SUR LE BASSIN MÉDITÉRRANÉEN.

Au bord du bassin.

—-

©Brigitte de Lanfranchi – Christian Bétourné. Tous droits réservés.

—-

Elle avait le bassin méditerranéen.

On y trouvait des dunes des courbes et des ombres

Des plages et des embruns des havres et des escales

J’aimais m’y enfouir m’oublier corps étreint,

Faire briller l’arc-en-ciel en chassant la palombe

Tomber en pâmoison mourir en bacchanale.

—–

Elle avait des seins comme des enivrements

A y perdre ses vies à prier sous la croix

Les filles en organdi et les filles de foi.

A se gaver de lait de pain et de froment,

Quand au soir d’un matin j’y croquais sous sa loi

La fleur et son bouton attendri et dément.

—-

Elle était un brûlot chargé de baies sauvages

Aux chevilles de verre chaudes comme des tisons

Des cheveux de miel lent à couler les navires

A dresser les démons, les sylphes et les mages.

Les hommes étaient au feu et Vulcain à sa forge

La terre convulsait à la vue de sa gorge.

Dans la savane aride se taisent les lions

Dans les steppes mongoles deux collines chavirent.

—–

Et moi je deviens fou, j’ai perdu la raison.