre opaque, plein de ce sang vermeil qu’il aimait tant à boire, peine à se matérialiser une fois encore, à ses yeux disparus … C’était un triste soir d’hiver, sinistre, venteux, glacial. Sur le cuir patiné de son bureau de vieux bois usé, trônait un verre à long pied surmonté d’un large cul de cristal fragile, aux formes pures et élégantes. Le rayon étroit de la lampe posée à ses côtés, se diluait en d’infimes subtilités, concentrées dans l’épaisseur du verre, jusqu’à l’éblouir. Prémices aveuglantes du plaisir à venir. Lentement, le jus roula en lacis gras, épousa la courbe du verre, qu’il remplit à moitié. Le bas du coteau de Vosne Romanée lui souriait en ce printemps 1996, images fugaces de quelques jours heureux. Sous les feuilles des vignes riches des sucs épais de la terre, au paroxysme de la sève montante qui lui agaçait aussi les reins, les gros raisins verts et durs n’étaient pas loin d’entrer en véraison. « Aux Réas », climat du Domaine Bertrand Machart de Gramont, au terme des vingt cinq années échues, se reflète, ce soir d’avant, sur le lac incarnat, transparent et brillant, qui étale sa surface ronde au centre du verre. Immobile, sous la lumière coruscante, il joue comme un peintre, des nuances franches du grenat lumineux, et des ondes rosées frangées d’orange foncé, qui roulent dans ses plis. Achille tressaille, quand au premier nez, le fumet puissant du gibier corrompu le renvoie à sa dépouille. Mais cela ne dure pas. La rose fanée déplie ses pétales labiles, le cassis frais la suit, puis le cuir gras d’une vieille selle se mêle aux fragrances légères d’un sous bois humide. L’âme retombée, vacille et se pâme comme au temps anciens de ses plaisirs profanes, sa voix à jamais perdue, murmure les mots des amours oubliées. La fraîcheur du jus tendre surprend Achille, comme si tous les vins de sa vie de viande morte se rappelaient à lui ; le vin délicat lui remplit la mémoire de sa bouche absente, puis se met à enfler. La modeste gorgée devient rivière de fruits rouges, qui roule au palais, et lui caresse la langue des épices douces qui sourdent de son centre. Lentement le vin roule dans sa gorge. Sa dernière avalée, si longue, à ne jamais la quitter, s’éternise (sic). Mais sa mémoire s’épuise. Les puissances du haut l’aspirent violemment. Il s’accroche encore un instant, le temps que se dissipe la réglisse et que viennent lui dire adieu les tannins, fins comme capeline, qui lui parlent à la coda, des calcaires sous marnes argileuses …

Qu’il a tant aimés …

Dans un imperceptible bruissement, il a disparu.

En bas, sous la dalle, les asticots redoublent de voracité !

 

EMORATIMOLIECONE.